AAC “La Guinée du coup d’État : de l’événement aux structures”

Appel à contributions “La Guinée du coup d’État : de l’événement aux structures”

Dossier coordonné par Vincent Foucher (CNRS/Les Afriques dans le Monde, LAM), Joschka Philipps (Africa Multiple Cluster of Excellence, Bayreuth)

Date limite d’envoi des propositions : 15 avril 2022

Le dossier invite chercheurs et chercheuses à proposer des textes éclairant les structures et leurs transformations au cours de la longue décennie qui court des mobilisations de 2006-2007 à la prise de pouvoir de l’armée en 2021.

CONTEXTE 

Le 5 septembre 2021, un coup d’État militaire a chassé le président Alpha Condé. Ce dernier, élu à la tête du pays en 2010 après une carrière d’opposant qui l’avait mené à l’exil et en prison, était supposé mettre un terme à la longue histoire d’autoritarisme qu’a connue le pays. Pour la première fois depuis son indépendance en 1958, la Guinée a connu un changement de régime non ordonné par le hasard biologique, par la mort de son président – exception faite de l’élection remportée par Alpha Condé, mais cette dernière était venue clore la transition militaire de 2008-2010, elle-même conséquence de la mort du général-président Lansana Conté fin 2008. En 2021, donc, pour la première fois de l’histoire du pays, le régime en place aura donc été vaincu par les armes. De plus, alors que ses deux prédécesseurs avaient chacun gouverné le pays pendant près d’un quart de siècle, Alpha Condé n’aura guère gouverné plus de dix ans. Cette défaite est survenue alors même que le régime semblait avoir passé le cap des tempêtes politiques liées à l’élection de Condé pour un troisième mandat très contesté. L’opposition, vaincue par des manipulations du dispositif électoral, était soumise à une forte pression policière et judiciaire. En signe de protestation, elle s’était largement retirée des arènes politiques officielles. Quant au Front national pour la défense de la Constitution (FNDC), un mouvement « citoyen » qui avait mené la lutte contre la modification constitutionnelle autorisant la nouvelle candidature de Condé, police, justice et prison l’avaient également usé. Le pays connaissait par ailleurs un boom des revenus miniers et des investissements importants s’annonçaient encore dans le secteur.

S’il n’a fallu que quelques heures pour faire tomber Alpha Condé, l’épisode soulève des questions importantes quant à la nature du pouvoir exercé par ce régime, et plus généralement quant aux différentes temporalités du politique en Guinée. Quelles sont les structures sociales et politiques qui façonnent la longue durée du politique, et quels rôles jouent les événements et les ruptures dans la transformation de ces mêmes structures ? Le coup d’État vient-il confirmer que, hormis la mort du prince, la révolution de palais est la seule possibilité de changement dans un pays où l’État parvient encore et toujours à imposer son « commandement » (Mbembe, 2000) ? La Guinée serait-elle condamnée à errer « de la Charybde militaire à la Scylla électorale » (Foucher, 2012), dans un cycle où se succèdent régime militaire, phase de « transition », pouvoir civil et coup d’État, chaque phase du cycle suscitant tour à tour espoir et déception ? Ou bien faut-il plutôt considérer que le coup d’État de 2021 est autre chose que celui de 2008 et qu’il témoigne d’une rupture dans ce cycle ? Qu’il a été rendu possible par l’épuisement de la légitimité d’Alpha Condé et de sa capacité à contrôler l’État et la société face à une série de transformations structurelles ? Quelles seraient alors ces transformations ? C’est ce faisceau de questions que le présent dossier entend poser.

L’événement a longtemps eu mauvaise presse dans les sciences sociales, qui lui ont préféré l’étude des structures et de la longue durée, notamment en France (Ricœur, 1992). Mais comme le note l’historien William Sewell (2005), l’événement invite à réinterpréter l’ordre politique dans lequel il survient. Pour Sewell, il y a événement (« event » plutôt que simplement « happening » ou « occurrence ») quand une situation qui résulte de contradictions au sein des structures sociales et politiques produit une transformation de ces structures. L’événement est donc ce moment où les structures atteignent leurs limites et où de nouvelles structures émergent. Ces structures sont à la fois sociales et politiques dans le sens où le pouvoir politique s’appuie et s’exerce sur l’organisation sociale, et dans le sens où les structures et les contradictions entre
elles et en elles sont toujours susceptibles d’être politisées et contestées. Dans son dernier ouvrage sur la trajectoire postcoloniale de la Guinée, l’anthropologue Mike McGovern (2017) utilise les travaux de Sewell dans son analyse des mobilisations populaires de 2006-2007 contre le régime de Lansana Conté (voir aussi McGovern, 2008). Il y voit ce que l’on pourrait appeler un événement au sens de Sewell. Il analyse ce moment comme la véritable mort de Sékou Touré (décédé en 1984), en plus de la lente fin de vie de Lansana Conté (il mourra en 2008). Pour McGovern, il y a là un tournant décisif, une rupture avec le double héritage de Conté et Touré, les deux chefs d’État qui ont présidé aux destinées du pays depuis 1958, l’affirmation d’une « population plus exigeante », en rupture avec la logique du « commandement » (McGovern, 2017, p. 187). Cette affirmation, souligne McGovern, doit à des héritages (la tradition syndicale caractéristique de la Guinée) et à un contexte immédiat (une dégradation économique et la fin du conflit sous-régional qui a dévasté la Sierra Leone et le Liberia à partir des années 1990 et qui avait mis un couvercle sur les velléités de protestations). Plus largement, au-delà du champ politique stricto sensu, on peut faire l’hypothèse que la société guinéenne a connu une trajectoire de « détotalisation » (Bayart, 1985, p. 348), une déprise de l’État sur la société, une usure de sa capacité à gouverner et à commander, déprise engagée d’abord avec la prise de pouvoir de Lansana Conté. Cette « détotalisation » ne se résume cependant pas à une « libéralisation » univoque. Le laisser-faire du régime Conté, que ses critiques qualifient non de « libéral » mais de « libertin », s’arrêtait effectivement là où son pouvoir était menacé. Face à ces basculements dans les structures politiques et sociales, peut-être que la junte militaire qui a pris le pouvoir en 2008, à la mort de Conté, n’a-t-elle été qu’une interruption tragique. C’est en tout cas sur cette question des basculements dans les structures que le présent dossier de Politique africaine invite à réfléchir, en inscrivant le coup d’État de 2021 dans la séquence plus longue ouverte par les mobilisations de 2006-2007.

 

AXES D’ETUDE 

Axe 1 : Vers des mobilisations non conformes ?

La trajectoire postcoloniale de la Guinée a vu se succéder un moment de « mobilisation conforme », sous Sékou Touré, qui laisse encore des traces dans les techniques et les imaginaires de mobilisation, puis, sous Lansana Conté, un moment de « démobilisation », moment qui, selon McGovern, se serait clos avec les mobilisations de 2006-2007. Les mobilisations n’ont à dire vrai pas cessé depuis 2006, aussi bien dans le vote que dans la rue, aussi bien sur des enjeux politiques que sur des enjeux sociaux, et cela malgré l’absence persistante de crédibilité des élections et la brutalité de la répression. Il faut analyser ces mobilisations entre formation d’une critique et d’une pratique citoyennes, colère réactive (Monga, 1995) et enracinement communautaire.

Le bilan des élections depuis 2010 est sans appel : au moment de voter, une bonne partie des électeurs l’a fait sur une base communautaire, certains leaders ou certains partis étant identifiés comme des représentants quasi évidents. Ce vote est lié à la construction et la reconduction de récits historiques divergents, chaque communauté construisant une mémoire malheureuse autour d’épisodes brutaux, parfois avec des revendications en matière de prise en charge judiciaire. Dans la région de la Guinée forestière en particulier, l’épidémie d’Ebola et les tensions qui ont opposé les communautés locales entre elles ou bien aux entreprises nationales et multinationales, notamment dans le secteur minier et dans l’agro-industrie, ont confirmé l’importance plus grande encore des ordres communautaires. Les régimes successifs naviguent
sur ces mémoires douloureuses, cette « concurrence des victimes » (Chaumont, 1997), chacun à leur manière, jouant des ambiguïtés. L’euphémisation persistante des affiliations communautaires par les Guinéens, qui parlent plus volontiers d’origine « régionale », le fait que les organisations politiques elles-mêmes mettent en scène, plus ou moins soigneusement, leur caractère proprement national (« l’ethno », c’est toujours l’autre) indiquent cependant assez qu’il ne faut pas procéder à une reductio ad ethnicum. Surtout, des « forces vives » au FNDC, des courants puissants viennent régulièrement proposer des mobilisations proprement nationales.

Ces formes de mobilisation « citoyennes », qui tirent leur légitimité politique de leur noninscription dans le champ politique formel, sont bien mal connues, depuis leurs modes de luttes et leurs connexions sous-régionales avec d’autres mouvements analogues jusqu’aux relations qu’elles entretiennent avec les acteurs politiques identifiés comme tels, les partis politiques. Leur trajectoire, aussi, mérite réflexion, notamment dans les moments thermidoriens qui suivent les révolutions. Ainsi, à l’institutionnalisation progressive des « forces vives » de 2006-2007, dont bien des leaders ont été incorporés dans les institutions de transition et dans le régime Condé, a succédé ce qui semble avoir été une nouvelle vague générationnelle autour du FNDC. Plus généralement, l’axe sur les mobilisations pose la question de savoir quels groupes ou structures font potentiellement partie des mobilisations pour soutenir ou contester le pouvoir en place. Il renvoie également à la question de la temporalité car le (contre-)pouvoir des mobilisations se manifeste essentiellement dans les événements. Ces événements peuvent confirmer l’existence de structures établies, mais ils peuvent aussi surprendre et révéler des structures inattendues (Philipps, 2013, 2016).

Axe 2 : Économie politique, action publique et « réforme »

Pour mieux analyser la configuration politique contemporaine, on encouragera l’exploration de secteurs de l’action publique. Plus que de « politiques publiques », il s’agit bien d’« action publique », puisque c’est un enchevêtrement d’acteurs nationaux et internationaux, étatiques ou non, qui contribuent à la formulation et à des tentatives de résolution des problèmes identifiés comme publics. Comme ailleurs dans l’Afrique d’aujourd’hui, les rhétoriques et les dispositifs de la « réforme » (Hibou, 2009) et de l’« émergence » (Péclard et al., 2020) jouent un rôle central. Au-delà des généralisations sur l’État faible ou importé, pour éclairer le déploiement de ces rhétoriques et de ces dispositifs et leur impact sur la trajectoire de la Guinée, pour les replacer dans le cadre plus général des transformations survenues dans la place de l’Afrique dans le monde et dans le gouvernement global de l’économie, on pourra examiner dans une perspective d’économie politique le (dys)fonctionnement de secteurs spécifiques, au croisement du politics et du policy. On identifie ci-dessous deux secteurs incontournables – le secteur minier et l’armée –, mais bien d’autres secteurs offrent des points d’observation pertinents. Cet appel invite à examiner, sans exclusive, l’enseignement, l’agriculture, le transport, la santé ou bien encore l’énergie, enjeu symbolique majeur, depuis le barrage hydroélectrique de Kaléta, symbole des « réalisations » d’Alpha Condé, jusqu’aux groupes électrogènes d’appoint mis à disposition par des entreprises alliées du pouvoir aux moments clés (Goerg, 2002).

Le secteur minier est incontournable, même s’il ne faut pas se contenter des simplicités mécanistes de la théorie de la « malédiction des ressources ». Au fil des décennies, la bauxite aura permis aux autorités d’entretenir l’administration et l’armée, même sous une forme dégradée, de maintenir le recrutement, la formation et la circulation des fonctionnaires à travers l’espace national, si décisifs pour la formation de la conscience nationale (Anderson, 1991). Elle aura aussi été une ressource diplomatique, les pouvoirs successifs travaillant à équilibrer soigneusement les intérêts internationaux à travers la bauxite (Barry, 2021). Par ailleurs, avec la libéralisation économique, bauxite et fer n’ont cessé d’offrir des opportunités d’appropriation de la rente. À côté de la bauxite et du fer, dont l’exploitation est nécessairement industrielle,
l’or et le diamant autorisent l’exploitation artisanale, qui ouvre (ou semble ouvrir) beaucoup plus largement l’accès aux chances de prospérité dans certaines parties du pays (Diallo, 2017 ; Dessertine, 2016, 2021) ou bien devenir au contraire un point de tension quand l’État décide de prendre le contrôle du secteur minier artisanal, voire de le réduire. Une étude des effets de la réforme du cadre juridique mise en avant par Alpha Condé (Knierzinger, 2016 ; Bolay et Knierzinger, 2021 ; Human Rights Watch, 2018), mais aussi de la réalité du « ruissellement » attendu de la hausse des revenus miniers sera particulièrement bienvenue. Un éclairage sur la « réforme du secteur de la sécurité », mise en avant par le régime Condé comme l’une de ses grandes réussites mais qui ne semble toutefois pas avoir empêché un coup d’État, sera particulièrement bienvenu. Après le rôle joué par les militaires dans les troubles de la fin du régime Conté et lors de la transition, du trafic de cocaïne au massacre du 28 septembre 2009, Alpha Condé a réussi à éloigner l’armée des rues et de Conakry, mais apparemment sans véritablement remettre en cause son fonctionnement (Foucher, 2012). Comme pour le secteur minier, il s’agira par exemple d’analyser la rhétorique et des dispositifs internationalisés de la « réforme », mais surtout leurs effets et leurs usages sur la distribution du pouvoir dans l’armée et entre les militaires et les pouvoirs civils.

Axe 3 : Topographie politique

L’analyse du jeu politique guinéen se réduit trop souvent aux événements de Conakry, voire même de Kaloum, le centre historique de la capitale, où sont établis la présidence, les ministères stratégiques et certains des plus grands camps militaires (Goerg, 2011). Dans un ouvrage comparatif sur les trajectoires de plusieurs États ouest-africains, Catherine Boone (2003) a insisté, après d’autres, sur l’existence, au sein même d’un même territoire stato-national, d’une topographie politique complexe, de configurations variables de relations entre l’État et la société, en lien avec la nature des ordres locaux, des économies politiques et de l’histoire du déploiement de l’État. Comprendre cette « topographie politique » complexe, ces ordres (et
désordres) locaux, est essentiel pour mieux caractériser la trajectoire de l’État guinéen. C’est essentiel aussi car les identités ethniques, qui jouent un rôle central dans le jeu politique national, sont construites et reconstruites en permanence dans des terroirs chaque fois singuliers.


Le dossier accueillera donc des analyses de cette topographie complexe, éclairant un ordre local ou bien en en comparant plusieurs, dans la suite des travaux menés par des anthropologues (Sarró, 2008 ; McGovern, 2012 ; Schroven, 2019 ; Engeler, 2019) sur certains de ces ordres. Il importera de le faire sans réduire la diversité à la représentation problématique et appauvrissante d’une Guinée quadripartite dont la critique commence à être faite (Goerg, 2011 ; McGovern, 2012 ; Foucher, 2018). Depuis une arène locale, qu’il s’agisse d’un village ou d’une capitale régionale, on observera la rencontre entre les jeux politiques locaux et une tentative hégémonique et, finalement, l’usure du régime Condé ainsi que le jeu de discours symétriques,
ceux de l’unité nationale (de la mise en valeur portée par Sékou Touré au marché unifié néolibéral) et ceux de l’autochtonie.


Les contributions attendues devront impérativement être fondées sur la mobilisation de matériaux empiriques originaux. Les propositions d’articles sont à envoyer à v.foucher@sciencespobordeaux.fr, Joschka.Philipps@uni-bayreuth.de et dielmora@hotmail.fr. Elles sont attendues pour le 15 avril, sous la forme d’un résumé de 500-600 mots, en français ou en anglais, qui présente les objets, les hypothèses et les matériaux qui seront examinés. Les premières versions des articles retenus seront à soumettre début juin.



Citer ce billet
mathieulonglade (2022, 16 mars). AAC “La Guinée du coup d’État : de l’événement aux structures” Politique africaine. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxz6

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search