Maddalena Campioni, Patrick Noack (dir.), Rwanda Fast Forward. Social, Economic, Military and Reconciliation Prospects, lu par Danielle de Lame

rwanda-fast-forwardCAMPIONI (Maddalena) et NOACK (Patrick) (dir.), Rwanda Fast Forward. Social, Economic, Military and Reconciliation Prospects, Basingstoke (U.K.) / New York, Palgrave Macmillan, 2012, 283 pages.

L’introduction de ce recueil d’articles surprendra peu : le caractère unique du Rwanda, rengaine dès l’époque coloniale… Foin de l’histoire, il est vrai, pour les directeurs de l’ouvrage qui donnent le génocide de 1994 pour événement fondateur du pays et de leur perspective et soulignent l’arrivée au pouvoir de Paul Kagamé en 2003 (sic) grâce à des « élections parlementaires ». Une histoire un peu courte. Retour au futur, donc, qui semble le slogan du groupe Scenario Development, un groupe de chercheurs basés à Londres et dont les deux directeurs de publication se réclament, en donnant le ton général de l’ouvrage, axé sur une approche méthodologique prospective en termes de scénarios probables. Pour les tenants de ce « nouveau champ de recherche », le développement de scénarios constitue l’archétype des études du futur, qui préparent à faire face à l’avenir. Voici le ton donné… et tenu. L’ouvrage est cohérent et plus critique que ne le suggère une introduction somme toute assez faible. Il se tient aux thèmes les plus visibles de la société rwandaise médiatisée : réconciliation, reconstruction, unification et société civile, développement économique et social, conflit et rôle des militaires, envisagés à l’aune de l’officielle « Vision 2020 ». « Le Rwanda avance à une vitesse casse-cou et la population, qu’elle le veuille ou non, est enrôlée » (p. 5) : cette réalité constitue l’arrière-plan de tous les chapitres.

À l’horizon 2015, pour Marijnen et van der Lijn (ch. 1), tous les scénarios possibles comportent un potentiel de violence ; une ouverture au dialogue politique, une plus grande égalité économique et un retrait gouvernemental du secteur agricole pourraient le désamorcer. Plusieurs facteurs entravent le dialogue. L’appareil légal, obstacle à la liberté d’expression, ne sera pas assoupli (Cowell, ch. 4). Pour Colon (ch. 11), les lois remettant la responsabilité des informations diffusées dans les mains des professionnels de l’information seraient un progrès vers la liberté d’expression dans un contexte où les discours haineux ne peuvent être tolérés. La société civile muselée ne parvient pas à se poser en médiateur entre population et gouvernement (Adamcyk, ch. 5). Les tribunaux gacaca, dès 2010, ont été instrumentalisés à des fins personnelles et politiques ; leur impact sera durable (Brend, ch. 3). Le soutien international à cette procédure judiciaire, plutôt que d’améliorer la vie sociale, a renforcé un gouvernement autoritaire (Jamar, ch. 6, et Thomson, ch. 7). Ces analyses contrastent avec un chapitre qui fait l’apologie du Rwanda comme pays exemplaire au sein de la Communauté est-africaine (Sodipo et Msiitwa, ch. 8). Toute analyse doit, en effet, prendre en compte la dimension régionale de la problématique rwandaise. Economiquement, et malgré ses atouts (développement des télécommunications, intégration régionale, climat favorable aux affaires), le pays fait encore face aux défis qu’il a toujours connus. Pour Holden (ch. 9), l’amélioration des transports et la perception du Rwanda comme une nation dynamique d’exception peuvent attirer les investisseurs étrangers. Selon Nanda (ch. 10), les investisseurs indiens et chinois, au-delà des infrastructures qui sont leur domaine traditionnels, étendent leur action à la gestion des ressources et à l’agriculture profitable à tous. Assan et Walker (ch. 12) n’abordent guère le système d’enseignement que sous l’angle du passage du français à l’anglais comme langue d’enseignement, alors que les effets sociaux de cette rupture se conjuguent avec ses effets économiques. Sur le plan social, l’idéologie du développement s’accompagne d’une éducation civique qui ne devrait pas nous leurrer : pour Purdekova (ch. 13), ceci rappelle les conditions prévalant à la veille du génocide. La vigilance s’impose, alors que les effets des discriminations et de l’exclusion peuvent se greffer sur une idéologie génocidaire encore bien présente dans toute la région des Grands Lacs. L’intégration nationale (Rusagara, ch. 14) est la meilleure arme contre cette idéologie or l’élite au pouvoir est constituée d’un cercle restreint issu de la diaspora ougandaise. C’est l’armée (Jones, ch. 15), pluriethnique et bien intégrée à la population, qui est l’instrument principal du pouvoir. Les intérêts communs de l’armée et de l’élite au pouvoir se consolident d’intérêts commerciaux communs en République démocratique du Congo, tandis que la participation rwandaise à des opérations de maintien de la paix tente de faire oublier ces liens. L’armée jouant un rôle-clé, Verhoeven (ch. 17) souligne « le pouvoir transformateur de la force » (p. 217), mais aussi l’incapacité du Front patriotique rwandais à résoudre la question ethnique qui déborde vers les Kivus. Pour lui, croire que la jeune génération s’en dégagera relève de la naïveté.

Les notices biographiques des auteurs, tous relativement nouveaux sur le terrain rwandais, accroissent l’intérêt du recueil, en précisant les perspectives qui ont prévalu à la rédaction de chacun des chapitres. Cet ouvrage bien construit jusque dans ses contrepoints constitue un apport précieux à une compréhension de l’avenir du Rwanda.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/1 (N° 133)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.