“Politique africaine : ma plus belle aventure intellectuelle”, Christian Coulon, 17 novembre 2021

A l’occasion des 40 ans de Politique africaine, célébré à la Fondation Lucien Paye le 25 novembre 2021, Christian Coulon, co-fondateur de la revue, nous livre son témoignage sur ce qu’a été, pour lui, l’aventure polafienne.

« S’il est un besoin d’Afrique que je comprenne,

c’est le besoin de connaissance » (Alain Ricard)

Évidemment un quarantième anniversaire ça se fête, et je regrette bien entendu de ne pouvoir être des vôtres. Je le regrette d’autant plus que je ne suis pas certain de pouvoir assister au cinquantième anniversaire de notre chère revue, qui sera, j’en suis certain, encore plus grandiose que celui d’aujourd’hui. Comme le disais Victor Hugo : « Quarante ans, c’est la vieillesse de la jeunesse, mais cinquante ans c’est la jeunesse de la vieillesse ». Alors pensez-y !

Mais revenons à ce quarantième anniversaire.  Vous le fêterez, je n’en doute pas, allégrement, mais le cadeau est déjà là, c’est cet épais et lumineux volume L’Afrique des sciences sociales, qui se présente à la fois comme un bilan et comme un horizon des nouveaux engagements à prendre. Je l’ai lu avec ce plaisir immense d’un ancêtre   assez satisfait de  ce que nous avons accompli mais surtout fier de  constater que la dynamique des savoirs sur l’Afrique est  toujours à l’œuvre.  Car c’est bien cette dynamique des savoirs que nous avons engagée en créant Politique africaine.

Je ne vais pas ici vous raconter la période héroïque de nos jeunes années d’africanistes indociles, ni les défis qui étaient les nôtres à l’époque. Mes amis Jean Copans, Jean-François Bayart et Peter Geschiere l’ont fait avec le talent qu’on leur connaît dans ce dernier numéro de Politique africaine. Je souhaiterais simplement témoigner ici de ce que notre entreprise m’a apporté personnellement.

Ce fut pour moi une grande aventure intellectuelle. Je dis « aventure » car notre projet relevait d’un désir de découverte et d’innovation, mais était aussi périlleux, car nous n’étions que des «cadets »,  sans doute prometteurs mais sans grandes ressources et  encore dépendants, à maints égards,   des institutions établies. Cependant nous avons su, à notre façon pratiquer une sorte d’autogestion – terme à la mode à l’époque -, ce que dans mon langage occitan on pourrait appeler  une talvera (la tournière en français) . La talvera, c’est, dans le vocabulaire agricole indigène, le bout du champ qui est un espace de liberté, sur laquelle on peut cultiver autre chose que ce qui est cultivé dans l’espace central.  Métaphore d’un « faire autrement » possible.    Reste que nous étions, comme le dit Jean-François, des « chiens fous », qui ne pouvaient   mener à bien leur projet sans un minimum d’encadrement réaliste et de programmation.  Et heureusement nous avons trouvé avec Robert Ageneau, qui venait de fonder les éditions Karthala, l’homme providentiel   qui fut à même structurer  nos projets en gestation.  Grâce à lui les « chiens fous » furent dressés en chercheurs avant-gardistes, sans perdre leur fougue, mais en étant organisés dans un projet éditorial et managérial.

 Je dis « grande aventure », car j’ai bien conscience aujourd’hui que Politique africaine  a été pour moi ce chemin intellectuel qui m’a permis non seulement de voir l’Afrique « autrement », mais  aussi par ce « détour »  dont à si bien parlé Georges Balandier, d’élargir mon regard de chercheur sur les sociétés contemporaines. Car l’étude des sociétés africaines « donnent accès, écrivait-il, à  des faits de caractère général ».  Elles sont ce qu’il nommait un « gigantesque laboratoire politique ». Dans cette nouvelle perspective, nous n’étions plus de simples spécialistes d’aires culturelles spécifiques. En ce sens, l’Afrique devenait « banale » (mais j’avoue ne pas aimer ce terme alors, je dirais plutôt « comme les autres »), alors que bien souvent on nous cantonnait dans des études d’aires culturelles « particulières », « singulières » voire « exotiques » qui n’avaient pas grand-chose à apporter aux sciences sociales générales.  

Un autre apport essentiel de notre aventure qui m’a fortement marqué   dans ma socialisation scientifique fut notre volonté affirmée dès le départ de sortir des cloisonnements disciplinaires qui régissaient, et régissent encore, nos carrières professionnelles. Il faut dire que comme politistes avides d’un savoir élargi nous lisions beaucoup les anthropologues, comme le fait remarquer justement Jean-Pierre Olivier de Sardan. De ce point de vue, l’arrivée parmi nous de Jean Copans nous permit d’avancer dans cette direction. Mais bien vite nous rejoignirent un sociologue (Robert Buitenhjuis), un  géographe ( Alain Dubresson), un juriste-anthropologue, (Etienne  Le Roy), un économiste ((Etienne Le Bris), un spécialistes des littératures africaines  (Alain Ricard),  et bien d’autres par la suite. Nous sommes   ainsi parvenus à construire une fraternité interdisciplinaire faisant fi des rigidifications institutionnelles.  J’emploie le terme de « fraternité », car bien qu’il y ait eu entre nous des débats, des disputatios, des explications houleuses, et même parfois des heurts, nous avons su construire entre nous une convivialité active, une communauté sensible, un « être ensemble » qui animait nos réunions à Paris ou à Bordeaux. D’ailleurs ces réunions se terminaient toujours par un repas collectif, qui nourrissait cette « philia », cette « proxémie » qui nous unissait, un peu à la manière des symposiums des Anciens. J’avoue avoir la nostalgie de cette fraternité vivante et vivifiante qui a été fondatrice de ma conception de ce que devait être une communauté scientifique et qui m’a aidé à donner un élan nouveau au CEAN à Bordeaux. Et pour terminer sur ce point j’ai une pensée émue et reconnaissante envers ces frères, ces pionniers de Politique africaine qui nous ont quittés : Rob Buitenhuijs, Etienne Le Roy, Alain Ricard,  dont les écrits continuent à nous stimuler. Nous savons bien nous autres  que dans les cultures africaines les morts sont toujours vivants et qu’il convient non seulement de les  honorer mais aussi de  poursuivre ce qu’ils avaient accompli tout en faisant bouger les lignes en fonction des changements  contextuels et épistémologiques.

Enfin, c’est à Politique africaine que je dois cette priorité absolue au « terrain » qui fut dès le départ notre marque de fabrique. Certes, j’y étais préparé par mes lectures des anthropologues, par mes deux années passées à L’African Sudies Center de UCLA,  et je l’avais  pratiqué pour mes recherches de ma thèse de doctorat qui portait sur les relations entre le pouvoir politique et le pouvoir maraboutique au Sénégal.  Mais à l’époque, j’avais le sentiment d’être marginal, peu compris dans les cercles académiques. Cette sensibilité n’était pas très porteuse dans le monde de la science politique institutionnelle. Mon premier directeur de thèse avait même tenté de me dissuader de m’intéresser à ces pratiques de recherche – « je faisais l’anthropologue » me disait-il –  et m’avait recommandé de prendre un sujet plus classique si je voulais faire carrière… Heureusement j’ai persisté et changé de directeur de thèse… Heureusement, j’ai trouvé avec mes compagnons de Politique africaine matière à me confirmer dans cet engagement.  La rencontre avec Jean-François Bayart fut de ce point décisive.  Ses travaux, et notamment sa thèse sur l’Etat au Cameroun, ouvraient la voie à une attention portée aux dynamiques de  la société civile et à ce que l’on a appelé « les modes populaires d’action politique ». De là est né la fameuse « politique par le bas », qui ne fut jamais, soit dit en passant, une théorie, mais plutôt un regard sur la politique en dehors de ses aspects formels et institutionnels, en insistant sur ces espaces intermédiaires qui pouvaient faire preuve d’une certaine autonomie et, parfois,  prenaient la forme d’une « revanche » envers l’État,  dans leur organisation et leur imaginaire ; ce qui nous a conduit à revisiter le concept de société civile.  Cette perspective impliquait que l’on s’intéresse à ce que Denis-Constant Martin a appelé les « objets politiques non identifiés », comme la musique, les fêtes, les pratiques du corps, les pratiques religieuses, les modes vestimentaires, la parenté et même la cuisine…  Ce qui exigeait des modes de recherches au plus près de la vie ordinaire des  populations africaines.

Pour ma part, je retrouvai dans cette façon de comprendre les sociétés africaines, un peu de ce que m’avait appris mon cher Montaigne : c’est la vie simple et ordinaire qui est la meilleure source de la connaissance de soi et des autres. Ce qu’il appliquait à lui-même je l’ai transposé dans mes recherches sur les sociétés africaines.

Et si depuis quelques années, j’ai porté mon regard sur d’autres sociétés et d’autres thèmes de recherche et adopté un style d’écriture plus personnel et engagé, tout ce que m’a apporté Politique africaine  est bien présent dans ma boite à outil.  L’esprit polafien est toujours là et bien là. Comme quoi les études africaines peuvent aider à considérer « autrement » d’autres sociétés. Grâce à mes recherches sur l’Afrique j’ai mieux appréhender  des questions comme celle des identités  ou des pratiques populaires dans ma propre société.

Donc, encore une fois, bon anniversaire.  Merci à Politique africaine de   m’avoir permis d’aller de l’avant et de m’épanouir intellectuellement.  Continuez le chemin.  Tenez bon face à ces approches techniques et quantitatives qui sont à la mode dans certains cercles de la recherche en sciences sociales, ainsi que le pointent Vincent Bonnecase et Julien Brochet. Faites-en sorte que celles-ci restent humaines. Mobilisez-vous, indignez-vous, engagez-vous pour faire entendre une autre voix que celle qui prévaut dans les médias et qui ne voit l’Afrique que comme un continent pétri d’archaïsmes et les immigrés comme une menace à notre identité et à nos valeurs républicaines et laïques.   Et soyez sûr que vos ancêtres vous protègent et vous encouragent.

Christian Coulon

Le 17 novembre 2021



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2021, 1 décembre). “Politique africaine : ma plus belle aventure intellectuelle”, Christian Coulon, 17 novembre 2021. Politique africaine. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxz0

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search