Paroles de rédac-chef : Christine Deslaurier

A l’occasion des 40 ans de Politique africaine, chaque semaine des rédacteurs/rédactrices en chef témoignent : ils/elles reviennent sur leur relation à la revue et sur son influence dans leur trajectoire de chercheur.

Je ne me souviens plus des détails de mon arrivée à la tête de Politique africaine, sinon que tout a été vite et que c’était inattendu. En 2003, nous étions avec Vincent Foucher deux jeunes chercheurs au Centre d’études d’Afrique noire à Bordeaux (aujourd’hui LAM, Les Afriques dans le monde), lui fraîchement recruté au CNRS en science politique, moi historienne en post-doctorat, recrutée l’année suivante à l’IRD. Nous avons monté dès notre rencontre un programme ACI sur les Conflits armés en Afrique subsaharienne, pour lequel nous avons travaillé des années sans compter nos jours ni nos nuits. Aussi, quand Vincent m’a proposé d’être à ses côtés pour reprendre la rédaction en chef de Politique africaine que Roland Marchal quittait en 2006, ma réponse, interloquée tout de même, a relevé de l’évidence (mêlée d’une bonne dose d’inconscience) : nous nous entendions bien et conjuguions sans effort nos différences, nous doutions de nous mais avions en commun un bureau, beaucoup d’enthousiasme, quelques principes et une belle amitié naissante. Et puis que diable, c’était Politique africaine ! Une revue que je lisais depuis longtemps et plaçais sur le piédestal des études africaines, qui « donnait envie » de bas en haut et jusqu’au vertige… car après l’insolite n° 100 de la fin 2005, la barre était haut placée.

J’étais rédactrice en chef « adjointe » dans l’ours, en réalité partenaire des petits bonheurs comme des gros étourdissements de la revue. C’est moins Vincent, qui m’a toujours vue comme son alter ego, que certains collègues qui m’ont fait sentir les subtilités sémantiques du mot « adjointe », en l’espèce très proche de « secrétaire » à tout faire (tous les binômes ont par la suite été constitués de deux rédacteurs ou -trices « en chef » ou « co- », un progrès que je crédite autant à l’air du temps qu’à mes irritations sur le sujet). Toujours est-il que de secrétaire de rédaction, justement, il n’y en eut jamais que de manière sporadique pendant notre mandat. Aussi Vincent et moi avons souvent « fait le job », comme il dit. Les comités de rédaction étaient une chose, d’amicales réunions où l’on pouvait batailler ferme sur les articles ou projets de dossier en soumission. La gestion des évaluations et les relations aux auteurs en étaient une autre, que je trouvais ardue lorsqu’il s’agissait d’adoucir les commentaires acrimonieux de certains relecteurs ou membres du comité. Mais l’édition concrète des textes était une gageure aussi grande, pointilleuse (j’aimais) et chronophage (moins). J’avoue que je ne détestais pas ces discussions dentelières sur le « Burkinabè » (pourquoi pas « -bé » ?) ou l’adjectif « kényan » (pourquoi l’accent ?), qui nous libéraient un instant des crises politiques ou des violences électorales occupant les textes ; nous nous amusions, potaches, des tics d’écriture des auteurs ; nous pérorions un peu chauvins sur le « modèle PolAf » de référencement bibliographique. Je manquais de sommeil, néanmoins, et quand je dormais je rêvais de fichiers pdf rougis au stylo bille, de gouvernements de pays où je n’avais jamais mis les pieds, de courses folles pour porter les ultimes corrections à notre formidable monteuse, Bärbel, de l’ouvrage découvert dans le dernier article évalué dont la non-lecture risquait de porter un irrémédiable préjudice à mon avenir scientifique…

Le temps a passé, et tout compte fait, je garde un bon souvenir de tous ces épuisements cérébraux et physiques. Je ne sais même plus combien d’années nous avons « fait le job » – trois ou quatre ? – et je ne garde en tête la préparation que de quelques numéros seulement, qui m’ont marquée pour des raisons scientifiques ou personnelles, sur le Burkina Faso (101), les « mémoires grises » (102), l’Egypte (108), les politiques du corps (107) ou encore les enjeux de l’autochtonie (112). Ma mémoire bienveillante a enterré les moments d’angoisse (nous avons un mois de retard !), de lassitude (prions pour Dame Concordance des temps et Sieur Accord du participe passé), d’incertitude (il est vraiment mauvais ce texte ou pourrions-nous le rattraper ?) et n’a conservé que les bénéfices de cette expérience unique. J’ai appris beaucoup, avec Vincent, mine de lectures érudites et d’idées, comparse irremplaçable, les comités de rédaction et de lecture, Richard Banégas, directeur de la publication à l’époque, et les auteurs, tous m’ouvrant des espaces de pensée inconnus. J’ai su avec qui j’aimais et souhaitais travailler, avec qui pas. J’ai composé des réseaux intellectuels d’horizons disciplinaires ou géographiques variés, et consolidé par affinité des sympathies individuelles qui constituent depuis une base stable d’entraide scientifique, mais aussi morale et affectueuse. Surtout, la montagne de complexes historiens en plein champ politiste que j’avais érigée il y a quinze ans s’est érodée. J’ai eu la chance d’éprouver grâce à Politique africaine un milieu hétérogène où la suffisance des uns ne parvient pas à laminer la bienveillance des autres. La fabrication d’une revue étant in fine artisanale, un peu comme le sont toutes les œuvres de l’esprit, j’ai pu remettre le « monde » de la recherche et ses habitants à leur juste place, moi comprise, en dédramatisant mes faiblesses et portant indulgence à celles des autres. Je retiendrais en somme, plutôt que ma grande fatigue lorsque j’ai quitté la rédaction de la revue (puis ses comités dans lesquels je suis restée plusieurs années encore), des découvertes humaines, positives et négatives, et un réapprentissage bienvenu de l’humilité et de l’estime de soi et des autres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search