Article de conjoncture “La République fédérale démocratique en guerre. Mobilisations nationalistes, ordre martial et renouveaux partisans en Ethiopie”, Politique africaine n°164, de Mehdi Labzaé et Sabine Planel

L’Éthiopie connaît depuis novembre 2020 une guerre civile. Cet article tente d’en restituer la trajectoire et d’en expliquer les principaux ressorts, en revenant sur la marche à la guerre, les violences du conflit, et ses dimensions internationales. Sur la base d’enquêtes de terrain menées pendant la guerre, l’article montre ce que la violence doit à des luttes dont les enjeux sont la forme de l’État, la politisation de l’ethnicité et la mise en place d’une nouvelle hégémonie partisane autour du Parti de la prospérité. L’article insiste sur le mode de gouvernement de ce régime, qui articule un réveil des mobilisations ethno-nationalistes au renouvellement d’un contrôle partisan marqué par des dynamiques de cooptation et de répression des opposants, sur fond d’enrôlement des populations civiles dans la violence.

La guerre au Tigray a commencé dans la nuit du 3 au 4 novembre 2020. En coupant les réseaux Internet et téléphonique et en interdisant aux journalistes de s’y rendre librement, le gouvernement fédéral a instauré un blocus presque total de l’information provenant de cette région. On peut cependant affirmer qu’il s’agit d’un désastre majeur. Des dizaines de crimes de guerre ont été commis, les infrastructures (hôpitaux, routes, ponts) ont été détruites et pillées, les violences sexuelles sont utilisées comme arme et des populations civiles définies à partir de critères identitaires sont prises pour cible. Par-delà les scènes d’affrontements armés, cette guerre s’inscrit dans une trajectoire politique marquée par un renforcement constant de l’autoritarisme du régime, lequel a récemment abouti à l’imposition d’un ordre martial à l’ensemble du pays.

Cet article entend restituer le plus fidèlement possible la trajectoire de ce conflit et en expliquer les principaux ressorts politiques. Il présente une modalité de gouvernement propre au régime actuel, qui articule un réveil des mobilisations ethno-nationalistes au renforcement du contrôle partisan, marqué par des dynamiques de cooptation et de répression – et reproduit ainsi, en en augmentant la brutalité, les pratiques du régime précédent. En réponse au contrôle de l’information opéré par le gouvernement et face à la forte polarisation identitaire du débat public, cet article montre ce que la recherche en sciences sociales et ses méthodes d’administration de la preuve peuvent apporter à la compréhension d’une conjoncture politique contemporaine aussi polémique.

Le 4 octobre 2021, Abiy Ahmed prête serment comme Premier ministre de l’Éthiopie, après que les élections générales organisées en juin et septembre lui aient donné le mandat qui lui manquait. En avril 2018, sa nomination comme Premier ministre avait été décidée par le comité central de la précédente coalition au pouvoir, l’Ethiopian Peoples’ Revolutionary Democratic Front (EPRDF, Front démocratique révolutionnaire des peuples éthiopiens). Une semaine après son investiture, le Premier ministre fait bombarder Meqellé, la capitale du Tigray, comme à de nombreuses reprises dans l’année écoulée. Le 2 novembre, l’état d’urgence est décrété dans toute l’Éthiopie, devant l’avancée vers la capitale des Tigray Defence Forces (TDF, Forces de défense du Tigray), dirigées par le Tigray People’s Liberation Front (TPLF, Front de libération du peuple du Tigray) et alliées à l’Oromo Liberation Army (OLA, Armée de libération oromo), dans la guerre qui les oppose au gouvernement fédéral allié aux troupes érythréennes et à celles de la région Amhara. Le 20 novembre, Abiy annonce son propre départ au front, déclarant :

 

« L’époque impose de savoir mener avec le sens du sacrifice. À partir de demain, je mènerai moi-même campagne sur le champ de bataille pour y diriger l’armée. À vous tous qui souhaitez être l’un des enfants d’Éthiopie qui entrent dans l’histoire, levez-vous aujourd’hui pour votre pays, retrouvons-nous au front ! »

 

Dans les semaines suivantes, les TDF se retirent au Tigray, laissant une partie des régions Amhara et Afar dévastées. Par ailleurs, loin des lignes de front, de multiples conflits locaux demeurent également très meurtriers et l’État ne contrôle plus des portions importantes du territoire national, comme en pays Borana, dans le Wellega ou au Bénishangul-Gumuz. La guerre devient un motif d’inquiétude générale dont le gouvernement contrôle violemment l’expression en emprisonnant les journalistes et les administrateurs locaux qui osent tenir un discours critique. L’inflation est une préoccupation majeure pour les populations urbaines, alors que les récoltes s’annoncent déplorables et que la famine guette des millions de ruraux, particulièrement dans le Tigray sous blocus. Partout, la mobilisation générale menace les civils et ne fournit un débouché que pour les plus désespérés d’entre eux. Le 7 janvier 2022, jour du Noël orthodoxe, le Premier ministre met en scène sa magnanimité en libérant des prisonniers politiques de premier plan et en réaffirmant une volonté de dialogue national, tout en poursuivant les frappes par drones sur le Tigray, tuant des dizaines de civils.

Inscrite dans une surenchère nationaliste entretenue par les élites des différents camps et portée à son paroxysme par Abiy Ahmed et ses alliés nationalistes amhara, la guerre civile est l’approfondissement violent d’une crise politique ouverte en 2014 par les manifestations aujourd’hui connues comme les Oromo protests, violemment réprimées. Le casus belli entre les forces en présence porte sur la forme de l’État et la politisation de l’ethnicité : le TPLF, l’OLA et leurs alliés sont les tenants d’une reconnaissance du rôle politique de l’ethnicité au sein d’un système fédéraliste, tandis qu’Abiy Ahmed, les nationalistes amhara (ou « pan-éthiopiens ») et leurs alliés dénient la portée politique des différences ethno-nationales, qu’ils prônent ou non le maintien d’un système fédéral. Y compris dans les arènes locales, les partis et les mouvements politiques se différencient par leur volonté ou non de réforme, voire d’abandon, de l’ethno-fédéralisme – un système institutionnel et politique instauré par la constitution de 1994. Peu respecté par les pratiques centralisatrices du précédent régime de l’EPRDF, il est néanmoins considéré comme son principal héritage politique.

Au-delà des formes constitutionnelles, la guerre a aussi pour enjeu l’accès à l’État et aux ressources, notamment foncières. Souvent plus localisées, ces luttes se jouent sur fond de renouvellement des élites dans un contexte de conversion du gigantesque appareil partisan de l’EPRDF en Prosperity Party (PP, Parti de la prospérité), fondé par Abiy Ahmed en décembre 2019. Une étape majeure, formelle du moins, de ce remplacement élitaire s’est jouée à l’occasion des élections législatives et régionales du 21 juin 2021. Reportées deux fois pour cause de pandémie, leur tenue était un point d’opposition fort entre le PP et le TPLF, et la campagne électorale renforça la répression. En juin, un cinquième du pays n’a pas pu voter et 47 circonscriptions ont vu leur scrutin reporté au 30 septembre 2021. Au final, le PP a remporté 410 des 436 sièges à pourvoir, les 111 sièges représentant des circonscriptions touchées par des conflits armés, dont le Tigray, restant vacants.

Ce texte découle aussi d’un besoin d’apporter un point de vue documenté et étayé par des observations de terrain à des débats controversés sur la nature des violences à l’œuvre (la description du nettoyage ethnique et l’opportunité d’employer le terme de « génocide »), et sur la manière dont le régime d’Abiy Ahmed gouverne l’Éthiopie et sa prétendue rupture par rapport au régime précédent. Ce texte repose avant tout sur des enquêtes menées dans les localités de Wolqayt (aujourd’hui disputée entre les États-régions du Tigray et de l’Amhara), parmi les combattants et à proximité des combats, et du Wolayta (État-régions des Southern Nations, Nationalities and People’s, SNNPR), loin de la guerre mais où la crise politique s’approfondit pourtant. Les sources ainsi produites, par entretiens et observations ethnographiques, permettent d’éclairer un gradient d’enjeux politiques, du plus symboliquement brûlant au plus anodin en apparence. Les dynamiques de structuration scalaire des modes de gouvernement éthiopiens nous permettent de généraliser quelques-unes de nos observations à l’ensemble des échelons de gouvernement, du plus local (le qebelé) au niveau fédéral en passant par le district (le wereda), la zone et l’État-région (killil). Fort de cet ancrage « aux deux extrémités du gradien politique », ce texte propose une analyse multi-scalaire et multi-située. Il appelle toutefois à d’autres contributions ancrées dans d’autres sociétés éthiopiennes, d’autres mouvements et d’autres temporalités. Les séjours de terrain menés pendant la guerre s’inscrivent dans le cadre de recherches plus anciennes sur le développement et la politisation des sociétés agraires du Wolayta et sur les formes des mobilisations nationalistes amhara et leurs ancrages agraires. Si certains moments des enquêtes ont impliqué des précautions évidentes compte tenu de la brutalité de cette guerre, ces dernières consistaient principalement à ne pas mettre les « enquêtés » en danger. Surtout, ces enquêtes ont rappelé, y compris dans les zones directement affectées par des combats, que la guerre n’implique pas la suspension des ordres sociaux à l’œuvre en temps de paix. Les difficultés rencontrées sur le terrain étaient davantage liées à l’autoritarisme et à la surveillance décuplée des institutions d’État et de parti – avec lesquels nous composions déjà en tant de paix – qu’à l’exposition directe à la violence de guerre. Nous ferons aussi référence à des situations locales où l’enquête n’a pas été conduite directement, et à des observations et des entretiens menés à Addis-Abeba, mais nous resterons silencieux sur les jeux de pouvoir à l’œuvre dans les sociétés du Tigray, momentanément inaccessibles et où les communications téléphoniques sont quasiment impossibles.

Il s’agit pour l’heure de donner à lire une version du réel qui échappe aux effets simplificateurs d’une mise en récit idéologisée et qui restitue la variété des ancrages sociaux, régionaux et identitaires – que les horreurs du conflit ont également tendance à écraser. L’article revient d’abord sur la marche à la guerre au fur et à mesure de l’aggravation de la crise politique. Il analyse ensuite la guerre en cours, mettant en avant la logique des violences et l’articulation entre cooptation et répression des opposants par le régime. Il se penche enfin sur les dimensions internationales de cette guerre civile aux racines bien nationales.

Crise politique et montée des nationalismes

Abiy Ahmed, la question nationale et l’opposition politique

L’arrivée d’Abiy Ahmed au pouvoir en 2018 a suscité un espoir sans précédent pour des pans entiers de la population éthiopienne. Grâce à des discours d’ouverture, à la libération de prisonniers politiques et à l’usage d’un multi-positionnement identitaire au demeurant très courant en Éthiopie – il est protestant, polyglotte, de mère amhara chrétienne orthodoxe et de père oromo musulman –, Abiy Ahmed a encouragé dans l’ensemble du pays le réveil de revendications ethno-nationales locales déjà avivées par les protestations oromo. Affermissant une conception messianique du pouvoir, le Premier ministre s’est à de nombreuses reprises présenté comme le sauveur de l’Éthiopie, le garant de la continuité du projet éthiopien, de l’amour et de l’union (meddemer) entre ses peuples, supposant ainsi qu’une très forte personnalisation du pouvoir permettrait de dépasser une conflictualité croissante, conflictualité qu’il n’a par ailleurs pas cherché à contenir en soutenant à l’inverse toutes les revendications identitaires locales dans les premiers mois de sa mandature. Lors de plusieurs visites en pays Konta (SNNPR), il a fièrement arboré une veste traditionnelle bariolée et fait face aux railleries du reste du pays pour défendre l’identité de chaque groupe, fut-il mineur. Dans la zone du Wolayta en août 2018, à la suite de massacres ayant eu lieu dans la ville voisine de Hawassa et ayant fait de nombreuses victimes wolayta, il a porté le deuil et a en outre publiquement assuré les autorités et les notables locaux de son soutien dans leur quête d’autonomie régionale. Il n’en fut toutefois rien. Loin d’accompagner l’ensemble des demandes portées par les gouvernements et/ou les notables locaux, le gouvernement fédéral a finalement réprimé et/ou coopté ces acteurs, qu’il a requalifiés en opposants politiques. Peu avant, il les avait pourtant invités à exprimer librement leurs revendications. Le multi-positionnement permis par l’architecture fédérale du gouvernement et les nombreux écarts entre des pratiques de pouvoir et des positionnements institutionnels autorisent des pratiques de cooptation/répression très versatiles, qui disent le niveau de pénétration de l’État-parti dans les sociétés éthiopiennes. Un individu peut agir localement comme un représentant de l’État-parti et être considéré comme tel, mais se mobiliser contre les intérêts conjoncturels du gouvernement, et donc être considéré nationalement comme un opposant. De telles pratiques ne sont pas nouvelles et signalent une continuité, pourtant réfutée avec véhémence, avec celles de l’EPRDF. Elles nous interrogent, dans la rapidité et la brutalité de leur mise en œuvre, sur la formation d’un mode de gouvernement propre à ce régime et qu’il convient de détailler.

À la lecture rétrospective des terrains réalisés pendant les élections, la libération politique engagée par Abiy Ahmed en 2018 prend ainsi un tout autre sens. Elle est intervenue à un moment où le Premier ministre a à la fois cherché à disqualifier la coalition de l’EPRDF, du fait de son leadership TPLF, et à en prendre le contrôle. Il a alors engagé un mouvement de refondation de l’appareil partisan en un nouveau parti, le PP. La purge de l’EPRDF, particulièrement de sa dominante tigréenne – qui va conduire à la guerre –, et le recrutement d’une nouvelle base politique pour le PP sont un seul et même mouvement. En 2018, l’appel du Premier ministre à une ouverture politique, marquée par le retour de figures de l’opposition en exil et la libération de prisonniers politiques, a permis aux opposants demeurés en Éthiopie, aux jeunes particulièrement ou à ceux qui se faisaient discrets jusque-là, d’afficher publiquement leur opposition :

 

« Quand Haïlémariam [Dessalegn, ancien Premier ministre] est arrivé au pouvoir [en 2012], c’était une bonne période pour les Wolayta. Les gens ont réagi sur le fait que le Premier ministre était wolayta mais c’est la constitution qui a fait de lui un Premier ministre. Et même si c’était quelque chose d’inacceptable pour les Tigréens et les Amhara, c’était une bonne chose pour les Wolayta. La musique wolayta était écoutée partout, les cireurs de chaussures étaient fiers. C’était une bonne période pour demander [l’établissement d’un Killil Wolayta]. Sous le TPLF, ce n’était pas envisageable, il était impossible d’avoir des secrets, et puis Abiy est arrivé de nulle part avec ses droits démocratiques. Il nous a donné la possibilité d’exprimer nos droits. Mais il n’y répond pas. Il recense les questions des gens, il demande quels sont les problèmes. C’est tout. Il a fait trois déplacements dans le Wolayta, alors que Haïlémariam n’est pas venu et que Meles [Zénawi] n’y a même pas passé une nuit. »

 

La multiplication de violences inter-ethniques localisées a fourni à ces nouveaux acteurs, qualifiés d’activistes, l’opportunité d’exercer un militantisme public, d’abord visible sur les réseaux sociaux. Est ainsi née une nouvelle génération d’opposants plus assumés que le régime a cherché à contrôler, soit en les cooptant dans le PP, soit en les réprimant, soit le plus souvent en alternant les deux – à l’exception notable des membres du TPLF qui ont été les premiers à faire l’objet d’une purge. Les figures du parti ont d’abord été révoquées de l’appareil étatique et économique pour corruption. Puis ce sont tous les responsables politiques non contrôlables qui ont été visés, d’autant plus que le développement de situations instables localement a fourni au gouvernement l’occasion de renforcer le contrôle sur ses élites. En 2018, après les heurts de Hawassa, ce sont les responsables de zones de la SNNPR qui sont remplacés par des élus PP.

À la suite des violences qui ont suivi l’assassinat du chanteur oromo Hachalu Hundessa le 29 juin 2020, le ministre de la Défense, Lemma Megersa – ancien allié et supérieur hiérarchique d’Abiy Ahmed mais mieux perçu par les nationalistes oromo –, est remplacé. Les figures de l’opposition oromo, Bekele Gerba et Jawar Mohammed, cadres de l’Oromo Federalist Congress (OFC, Congrès fédéraliste oromo), sont emprisonnés le 30 juin, inculpés pour terrorisme à la mi-septembre et libérés en janvier 2022. Peu à peu, la base sociale qu’Abiy avait acquise au sein des jeunes générations d’Oromo évolue vers une assise plus élitaire, qu’il constitue à travers la refonte de l’appareil partisan et qui suppose l’avènement d’une nouvelle génération politique. Les futurs élus et les petits cadres du PP sont largement recrutés au sein des nouveaux mouvements nationalistes, à l’occasion d’alliances de circonstance, nécessairement temporaires. Nombreux sont en revanche les anciens soutiens d’Abiy à être aujourd’hui traités comme ses principaux opposants, à l’instar de Lemma Megersa, de Jawar Mohammed ou, à un niveau plus local, de Dagato Kumbe. Après avoir coopté une part importante de l’opposition de la jeunesse oromo, le mouvement qeerroo, c’est au sein des nationalistes amhara qu’Abiy a construit une alliance plus solide – mais non dépourvue de tensions avec les plus extrémistes d’entre eux – pour mener la guerre.

L’opposition nationaliste, qui s’est dotée depuis 2018 de nouveaux appareils partisans tels que le puissant National Movement Amhara (Mouvement national amhara, connu sous son acronyme amharique Aben) ou le plus confidentiel Wolayta National Movement (Woben, Mouvement national wolayta), se structure sur des revendications plus anciennes. Ces mouvements relèguent les approches « développementales » de l’EPRDF héritées du marxisme – mais officieusement en voie de conversion au néolibéralisme depuis – au profit d’une politisation des identités.

Le nationalisme amhara

Outre le parti Aben, né en juin 2018, le nationalisme amhara est incarné par des groupes appelés fanno. C’est de cette appellation, renvoyant aux paysans libres qui rejoignaient les armées des empereurs dans les siècles passés, que se sont revendiqués les jeunes militants amhara lors des manifestations de 2016 dans la région éponyme, annonçant un renouveau nationaliste amhara. Le nationalisme amhara peut paraître paradoxal dans le sens où l’appartenance identitaire « amhara » n’avait jusqu’alors pas fait l’objet d’une politisation. L’affiliation « amhara » est demeurée plastique au fil des siècles , en dépit de quelques tentatives militantes infructueuses pour mieux en délimiter les concours afin de former un mouvement explicitement amhara au début des années 1990. D’une part, le sens même du mot « Amhara » n’était pas fixé, pas davantage que les limites territoriales d’un éventuel « pays amhara », et les territoires des anciens royaumes (Gojjam, Wollo, Gonder, Shoa) demeuraient plus structurants dans les représentations de l’espace et des identités politiques. D’autre part, en tant que point de référence fournissant une « haute culture » à l’ensemble éthiopien, l’appartenance identitaire amhara n’était pas autonomisée et se confondait avec une éthiopianité plus large.

Malgré la constitution d’une branche amhara de l’EPRDF à la fin des années 1980, les élites de la région avaient toujours résisté à leur propre provincialisation, continuant de mobiliser la référence à une éthiopianité dont elles seraient tacitement l’incarnation : « Tu as lu l’Histoire, tu sais que 75 % de l’Histoire, c’est le peuple amhara », professait un membre fondateur d’Aben. Mais face à la multiplication des revendications autonomistes des jeunes Oromo à partir de 2014, au retour des groupes armés d’opposition ethno-nationale dans le pays et aux tensions accrues le long de la frontière avec le Tigray depuis 2018, les élites amhara ont finalement donné forme à un nationalisme proprement amhara, s’ancrant également dans une dénonciation catégorique de la constitution ethno-fédérale, perçue comme incapable de protéger les ressortissants amhara en dehors de leur région :

 

« Le peuple amhara vit sous une constitution qui ne le représente pas. Au Bénishangul-Gumuz, la reconnaissance a été donnée à 5 communautés, sans les Amhara. En Oromia, en d’autres endroits, c’est pareil. Dans le Sud, il y a beaucoup d’Amhara, en région Somalie aussi. Eux ne sont pas représentés. […] Ne pas représenter les Amhara, rien que ça, c’est de la haine. Si nous sommes devenus Amhara, c’est parce que nous n’avons pas pu vivre en tant qu’Éthiopiens. Nous nous sommes organisés en tant qu’Amhara. »

 

Ce point de vue arguant de la nécessité de mettre en place une organisation ethno-nationale pour résister aux revendications des autres peuples est un fondement de ces nouveaux mouvements nationalistes, qui a favorisé leur passage à la violence. Un chef fanno déclarait début 2020 : « La guerre, on ne passera pas à côté ! La campagne d’extermination des Amhara continue. Les deux, l’OLF et le TPLF, sont les ennemis des Amhara et de l’Éthiopie. Le TPLF s’est préparé à la guerre. Les Oromo aussi. Leur communauté est prête. Elle sait que cela arrivera. »

L’idée qu’une « campagne d’extermination » ou un « génocide » auraient été en cours contre les populations amhara sous le régime de l’EPRDF est l’un des ressorts des militants de la cause amhara. Née au sein de réseaux militants pour partie issus de la diaspora, cette idée est centrale dans l’argumentation d’Aben et repose sur plusieurs éléments : d’une part, les massacres et les déplacements contraints dont ont été victimes des populations amhara sur fond de conflits pour l’accès aux terres dans les périphéries éthiopiennes, notamment au Bénishangul-Gumuz et au Wellega, ces dernières années ; d’autre part, diverses rumeurs et prophéties, les premières incriminant les politiques de santé et de planning familial de l’EPRDF qui auraient pour but de faire chuter la natalité des Amhara, et les secondes annonçant la renaissance et la grandeur prochaine des Amhara et de l’Éthiopie grâce à l’arrivée d’un troisième empereur Téwodros, après une période de guerres et de famines. Ces théories ont largement circulé parmi les jeunes militants amhara après les mobilisations de 2016. Les idéologues nationalistes d’Aben ont aussi popularisé l’idée d’une « menace existentielle » pesant sur les Amhara et les poussant à s’organiser en tant que tels. À l’époque secrétaire général du parti, Dessalegn Chanie déclarait début 2020 : « La politique éthiopienne n’est pas saine en ce moment. La question pour les Amhara, c’est de mener notre combat existentiel. » Une « menace existentielle » que l’on retrouvera deux ans après dans les appels à la mobilisation militaire lancés par les gouvernements régional amhara et fédéral.

L’aggravation de la crise politique entre le TPLF et le gouvernement

À partir de fin 2018, les multiples conflits locaux se sont vus dépassés par une opposition plus structurante du champ politique éthiopien contemporain entre le TPLF et le gouvernement fédéral. Le TPLF avait connu des réformes d’ampleur dès 2017 ayant conduit au retrait de plusieurs cadres historiques et à l’émergence de ce qui semblait être une nouvelle génération, plus pragmatique. En 2018, lors de la désignation par le conseil de l’EPRDF du nouveau Premier ministre, le TPLF ne soutient ni son candidat, Debretsion Gebremichael, ni Abiy Ahmed, mais le candidat du parti de la SNNPR, Shiferaw Shigute. En 2019, il décide de ne pas rejoindre la « nouvelle » coalition du PP, qui promeut en outre un agenda politique et constitutionnel « unitaire » antagoniste avec les idéaux d’autodétermination et d’autonomie des peuples qu’il défend. Rapidement, l’opposition entre le TPLF et le gouvernement fédéral se concentre sur la remise en cause du modèle ethno-fédéral.

Les tensions politiques ont vite eu des effets concrets : les différentes régions du pays se sont engagées dans une course aux milices, multipliant les recrutements pour leurs forces spéciales respectives. Les recruteurs du Tigray sont allés jusqu’à chercher des jeunes originaires de la région au Soudan, alors qu’Abiy Ahmed exhibait une garde personnelle récemment constituée. Les régions Amhara et, surtout, Oromia ont enrôlé des dizaines de milliers de jeunes dans leurs forces spéciales et leurs polices régionales, dans un mouvement de cooptation visant à les tenir éloignés de l’agitation politique. Dans un tel climat, les violences militaires ont largement précédé le début de la guerre au Tigray. Dès octobre 2018, les combats avaient repris entre certains groupes de l’OLA et le gouvernement fédéral. Dans le Nord-Ouest du pays, à Wolqayt, des militants revendiquant le rattachement de cette localité à la région Amhara se sont vus durement réprimés. Des mesures de rétorsion furent prises contre des marchands tigréens, qui furent de plus en plus nombreux à quitter les villes de l’Amhara, et notamment Gonder.

La question des élections fut le point d’achoppement qui enclencha la marche à la guerre entre le TPLF et le gouvernement fédéral. Cherchant à se doter d’une légitimité populaire et devant la pandémie de COVID, Abiy Ahmed avait reporté des élections générales prévues au printemps 2020. Attaché à une lecture littérale de la constitution, le TPLF en retint une interprétation divergente et organisa, le 9 septembre 2020, des élections régionales pour renouveler son mandat. Avec 98,2 % des voix, le parti y a réaffirmé son hégémonie sur la région, alors que le gouvernement central déclarait le scrutin « illégal ». Le Tigray, dont les principales routes d’accès étaient déjà régulièrement bloquées depuis 2018, s’est rapidement vu couper du reste de l’Éthiopie, ses budgets ont été suspendus et les quelques tentatives de médiation, sous l’égide de personnalités populaires comme Haïlé Gebresellassé ou la ministre de la Paix, Muferiat Kamil, se sont heurtées à l’intransigeance des élites des deux camps.

C’est dans ce contexte que la guerre a éclaté. Le discours aujourd’hui généralement retenu, dans les médias éthiopiens comme internationaux, pour expliquer le déclenchement des opérations militaires fait état d’une attaque du TPLF sur les baraquements du commandement Nord de l’armée fédérale dans la nuit du 3 au 4 novembre 2020. Le gouvernement régional du Tigray aurait ainsi tenté de s’approprier armes et hommes en vue d’un conflit armé perçu comme inéluctable. Pourtant, le soir du 3 novembre, quelques heures avant une attaque présentée par le gouvernement fédéral comme inopinée, le chef de miliciens amhara massés sur la frontière avec la région Tigray prévenait que « cette nuit, il va se passer quelque chose », témoignant ainsi du fait que les forces gouvernementales et amhara avaient connaissance des hostilités à venir. Peut-être n’avaient-elles pas conscience de leur durée.

La guerre civile

Guerre totale, nettoyages ethniques et « G-word »

Depuis son déclenchement, la guerre au Tigray a fait au moins des dizaines de milliers de morts. En plus des combats et des massacres de civils, le blocus empêche l’arrivée de nourriture et de médicaments. À la fin de l’été, l’ONU chiffrait à 400 000 les personnes en proie à la famine au Tigray.

La question de la qualification en génocide des crimes perpétrés à l’encontre du peuple tigréen a été mise en avant tant par des militants que par des académiques. Sans se prononcer sur la qualification juridique des faits, plusieurs éléments invitent a minima à accepter la légitimité du débat sur cette question. Tout d’abord, l’implication complète de l’appareil d’État dans l’effort de guerre et l’orientation des structures étatiques assurant l’encadrement resserré de la population vers la mobilisation générale. En région Amhara, les activités routinières de l’État ont été suspendues, les budgets redirigés vers les opérations militaires et les fonctionnaires enjoints de monter au front, « avec des haches si vous n’avez pas d’armes », dès les premiers jours de novembre 2021.

De plus, les forces gouvernementales et leurs alliés définissent généralement leur ennemi sur la base d’une appartenance identitaire, en l’occurrence une appartenance régionale au Tigray. Les autorités locales et fédérales ont régulièrement recours à des discours assimilant l’ensemble de la population tigréenne à des soutiens du TPLF. Certes, les appels à l’extermination sont rarement explicites, mais il arrive qu’ils le soient, notamment dans les discours d’incarnations locales de l’État – ainsi de ce policier posté dans les territoires annexés par les forces amhara et qui déclarait : « Les Tigréens, il faut les finir, tous ceux qui ont plus de 5 ans, et ensuite il y aura une nouvelle génération et ça ira mieux. On ne peut pas vivre avec eux ! » On retrouve aussi dans les appels à la violence une déshumanisation des adversaires, régulièrement appelés « punaises de lit » ou « vermines ». Lors de leurs interventions publiques, les autorités utilisent souvent un procédé rhétorique qui consiste à commencer par des appels très francs à en finir avec le TPLF (Abiy Ahmed l’a évoqué comme un « cancer » et une mauvaise herbe qu’il faut éradiquer ), puis à évoquer le peuple tigréen dans son ensemble, entretenant ainsi une ambiguïté (toute relative vu le contexte) sur les limites du groupe social que cette éradication doit concerner. C’est notamment le procédé utilisé par Daniel Kibret, pasteur et l’un des principaux conseillers d’Abiy Ahmed, lors d’un discours prononcé devant des cadres de la région Amhara à la mi-septembre :

 

« Il faut faire en sorte que ces gens-là et ceux qui leur ressemblent ne recommencent pas. Il faut faire en sorte qu’ils disparaissent une bonne fois pour toutes. [applaudissements] Dorénavant, il faut faire en sorte que les gens comme eux ne puissent plus être créés, d’aucune manière ! Comme vous le savez, une fois que Satan a été défait, aucune autre créature semblable n’a été créée. Satan a été le dernier de sa sorte. Eux aussi, il faut qu’ils soient les derniers ! [applaudissements] Il faut faire en sorte que, dans ce pays, aucun sol ne puisse faire pousser des mauvaises herbes comme eux. Donc, il faut qu’à partir de maintenant ils deviennent l’exemple des choses que l’on utilise pour effrayer les enfants. Avant, on disait à nos enfants : “Si tu fais des bêtises, l’ogre va venir te manger.” Maintenant, il faut dépasser l’époque de l’ogre et leur dire : “Eux vont venir te manger.” Il faut qu’ils ne soient qu’une menace pour faire peur aux enfants, seulement. Pour qu’aucun être humain ne soit plus jamais comme eux, que ce soit impensable ! Il ne faut pas seulement les chasser de leur lieu d’implantation principal, il faut aussi les ôter des consciences des gens, de la mémoire des gens, les supprimer des archives historiques. Il faut faire en sorte que, si à l’avenir quelqu’un en venait à creuser le sol pour une recherche historique, il ne trouve rien sur eux. »

 

Avant même la diffusion d’un tel discours, l’entreprise de réécriture d’un passé commun avait déjà produit des effets. Les armées éthiopienne et érythréenne se sont livrées à des pillages et à la destruction d’un patrimoine religieux et culturel considéré comme les contributions du Tigray à l’histoire éthiopienne : massacre dans la ville hautement symbolique d’Aksum où sont érigées les stèles éponymes, pillage et destruction de la mosquée de Negash, du monastère de Debre Damo, etc.

En dehors du Tigray, des dizaines de milliers de Tigréens ont été arrêtés et emmenés dans des prisons improvisées et des camps militaires où certains ont été torturés, d’autres finalement relâchés – tout cela dans la plus grande opacité. À chaque défaite militaire de l’armée fédérale, les vagues de contrôles et d’arrestations à Addis-Abeba se sont multipliées, les policiers étant très clairs sur les motifs des arrestations lors de contrôles : « nous arrêtons les Tigréens pour notre sécurité commune car ils viennent à Addis-Abeba pour y soutenir et financer le TPLF ou l’OLF », expliquait un policier d’Addis-Abeba lors d’un contrôle. Dans les semaines qui ont suivi la déclaration de l’état d’urgence du 2 novembre 2021, des agents érythréens postés à l’aéroport d’Addis-Abeba s’assuraient que les Tigréens ne puissent quitter le territoire.

Ici, soulignons qu’un génocide est aussi le produit d’une trajectoire, d’une détérioration d’une situation politique où des effets de cliquet empêchent un retour en arrière. Les persécutions actuellement perpétrées contre les Tigréens s’inscrivent ainsi dans la continuité des violences des dernières années, dues à l’association communément faite entre Tigréens et membres du TPLF. Les fonctionnaires tigréens ont massivement quitté le Bénishangul-Gumuz et les périphéries, plus généralement, dès l’été 2018 ; les civils résidant dans les grands ensembles en périphérie d’Addis-Abeba ont été parmi les premiers à quitter leur logement après les violences de septembre 2018, d’autres ont été victimes d’assassinats et d’arrestations au cours des violences qui ont aussi vu des massacres de populations originaires des hautes terres plus largement à partir de 2018.

Dans la zone de Wolqayt conquise sur le Tigray, les nouvelles autorités locales organisent un nettoyage ethnique systématique. Plus d’un demi-million d’habitants en auraient été expulsés. Les Forces spéciales amhara (FSA), sous commandement régional, et l’armée fédérale se sont livrées à des massacres de civils dans la zone, notamment dans la vallée de la rivière Tekkezé, où des villages ont été « nettoyés », selon des membres des FSA qui racontaient leur participation à ces massacres une fois de retour à Humera – dans une ville vidée de ses habitants et où l’espace public était essentiellement masculin. Les commerces et les habitations abandonnés par les Tigréens ont été appropriés par des hommes amhara, souvent des combattants, qui ont fait établir l’effectivité de leur appropriation des lieux par un enregistrement des parcelles auprès de la nouvelle administration. Celle-ci a organisé le départ des civils tigréens en les massant dans des bus à destination de la rivière Tekkezé, considérée comme la frontière entre l’Amhara et le Tigray, et en produisant les laissez-passer nécessaires au passage des check-points pour ceux qui partaient « de leur plein gré ». La nouvelle administration a aussi procédé, dès avril 2021, à une redistribution des terres de paysans s’étant enfuis à ceux qui, se disant Amhara, étaient restés sur place, ainsi qu’à de nouveaux venus originaires des hautes terres des environs de Gonder. Envoyé depuis cette ville, le chef des miliciens de la zone expliquait à un jeune prétendant à l’installation dès décembre 2020 :

 

« Maintenant, tu vas à [tel et tel villages], je te donne le numéro des gens de la milice là-bas. Tu y vas et tu t’installes, tu amènes ta famille de là-haut, du sucre, et tu fais du thé. Et tu vis de ça, tu achètes dix chèvres au prix d’en ce moment et c’est bon ! […] C’est 1 500 birrs par hectare […]. [Les Tigréens] ne sont plus là, ils ont tous passé la Tekkezé [vers le Tigray central] ! »

 

La veille, passant en voiture devant des maisons détruites, un capitaine de l’armée fédérale expliquait, comme une évidence : « c’est parce qu’ils sont Tigréens », concluant « il ne reste plus un seul Tigréen ici ». Des investisseurs originaires de Gonder ou de Bahr Dar, parfois intégrés dans la nouvelle administration locale, se sont appropriés des terres et des entrepôts dans cette région réputée pour sa production de sésame. Les nouveaux dirigeants envisageaient même d’y réinstaller des dizaines de milliers d’Amhara victimes de violences dans les périphéries éthiopiennes. Pour l’heure, quelques centaines d’Amhara réfugiés au Soudan depuis parfois plusieurs générations ont été installés.

Cette guerre se caractérise par une implication massive des populations civiles. Les autorités du Tigray ont rapidement appelé les populations de la région à se défendre et à rejoindre les TDF sous leadership du TPLF. Les modalités précises de mobilisation au sein des TDF semblent partagées entre des ralliements volontaires et des enrôlements plus contraints. Les TDF ont pris soin de s’adresser régulièrement en anglais à la communauté internationale et aux Tigréens de la diaspora. Le gouvernement fédéral a également organisé une mobilisation générale des populations civiles, chaque secteur devant apporter sa contribution. Un mois après la déclaration de l’état d’urgence, le ministre de l’Éducation Berhanou Nega, chef du parti pan-éthiopien Izéma (Citoyens éthiopiens pour la justice sociale) et figure historique de l’opposition à l’EPRDF revenu d’exil à l’occasion de l’ouverture politique annoncée par Abiy Ahmed en 2018, annonçait la fermeture des écoles afin qu’élèves et enseignants puissent aller récolter les parcelles des paysans envoyés au front. L’université d’Addis-Abeba a fait don de 60 millions de birrs à l’armée fédérale et annoncé le retrait rétroactif des diplômes pour les personnes qui seraient soupçonnées de soutenir le TPLF, alors que des professeurs tigréens de renom étaient arrêtés. Sur l’ensemble du territoire, des rafles et des campagnes de recrutement ont été organisées par l’armée fédérale et les forces de police. Dès le début de la guerre, des campagnes de don de sang se sont multipliées dans les villes, perçues par les jeunes hommes urbains de l’Amhara comme un moyen de se joindre au combat en versant eux aussi leur sang pour défendre leur pays.

Enfin, la population civile a aussi été appelée par le texte de proclamation de l’état d’urgence à « surveiller » ses quartiers, des groupes de volontaires étant institués pour effectuer des rondes de nuit et contrôler les individus qu’ils croiseraient, arrêtant ceux dépourvus de cartes d’identité ou ayant des noms à consonance tigréenne. Au total, la mobilisation pour la guerre épouse autant qu’elle les renforce les structures locales d’encadrement de la population héritées de l’EPRDF. Les modes de gouvernements dérogatoires, « Command Post » militaires locaux ou administrations temporaires, se multiplient et décuplent les niveaux de violence. Dans la région Amhara, l’essentiel des hommes adultes habitant les campagnes sont devenus des miliciens, ne serait-ce que pour assurer la sécurité locale puisque les forces de sécurité ont été envoyées au front. Dans le Wolayta, l’état d’urgence permet la répression d’une opposition politique récente.

Cooptation et répression

La guerre fait écran à un mouvement de contrôle des sociétés politiques locales sans précédent dont la campagne électorale a représenté un moment charnière, particulièrement dans les circonscriptions qui ont vu le scrutin reporté du mois de juin au mois de septembre. Loin de constituer une mascarade électorale à laquelle les observateurs internationaux ont refusé de participer en temps de guerre, ces élections ont constitué un moment politique important, réprimé à la hauteur de son dynamisme et avec d’autant plus de facilité que l’ordre martial s’est imposé à l’ordre politique. Les élections, comme les annexions territoriales, ont fourni des occasions de cooptations décuplées aux différents échelons de l’État fédéral et largement exploitées par un PP à la recherche de centaines de candidats. On ne mesure pas encore les effets de la conversion des structures partisanes locales, mais elle semble annoncer une reprise en main plus structurelle que l’union nationale affichée dans le cadre des opérations militaires.

Cette dynamique est avérée jusque dans des régions politiquement reléguées, qui ne pèsent pas dans les équilibres partisans nationaux mais qui sont soumises à un contrôle croissant. Ainsi, dans le Wolayta, la structuration de l’opposition politique répond à un changement d’attitude relatif du pouvoir central, marqué par une bienveillance affichée pour les revendications locales, voire par leur encouragement, mais par une opposition continue à leur contenu, en l’occurrence au projet d’un killil autonome que des élites wolayta portent depuis le début des années 2000. Ces contradictions se lisent dans les réponses différenciées apportées par un gouvernement dont la structure fédérale autorise l’expression d’une pluralité de positionnements mais que l’emprise partisane corrige de fait. Si tous les partis ont été officiellement autorisés à faire campagne par le conseil électoral fédéral, les représentants du PP dans la zone Wolayta ont fait emprisonner pour de courtes périodes trois des leaders du parti d’opposition le plus installé (Wodeg, Front démocratique Wolayta) au motif qu’ils participaient à l’agitation de la population.

Le contrôle des opposants a été graduel, limitant le spectre des candidats volontaires à mesure que les partis d’opposition se structuraient. En avril 2019, le Woben est fondé à partir de la scission d’un mouvement de contestation de la jeunesse wolayta, les yelega. Son premier président est un professeur de sociologie de l’université de Soddo. Dans les mois qui suivent sa nomination, « on lui propose le poste de vice-président de l’université de Soddo et quelques autres bénéfices », qu’il accepte et occupe pendant 6 mois avant d’être limogé pour agitation politique : « on lui demandait de quitter le mouvement. Il lui était interdit d’aller boire des cafés avec des gens », explique un co-fondateur du parti. La présidence de Woben échoit ensuite à un autre membre fondateur du parti, alors responsable de la Development Bank of Ethiopia de Soddo. Il reste en poste un an avant de recevoir, à l’été 2020, une lettre de son employeur lui demandant d’abandonner ses responsabilités politiques sous peine de licenciement. La présidence est alors revenue à un professeur assistant d’une université d’une petite ville non wolayta de la SNNPR. À l’heure actuelle, sur les 5 membres fondateurs de Woben, plus aucun n’a de responsabilité politique et trois d’entre eux sont détenus.

Cette cooptation sélective des élites locales par l’administration d’État et par son économie parapublique a été accélérée ces dernières années – notamment du fait des élections. L’opposant que nous appellerons Tomas est le fils d’une grande famille et vit aujourd’hui d’une petite entreprise commerciale. Il rejoint le mouvement yelega dès l’automne 2018, après un parcours universitaire et professionnel haché dans le milieu des ONG :

 

« Ces moments étaient très difficiles pour nous, le gouvernement nous considérait comme des ennemis, comme des opposants. Il nous dénigrait, en nous appelant des ennemis du gouvernement. Certains étaient battus, conduits en prison. Il y avait beaucoup d’obstacles […]. Finalement, les gens ont rejoint notre lutte. Le gouvernement a essayé encore plus de nous arrêter mais il a échoué. Alors, il nous a rejoints. […] Depuis les différents wereda, le gouvernement était avec nous, il nous protégeait, il faisait respecter nos droits humains et portait notre requête au niveau du killil [SNNPR]. Il faut pouvoir protéger les Wolayta qui vivent en dehors du Wolayta. […] On est les leaders d’une transition pacifiste. C’est nous les propriétaires du Wolayta. »

 

Voici exprimée la dualité des structures locales du PP qui, aux mains de petites élites, peuvent servir des agendas politiques très ancrés. Tomas est ainsi le leader de la faction yelega qui a refusé de rejoindre le Woben. À 40 ans, il a accepté, après discussion au sein de sa cellule yelega, d’être le candidat du PP aux élections régionales, précisant : « Je n’attends rien d’eux mais je le fais parce que je suis proche de mon peuple. » Il fait campagne dans le wereda d’où sa famille est originaire, le scrutin y est reporté à fin septembre. Début septembre, il est arrêté et emprisonné. Le haut de l’appareil d’État a repris le contrôle de la scène politique locale, limitant ainsi l’expression du pluralisme. Dans le Wolayta comme ailleurs, « ils utilisent l’état d’urgence pour rassembler les gens des partis d’opposition et les mettre en prison ».

Depuis l’été 2020 et la marche à la guerre, cette cooptation/promotion s’accompagne de l’arrestation plus systématique des opposants politiques et de pratiques de détention plus rudes. L’ancien représentant de la zone, Dagato Kumbe, illustre cette nouvelle génération de leaders nationalistes arrivés au pouvoir sur appel du PP et aujourd’hui considérés comme opposants. Pour avoir refusé d’entériner la reconnaissance formelle du killil Sidama voisin, il est arrêté en août 2020 avec l’ensemble de son cabinet, la zone Wolayta est alors placée sous gouvernement militaire. Libéré deux jours avant le scrutin de juin 2021 et invité à quitter la région pour la ville voisine d’Arba Minch, il est de nouveau arrêté début novembre. Les arrestations ont lieu dans le cadre d’exception instauré par les états d’urgence locaux ou national : « Tout d’un coup, ils m’ont arrêté, kidnappé en fait. Pendant cinq jours, ils m’ont détenu dans le noir dans les locaux du Agricultural College [en dehors de la ville]. On ne pouvait rien voir à l’extérieur et l’on n’entendait pas les voix. Ils m’ont nourri au pain et à l’eau. C’était vraiment traumatisant », confie un membre du mouvement yelega. Depuis la promulgation de l’état d’urgence, le ciblage des opposants s’affine progressivement. Des avocats sont maintenant victimes d’arrestations, le département de droit de l’université de Soddo est en pleine refonte, et les détenus sont amenés dans un camp d’entraînement de la police proche de Hawassa où sont regroupés les opposants de la SNNPR. Les opposants wolayta n’ont pas échappé à la magnanimité du gouvernement fédéral le 7 janvier 2020, lorsque Dagato Kumbe, dont le soutien populaire est très fort, a été libéré en compagnie de quelques opposants de second rang. Au cœur du système politique du PP, Tomas est toujours en prison.

En région Amhara aussi, le gouvernement fédéral avait d’abord cherché à réprimer les nationalistes, notamment en tuant l’un de leurs leaders qui aurait tenté, en juin 2019, de renverser le gouvernement régional. Mais un peu plus d’un an plus tard, la position fédérale a diamétralement changé. Le régime a tenté de s’assurer du soutien des nationalistes amhara dans la guerre, en permettant l’annexion de Wolqayt et en attribuant des postes officiels aux principaux membres du Comité Wolqayt, une organisation nationaliste qui militait depuis 2015 pour le rattachement de Wolqayt à l’Amhara. Certains de ses membres ont même intégré le PP, mouvement perçu comme un préalable à l’intégration au sein de l’appareil d’État et à un recrutement en tant que fonctionnaire. La guerre a aussi eu un effet coupe-file pour de petits fonctionnaires membres du PP qui, descendus des hautes terres pendant les combats, ont su s’instituer comme des autorités locales légitimes en mettant leurs compétences bureaucratiques au service de la nouvelle administration.

Le même mouvement de cooptation et de répression s’observe dans l’ensemble du pays, des opposants de second rang étant arrêtés parmi les Nuer, les Somali ou les Borana. En région Somali, l’Ogaden National Liberation Front (ONLF, Front national de libération de l’Ogaden) publiait le 18 octobre 2021 un démenti officiel de son soutien au gouvernement central en dépit de la cooptation de quelques-uns de ses élus locaux. Il refusait ainsi d’intégrer la coalition hétéroclite que cherche à créer le gouvernement fédéral.

L’extraversion dans la violence

L’implication érythréenne : « paix », revanche et efficacité d’une alliance paradoxale

Le premier soutien « international » dont a bénéficié le gouvernement est venu d’Érythrée. Les guillemets s’imposent, tant cette guerre a révélé à quel point la génération d’élites qui a lutté contre le régime militaire entre 1974 et 1991 s’inscrit dans un champ politique commun aux deux pays. Rétrospectivement, la « paix » signée entre Abiy Ahmed et Issayas Afeworqi en 2018 semblerait avoir marqué le scellement d’une alliance orientée contre le TPLF. L’animosité héritée des affrontements politiques entre le TPLF et l’Eritrean People’s Liberation Front (EPLF, Front populaire de libération de l’Érythrée) dans les années 1980 , renforcée par la défaite érythréenne lors de la guerre de 1998-2000, n’a jamais disparu entre le chef d’État érythréen et le TPLF en vingt ans de guerre froide. Les troupes érythréennes ont été impliquées dans toute la préparation de la guerre ; elles sont également entrées directement et profondément en territoire éthiopien et occupent toujours des parties du Tigray, où elles ont commis de nombreuses exactions.

En parallèle de l’usage de drones, l’implication érythréenne a sans doute sauvé le gouvernement fédéral d’une défaite militaire. Mais cette alliance est nouée autant avec ce dernier qu’avec les nationalistes amhara, en dépit du fait qu’ils regrettent, voire nient, l’indépendance érythréenne, elle-même le résultat de 30 ans de guerre. À Humera, l’aide de camp d’un des principaux administrateurs amhara des territoires conquis à Wolqayt résumait :

 

« Les Érythréens sont contents que l’on soit là, que la ville soit de nouveau à nous. Ils ont raison, c’est le TPLF qui nous a fait nous séparer pendant tant d’années, mais nous sommes unis ! Ce sont les Tigréens qui ont fait qu’on s’est fait la guerre, mais maintenant Issayas a bien pris sa revanche. Tant mieux ! »

 

Un responsable administratif confirmait : « Quel est le problème, avec les Érythréens ? Ils sont chez eux ici. L’Érythrée, c’était la 14e province d’Éthiopie, tu sais ? Comme le Gojjam, le Harargue, le Shoa […], et c’est le TPLF qui a fait qu’ils [les Érythréens] sont devenus indépendants. Mais ils sont chez eux ici ! » Cette alliance pragmatique semble surtout perdurer grâce à son efficacité militaire, l’armée érythréenne étant bien formée, brutale et nombreuse du fait de la conscription perpétuelle en vigueur dans le pays. Localement, elle a aussi permis l’appropriation de terres et d’entrepôts par les chefs nationalistes amhara, quand les camions érythréens étaient chargés de meubles et d’appareils électroniques provenant des administrations et des entreprises tigréennes.

Un soutien occidental tacite

Le niveau de bureaucratisation de l’État éthiopien, la pénétration des services publics sur l’ensemble du territoire et l’ancienneté de son administration ont communément accrédité l’idée d’un État de droit très légaliste, ce respect des formes permettant à des partenaires internationaux, plus soucieux des apparences que des pratiques du pouvoir, de justifier au besoin leur soutien tacite au régime. En outre, la guerre révèle une continuité forte entre l’EPRDF et le PP : la capacité de faire usage de toutes les ressources permises par l’extraversion tout en rendant le moins de comptes possible, y compris face à des alertes signalant des combats impliquant massivement des civils. Sans exception, les puissances occidentales ont mis beaucoup de temps à reconnaître que leur participation à l’« Abiymania » était malvenue, refusant de considérer les éléments incitant à une posture critique, notamment la persistance des affrontements militaires entre l’OLA et l’armée fédérale dans le Wellega en 2018-2019. Davantage attentifs aux opportunités de pénétration du marché éthiopien permises par les politiques de libéralisation du nouveau gouvernement, les partenaires occidentaux ont privilégié la stabilité du régime et négligé les alertes sur ses dérives autoritaires.

Si l’administration Biden a adopté une position relativement plus ferme en prenant des sanctions individuelles et en suspendant la participation de l’Éthiopie à un accord douanier, les positions diplomatiques sont restées conciliantes. L’Union européenne a vite vu surgir des désaccords entre des États membres, la France se rangeant parmi les États qui ont œuvré pour atténuer les tensions avec le régime. Après plusieurs mois de guerre, l’ambassadeur français à Addis-Abeba faisait la tournée des ministres pour évoquer les opportunités de coopération et de commerce, ne condamnant les agissements du gouvernement que dans le cadre d’initiatives collectives de l’UE ou à l’ONU. Les médias gouvernementaux ont à chaque visite pu afficher « l’amitié » de la France, comme lors d’une rencontre entre l’ambassadeur et le ministre Belete Molla, par ailleurs et surtout chef d’Aben, qui avait multiplié les appels belliqueux, se rendant au front à l’été 2021 et se positionnant comme un ardent pourfendeur des ingérences de l’Ouest. On peut aussi relever que l’annonce de la suspension de la coopération militaire française avec l’Éthiopie, après plus de huit mois de guerre, est intervenue après qu’ait été dévoilée par les médias éthiopiens la ratification d’accords de défense avec l’Italie et la France. Les affichages publics des diplomaties française, italienne ou allemande ont été justifiés au nom d’une « diplomatie discrète » devant permettre en coulisse des avancées politiques – dont on peut douter de l’ampleur au vu de la poursuite des bombardements du Tigray.

Militairement, si le TPLF a pu bénéficier de timides soutiens soudanais et égyptien, le gouvernement fédéral a su s’attirer de francs soutiens étrangers. Les drones qui ont permis des victoires gouvernementales au cours du mois de novembre 2021 sont de fabrication chinoise, iranienne et turque. Abiy Ahmed a rencontré Recep Tayyip Erdoğan à plusieurs reprises depuis le début de la guerre, autorisant notamment, à l’occasion de la signature d’un contrat d’achat de drones, la fondation gouvernementale turque Maarif à prendre contrôle des écoles du mouvement Gülen en Éthiopie. En fournissant à présent les armes dont le gouvernement a besoin, les Émirats arabes unis ont poursuivi leur appui à un leader qu’ils avaient soutenu dès sa prise de pouvoir à travers le financement de grands projets de rénovation urbaine.

Les quelques sanctions états-uniennes et européennes ont, cependant, d’emblée déclenché des campagnes gouvernementales présentant la guerre comme une ingérence occidentale et le TPLF comme un suppôt de l’Amérique. En usant de l’anti-impérialisme, le Premier ministre ignore l’histoire de la formation d’un État éthiopien qui a bien relevé d’une construction impériale, le Nord parvenant à vassaliser les nombreux royaumes du Sud conquis au début du xxe siècle. Il détourne ainsi la critique anti-impérialiste en la vidant de son sens politique domestique, où la lutte contre les anciens conquérants est encore au cœur des mobilisations ethno-nationales, oromo notamment. En reprenant à son compte un discours identitariste forgé par les diasporas et en présentant la guerre comme celle des Africains contre l’Occident – feignant au passage d’ignorer que les Tigréens tués dans cette guerre sont aussi Africains –, Abiy Ahmed subsume les nombreuses dissensions internes à l’Éthiopie dans un projet messianique de réconciliation des peuples servant sa conquête du pouvoir. Le refus systématique des initiatives de négociation sous l’égide de l’Union africaine, tout en clamant la nécessité de trouver des « solutions africaines aux problèmes de l’Afrique », apparaît comme un moyen supplémentaire de soustraire les élites éthiopiennes aux mécanismes prévus par les institutions internationales. Enfin, cette dénonciation des ingérences se traduit par une politique de fermeture d’ambassades et de consulats, officiellement pour des raisons financières, mais notamment dans des pays perçus comme hostiles (Irlande, Égypte).

Pour l’heure, on peut penser que ces conflits intellectuels, politiques et militaires sont loin d’être terminés. Les prérogatives de la Commission de dialogue national mise en place en janvier 2022 sont floues : de l’aveu même de sa secrétaire, elle n’a pas vocation à favoriser des négociations qui mettraient un terme à la guerre, ni avec le TPLF, ni avec les leaders des partis d’opposition oromo. Tous les militants oromo emprisonnés n’ont pas été libérés pour le Noël éthiopien, de nombreux membres de l’Oromo Liberation Front restant en prison. Le premier communiqué des leaders de l’Oromo Federalist Congress libérés montrait qu’ils n’étaient pas en voie d’accepter un dialogue national symbolique. C’est pourtant un tel dialogue qui semble se dessiner, le gouvernement fédéral ayant convoqué des notables locaux lors de grandes assises régionales sous la présidence des représentants du PP nouvellement élus. Les échanges y ont été très consensuels, ils ont surtout eu lieu sans les groupes armés.

Dans sa course à l’éradication du TPLF, le gouvernement fédéral a travaillé à supprimer une génération d’« anciens » dirigeants tigréens, parmi lesquels des personnalités aussi attachées à l’idée d’une Éthiopie fédérale qu’opposées à l’indépendance du Tigray, comme Seyoum Mesfin (membre fondateur du TPLF, ministre des Affaires étrangères pendant 19 ans) ou Abay Tsehaye (membre fondateur du TPLF, ministre des Affaires fédérales, conseiller spécial des Premiers ministres Meles Zénawi et Hailemariam Dessalegn) exécutés, avec d’autres, par les troupes fédérales ou érythréennes. En conséquence, la question de l’indépendance du Tigray est maintenant inscrite sur l’agenda politique.

Par ailleurs, l’annonce de la libération de quelques cadres historiques du TPLF et de Jawar Mohammed a mis les militants nationalistes amhara vent debout contre le gouvernement fédéral, dénonçant une trahison et appelant à la poursuite de la mobilisation contre le TPLF. Dans ce cadre, le « dialogue national » pourrait être une étape de plus dans la constitution d’une nouvelle hégémonie partisane, celle d’un PP qui serait libre de réformer le système du fédéralisme ethnique. Mais les groupes nationalistes amhara alliés à l’Érythrée pourraient aussi refuser ce dialogue et tenter de régler militairement leurs nouveaux différends avec le gouvernement fédéral, installant la guerre dans la durée.

Article et numéro disponible sur cairn https://www.cairn.info/revue-politique-africaine-2021-4-page-141.htm



Citer ce billet
mathieulonglade (2022, 18 avril). Article de conjoncture “La République fédérale démocratique en guerre. Mobilisations nationalistes, ordre martial et renouveaux partisans en Ethiopie”, Politique africaine n°164, de Mehdi Labzaé et Sabine Planel. Politique africaine. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxze

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search