Introduction au n°160 : La recherche sur l’État rwandais en débat

La grande majorité des travaux scientifiques francophones sur le Rwanda se concentrent sur le génocide et ses enjeux historiques, mémoriels, judiciaires et diplomatiques1. Cette situation contraste avec la recherche anglo-saxonne. Au cours des quinze dernières années, le Rwanda est passé d’objet d’étude sur les violences de masse et la justice transitionnelle à un cas d’étude presque incontournable des analyses sur la construction de l’État et le développement en Afrique2. Le Rwanda apparaît dans cette littérature comme singulier. Son développement résulterait d’un intense volontarisme politique présidant à une ingénierie sociale et à une hyper-modernisation. Il est ainsi « peut-être l’exemple le plus souvent cité d’un supposé nouveau développement africain. Il est utilisé comme un exemple – pour le meilleur ou pour le pire – d’une situation dans laquelle certains États africains ont adopté des modes de gouvernance développementalistes ou transformateurs3. Cet intérêt pour la trajectoire rwandaise a d’ailleurs amplement dépassé les cercles académiques. La presse, aussi bien anglophone que francophone, se fait de plus en plus l’écho des débats, souvent enflammés, autour des techniques de gouvernance utilisées dans le pays, tour à tour dépeintes comme visionnaires ou oppressives4

Ce dossier, le premier dans Politique africaine consacré au Rwanda, cherche à se libérer de l’intentionnalisme dont beaucoup d’analyses de la trajectoire de l’État restent encore prisonnières. Sans nier le rôle majeur du volontarisme du Front patriotique rwandais (FPR), qui s’incarne dans des discours, des institutions et des politiques publiques, il envisage l’État comme le fruit d’interactions et de négociations entre l’ensemble des acteurs sociaux. Ce dossier peut ainsi être lu au prisme de la distinction que font Berman et Lonsdale entre construction et formation de l’État. La première (state-building) procède d’un effort délibéré, à travers les politiques publiques et une idéologie, de créer un appareil de domination, alors que la seconde (state-formation) est un « processus historique en grande partie inconscient et contradictoire de conflits, de négociations et de compromis entre différents groupes, dont les actes et les échanges motivés par l’intérêt constituent la “vulgarisation du pouvoir”5. La « vulgarisation du pouvoir » se caractérise donc ici par une réappropriation par des groupes sociaux et par une captation à leur avantage des efforts de construction de l’État par le gouvernement, éloignant ainsi le résultat de ces efforts de l’intention de départ. Dans le cas rwandais, cette distinction analytique est particulièrement précieuse. La plupart des travaux se sont en effet concentrés sur l’aspect technocratique ou coercitif de la mise en œuvre de l’action publique, sur sa propension à transformer rapidement l’ordre social ou sur les résistances locales qu’elle a pu susciter. Ces travaux ont cependant largement ignoré le fait que le pouvoir, tout en transformant la société, est aussi transformé par celle-ci. Ainsi, si le volontarisme du FPR est envisagé dans ce dossier, c’est à travers la manière dont il a pu être « filtré » par un ensemble de contraintes : comment il a pu être retravaillé de l’intérieur même du FPR ou de l’extérieur, à travers sa rencontre avec la société ou des processus historiques de longue durée.

L’approche analytique en termes de formation de l’État permet en outre d’historiciser la trajectoire étatique depuis 1994. En effet, si de nombreuses études ont été consacrées à l’État depuis la fin des années 2000, très peu de travaux existent sur la décennie qui suit le génocide, alors même que c’est dans cette période de grande fluidité que certains traits de l’appareil étatique actuel se cristallisent6. Il existe alors un risque de compression de l’histoire entre le cataclysme du génocide et l’État tel qu’il nous est donné à voir actuellement7 Elle donnerait l’impression trompeuse d’une trajectoire linéaire et sans accrocs. L’historicisation permet en outre d’interroger la nature de la rupture représentée par le moment génocidaire. Beaucoup de travaux portent en effet sur la période qui débute avec la guerre et le génocide. L’écueil est alors soit de ne pas pouvoir saisir les continuités éventuelles entre l’État pré- et post-génocide, soit, lorsque de telles continuités sont observées, de ne pas comprendre comment elles ont été possibles malgré la cassure qu’a constituée le génocide. Ainsi, le choix de ce dossier de prendre comme point de départ 1994 vise moins à souligner cette rupture qu’à l’interroger.

L’ambition de ce dossier est double. Il entend d’abord jeter un éclairage empirique sur des « recoins » de l’État et du pouvoir rwandais relativement peu explorés : les administrateurs locaux en zone rurale (Aymar Nyenyezi Bisoka), la corruption dans les transports urbains (Guillaume Nicaise), le maintien de l’ordre au quotidien (Hugh Lamarque), le système carcéral (Violaine Baraduc), les luttes de pouvoir au sein du Front patriotique rwandais (Jean-Paul Kimonyo) et ses influences historiques (Filip Reyntjens). Le dossier vise ensuite, et surtout, à apporter une perspective originale aux débats actuels sur la nature de l’État au Rwanda en montrant comment celui-ci est sans cesse retravaillé de l’intérieur et à ses marges, et en invitant à se départir de toute rationalisation excessive, a posteriori, de sa trajectoire.

Lire la suite sur Cairn

  1. Une exception notable est J.-P. Kimonyo, Rwanda demain ! Une longue marche vers la transformation, Paris, Karthala, 2007. À titre d’illustration, à notre connaissance, seuls trois articles dans Politique africaine sur le Rwanda post-génocide ne traitent pas de ces sujets. L’auteur tient à remercier les membres du comité de rédaction de la revue Politique africaine, et notamment Vincent Bonnecase et Étienne Smith, ainsi que Jean-Paul Kimonyo, Assumpta Mugiraneza, Aymar Nyenyezi Bisoka et Filip Reyntjens pour leurs commentaires sur les premières versions de cet article. []
  2. Il suffit pour s’en convaincre de constater l’inflation des travaux en langue anglaise sur l’État, l’action publique et le développement. Voir par exemple les bibliographies sur le Rwanda régulièrement compilées par François Lagarde : <https://umr-developpement-societes.univ-paris1.fr/menu-haut/recherche/projets-de-recherche/afrique-des-grands-lacs-publications-et-recensions-bibliographiques/bibliographies-sur-le-rwanda-f-lagarde/>, consulté le 11 décembre 2020. []
  3. G. Harrison, « Rwanda and the Difficult Business of Capitalist Development », Development and Change, vol. 48, n° 5, 2017, p. 873. Les citations extraites de travaux en anglais ont été traduites par l’auteur. []
  4. Par exemple, J. Gettleman, « The Global Elite’s Favorite Strongman », The New York Times, 4 septembre 2013 ; P. Lepidi « Les statistiques, une obsession rwandaise », Le Monde, 3 août 2017 ; G. Kadiri, « Au Rwanda, la transformation agricole à marche forcée », Le Monde, 14 juin 2018. []
  5. B. Berman et J. Lonsdale, Unhappy Valley: Conflict in Kenya and Africa. Book One: State and Class, Woodbridge, James Currey, 1992, p. 5. []
  6. J.-P. Kimonyo, Rwanda demain…, op. cit. []
  7. L’expression « compression de l’histoire » est empruntée à G. Austin, « The “Reversal of Fortune” Thesis and the Compression of History: Perspectives from African and Comparative Economic History », Journal of International Development, vol. 20, n° 8, 2008, p. 996-1027. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search