La création d’une revue: Robert Ageneau, Editions Karthala

 

Robert Ageneau est le fondateur de la maison d’édition Karthala, éditeur et copropriétaire de la revue Politique africaine.

Pour comprendre ce qu’a été la création de Politique africaine en 1980, il importe de rappeler ce qui en fut le contexte et les acteurs. Dans ce dernier quart du xxe siècle, nous étions à vingt ans du grand mouvement de décolonisation du continent africain. Un phénomène historique qui venait de décennies de débats, de luttes et d’évolution politiques intermédiaires.

J’ai moi-même vécu cette période, d’abord au sein d’une société missionnaire[1], puis après un retour à la vie laïque comme chrétien tiers-mondiste et l’un des fondateurs des éditions L’Harmattan en 1975. À l’époque, j’ai pu faire la connaissance d’Alioune Diop qui, avec son épouse Christiane, avait fondé après la Seconde Guerre la maison d’édition Présence africaine et la revue du même nom, rendant enfin possible la publication de nombreux auteurs africains et antillais. Alioune Diop m’avait alors mis en contact avec la Société africaine de culture qui organisait des colloques en Afrique. Vers 1978, j’avais aussi invité François Maspero à déjeuner un midi à L’Harmattan. Cet éditeur, qui avait derrière lui un riche catalogue sur les luttes anticoloniales et les expériences de libération, avait accepté de partager un repas avec une jeune équipe qui se lançait dans le métier. C’est l’occasion de dire combien ces deux hommes, Alioune Diop et François Maspero, ont été pour moi des modèles et une source d’inspiration.

Naissance d’une revue

Comment Politique africaine fut-elle amenée à voir le jour en 1980 ? Sur fond des vingt ans d’indépendance, il était possible en Afrique comme en Europe de faire des premiers bilans, tant économiques que politiques, et de mesurer le chemin parcouru par rapport aux espérances soulevées. C’est dans ce moment historique qu’en France une nouvelle génération de chercheurs dans la trentaine ou le début de la quarantaine émerge et prend la parole et la plume. En 1979, Jean-François Bayart avait publié son livre sur l’État au Cameroun[2] et Christian Coulon sur l’islam au Sénégal[3]. Comme directeur de collection chez François Maspero, Jean Copans, lui, accompagnait et dirigeait la publication d’ouvrages dont en particulier les deux volumes sur les famines qui touchèrent sévèrement les pays du Sahel dans la décennie 1970[4].

L’étincelle qui donna le coup de départ à la création de Politique africaine fut une rencontre au début de l’année 1980 entre Jean-François Bayart et moi-même. Lui venait de démissionner, pour désaccord, de la rédaction en chef du Mois en Afrique, Revue d’études politiques africaines, dirigée alors par Michel Lambinet. Moi-même, j’avais quitté L’Harmattan en février 1980 et je travaillais avec de jeunes collègues à lancer les éditions Karthala. Jean-François portait l’idée d’une revue qui sortirait des sentiers battus de la littérature africaniste et ouvrirait un nouvel espace d’écriture sur les enjeux politiques du continent. Le projet d’une telle revue m’est immédiatement apparu comme une chance et un atout pour une maison d’édition comme Karthala qui allait devoir faire ses preuves. L’affaire fut scellée rapidement et Jean-François se mit au travail pour réunir une équipe élargie et formuler les objectifs de la revue.

La grande partie de l’année 1980 fut consacrée au lancement des deux structures. La SARL Karthala démarra en mai 1980, avec la publication de son premier ouvrage, Le Bal des Caïmans, un roman du Camerounais Yodi Karone sur la corruption dans un pays imaginaire. Des réunions échelonnées eurent lieu dans les mois suivants pour cla­rifier et construire les relations entre ce qui allait devenir l’Association des chercheurs de Politique africaine (acpa) et les éditions Karthala. Je me souviens en particulier d’une journée d’études qui eut lieu en juillet-août dans les locaux de Karthala, boulevard Arago à Paris. À l’heure de midi se posa la question du déjeuner. Dans le quartier, peu de restau­rants à cette époque étaient ouverts le dimanche. L’idée fut acceptée d’aller à celui du Palais du Peuple, de l’Armée du Salut, dans la rue toute proche des Cordelières. C‘est ainsi que des marxistes, des agnos­tiques et des chrétiens partagèrent ce jour-là un repas arrosé d’une bière peu alcoolisée. Les commencements connaissent souvent ce genre de bonheur simple.

Dès le départ, Politique africaine fut adossée à trois centres d’études. Le premier fut le Centre d’études et de relations internationales (ceri), dont Jean-François Bayart était un des chercheurs et situé à l’époque rue de Chevreuse, dans le 6e arrondissement de Paris. Le deuxième était le Centre de recherches et d’études sur les pays d’Afrique orientale (crépao), rattaché à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, avec François Constantin qui deviendra le premier directeur de la publication. Le troisième était le Centre d’études d’Afrique noire (CEAN), basé à Bordeaux, dont la mention n’apparaîtra en page de couverture qu’à partir du n° 12 de la revue, en décembre 1983, et dont Christian Coulon deviendra le directeur.

Pour mémoire, voici la composition du conseil de rédaction, qui avec François Constantin comme président et Jean-François Bayart comme rédacteur en chef, constituait l’équipe de départ de la revue et les premiers membres de l’Association des chercheurs de Politique afri­caine. Cette liste fait apparaître une bonne diversité de chercheurs venant d’autres institutions que les trois citées ci-dessus :

Daniel Bach (chercheur au CNRS), J.-L. Balans (maître-assistant à l’Institut d’études politiques de Bordeaux), J.-C. Barbier (chercheur à l’orstom), R. Buijtenhuijs (chercheur à l’Afrika Studie Centrum de Leiden), G. Challand (écrivain), F. Constantin (directeur du Centre de recherche sur les pays de l’Afrique orientale), J. Copans (maître-assistant à l’École des hautes études en sciences sociales), C. Coulon (chercheur au CNRS), C. Desouches (assistante à l’Université de Paris I), Y.-A. Fauré (assistant à l’Institut d’études politiques de Bordeaux), Z. Laïdi (chercheur associé au Centre des hautes études sur l’Afrique et l’Asie modernes), É. LeRoy (chercheur au CNRS), D. Martin (chercheur à la Fondation nationale des sciences politiques), J.-F. Médard (professeur à l’Institut d’études politiques de Bordeaux), G. Nicolas (professeur à l’Institut national des langues et civilisations orientales), A. Ricard (chercheur au CNRS), M.-C. Smouts (chercheure au CNRS).

Plusieurs d’entre eux sont aujourd’hui décédés[5], et c’est avec beaucoup d’émotion que je pense à eux tant chacune de ces personnalités était riche, complexe et attachante.

Quatre marqueurs d’une originalité éditoriale 

Je voudrais indiquer ici ce qui pour moi marqua l’origi­nalité et la nouveauté de la démarche de Politique africaine, tel que cela m’apparaît être toujours le cas aujourd’hui. Je me permettrai pour rappeler celles-ci d’user de quelques citations éclairantes.

Le premier marqueur de la revue, c’est le fameux axiome du politique par le bas. Au début des années 1980, la théorie du centre et de la périphérie occupait encore une place importante dans les débats. Samir Amin en était l’un des grands vulgarisateurs. À la différence de cette théorie économico-politique, la démarche de Politique africaine faisait le choix de placer au centre de son attention la consis­tance et l’autonomie des sociétés africaines, comme sujets de leur histoire. La parution des premiers numéros ouvrira d’ailleurs des débats et des contro­verses. L’avant-propos du numéro 1 de la revue explicitait bien cet objectif et la méthode :

« Il y a, en Afrique noire, une vie politique pleine et authentique. Une fois reconnu ce fait (mais tout le monde ne l’admet pas…), rien n’est vraiment résolu. Le sens commun occidental et, façonné par lui, l’appareil conceptuel de la science politique restent déroutés par vingt ans d’indépendance (parfois plus, parfois moins, parfois pas encore…). De même, n’avait jamais été réellement comprise la complexité des dynamiques sociales sous-jacentes à l’oppression coloniale, et consti­tutives de celle-ci… […]

Quel est le point de rencontre, quelle est la ligne de cohérence entre la condition quotidienne des “sans importance”, et la “société politique” que dirigent les gouvernants et que les politicologues étudient ? Il est bien certain que les sciences sociales (et ce n’est pas particulier aux études consacrées à l’Afrique) ne sont pas encore par­venues à rendre compte de cette articulation du particulier au général, alors même qu’elle constitue leur objet. Le politique a toujours été saisi “par le haut”, et on ne sait pas trop en quoi il consiste, “vu du bas”. Il est cependant de plus en plus clair que les sociétés politiques africaines, aussi contrôlées soient-elles, sont également produites par l’action des groupes sociaux dominés. »

En 1992, Jean-François Bayart, Achille Mbembe et Comi Toulabor reviendront sur cette ambition dans leur ouvrage commun sur Le Politique par le bas en Afrique noire, publié aux éditions Karthala et qui deviendra un classique de la discipline.

« Dès le tout début des années 1980, les auteurs posaient le pro­blème du politique par le bas en Afrique. Ils soulignaient le rôle des “petits”, des “sans importance”, des “en bas du bas”, dans l’invention de formes originales de l’État, alors même que prévalaient au sud du Sahara des situations autoritaires. Mais ils s’interdisaient aussi de postuler l’existence d’une “culture populaire”, en reprenant à leur compte les critiques formulées à l’encontre de cette notion. Ils pro­posaient pour leur part une problématique de l’énonciation du politique, seule à même de restituer l’historicité du politique dans sa complexité et son ambivalence. Leurs analyses ont marqué le renouvellement des études africaines et ont reçu une large audience bien au-delà de ces dernières[6] ».

Le deuxième élément marquant selon moi du projet rédactionnel de Politique africaine est la place importante accordée aux documents sur la vie des États, qui seront régulièrement publiés dans les pages de la revue dès ses premiers numéros. Jean-François Bayart écrit à ce sujet :

« La nécessité de publier, aussi souvent que possible, des documents retenus pour leur intérêt politique ou sociologique, ou encore pour leur qualité littéraire, s’est vite imposée à l’équipe rédactionnelle de Politique africaine. Il s’agit, dans notre esprit, de donner à entendre la voix des acteurs sociaux, de telle manière qu’elle s’inscrive en contrepoint des analyses dites scientifiques ; de faire en sorte que le discours de l’observateur, étranger le plus souvent aux sociétés prises en considération, ne se substitue par toujours, ou pas complètement, à la parole des sujets politiques ; d’inciter le lecteur à poursuivre une réflexion critique sur cette distance entre ce qui est dit en Afrique et ce qui est dit de l’Afrique. »

Sans qu’il soit un numéro-documents, il est opportun à ce propos de citer le n° 5 de la revue (mars 1982), intitulé « La France et l’Afrique », un numéro très remarqué sorti quelques mois après l’élection de François Mitterrand à la présidence de la République française[7]. Le numéro rappelle les espoirs de ceux qui attendaient un changement des relations entre la France et les pays africains au sud du Sahara. Comme ce cri d’un réfugié politique africain que Daniel Bach et Marie-Claude Smouts placent en entrée de leur avant-propos :

« La rose déposée par Mitterrand lors de la visite au Panthéon, le jour de son investiture, sur la tombe de Victor Schœlcher, est notre rose, la rose de l’Afrique d’abord et de la France ensuite. »

Suivront ensuite des textes sur le régime de Bokassa en Centrafrique, les jeunes et les aînés en Côte d’Ivoire, la longue lettre au président Mobutu par un groupe de parlementaires zaïrois… Aujourd’hui on s’aperçoit combien Politique africaine constitue, avec ces documents, une mine d’informations pour les historiens.

Le troisième élément que je retiendrais des numéros de la revue est l’intérêt porté à la question « religieuse », même si ce dernier terme est parti­culièrement ambigu.

Il faut commencer par parler du n° 4 qui clôt l’année 1981 avec un remarquable dossier sur « La question islamique en Afrique noire », dirigé par Christian Coulon et François Constantin[8]. Dans le numéro 8 (décembre 1982), Jean-François Bayart fera de son côté un long entretien avec Jean-Marc Ela à propos du livre collectif écrit avec René Luneau, intitulé Le Temps des héritiers (Karthala, 1981). Vingt-cinq ans après la publication de l’ouvrage célèbre Des prêtres noirs s’inter­rogent, publié en 1956 par Présence africaine[9], et neuf ans après un retentissant article de Fabien Eboussi Boulaga, « La dé-mission », sur le devoir de planifier le départ des missionnaires[10], l’ouvrage d’Ela et Luneau pose la question de l’héritage catholique et protestant laissé par les missionnaires aux Africains. Comment repenser cet héritage au début des années 1980, alors que l’Église catholique romaine commence à se recentrer sur des positions conservatrices sous l’impulsion du nouveau pape polonais, Jean-Paul II ? Dans ce même numéro apparaît comme un clin d’œil, Fabien Eboussi Boulaga, ex-jésuite et l’un des grands intellectuels des indépen­dances[11], qui écrit une note de lecture conséquente sur le dernier livre d’Alfred Grosser, Le Sel de la terre. Pour l’engagement moral (Le Seuil, 1981).

Je terminerai d’un mot sur ce qui me semble constituer une quatrième et dernière marque originale de la revue, à savoir l’attention portée au continent dans son ensemble, à une Afrique qui va du Nord au Sud. Ainsi Politique africaine a publié des dossiers spécifiques consacrés à l’Égypte, l’Algérie, le Maroc, la Tunisie ou encore la Libye, ne se contentant pas d’un regard tranchant l’Afrique en deux, de part et d’autre du Sahara.

Une alliance féconde

De l’aventure Politique africaine, Karthala, qui en assure la fabrication finale, la gestion des abonnements et la vente au numéro, a beaucoup reçu. Pour une partie importante de son catalogue, l’Association des chercheurs de Politique africaine a été un véritable intellectuel organique. De son côté, la revue a été une pépinière d’auteurs pour Karthala. La grande partie de ses membres y ont publié tout ou partie de leurs ouvrages, comme Marie-Claude Smouts, Daniel Bach, Zaki Laïdi, Alain Dubresson, René Otayek, Dominique Darbon, Michel Cahen, Christine Messiant, une brillante chercheure préma­turément décédée… Parmi eux, Jean-François Bayart, Jean Copans et Georges Courade ont longtemps dirigé ou dirigent encore des collections. D’autres chercheurs comme Jean-Pierre Chrétien, Françoise Raison et Henry Tourneux, proches de la revue et ses collaborateurs saisonniers, ont marqué considérablement le catalogue. Pour la rédaction de la revue, Jean-Pierre Chrétien, avant de devenir membre de l’acpa, jouera à la fin des années 1980 un rôle de lanceur d’alerte sur ce qui allait devenir en 1994 le drame du génocide rwandais.

L’alliance entre la revue Politique africaine et les éditions Karthala a représenté également une expérience originale de partenariat public/privé. Dans cette expérience qui fonctionne depuis quarante ans, deux cultures se sont rencontrées. D’un côté, la culture du privé qui repose sur une structure d’entreprise financée par des actionnaires et une rentabilité commerciale, où les règles du marché sont essentielles et où les fins de mois et les échéances sont souvent difficiles. De l’autre, les chercheurs de Politique africaine appartenant à des centres d’études et de recherche financés par l’État. Cette expérience a connu des changements de contexte, comme la dévaluation du Franc CFA en janvier 1994, la fusion du ministère de la Coopération avec celui des Affaires étrangères le 1er janvier 1999 et l’arrêt du soutien financier du CNRS aux périodiques à la même époque.

En guise de conclusion

J’arrêterai cette évocation de la création de Politique africaine aux dernières années du xxe siècle, mais je m’en voudrais de ne pas saluer les vingt années qui ont suivi. Des années où la rédaction de la revue, parvenue à l’âge de la maturité, a dû affronter une période bien différente de celle des années 1980. Je salue, sans tous les citer, des hommes et des femmes comme Richard Banégas, Roland Marchal, Didier Péclard, Laurent Fourchard, Sandrine Perrot, Séverine Awenengo Dalberto, Vincent Foucher, Tarik Dahou, Christine Deslaurier, Marie-Emmanuelle Pommerolle, David Ambrosetti…

Le directeur des éditions Karthala depuis 2013, Xavier Audrain, auteur d’une thèse sur la confrérie mouride au Sénégal, s’est formé lui-même pour une part importante à l’école de Politique africaine, où il a publié ses premiers articles académiques[12].

Je ne peux que souhaiter bon vent à la revue Politique africaine d’aujourd’hui, à ceux qui la font, la dirigent et l’animent.

[1]. La Congrégation du Saint-Esprit, dont les membres s’appellent les spiritains.

[2]. Bayart, Jean-François, L’État au Cameroun. Paris, Presses de Sciences Po, 1985.

[3]. Coulon, Christian, Le Marabout et le prince (Islam et pouvoir au Sénégal), Paris, Pédone, Bordeaux, Institut d’études politiques de Bordeaux, Centre d’études d’Afrique noire (série Afrique noire n° 11), 1981.

[4]. Copans, Jean (dir.), Sécheresses et famines au Sahel. Tome I : Écologie / dénutrition / assistance et Tome II : Paysans et nomades, Paris, Maspero, 1975.

[5]. Ce sont Robert Buijtenhuijs (†2004), Jean-François Médard († 2005), Alain Ricard († 2016) et Étienne Le Roy († 2020).

[6]. Bayart, Jean-François, Mbembe, Achille et Toulabor, Comi, Le Politique par le bas en Afrique noire. Contributions à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala, 1re édition 1992 ; seconde édition augmentée 2008.

[7]. Ce numéro est épuisé, mais on peut le trouver en ligne sur le site de la revue, www.polaf.hypotheses.org.

[8]. Ce numéro, également épuisé, est aussi consultable sur le site de Politique africaine. Christian Coulon publiera plus tard chez Karthala un ouvrage essentiel sur le sujet, Les Musulmans et le pouvoir en Afrique noire, Paris, Karthala, coll. « Les Afriques », 1983.

[9]. Cet ouvrage a été réédité par les éditions Karthala : Santedi Kinkupu, Léonard, Bissainthe, Gérard et Hebga, Meinrad (présenté par), Des prêtres noirs s’interrogent. Cinquante ans après…, Paris, Karthala, coll. « Mémoire d’Églises », 2007.

[10]. Eboussi Boulaga, Fabien, « La dé-mission », Spiritus. Expérience et recherche missionnaire, n° 56, mai-août 1974, p. 276-287.

[11]. Eboussi avait écrit à la fin des années 1970 deux ouvrages qui restent toujours de référence : La Crise du Muntu. Authenticité africaine et philosophie, Paris, Présence africaine, 1977 et Christianisme sans fétiche. Révélation et domination, Paris, Présence africaine, 1981. Lire aussi l’ouvrage publié en son hommage : Kom, Ambroise (dir.), Fabien Eboussi Boulaga, la philosophie du Muntu, Paris, Karthala, 2009.

[12]. Je remercie Xavier Audrain pour les corrections et les remarques qu’il a apportées à ces pages.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sandrine Perrot (15 juin 2021). La création d’une revue: Robert Ageneau, Editions Karthala. Politique africaine. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/sxy0


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search