Paroles de rédac-chef : Marie-Emmanuelle Pommerolle

A l’occasion des 40 ans de Politique africaine, chaque semaine des rédacteurs/rédactrices en chef témoignent : ils/elles reviennent sur leur relation à la revue et sur son influence dans leur trajectoire de chercheur.

Notre début de règne de co-rédacteurs en chef de Politique africaine (avec Laurent Fourchard) a coïncidé avec la fin de celui d’Omar Bongo, à qui nous avons consacré notre premier numéro (n°115, 2009).  Confectionné dans l’urgence, il n’en est pas moins, à mon avis, un exemple de ce que Polaf fait de mieux : une problématique inédite, celle de la « dystopie tropicale » forgée par un excellent duo, Florence Bernault et Joseph Tonda, des auteurs de tous horizons  et des textes de facture variée : académique, journalistique, militant et même littéraire (relisez cette nouvelle : « Les 5S du système »). L’entrée dans le métier conduit ensuite à être peut-être plus routinier, plus conforme aux normes d’une « bonne revue de sciences sociales », celle dans laquelle les jeunes chercheurs veulent publier pour être reconnus, et celle où on espère attirer les plus anciens. Mais cette normalisation se fait à Polaf dans le souci d’un dialogue continu avec les coordinateurs de dossier et surtout avec les auteurs, qui sont nombreux, en France et à l’étranger, à reconnaître la qualité des retours proposés par la revue, dans un souci d’échange et non de sanction. Ce sont ces interactions, et la connaissance intime de chacun des textes publiés qu’elles procurent, qui m’ont  nourrie pendant ces quatre années de travail intense, et qui ont infusé mes cours, puisque j’ai la chance d’enseigner dans un master de science politique « études africaines » : j’ai ainsi transmis directement aux étudiants cette connaissance « en train de se faire », ce qui a facilité ma vie d’enseignante, et a été certainement très bénéfique à ces cohortes d’étudiant-e-s !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search