Scopas S. Poggio, The First Sudanese Civil War. Africans, Arabs and Israelis in the Southern Sudan, 1955-1972, lu par Roland Marchal

first-sudanese-civil-war-africans-arabs-israelis-in-paperback-cover-artPOGGIO (Scopas S.), The First Sudanese Civil War. Africans, Arabs and Israelis in the Southern Sudan, 1955-1972, New York, Palgrave Macmillan, 2011 (First edition : 2009), xx +260 pages

Ce livre doit être lu à plusieurs titres. Il est d’abord le fruit d’une recherche qui livre des conclusions, sinon absolument nouvelles, du moins mieux documentées sur l’histoire de la première guerre civile soudanaise (1955-1972), ou de son premier épisode comme certains le disent. Il est ensuite le récit argumenté d’un réfugié de cette première guerre et d’un combattant de la seconde (1983-2005) qui, gravement blessé, a dû s’exiler pour avoir accès à des soins. Il ouvre enfin la possibilité d’une réflexion sur ce conflit apparemment résolu par l’accord de paix de 2005 et l’indépendance de 2011 mais qui rebondit tragiquement depuis la crise ouverte à Juba le 15 décembre 2013. En ce sens et avec toutes les limites du genre, il correspond autant à un exercice académique qu’à une réappropriation de l’histoire du Sud-Soudan par les Sud-Soudanais eux-mêmes.

Disons-le, les premiers chapitres du livre déçoivent parce qu’ils semblent plus le résultat d’un travail militant que d’une analyse à froid. La thèse sur le conflit « Nord-Sud », sur l’arabisation et l’islamisation forcée, n’est pas franchement novatrice dans la littérature. Il aurait été plus judicieux de la part de l’auteur de souligner les fortes tensions au sein de l’appareil d’État soudanais à plusieurs moments, notamment lors de la rébellion de 1955, réprimée dans le sang mais aussi jugée suffisamment inquiétante pour susciter une commission d’enquête dont le rapport est d’une franchise abrupte. De la même façon, le Nord est renvoyé uniment à ses multiples signifiants : l’armée et l’appareil d’État, qui ne se comportent pourtant pas de la même manière, la population civile exclue de toutes les décisions… Il n’y a donc pas, dans l’ouvrage, de véritable analyse des débats à Khartoum et des différences politiques, ramenées le plus souvent à des mouvements tactiques pour tromper l’adversaire et générer la confusion.

Le Sud dont on parle est aussi défini de façon bien nationaliste. Alors que les derniers chapitres du livre soulignent avec force détails les divisions au sein du mouvement armé, les grandes différences régionales et les tensions ethniques et confessionnelles au sein du christianisme sud-soudanais, l’auteur sait ramener le tout sous la houlette d’un Sud unifié contre l’oppression portée par le Nord.

Alors que l’auteur a fait un travail d’archives remarquable et qu’il est lui-même originaire d’une ville, Kajo-Kaji, qui a une histoire singulière dans la guerre des années 1960, il réduit le conflit à cette opposition entre deux régions, deux groupes « ethniques » et deux identités religieuses, sans jamais évoquer le comportement des combattants et leurs relations souvent difficiles alors avec la population. Notre collègue aujourd’hui décédée, Louise Pirouet, et le groupe de Makerere (des universitaires étrangers alors en poste à l’université de Makerere) avaient joué un rôle important pour la construction d’une administration civile dans cette zone, autant pour s’inscrire dans la mythologie des « zones libérées » que pour créer une interface entre les combattants et une population que ne reconnaissait plus ses propres enfants.

L’auteur aborde les questions ethniques, régionales et financières avec une franchise méritoire mais un peu impressionniste. Il décrit en particulier le rôle de l’Église catholique (mais omet de souligner les différences entre les prêtres basés à Khartoum et ceux installés au Sud-Soudan malgré de nombreux documents accessibles chez les Pères Comboniens), ainsi que le rôle joué à plusieurs moments par des soldats perdus qu’on ne jugerait guère fréquentables en Europe. Il détaille aussi avec une grande précision l’implication israélienne dans ce confit alors que les grandes puissances occidentales manquent à l’appel (à l’exception toute temporaire de la France). Il souligne enfin le rôle très ambivalent joué par l’Ouganda d’Obote et propose une analyse (bien idéologique) de son opposition au mouvement Anyanya.

Le chapitre 7 sur les aspects militaires de la rébellion mérite une lecture attentive car c’est un certain bilan (scissiparité systémique et absence de chaine de commandement, notamment) de l’aspect militaire du conflit entre 1955 à 1972 qui permet aux dirigeants du Mouvement populaire de libération du Soudan, en 1983, de justifier l’hyper-centralisation politique et militaire du mouvement autour de John Garang et, dans le même temps, l’élimination physique des dissidents de l’accord de paix signé en 1972, pour l’essentiel des Nuers et des indépendantistes.

Contrairement à la doxa, l’auteur décrit comment l’approvisionnement massif en armes grâce à Israël a permis la centralisation politique du mouvement autour de Joseph Lagu mais aussi comment dans le même temps, au niveau militaire, sa décentralisation a été accrue pour d’une certaine façon contenir les problèmes ethniques et les rivalités en renvoyant chacun chez soi, toujours dans le Sud, toujours opposé au Nord mais avec finalement un lien politique relativement ténu hormis sur le but de la guerre.

L’auteur a fait le choix de ne pas traiter de front la question des rapports entre Nilotiques (Nuer et Dinka) et Équatoriens (notamment Latuko et Madi qui jouent un rôle essentiel dans l’insurrection). En euphémisant les différences de recrutement et les approches, il n’aide guère à comprendre les différences entre le Southern Front, où les Nilotiques souvent migrants ou déplacés à Khartoum jouent un rôle essentiel et qui est instrumental dans la conception d’une solution négociée, et les chefs d’Anyanya, surtout Équatoriens et en très grande majorité non nilotiques, qui ont eu une vision plus hostile de Khartoum et une visée plus indépendantiste. C’est cette différence, autant que le jeu trouble de Jaafar Nimeyri, qui mine rapidement les accords mal négociés à Addis-Abeba en 1972.

La lecture d’un tel livre ne peut qu’inciter à une réflexion comparative avec la guerre des années 1980 et 1990. Il est dommage que l’auteur, tout à son sujet, n’ait pas osé formuler quelques pistes de réflexion sur ce point. Cette histoire-là aussi mérite aussi d’être réappropriée pour faire sens de la violence qui se déploie aujourd’hui dans un Sud-Soudan indépendant.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/2 (N° 134)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.