Hommage à notre grande amie Dominique Malaquais

Notre grande amie Dominique Malaquais nous a quittés ce dimanche.

Son blouson de cuir, ses cheveux qu’il avait fallu ras et ses bijoux surdimensionnés ne reflétaient que partiellement sa personnalité hors du commun.  Dominique ne passait jamais inaperçue et ne faisait rien complètement comme les autres.

Cette « franco-américaine ou américano-française ou on ne sait pas trop bien quoi » disait-elle, était historienne d’art de formation mais a été recrutée comme politiste au CNRS et détaché à l’Imaf. Elle a beaucoup enseigné aux Etats-Unis dans les prestigieuses universités de Columbia, Princeton ou Sarah Lawrence notamment, et vécu longtemps au Cameroun de 1992-2007, à Kinshasa en 2008 ou encore en Afrique du Sud, avant d’être recrutée en France. Elle a – officiellement – principalement travaillé sur les cultures urbaines, la violence politique et économique vu à travers l’art contemporain au temps du capitalocène mais en réalité l’éclectisme de ses objets de recherche reflétait l’étendue de ses curiosités intellectuelles et artistiques: de l’architecture au creuset artistique des villes, des dynamiques d’échanges culturels globalisé entre le continent africain et l’Asie aux feymen camerounais…

Elle a non seulement publié des ouvrages académiques mais aussi – qui le sait ? – des poèmes et des essais. Elle a monté des expositions (Dakar 66, Kinshasa Chronicles, Yif Menga…), imaginé des musées, dirigé des revues, participé à des collectifs et autres plateformes panafricaines. Elle débordait de talents multiples et d’activités prenantes qu’elle assumait sous son propre nom ou qu’elle cachait pudiquement sous des pseudonymes. Ce que l’on sait à coup sûr de Dominique c’est qu’elle est une femme de collaborations, de collectifs, au point qu’elle a transformé l’égohistoire de son HDR (Faire art pour faire politique. Pratiques collectives d’insoumission, EHESS, 2021), point d’orgue académique des conversations avec soi-même, en un dialogue avec ses complices intellectuels.

Dominique a été membre de notre rédaction de 2002 jusqu’en 2018. Elle y a apporté à la fois sa grande rigueur professionnelle et sa créativité singulière, sa connaissance intime et passionnée de Douala, de Kinshasa, de l’Afrique du Sud et le cosmopolitisme de ses amitiés artistiques. Politique africaine s’enorgueillit d’avoir compté, avec la revue Chimurenga, parmi ses revues de cœur.

Nous laissons aujourd’hui notre tristesse de côté, pour lui dire un immense merci pour la richesse infinie de sa production académique et artistique, pour sa passion à mettre la recherche et l’art des autres en valeur, pour son énergie à voir aboutir les projets parfois les plus inattendus, pour sa générosité à partager, toujours partager.

Pour lui dire, aussi, combien sa personnalité solaire, sa bonne humeur permanente et cette énergie folle, inextinguible, à repousser toutes les limites quelles qu’elles soient, nous inspirent et nous aident à dépasser notre peine.

À Bart, son mari, à Elisabeth, sa maman, et à ses amis les plus proches, nous adressons nos pensées de soutien et toute notre amitié.

 

Sa famille polafienne



Citer ce billet
Sandrine Perrot (2021, 18 octobre). Hommage à notre grande amie Dominique Malaquais. Politique africaine. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxyj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search