Stig Jarle Hansen, Al-Shabaab in Somalia. The history and ideology of a militant Islamist group, 2005-2012, lu par Roland Marchal

Shabaab_hansenHANSEN (Stig Jarle), Al-Shabaab in Somalia. The history and ideology of a militant Islamist group, 2005-2012, Londres, Hurst and Co Publishers Ltd, 2013, 208 pages

Le 11 septembre a promu un nouveau genre de littérature entre étude universitaire et expertise : toutes les six heures, serait publié un nouveau livre sur le terrorisme, si l’on en croit l’un des maîtres du genre, Adam Dolnik. La Somalie n’échappe pas à cette règle et l’on peut recenser de nouveaux ouvrages ou études écrites par des auteurs aussi définitifs dans leurs conclusions qu’ils ont souvent passé peu de temps au-delà de la zone internationale de l’aéroport de Mogadiscio.

Le livre de Stig Hansen mérite considération parce qu’il correspond, au contraire, à un travail de longue haleine, nourri par des visites de terrain. Son livre propose une histoire de l’un des groupes islamistes les plus radicaux qui aient émergé dans le cours de la guerre civile. L’auteur souligne combien ce groupe a su se réinventer face à des menaces existentielles et combien sa croissance, de quelques dizaines de membres à plus de 10 000 combattants, a bénéficié des politiques occidentales, même si – thèse centrale du livre – sa réussite tient d’abord dans la constance d’un noyau acquis aux idéaux djihadistes et à al-Qâ’idah.

De la montée en puissance des Tribunaux islamiques contre lesdits chefs de guerre de Mogadiscio, à la défaite de l’offensive de Ramadan de 2010 dans la capitale somalienne puis à l’effondrement des lignes de front, l’auteur nous propose une chronique surtout militaire mais qui sait, à l’occasion, enfoncer le coin dans les explications les plus faciles de la croissance de ce mouvement.

Sans ici rentrer dans une critique de détail, on peut émettre des réserves sur plusieurs points importants. D’abord l’auteur évidemment commence son histoire en 2003, puisque les premiers ferments du groupe sont alors apparents. Il aurait fallu dessiner un contexte plus complexe en mettant l’accent sur au moins deux dimensions importantes. En premier lieu, les effets d’une brutalisation de la société somalienne et d’un usage récurrent de la violence, qui invalident bien des réticences face à la coercition utilisée par le mouvement dans la construction de ses liens avec la société ordinaire. En second lieu, il aurait fallu revenir, bien plus qu’en quelques remarques, sur la trajectoire historique de l’Islamisme armé en Somalie. Cette histoire singulière explique pourquoi les meilleurs agents recruteurs d’al-Shabaab furent souvent des membres actifs d’autres groupes comme Ras Kambooni, al-I’tisaam, Hisbul Islaam. Celle-ci justifie aussi, contre le sens commun, le fait que la défaite stratégique du mouvement en 2010 est moins l’échec de son offensive militaire que le basculement des plus influents religieux salafistes contre lui.

Cette remarque permet de souligner un second manque du livre : malgré son titre, l’ouvrage ne propose qu’une analyse très simple de l’idéologie du mouvement (salafi-djihadiste) alors qu’il y aurait eu lieu d’interroger, au-delà des prises de position convenues des sites internet sympathisants, la réalité du pouvoir et son exercice en dehors des grandes villes. Cela aurait souligné l’importance du travail proprement religieux accompli par certains de ses cadres et éclairé les raisons qui poussent, jusqu’à aujourd’hui, des Somaliens à adhérer à un groupe qui mène une guerre qu’il ne peut gagner. Cette approche aurait également éclairé les tentatives de construction d’État, pas toujours mort-nées, et les liens qui se continuent avec les milieux d’affaires, notamment au Somaliland et au Puntland, bien au-delà des zones qui sont encore sous son contrôle.

L’auteur suit nombre de ses collègues américains en survalorisant le rôle d’Amniyyat, à la fois police secrète et forces spéciales du mouvement djihadiste. En reprenant à son compte la démarche intellectuelle des « experts en sécurité », il s’enferme dans une vision du mouvement qui se limite à ses défaites militaires, ses exploits terroristes et son embrigadement dans al-Qâ’idah. Les fondements sociaux sont finalement réduits aux acquêts et l’auteur, implicitement, se retrouve à accepter la politique d’éradication poursuivie par les principaux acteurs régionaux et occidentaux qu’il a pourtant toujours critiquée.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/1 (N° 133)


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.