RDL Polaf n° 160 – OBADARE (Ebenezer). Pentecostal Republic: Religion and the Struggle for State Power in Nigeria. Londres, Zed Books, 2018, 232 pages

Par Xavier Moyet, Leeds University

La parution de ce livre consacré aux liens entre politique et religion au Nigeria de 1999 à 2015 est fort opportune : d’abord, en raison du « tournant » religieux des sciences sociales, ensuite, parce que le centre de gravité du christianisme se déplace vers le Sud et que le Nigeria constitue son épicentre en Afrique. Enfin, ce livre avance une réponse pour les observateurs du politique en Afrique qui souhaitent comprendre le sens politique du pentecôtisme. De ce triple point de vue, l’ouvrage en question est bienvenu. Son auteur, Ebenezer Obadare, est professeur de sociologie à l’université du Kansas (États-Unis). Cet essai conjugue heureusement expertise, car il est ancré sur une connaissance précise de son objet, et débat, dans la mesure où il prend position sur les problématiques qui travaillent ce champ en profondeur.

Dans l’introduction, l’auteur avance deux hypothèses complémentaires : d’une part, 1999 verrait le triomphe du christianisme sur son adversaire historique, l’islam, dans le cadre d’une compétition qui serait au cœur de l’identité nigériane, et le pentecôtisme serait une force œuvrant à la légitimation d’un contrôle politique par le Sud. D’autre part, le pentecôtisme s’affirme comme l’expression la plus courante du christianisme. Il affirme enfin que le pentecôtisme au Nigeria est d’essence réactionnaire, ou au moins conservatrice, dans la mesure où il ne remet pas en cause l’ordre socio-politique. Le premier chapitre du livre est consacré à l’étude de la République pentecôtiste en tant que démocratie enchantée. Il évoque les visions de personnalités publiques pour souligner le fait que la perception des affaires séculières est largement spirituelle. Il remarque aussi que, sur un plan historique, on assiste à un déplacement de la théologie pentecôtiste, depuis la sainteté personnelle vers la prospérité, et note toutefois la permanence d’une préoccupation pour les forces occultes. Par ailleurs, afin de mener son analyse, il propose le concept de classe théocratique, dont l’émergence est liée au « charisme » des pasteurs. Le chapitre 2 est consacré à la présidence du Général Obasanjo et détaille le rôle de ce dernier dans la « pentecôtisation » du pays. Il retrace son parcours personnel, évoque ses liens avec le pasteur Dr Enoch Adeboye, leader de la plus grande megachurch du pays, la Redeemed Christian Church of God (RCCG). Il évoque ensuite sa conversion au courant born again, son rapport avec l’identité Yoruba et ses relations avec de nombreux pasteurs médiatiques comme Chris Oyakhilome, Matthews Asimolowo ou David Oyedepo (p. 64). Le chapitre 3 est consacré à l’intermède du Président Yar’Adua, important pour comprendre la compétition entre l’islam et le christianisme pour le contrôle du pouvoir central. Il mentionne ainsi la visite en 2007, avant les élections, du futur président musulman au camp de la RCCG, avec son second d’alors, le futur président Goodluck Jonathan. Le chapitre 4 rappelle que le début de la présidence du même Jonathan voit l’arrestation en Afrique du Sud de six hommes en possession de 10 millions de dollars en liquide dans le jet privé du Pasteur Oritsejafor, président de la toute-puissante Association chrétienne du Nigeria (CAN, Christian Association of Nigeria). Le but caché de l’opération aurait été l’achat d’hélicoptères de combat devant servir dans la lutte contre l’insurrection islamiste de Boko Haram. Dans le chapitre 5, il se concentre sur les élections de 2015 et pointe aussi le fait qu’il existait un fort soutien du président sortant par la classe théocratique, avec par exemple Oyedepo qui prophétisait que les « portes de l’Enfer s’ouvriraient sur ses ennemis ». Néanmoins, il remarque que les consignes de vote n’ont pas suffi à barrer la route à un musulman, le Général Buhari, dont le second était tout de même un pasteur de la RCCG. Le chapitre 6 est consacré à la nature violente du pentecôtisme et évoque le Dr Daniel Olukoya de Montain of Fire and Ministries (MFM). Ce dernier élabore une théologie dans laquelle les forces diaboliques sont omniprésentes, et incite à des prières agressives, ponctuées de sommations aux allures d’oxymore : « Meurs ! Au nom de Jésus » (p. 147). La performance virulente de la prière serait en affinité avec la violence systémique qui s’exerce sur la société via l’État, mais la violence serait aussi le résultat d’une conception locale du pouvoir, liée à l’autorité et à la contrainte. En conclusion, il estime que le succès du pentecôtisme est réversible, notamment grâce à l’influence potentielle de l’islam charismatique imitant les caractéristiques victorieuses de ce courant. À ce sujet, on pense aux recherches de Marloes Jansen (SOAS, School of Oriental and African Studies) sur Nasfat (Nasrul-lahi-li Fathi Society of Nigeria), et plus largement à des chercheurs comme Brian Larkin, Birgit Meyer ou le regretté John Peel qui discutent de la dynamique chrétienne à l’aune de leurs interactions avec l’islam et ne cherchent pas tant à opposer ces deux religions qu’à les saisir ensemble.

Finalement, ce livre documenté et précis sur les relations entre pouvoir étatique et élite théocratique pentecôtiste sera très utile à ceux qui souhaitent connaître en détail la situation contemporaine du Nigeria. Au-delà de ses mérites factuels évidents, le livre propose également une lecture politique qui nous semble moins convaincante. Sa caractérisation du pentecôtisme en tant que force réactionnaire ne rend guère justice à la diversité de ce dernier. Il est difficile d’en faire une force monolithique œuvrant en faveur du conservatisme politique car il existe de nombreux contre-exemples, en matière sociale ou selon la perspective du genre. Toutefois, si l’on se livre à l’exercice périlleux de la généralisation, il est notoire que, sur des questions sociales liées à l’orientation sexuelle, les pasteurs pentecôtistes font preuve d’un grand conservatisme. Il est également difficile de nier leur quiétisme politique à la lumière des événements récents End SARS (End Special Anti-Robbery Squad), lors desquels le Pasteur Adeboye s’est contenté d’appeler le pays au jeûne et à la prière. Par ailleurs, on peut s’interroger sur la pertinence des catégories analytiques mobilisées par l’auteur, en particulier sur sa vision du caractère agonistique de l’islam et du christianisme, largement démentie par l’observation patiente du cas Yoruba, mais très ancrée dans la réalité du Nord ou de la Middle Belt. Est-il influencé par un paradigme identitaire du « choc des civilisations » ? En allant plus loin, la séparation même entre domaines politique et religieux n’est-elle pas problématique en soi et liée à une certaine « colonialité » ? Et le regard occidental n’est-il pas tenté de chercher les manifestations radicales de l’islamisme en raison de causes endogènes ? Quels sont les liens existants entre cette classe théocratique, inextricablement liée à l’oligarchie ploutocratique locale, et ses alliés néolibéraux au plan global ? Bien des questions que pose ce livre assurément riche et d’ailleurs qualifié par le Professeur Olupona de l’université d’Harvard de « meilleur travail récent sur la religion au Nigeria ».



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2021, 28 octobre). RDL Polaf n° 160 – OBADARE (Ebenezer). Pentecostal Republic: Religion and the Struggle for State Power in Nigeria. Londres, Zed Books, 2018, 232 pages. Politique africaine. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxym

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search