Paroles de rédac-chef : David Ambrosetti

Je m’intéressais, dans mon travail de thèse en science politique (menée au CEAN à Sciences Po Bordeaux), aux relations politiques interétatiques vues depuis le travail des organisations multilatérales en matière de paix et sécurité sur le continent africain. Mes terrains se déroulaient au sein de la diplomatie française à Paris et au siège de l’Onu à New York, puis dans des villes africaines accueillant les QG des opérations de l’Onu (Freetown, Khartoum) et à Addis-Abeba pour le siège de l’Union africaine alors en charge de l’opération au Darfour.
En 2008, quelques mois après mon recrutement au CNRS (ISP-Université de Nanterre), mes collègues du CEAN Christine Deslaurier et Vincent Foucher, alors rédac’chef de PolAf, m’ont invité à participer aux AG de l’ACPA. Avec l’accord de Richard Banégas, alors président de l’ACPA, ils m’ont infligé le bizutage suivant : la comptabilité de l’association… Parfait pour se faire des copains (« non, je vous ai dit cent fois qu’il manquait 30 euros à votre cotisation… hein ? régler cela en duel ? mais vous êtes malade ? »)… Et puis, comme les membres de l’asso n’en pouvaient plus que je les harcèle pour l’argent, j’ai eu une promotion : les deux nouveaux rédac’chef, Marie-Emmanuelle Pommerolle et Laurent Fourchard, m’ont proposé de rejoindre le comité de rédaction.
A cette période, mon objectif scientifique était de creuser davantage les logiques des États africains dans ces sujets de paix et sécurité sur le continent. Grâce à Marie et Laurent, le comité de rédaction de PolAf m’a offert un nouvel espace de socialisation scientifique africaniste. En son sein, nous avons monté un dossier spécial qui devait être publié au moment de l’accession à l’indépendance du Soudan du Sud, juillet 2011, dédié à ce dernier-né des États souverains sur le continent. Le timing était donc strict (sauf à tenter de convaincre Salva Kiir de reporter le jour J de quelques jours en cas de retard de notre publication…). Le dossier fut l’occasion de découvrir des travaux de terrain sur le Soudan que je ne connaissais pas. J’ai également découvert que le caractère grincheux qu’on prêtait parfois à Roland Marchal était un mythe, puisque j’avais dû lui envoyer quelques dizaines de mails pour lui demander des nouvelles de l’article qu’il nous avait promis pour ce dossier (combien d’autres articles avait-il alors simultanément sur le feu ? 12, peut-être ?), et à ma grande surprise je n’ai pas reçu un seul message assassin de sa part. Nous avons reçu et publié un bel article de Roland.
Au même moment, lors d’une réunion festive à la conférence européenne d’études africaines d’Uppsala, juin 2011, mon collègue du comité de rédaction, Didier Péclard, me proposait que nous succédions, lui et moi, à Marie et Laurent, qui allaient laisser la main. J’ai accepté. On m’a pourtant mis en garde : « tu auras beaucoup de boulot ». Et en effet, ce fut un coup de massue. Pour ne rien gâcher, je découvrais combien le travail quotidien reposait sur des fonctionnements entièrement artisanaux, avec tous les aléas imaginables. En deux ans, nous avons opéré avec l’équipe de rédaction quelques changements, avons par exemple conçu collectivement une nouvelle maquette pour la revue (Didier a joué un rôle moteur, ici), et avons finalement mis en musique les énergies et les savoirs nécessaires à la publication de cinq beaux numéros de la revue. Ce « bagne » de luxe, où le travail intense produisait des satisfactions intenses, aurait dû durer davantage, toutefois, en ce qui me concerne. Venue d’Addis-Abeba, une opportunité professionnelle inattendue s’est présentée, et je l’ai saisie, ce qui a écourté mon expérience de rédac’chef de PolAf. »


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search