Paroles de rédac-chef : Vincent Bonnecase

A l’occasion des 40 ans de Politique africaine, chaque semaine des rédacteurs/rédactrices en chef témoignent : ils/elles reviennent sur leur relation à la revue et sur son influence dans leur trajectoire de chercheur.

Je suis rentré au comité de rédaction de Politique africaine en 2011, alors que je venais d’être recruté au CNRS en science politique après un parcours d’historien. A l’époque, je me disais que fréquenter ces gens-là, qui avaient l’air au demeurant très sympathiques, m’aiderait à me familiariser davantage avec le langage parfois étrange utilisé par certains membres de ma nouvelle famille disciplinaire pour décrire et analyser les réalités de ce monde. J’ai vite constaté que la revue, qui comptait bien plus que des politistes, était un lieu où se pratiquait une conception unitaire et conviviale des sciences sociales. J’ai fini par en devenir corédacteur-chef en 2018. Trois ans plus tard, après moult péripéties, découvertes, erreurs sans doute, désaccords parfois et beaux échanges la plupart du temps, j’ai derrière moi une histoire bien remplie qui restera incontestablement marquante dans ma trajectoire de chercheur : j’en retiendrai la forte complicité avec mon ami et colistier Julien Brachet, dont j’ai dû voir la tête à peu près tous les deux jours hors période de vacances, des relations souvent fortes avec ces auteurs et autrices que je n’ai pour la plupart jamais croisés en vrai, une certaine charge mentale dans des conditions de travail rendues difficiles par le confinement et l’état d’urgence sanitaire, un moment de luttes sociales face aux sales lois du gouvernement français, l’entremêlement pas toujours simple mais galvanisant des relations amicales et professionnelles au sein d’un collectif, et enfin l’impression, j’espère en tout cas, qu’on a fait ensemble du bon travail.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search