Zachariah Mampilly, Rebel Rulers. Insurgent Governance and Civilian Life During War, lu par Yvan Guichaoua

rebel rules 3MAMPILLY (Zachariah), Rebel Rulers. Insurgent Governance and Civilian Life During War, Ithaca, Cornell University Press, 2011, 320 pages

Rebel Rulers s’inscrit dans le prolongement fertile de ce que l’on pourrait nommer le « tournant micro » de l’analyse des conflits civils violents, faisant suite aux théorisations rudimentaires et généralisantes exprimées dans les années 1990 dans les termes de l’alternative aporétique entre greed et grievances. Initié par des auteurs tels que Stathis Kalyvas, Elisabeth Wood ou Jeremy Weinstein, ce « tournant micro » délaisse les approches économétriques élaborées sur la base d’agrégats nationaux, jusqu’alors dominantes, et plonge dans l’observation des guerres civiles concrètes, de leurs acteurs individuels ou collectifs, de leur économie politique, de leur temporalité ou des répertoires violents qui y sont déployés. L’étude de cas est son outil méthodologique privilégié.

Dans ce cadre d’analyse renouvelé, il n’est pas question d’abandonner toute ambition théorique pour se livrer à la stricte chronique d’évènements contingents. À défaut de prédictions pseudo-scientifiques validées quantitativement, l’option analytique consiste à se replier sur la formulation d’un jeu restreint d’hypothèses relatives aux facteurs façonnant les réalités observées. Ainsi Jeremy Weinstein propose-t-il une explication des comportements des groupes armés irréguliers fondée sur leurs dotations économiques initiales, tandis que Stathis Kalyvas explique le type de violences perpétrées sur un territoire par la distribution de son contrôle par les parties belligérantes. Il s’agit bien finalement d’explorer les effets d’une série de « variables indépendantes » sur une « variable dépendante » et l’approche n’est pas sans risque. Si les hypothèses sont trop restrictives, cette approche peut devenir un carcan analytique ou gommer les interdépendances de variables explicatives artificiellement disjointes les unes des autres 1 . Se pose également la question du caractère potentiellement ad hoc du modèle : est-il construit pour simplement ordonner ex post la réalité des études de cas, ou les études de cas sont-elles conduites pour en éprouver la robustesse ?

Rebel Rulers échappe assez adroitement à ces différents écueils et parvient à rendre compte d’un large éventail de comportements de groupes armés irréguliers avec une relative parcimonie d’hypothèses. L’objet sur lequel se penche l’ouvrage est la « gouvernance rebelle », c’est-à-dire l’ordre politique, souvent temporaire et local, que sont capables de produire des autorités non étatiques dans les zones dont elles ont pris le contrôle par les armes. L’étude de la gouvernance rebelle concentre des enjeux théoriques majeurs mais aussi pratiques. Il s’agit au plan théorique d’identifier les déterminants de la transformation institutionnelle occasionnée par la guerre – sans nécessairement, insiste l’auteur avec conviction, en faire la prémisse de la construction étatique, sur un mode téléologique. Au plan empirique, il s’agit de connaître les circonstances dans lesquelles les populations non combattantes peuvent espérer bénéficier, de la part des nouvelles autorités, d’un accès à certains services de base : sécurité, justice, éducation ou santé. Ces enjeux sont rendus évidents par le choix d’études de cas que se donne Zachariah Mampilly : la zone du Sri Lanka sous gouvernement des Liberation Tigers of Tamil Eelam dans les années 1980 et 1990, celle de la République démocratique du Congo sous gouvernement du Rassemblement congolais pour la démocratie-Goma au début des années 2000 et le Soudan du Sud sous gouvernement du Sudan People’s Liberation Movement / Army dans les années 1980 et 1990. Trois zones sous contrôle rebelle, pour trois formes d’administration très différentes : proche du néant dans le cas de la RDC (avec usage intense de coercition), très poussée dans le cas du Sri Lanka (avec, malgré la guerre, une mise à disposition par l’État central de ressources redistribuées aux populations par les autorités rebelles), modérée dans le cas du Soudan du Sud (avec concours important d’ONG internationales dans la distribution de services aux populations).

Comment expliquer cette variabilité empirique ? En faisant coulisser sur leur axe respectif, répond Mampilly, trois séries de facteurs affectant l’ordre qui émerge éventuellement de la prise du pouvoir local par les armes : les facteurs venant « du bas », « du dedans » et « du dehors ». Les premiers comprennent les conditions initiales d’habituation à la présence étatique dans les zones passant sous contrôle rebelle. La gouvernance rebelle a de plus fortes chances de fonctionner là où l’administration existe déjà, par le biais notamment de logiques de cooptation des personnels administratifs en place. Les facteurs venant « du dedans » se réfèrent aux choix stratégiques, idéologiques ou à la cohésion interne des groupes armés. Un groupe sécessionniste ou solidement nationaliste déploie de plus grands efforts qu’un simple groupe d’opposition pour affirmer sa capacité d’autonomie administrative. Enfin, les facteurs venant « du dehors » incluent les influences sur la gouvernance locale de réseaux transnationaux, non pas tant diplomatiques (une omission assez curieuse de l’ouvrage) qu’économiques, humanitaires ou diasporiques. Le cas du Soudan du Sud est à ce titre le plus symptomatique : les organisations humanitaires internationales y ont été une source majeure d’administration et de distribution des ressources, dans le cadre d’un partenariat avec les autorités rebelles. Les travaux de Mampilly rejoignent à ce sujet la littérature sur la dimension éminemment politique des pratiques humanitaires et la fragmentation du pouvoir qui en résulte. Ils comportent par ailleurs une dimension normative utile en ébranlant les bases du tropisme fréquent de la « communauté internationale » impliquée dans le règlement des conflits à l’égard des États centraux, supposément dépositaires exclusifs de la légitimité.

Des trois ensembles de facteurs explicatifs explorés, celui qui évoque la nature de la pénétration étatique préexistante et les préférences des populations non combattantes souffre, plus que les autres, d’un cadre analytique peut-être déséquilibré : il englobe des variables sociologiques, constitutivement plus opaques aux yeux des acteurs que les variables des deux autres catégories, pouvant faire l’objet d’arbitrages stratégiques explicites. Si une taxonomie des relations État-société est bien envisageable a priori afin de cerner le substrat sur lequel un ordre politique nouveau est susceptible de se développer, il est malaisé d’en faire un élément prédictif simple des transformations institutionnelles induites par la guerre, laquelle rebat les cartes de l’économie politique installée selon des logiques fortement contingentes. Il manque peut-être à cet ouvrage une analyse plus fine, dans chaque cas étudié, de la dynamique fluide des alliances, collaborations, négociations ou résistances à l’œuvre lorsque l’autorité étatique est partiellement remplacée par une autre, permettant éventuellement la mise à jour de régimes de transition pertinents, au-delà d’une logique diachronique rigide2 .

Ces réflexions ne réduisent rien du caractère passionnant de l’entreprise intellectuelle de ce livre, qui cherche à conquérir un espace comparatif potentiellement fécond, à bonne distance de l’illusion scientiste de l’économétrie et des cartes « un pour un » des monographies pointillistes. Le sujet abordé est loin d’être épuisé et la boussole analytique que fournit Zachariah Mampilly offre un excellent cadre de référence pour de futurs travaux.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2014/1 (N° 133)

  1. Voir la critique de Weinstein par S. Tarrow, « Inside Insurgencies : Politics and Violence in an Age of Civil War ». Perspectives on Politics, vol. 5, n° 3, 2007, p. 587-600. []
  2. Voir T. Hagmann, et D. Péclard, « Negotiating Statehood : Dynamics of Power and Domination in Africa », Development and Change, vol. 41, n° 4, 2010, p. 539-562. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.