Neil Carrier, Gernot Klantschnig, Africa and the war on drugs, lu par Vincent Foucher

war-on-drugs1CARRIER (Neil) KLANTSCHNIG (Gernot), Africa and the war on drugs, Londres, Zed Books « African Arguments », 2012, 176 pages.

Il s’agit là de la première synthèse de ce genre sur ce sujet, ou plutôt sur ces sujets, puisqu’il y est question à la fois des drogues en Afrique et de la lutte contre les drogues. Carrier et Klantschnig soutiennent que la communauté internationale traite de la question exclusivement sous l’angle sécuritaire, celui du rôle du continent africain comme point de transit pour le commerce mondial de cocaïne et d’héroïne et pour la production locale de drogues de synthèse, attestée en Afrique du sud et au Nigeria. Ils entendent prendre le contre-pied d’une telle posture.

Un premier chapitre signale l’ancienneté et l’importance de la consommation et de la production de stupéfiants endogènes, kola et khat, mais aussi cannabis, attestées depuis des centaines d’années en Afrique australe et orientale. Les auteurs en notent la variété des usages (le cannabis est sou- vent considéré en Afrique comme une drogue de travailleurs, qui aide à l’effort physique), refusant leur réduction à la seule vignette de la consommation problématique et désocialisée. Quant à l’hypothèse d’une « épidémie » africaine de consommation de drogues, les statistiques du World Drug Report de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) sont d’une faible qualité, et produites sous forte contrainte de l’orthodoxie internationale qui veut absolument qu’il y ait un « problème ». Les auteurs admettent cependant que les usages africains, mais aussi les critiques envers ces usages, sont de plus en plus marqués par la globalisation.

Le deuxième chapitre traite de l’approche dominante (la « UN research », p. 50) et de ses affirmations sur le lien entre drogue, crime, corruption et sous-développement. Si l’usage de drogues, et en particulier des drogues dures et des solvants, mais aussi des drogues légales, alcool et tabac, pose de vrais problèmes de santé publique en Afrique, les drogues sont peut-être plus une chance qu’un problème pour le continent. Ainsi, la production de drogues végétales, comme le cannabis au Lesotho ou le khat en Éthiopie et maintenant, au Kenya, est une opportunité pour de vastes segments des paysanneries « ajustées ». Quant à la consommation, elle n’est pas toujours improductive : le khat, par exemple, est central dans l’entretien des réseaux sociaux. Au plan politique, la drogue ne crée pas la fragilité étatique et la corruption, elle s’en nourrit. Par ailleurs, elle ne se traduit pas en Afrique par de la narco- violence – c’est plutôt de la prohibition et de la guerre contre la drogue que viennent violences et dégâts politiques.

Le troisième chapitre traite du rôle de l’Afrique comme entrepôt. La circulation de cocaïne et d’héroïne sur le continent est plus ancienne qu’on ne le dit souvent – elle remonte au moins aux années 1970 – et c’est le durcissement de la lutte anti-drogue impulsé par les États-Unis qui a poussé les trafiquants à s’intéresser plus vivement à l’Afrique. Les modèles organisationnels du trafic sont très variés, de petits migrants freelancers jusqu’au trafic en gros, par bateau ou avion privé, organisé par des réseaux latino-américains. Les réseaux sont souples, ne sont pas cartellisés, et combinent des acteurs de toutes nationalités. Les auteurs questionnent la capacité des acteurs africains du trafic à entrer dans d’autres affaires criminelles : l’Afrique n’est pas productrice de cocaïne ou d’héroïne ; le transit de ces produits est une activité opportuniste, un mode de diversification économique ; et le blanchiment vers l’économie légale semble la priorité. Sur le marché global, l’Afrique n’occupe probablement pas une part si importante que cela, et elle est substituable. Quant aux estimations des organes internationaux de lutte contre les stupéfiants, elles varient tellement qu’elles ne disent pas grand-chose – Interpol parle de 300 tonnes de cocaïne transitant par an en Afrique de l’ouest, là où l’ONUDC parle de 40 tonnes.

Le quatrième chapitre traite de l’attitude des États africains, à partir de trois cas. En Guinée-Bissau, la complicité de certains éléments d’État semble avérée, mais il est impossible de réduire les problèmes politiques à la cocaïne, qui n’est qu’un outil dans des luttes locales. Au Lesotho, l’État n’a ni les moyens ni l’envie d’attaquer la production de cannabis des paysans indépendants, qui approvisionne l’Afrique du sud, marché proche et solvable. Au Nigeria, l’État a joué la carte de la répression, bénéficiant ainsi d’une coopération internationale importante. Les services anti-drogues ont un temps pris le contrôle du trafic. Ils jouent maintenant le jeu de la répression, mais celle-ci se fait à la fois brutale et superficielle, concentrée sur les consommateurs et les petits dealers, et elle empêche toute prise en charge des drogués à problèmes. Au final, plus que les faibles capacités des États africains, c’est la faiblesse de leur légitimité qui est problématique : la population ne peut adhérer aux discours anti-drogue qu’ils copient de leurs partenaires internationaux.

La conclusion formule des alternatives à l’enrôlement de l’Afrique dans la guerre globale contre la drogue. Les auteurs suggèrent que la répression ne doit pas primer, qu’il faut faire place à la prévention, au traitement et à la réduction des risques. Surtout, il faut faire émerger un débat africain sur le sujet, et ne pas accepter la doxa internationale, même si elle s’accompagne de gros budgets de coopération policière.

Carrier et Klantschnig s’attaquent à une tâche ardue : donner en 176 pages une image cohérente, à l’échelle d’un continent (sans le Maghreb, et toujours avec une particularité forte de l’Afrique du sud), et sur un ensemble varié de produits, alors que les données quantitatives, mais aussi qualitatives, sont peu nombreuses et d’une qualité discutable. Rien que pour cela, Africa and the War on Drugs est indispensable, même si l’on peut regretter une bibliographie exclusivement anglophone, et donc centrée sur l’Afrique anglophone (le classique Marge, sexe et drogues à Dakar de Jean-François Werner est absent), et que l’on sort du livre frustré de détails, impatient de monographies sur chacune des économies criminelles évoquées.

Écrit du point de vue hétérodoxe, antiprohibitionniste, qui commence à gagner en audience au moins hors d’Afrique, l’ouvrage remet en cause utilement une série de lieux communs. Il convainc ainsi dans sa description du caractère superficiel de la lutte contre les stupéfiants en Afrique, simulacre à destination des bailleurs de fonds, qui ne remet jamais en cause les organisateurs et le blanchiment, n’affecte pas l’approvisionnement des marchés internationaux et provoque des effets pervers considérables. L’hypothèse selon laquelle les États africains ne sont pas assez légitimes aux yeux de leurs sociétés pour prétendre priver celles-ci d’opportunités aussi appréciables est également utile : l’échec moral des États mais aussi les inégalités mondiales contribuent à rendre acceptable le trafic de stupéfiants dans bien des segments sociaux du continent, comme Emmanuel Akyeampong l’avait noté voici longtemps.

Mais dans la passion avec laquelle il remet en cause la doxa prohibitionniste, l’ouvrage semble par moments un peu trop véhément, un peu trop décidé à faire feu de tout bois et à faire fi des nuances. Ainsi, si la cible de l’ouvrage est bien la guerre contre les drogues, la discussion relative au khat et à la kola semble un détour inutile. Quant aux politiques de soin et de prévention, le continent africain est bien en train de s’y engager, et le débat sur la légalisation du cannabis a commencé au Rwanda. De même, si la notion de narco-État ou de narco-guérilla semble effectivement difficilement utilisable en Afrique, il n’est pas inutile de mentionner que le transit de cocaïne relève parfois de véritables stratégies d’État, comme en Guinée lorsque le régime Conté l’a utilisé pour financer sa guerre contre Charles Taylor, et qu’il existe bien des guérillas africaines financées en partie par les drogues, comme en Casamance où les combattants séparatistes protègent et participent à la cannabi-culture. Est-il au final vraiment si absurde de s’inquiéter que l’Afrique devienne une vraie zone de production et de consommation ?

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/1 (N° 133)


Vous aimerez aussi...