GALERIE PHOTOS: Hugo Bréant, Observer la mobilité sociale des émigré-es et de leur famille aux Comores

A travers cette galerie de photos, Hugo Bréant revient en images sur son son article « Les dynamiques générationnelles de la mobilité sociale en migration. Le cas des classes populaires aux Comores », Politique africaine, 2020/3 (n° 159), p. 105-124. Crédit photos: (c) Hugo Bréant

La question de la circulation monétaire en migration attire tous les regards. Elle est valorisée par les organisations internationales pour le potentiel de développement qu’elle représente1. Elle est encouragée par les entreprises chargées des transferts d’argent internationaux qui souhaitent la canaliser. Elle est de plus en plus réinventée par des start-ups qui souhaitent l’accélérer, en la dématérialisant au maximum. La sociologie des migrations s’est depuis très longtemps saisie de cette question, en montrant le rôle fort des immigré·es comme pourvoyeur·es de ressources financières dans leur pays d’origine, et les effets de ces envois sur les villages d’origine. Si ces réalités méritent d’être discutées et parfois nuancées2– tant elles ne se retrouvent pas dans toutes les expériences migratoires de la même manière –, la réalité est bien là : ces transferts d’argent sont numériquement très importants. Plusieurs économistes ont déjà démontré l’importance de ces flux monétaires3 entre les Comores et sa diaspora, et la diversité de leurs usages4.

Dans l’article « Les dynamiques générationnelles de la mobilité sociale en migration »5, j’analyse les changements que les mobilités internationales induisent dans le pays d’origine, et en particulier pour les migrant·es et leur famille dans les milieux populaires. Enquêter depuis le pays d’origine permet de prendre la pleine mesure des transformations du paysage local, mais aussi de mieux comprendre comment ces envois d’argent peuvent modifier les positions sociales des familles.

Ces investissements à distance peuvent se faire à l’échelle collective. Les associations d’émigré·es originaires d’une ville organisent régulièrement des soirées, des activités culturelles ou des cérémonies de mariage qui permettent à chacun·e de se cotiser et d’envoyer de l’argent vers les Comores, pour initier des travaux de voirie (photographie n°1), poursuivre des travaux dans les infrastructures scolaires et sanitaires (photographie n°2), bâtir ou engager la réfection d’une mosquée (photographies n°3 et 4), ou encore construire une place de marché (photographie n°5).

L’article évoque surtout les dépenses effectuées à titre individuel par un·e ou plusieurs émigré·es de la famille. Ces investissements sont avant tout mobiliers. Les émigré·es achètent par exemple des véhicules qui seront mis en circulation lors de leurs retours en vacances, ou peuvent éventuellement servir à un proche pour devenir chauffeur de taxi et ainsi obtenir un petit revenu complémentaire (photographies n°6 et 7).

C’est avant tout la perspective du Grand mariage (anda) qui concentre cette circulation monétaire6. Ce mariage qui marque une étape majeure dans l’accomplissement social individuel et collectif du couple7, nécessite notamment que soit construite la maison de la future mariée. Les investissements immobiliers sont donc centraux. Selon les cas, les émigré·es achètent des terrains, font construire une nouvelle maison ou plus souvent agrandissent la maison familiale. Les émigré·es aménagent ensuite ces maisons, comme le fait Toimaya S. dont le cas est évoqué dans l’article (photographies n°8, 9 et 10). Ce salon m’a été ouvert pour les besoins de la photographie, mais la pièce restait fermée à clé et inaccessible à la famille en attendant les dernières cérémonies du mariage.

La comparaison des maisons dans un village de l’ouest de la Grande Comore m’a permis d’objectiver les liens entre émigration, amélioration des conditions d’habitat et modifications de la position sociale locale des familles. Ainsi, dans les rues du village cohabitent à la fois les maisons en tôle des familles populaires dans lesquelles aucun·e membre n’a émigré (photographies n°11, 12 et 13) ;

les maisons en dur, constamment en travaux, qu’elles soient en cours de construction ou en train d’être surélevées et agrandies grâce aux envois des quelques émigré·es de la famille (photographies n°14, 15 et 16) ;

et les maisons achevées, construites par plusieurs émigré·es et bien souvent sur plusieurs générations, qui finissent par se confondre avec celles possédées par les familles des classes moyennes et supérieures (photographies n°17, 18 et 19). À mesure que le nombre d’émigré·es augmente dans les familles populaires – et cela est d’autant plus vrai quand la position socio-professionnelle acquise en France leur permet d’éviter des formes de déclassement social – et à mesure que l’ancienneté de la dispersion familiale s’accroit au fil des générations, les conditions matérielles d’existence s’améliorent sensiblement.

Ces envois ont donc tendance à diminuer la vulnérabilité économique des familles populaires aux Comores. Au-delà des conséquences matérielles de ces flux monétaires, désormais bien connues, l’article explore une autre dimension de ces envois : l’investissement dans la scolarité des cadet·tes, qui lui aussi s’affiche sur les murs des maisons (photographie n°20), et qui ouvre la voie à bien d’autres recompositions dans les familles et leurs mobilités.

Photo 20
  1. Hugo Bréant, « Démontrer le rôle positif des migrations internationales par les chiffres. Une analyse de la rhétorique institutionnelle du système des Nations unies », Mots, Les langages du Politique, n° 100, n° spécial sur Chiffres et nombres dans l’argumentation politique, 2012, p. 153-171. []
  2. Hugo Bréant, « Migrations et flux monétaires : quand ceux qui restent financent celui qui part », Autrepart, 2013/4-5 (N° 67-68), p. 31-52. []
  3. Imani Younoussa, Envois de fonds et pauvreté : le cas des Comores, Thèse de doctorat Sciences économiques Bordeaux 4, Sous la direction de Jean-Pierre Lachaud, 2011. []
  4. Abdou Katibou, « Migrations, transferts de fonds et impacts socio-économiques : le cas des îles Comores », Mondes en développement, 2015/4 (n° 172), p. 53-66. []
  5. Hugo Bréant, « Les dynamiques générationnelles de la mobilité sociale en migration. Le cas des classes populaires aux Comores », Politique africaine, 2020/3 (n° 159), p. 105-124. []
  6. Iain Walker, « Les aspects économiques du grand mariage de Ngazidja (Comores) », Autrepart, 2002/3 (n° 23), p. 157-171. []
  7. Sophie Blanchy, « Seul ou tous ensemble ? Dynamique des classes d’âge dans les cités de l’île de Ngazidja, Comores », L’Homme, 167-168, Passages à l’âge d’homme, 2003, p. 153-186. []

Vous aimerez aussi...