RDL Polaf n° 160 – LACHER (Wolfram). Libya’s Fragmentation: Structure and Process in Violent Conflict. Londres, I.B. Tauris, 2020, 304 pages

Par Judith Scheele, EHESS Marseille, Centre Norbert Elias

Dans un contexte où la plupart des études récentes sur la Libye reposent sur des données de seconde main, le livre de Wolfram Lacher apporte des renseignements et des analyses de grande valeur. L’ouvrage est basé sur 8 ans de recherches, 19 semaines de terrain et plus de 300 entretiens avec des protagonistes divers, ce qui donne à l’auteur une connaissance rare de la Libye contemporaine. L’approche adoptée, résolument empirique et avec une perspective comparatiste – à l’intérieur de la Libye –, fait ressortir la grande complexité des logiques et des pratiques à l’œuvre, et permet de sortir des catégorisations souvent hâtives de certaines régions comme « révolutionnaires », d’autres comme « loyalistes ». On a ainsi l’impression de comprendre, dans le détail, à quel point les choix des acteurs et la situation du pays n’étaient pas joués d’avance, qu’il y avait toujours d’autres possibilités, et que les catégories d’analyse, si facilement utilisées par les observateurs, externes comme internes (« communautés », « tribus », « groupes armés », « islamistes »), sont fragiles, formées et transformées par les conflits en cours.

Le livre est divisé en quatre chapitres, plus une introduction et une conclusion. L’introduction décrit les apports théoriques principaux du livre : la Libye présente un cas de fragmentation politique et sociale extrême que les approches et les outils habituels des sciences politiques ne sont pas à même de cerner, soit parce qu’ils sont trop « structuralistes » (c’est-à-dire qu’ils cherchent à comprendre un conflit à travers les formes sociales qui lui préexistaient), soit parce qu’ils sont trop « organisationnels » (ils visent à étudier les groupes armés comme des organisations indépendantes en faisant abstraction de leur inscription sociale). Lacher nous rappelle que seule une approche des conflits qui cherche à les appréhender comme des processus dynamiques qui créent leurs propres réalités sociales, et donc qui font et défont sans cesse les organisations ainsi que les structures sociales, peut éclairer les développements actuels en Libye. La fragmentation extrême n’y est pas le résultat inévitable d’un « tribalisme archaïque », mais liée à l’absence d’un pouvoir central et à l’inscription sociale des groupes armés qui fait que les combattants doivent composer avec les contraintes de leur milieu d’origine plutôt que de faire des choix purement stratégiques. Ce « localisme », encouragé sous Kadhafi et qui s’est cristallisé dans les premiers jours des révoltes de 2011, était déjà au cœur des premières publications de Lacher sur la Libye au début des années 2010, ce qui témoigne de la longue maturation de ce projet analytique.

Le premier chapitre retrace dans les grandes lignes l’actualité libyenne de 2011 à 2019. Les deuxième, troisième et quatrième chapitres décrivent chacun, avec plus de détails, quatre localités libyennes qui ont été affectées différemment par les événements : Misrata, Zentan et le Djebel Nefoussa, Beni Ulid et Tobrouk. Chaque chapitre traite des quatre exemples à des moments différents, allant du début de la révolution en 2011 (chapitre 2) à la conquête d’une bonne partie de la Libye par Khalifa Haftar en 2019 (chapitre 4, c’est un épisode qui a pris fin avec la défaite de Haftar à Tripoli en juin 2019, au moment où le livre était déjà sous presse) en passant par la guerre civile de 2014 et 2015 (chapitre 3).

Chaque chapitre élucide plus particulièrement un des points théoriques du livre. Le deuxième chapitre démontre l’importance du conflit pour la création des « communautés », et l’importance parfois démesurée des décisions de quelques acteurs (de prendre ou non les armes, de tirer sur les manifestants ou non, de faire défection tôt ou tard, avec ou sans armes, etc.) qui ont par la suite eu des répercussions inattendues. Il démontre que les « lieux forts » des deux camps (tel que Misrata et Beni Ulid) n’étaient nullement « prédestinés » à leur trajectoire (contre-)révolutionnaire, que ce soit du fait de leur structure politique interne ou de leur position à l’intérieur de la Libye de Kadhafi. Ce sont les combats eux-mêmes, et les urgences et les clivages créés par la violence du conflit, qui ont amené les gens à choisir leur camp et à agir ensemble, souvent au prix de l’exclusion d’une bonne partie des habitants de la localité, comme à Misrata où près de la moitié de la population de la ville a dû fuir en 2011 parce qu’accusée de tiédeur révolutionnaire. La révolution de 2011 n’était donc pas simplement une « vengeance » des « tribus marginalisées » ; au contraire, les régions qui étaient le plus impliquées dans le régime et dans les forces de sécurité de Kadhafi étaient aussi celles qui étaient à même de s’opposer militairement au régime, dans un contexte où (presque) tout le monde avait de bonnes raisons de vouloir se « venger » de Kadhafi – ou de le soutenir.

Le troisième chapitre s’attelle à critiquer la focalisation récente des études des guerres civiles sur les groupes armés, vu comme des organisations à part entière dont les stratégies seraient gouvernées par un compromis entre les choix rationnels des chefs et les pressions organisationnelles de leurs membres. En Libye, il n’y avait pas, ou peu, de groupes armés professionnalisés au point d’être coupés de leur contexte ; au contraire, la plupart des combattants ne devenaient combattants qu’occasionnellement, quand la situation le demandait. Il y a eu, certes, des intérêts matériels qui ont encouragé les gens à prendre les armes, mais l’argent n’a jamais pu motiver l’engagement massif lors de grands affrontements armés où chacun risquait sa vie et le savait. Du coup, il n’y avait pas de frontière nette entre « société civile » et « groupes armés ». Et cela d’autant que ces derniers suivaient souvent des logiques sociétales plus que militaires dans leurs choix stratégiques – ce qui ne les rendait pas plus « pacifistes », comme Lacher le montre bien, mais plutôt plus imprévisibles (en termes de stratégie militaire). Ils ne fonctionnaient de manière cohésive et cohérente qu’en contexte de violence et s’effritaient le plus souvent après, amenant une fragmentation toujours plus grande.

Le quatrième chapitre porte surtout sur les stratégies suivies, au cours de ces dernières années, par Khalifa Haftar pour surmonter cette fragmentation, d’abord dans l’Est du pays, puis ailleurs. Il montre que Haftar était loin d’être soutenu, comme il le prétendait, par « les tribus de l’Est », même s’il a fait un grand effort pour orchestrer des cérémonies tribales de soutien (comme l’avait fait, avant lui, Kadhafi). Plutôt, l’Est du pays, qui avait été épargné des conflits violents depuis le début des conflits en 201, à l’exception de la ville de Benghazi, n’avait pas pu former de communautés politiques cohésives, ce qui les rendait plus facile à coopter par Haftar, par la ruse, la force ou l’argent étranger.

La conclusion reprend les cinq points principaux qui émergent de ces cas d’études, en rappelant : un, l’importance qu’il y a à étudier les conflits par le bas, en adoptant une approche micro ; deux, que les conflits sont des processus qui modifient la réalité sociale dans laquelle ils se déroulent ; trois, que la fragmentation des groupes armés émane en premier lieu des tensions qu’ils doivent affronter entre des logiques politiques et sociales ; quatre, que les groupes armés ne sont pas des organisations à part, mais partie prenante des contextes sociaux au sein desquels ils évoluent ; cinq, que c’est la raison pour laquelle les guerres civiles prennent des trajectoires différentes. Lacher conclut son livre avec quelques recommandations pratiques, notamment, selon lui, la nécessité de rétablir une autorité centrale forte en Libye.

Si ces recommandations pratiques peuvent être questionnées, on ne peut qu’être d’accord avec les cinq conclusions plus théoriques qu’il tire de son analyse au point qu’elles peuvent paraître moins originales que le cas d’étude lui-même. D’où, peut-être, l’envie de voir ce travail – et son auteur – engager le dialogue non plus seulement avec la science politique, mais davantage avec d’autres disciplines des sciences humaines et sociales. Certains passages du livre gagneraient en effet à cela, notamment lorsqu’on a l’impression de lire une illustration contemporaine des logiques segmentaires telles qu’elles ont été décrites – puis critiquées, reformulées et de nouveau critiquées – par l’anthropologie politique au fil des décennies, ou encore lorsqu’il est question de cette catégorie de « tribu » qui est à la fois largement rejetée par l’auteur comme n’ayant aucune valeur explicative, mais néanmoins utilisée tout au long de l’ouvrage, soulignant que le manque de précision de ce terme est peut-être justement ce qui le rend si utile, politiquement.

Il en va de même pour ce qui est des éléments historiques, très peu mobilisés (mis à part un petit résumé de l’histoire du pays). On comprend le choix de l’auteur dans un contexte où l’imbroglio libyen a trop souvent été « expliqué » par une version rafistolée et très superficielle de l’histoire libyenne. Mais les lacunes de ces explications auraient pu appeler à une analyse plus poussée des histoires locales telles qu’elles sont évoquées par les acteurs eux-mêmes, avec le même souci du détail que pour la description des événements des années 2010. Non pas parce que l’histoire prédétermine les actions des uns et des autres, ou parce qu’elle serait un sujet plus valide que l’actualité, mais parce qu’elle fournit, sur le terrain, des catégories de justification et de mobilisation, ainsi que des formes d’analyse et de langage politique. Les violences inattendues de 2011 ont certainement été fondamentales dans la formation des groupes solidaires mais elles ne se sont pas déroulées dans un espace social vierge. S’il faut comprendre les conflits comme des processus, fixer le début de ce processus à 2011 est déjà un choix interprétatif. Ainsi, si Lacher dit à juste titre que pour « comprendre pourquoi la révolution libyenne s’est déclenchée, il fait comprendre comment elle s’est déclenchée » (p. 60), il n’en est pas moins impossible de séparer ces deux questions de manière durable.

Mais cela n’enlève rien aux grandes qualités de ce livre, à la richesse de ses descriptions et de ses données empiriques uniques, ni à la finesse de ses analyses. Il s’agit à n’en pas douter d’un ouvrage incontournable pour tou·te·s celles et ceux qui s’intéressent à la Libye et à l’Afrique du Nord, et aux conflits armés de manière plus générale.


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search