Résilience et héros nationaux de la Covid19 au Kenya*

*Cet article est la version courte d’une analyse rédigée et publiée en anglais dans la série “Mambo! Special COVID” de l’IFRA de Nairobi.

Depuis la détection du premier cas de Covid19 au Kenya, le 13 mars 2020, le gouvernement a mis en place des restrictions visant à limiter la propagation du virus. Coûteuses en deniers publics et en capital politique à moins de deux ans des élections, ces politiques ont été accompagnées d’une mobilisation du récit national par le chef de l’Etat et les officiels kényans. Alors en précampagne pour préparer sa succession pour 2022, Uhuru Kenyatta a développé un récit national centré sur la résilience et les « héros » (I), faisant face à des contestations et récits alternatifs (II).

Face à la sidération, la convocation d’un récit national officiel

Comme la plupart des pays d’Afrique de l’Est, le Kenya a fait face à l’arrivée du Covid19 sur son sol en mettant en place des mesures rapides pour éviter la saturation de son système de santé fragile. Deux jours après la détection du premier cas de Covid19 au Kenya, le chef de l’Etat Uhuru Kenyatta s’est exprimé le 15 mars pour annoncer la fermeture des écoles et universités, la mise en place d’un couvre-feu national, l’annulation des événements publics, une quarantaine obligatoire pour les voyageurs, ou encore le télétravail dans les administrations.

Uhuru Kenyatta lors de son investiture le 10 avril 2013. Source: Wikimedia Commons
Le déploiement du narratif dans la sphère médiatique

Cette prise de parole présidentielle a été renouvelée sur un rythme mensuel et renforcée lors de fêtes nationales, permettant au chef de l’exécutif d’occuper le terrain médiatique et de préciser la vision de son pays en pleine crise sanitaire. Les points quotidiens sur l’état de l’épidémie animés par le ministre de la santé ou ses adjoints ont constitué une plateforme additionnelle de récit national, plus proche des enjeux quotidiens et régionaux. Ces conférences de presse ont été la scène d’un dialogue national, tenues en anglais et en swahili. Le déplacement d’officiels au cours de tournées dans différents comtés a permis d’assurer une continuité territoriale et décentralisée à ce récit. 

Le déploiement de ce narratif s’est doublé d’une limitation des prises de paroles alternatives jugées dangereuses pour l’ordre public. Dans son premier discours, M. Kenyatta a mis en garde face « à la désinformation qui cause la panique et l’anxiété ». Quelques jours plus tard, un blogueur a été arrêté pour avoir soupçonné le gouvernement de « dissimuler des informations » relatives au virus. Certains opposants politiques ont également été restreints dans leurs initiatives sanitaires, à l’instar du gouverneur de Nairobi, Mike Sonko, ou de l’ancien gouverneur du comté de Kakamega, Boniface Khalwale, dont les distributions de gel hydroalcoolique et de masques ont été stoppées par la police.

La résilience, nouvelle valeur cardinale
Le quartier de Westlands à Nairobi, capitale du Kenya. 9 août 2020. Photo: N. Michalon

La notion de résilience nationale, soit la capacité du Kenya à surmonter un choc traumatique, a très rapidement été mise en avant pour convoquer un sentiment d’union nationale. La promotion de ce narratif, adossée à la convocation de référentiels religieux, a eu pour avantage de déresponsabiliser l’Etat tout en responsabilisant les citoyens kényans dans une situation où, comme la plupart des pays, le gouvernement n’est pas parvenu à enrayer la progression du virus.

Dès sa prise de parole du 15 mars, le chef de l’Etat a fait appel à l’Histoire : « en tant que Kényans, nous avons fait face à d’autres crises et nous avons toujours triomphé en nous rassemblant dans un esprit d’unité nationale et de coopération »1. Le premier appel à l’effort individuel intervient en fin de discours : « Tout Kényan a une responsabilité à assumer pour sauver les vies kényanes. Cette pandémie nous mettra à l’épreuve, comme elle met à l’épreuve tous les pays du monde, mais je ne pense pas qu’elle nous vaincra. Si l’on s’unit et que chacun remplit sa part, nous devrions surmonter ses pires effets ».

L’évoquant dans ses discours, Uhuru Kenyatta a lui-même exploité cette notion de résilience en soulignant les opportunités ouvertes par cette crise. Il a ainsi annoncé, fin août, vouloir « se servir des leçons de la Covid19 pour mettre en place la couverture maladie universelle », l’un des quatre piliers de son programme de gouvernance, alors loin des objectifs fixés. D’autres leaders politiques ont eux-mêmes voulu incarner et personnifier cette adaptabilité. Le 28 juillet, au moment de l’entrée en vigueur de l’interdiction de la vente d’alcool dans les bars et restaurant, le ministre de la santé Mutahi Kagwe a évoqué dans son point presse une « nouvelle norme : sausage mbili, soda moja » (deux saucisses et un soda) comme nouveau mode de vie permettant de limiter les risques de contamination. 

Les drapeaux du Kenya et de la Communauté Est Africaine, au Stade Nyayo de Nairobi. 3 octobre 2020. Photo: N. Michalon
« Les héros » kényans, clés de voûte de ce narratif

Un autre pilier de ce narratif a été la mise en valeur de personnalités capables d’incarner cette résilience et de cristalliser l’union nationale en prouvant leur adaptabilité. Cette politique des héros, sinon de super-héros, présente plusieurs atouts : elle décentralise à l’échelle individuelle la responsabilité de la lutte contre la pandémie et permet d’évoquer cette dernière sous un angle positif malgré la propagation continue du virus. Enfin, elle permet de susciter la cohésion nationale autour de figures perçues comme plus consensuelles que les responsables politiques de premier plan.

La valorisation de figures méritantes, érigées en « héros » est une constante de la politique kényane depuis les années 2000 et plus particulièrement la crise postélectorale de 2007-2008. Chloé Josse-Durand a démontré qu’à cette occasion, une taskforce spéciale avait dressé une liste de personnalités « vivantes ou disparues ayant contribué à la gloire de la nation kényane ou au bien commun de sa population » permettant d’apaiser les différentes communautés via des symboles partagés.

Depuis, la constitution de 2010 a institutionnalisé le rôle de ces figures comme socle du consensus, devant être honorées chaque 20 octobre lors d’une « journée des héros » (Mashujaa Day, remplaçant le Kenyatta Day). C’est donc sans surprise que le gouvernement kényan a rapidement promu, et ce tout au long de l’année, des figures issues du monde médical ou de jeunes entrepreneurs – deux catégories d’individus peu susceptibles de s’affirmer sur la scène politique à court terme – actifs dans la lutte contre le Covid19. Dès le 1er avril, le chef de l’Etat a mis en scène sa conversation avec Brenda Cherotich et Brian Orinda, les premiers Kényans guéris de la Covid19. 

Pour incarner cette résilience et donc l’adaptation des Kényans à cette situation, le gouvernement a mis en avant les innovations mises au point par certains citoyens pour faire face au virus. Uhuru Kenyatta a multiplié les rencontres avec des jeunes entrepreneurs et incubateurs d’entreprises et invité quelque 800 « innovateurs » au palais présidentiel en octobre, dont certains ont été formellement honorés lors de la journée des héros, la semaine suivante. Une manière de promouvoir l’entreprise individuelle dans un contexte où les programmes de soutien du gouvernement à la jeunesse2 n’ont pas pu éviter la suppression d’environ 2 millions d’emplois au cours de l’année.

Une compétition d’athlétisme au Stade Nyayo de Nairobi, le 3 octobre 2020. Photo: N. Michalon

L’athlétisme, sport-roi au Kenya, a par ailleurs permis de mobiliser cet imaginaire à l’échelle locale comme internationale. Dans son discours à l’Assemblée générale de l’ONU, en septembre, Uhuru Kenyatta dit venir « d’un pays de marathoniens » et connaître les exigences « d’endurance, de travail d’équipe et de persistance » face aux défis globaux3. Manière d’assurer la continuité d’une forme d’héroïsme, l’athlétisme de haut-niveau a par ailleurs bénéficié d’un soutien continu du gouvernement malgré la crise. Le stade national de Nairobi a été rénové à temps pour accueillir le 3 octobre 2020 la compétition internationale d’athlétisme Kip Keino, en présence des principaux cadres politiques nationaux4.

Les principaux médias nationaux comme internationaux ont joué un rôle important dans la construction de ces figures héroïques. Dès le 24 mars, la chaîne de télévision KTN qualifiait les Kenyans de « groupe résilient » et tendait son micro vers de nombreux citoyens manifestant optimisme et confiance envers leur gouvernement. Nous pouvons aussi citer le syndicat international de presse IDN, qui a listé le 24 avril les différentes innovations conçues par des citoyens comme des institutions kényanes pour insister sur le fait que « les Kenyans trouvent des manières innovantes de lutter contre le Covid19 ». Le site sud-africain IOL a décrit un climat de Covid19 « favorable » à l’innovation par les startups, un constat que partage la plateforme panafricaine d’incubation entrepreneuriale AfriLabs, tout en déplorant le « manque de financements pour les innovateurs kényans ». Le magazine onusien Africa Renewal a ouvert pour sa part ses colonnes à l’étudiant en ingénierie Daniel Kabugi, en septembre 2020, qui témoignait des « innovations » permises par la lutte contre la Covid19.

L’émergence de contre-narratifs

Si ce récit a eu un certain retentissement dans la presse comme dans les milieux diplomatiques, il a rapidement souffert de critiques et de contre-récits de la part d’acteurs identifiés comme appartenant à la société civile. Le déploiement de ce narratif dans un pays où la liberté de la presse se maintient au rang le plus élevé d’Afrique de l’Est a favorisé sa réappropriation par des acteurs non-étatiques.

Un discours officiel qui n’échappe pas au politique

Tout d’abord, le discours officiel du gouvernement a été battu en brèche voire parodié par un certain nombre d’acteurs démontrant ses contradictions, n’échappant pas aux règles du débat politique contradictoire. Le ministre de la santé Mutahi Kagwe, personnalité passée au premier plan, s’est vu reprocher le non-respect de certaines règles de distanciation sociale de sa part ou de celle de son fils, le musicien populaire Kahush. Très suivis, les discours du ministre ont vu se multiplier les parodies humoristiques ou musicales en réaction à ceux-ci, reprenant sa formule « I can get it [covid19], you can get it » et imitant son accent kikuyu. Si ces matériaux ne sont pas systématiquement négatifs à son égard, ils sont le symptôme d’une perte de contrôle du récit officiel au profit de supports alternatifs.

Mise en musique des discours du ministre de la santé au sujet du Covid19: “I can get it, you can get it (“gerrit”)

La stratégie du gouvernement kényan de confondre ce récit national supposé rassembleur à ses autres politiques a également contribué à l’exposer aux critiques. Le chef de l’Etat et son ancien rival Raila Odinga, réconciliés depuis 2018 autour d’une plateforme de gouvernance – la Building Bridges Initiative (BBI) – ont repris dès l’été la promotion de leur projet de réforme constitutionnelle5 en lui dressant un parallèle avec la crise sanitaire.

À l’occasion du Jour des Héros, Uhuru Kenyatta s’est ainsi appuyé sur le personnel médical, qualifié de « Covid19 heroes » démontrant que « l’héroïsme n’est pas l’absence de peur mais la conquête de la peur » pour avoir le « courage » de « saisir un moment constitutionnel » permettant la réforme qu’il appelle de ses vœux. Au cours des semaines suivantes, Uhuru Kenyatta a repris le concept d’innovation pour légitimer une constitution qui serait plus flexible et amenée à être régulièrement amendée. Répétant la formule « Kenya is still a work in progress » à de nombreuses reprises lors de discours vantant sa gestion de crise comme la future réforme constitutionnelle, le Président kényan a plaidé pour une adaptabilité des institutions, amenées à être régulièrement réformées. Au-delà du débat sur le bien-fondé de cette réforme, sa promotion dans des meetings à très forte affluence a cristallisé des tensions politiques préexistantes, notamment avec son vice-président William Ruto. Ayant donné lieu à des affrontements et arrestations sporadiques, le climat politique tendu constaté à l’automne 2020 a contribué à affaiblir le message d’unité nationale développé face à la crise sanitaire et économique.

L’émergence d’anti-héros

Comme observé dans de nombreux autres pays au cours de cette pandémie, la Covid19 a également conduit à l’essor de médias alternatifs à l’audience jusque-là plutôt confidentielle, confrontant le récit officiel à des témoignages de terrain. Wambui Wamunyu relève ainsi de nouveaux types de narratifs relayés sur les réseaux sociaux par des activistes influents et la multiplication de sites web indépendants financés par des dons. Centrée sur deux médias alternatifs dont la popularité s’est accrue à la faveur de la crise, l’analyse d’Antoine Kauffer souligne la créativité et la liberté de ton de ces structures indépendantes par temps de pandémie. L’un de ces deux médias, The Elephant, en donnant la parole à des intellectuels et chercheurs kényans, s’est fait le porte-voix de discours visant tant à critiquer le narratif officiel qu’à lui supplanter d’autres visions nationales. L’influent ancien président de la Cour Suprême Willy Mutunga y a par exemple développé son appréciation de la constitution actuelle, qu’il espère voir enfin appliquée, en même temps qu’il critique les élites kényanes « incapables d’assurer la paix dans le pays ». Sur le site du centre de recherche Busara, Gideon Too, pour sa part, conclut de cette crise que « les Kényans devraient réaliser que leur destin individuel dépend du bien-être plus large de la société », mettant en doute l’individualisation des responsabilités en partie entreprise dans le narratif officiel.

Un certain nombre de médias ont également fait émerger des figures d’anti-héros : un documentaire d’investigation publié par la principale chaîne de télévision du pays, NTV, a dévoilé en août 2020 un scandale de surfacturation de produits sanitaires au profit d’entrepreneurs kényans alors surnommés les « Covid19 millionnaires ». Mettant en cause des hommes d’affaires proches du gouvernement, à l’instar du président de la Chambre kényane de commerce et d’industrie Richard Ngatia, le documentaire a été visionné plusieurs millions de fois et a déclenché des enquêtes de la justice et de commissions parlementaires. S’il a été retiré de la plateforme Youtube sur demande de la Haute Cour6, le documentaire a largement popularisé la figure du « Covid19 millionnaire », une expression mentionnée fréquemment dans la presse depuis l’affaire.

Réactions politiques au scandale Covid19 millionnaires, NTV, le 22 août 2020

L’exemplarité du gouvernement a également souffert de l’application parfois brutale des règles sanitaires, exposée par ces mêmes médias. La police kényane, déjà l’une des institutions les plus impopulaires du pays, a été mise en cause par de nombreuses ONGs, à l’instar d’Amnesty International, pour ses exécutions extrajudiciaires et violences arbitraires perpétrées lors de l’application du couvre-feu. Décrites par Patrick Mutahi et Kate Wanjiru, les violences policières dans les quartiers populaires à cette occasion ont mené à plusieurs condamnations de policiers par la justice kényane ainsi qu’à des regrets publics exprimés par le chef de l’Etat lui-même à ce sujet, affaiblissant la légitimité déjà amoindrie des forces de l’ordre. 

La promotion de héros alternatifs et de martyrs

Ces différentes contestations ont contribué à faire valoir d’autres figures n’ayant pas bénéficié de la communication gouvernementale. Les violences policières ont contribué à densifier le réseau des « Social Justice Centres » très actifs dans les quartiers populaires des principales agglomérations kényanes, dont les leaders se sont illustrés à travers des manifestations et actions médiatiques. Juliet Wanjira Wanjiru, co-fondatrice du centre pour la justice sociale du bidonville de Mathare, a suscité l’admiration de nombreux internautes lorsqu’elle s’est opposée à son arrestation lors d’une marche organisée le 7 juillet7 contre les violences policières perpétrées dans les quartiers défavorisés. La vidéo de son arrestation manquée, diffusée sur le compte Instagram PoliceBrutalityKE (né à la faveur de cette crise) a inspiré de nombreuses fresques murales et dessins à son effigie, faisant d’elle une « héroïne » alternative.

Reportage d’Al-Jazeera sur les manifestations contre les violences policières au Kenya, le 9 juin 2020

Différents activistes ont aussi consacré des figures de « martyrs », perçues comme victimes directes ou indirectes du gouvernement. Yasin Moyo, adolescent de 13 ans abattu par des policiers alors qu’il jouait sur son balcon durant le couvre-feu a fait partie dès mars de ces martyrs défendus par des organisations de la société civile (comme la branche kényane de la commission internationale des juristes, qui lui a dédié un portrait). Le sort du personnel médical, qui a multiplié les grèves depuis le printemps pour protester contre de mauvaises conditions de travail, a conduit à un élan de solidarité, l’éditorialiste Faith Onyeka estimant dans le Daily Nation qu’ils « méritaient davantage que ce qu’on leur donn[ait] ». Les dizaines de médecins et d’infirmiers ayant succombé à la Covid19, contaminés dans l’exercice de leurs fonctions alors qu’ils manquaient de masques, incarnent eux aussi des figures dont tous types de presse et les réseaux sociaux se sont fait l’écho. On peut citer à cet égard le cas de Stephen Mogusu, médecin de 28 ans décédé de la Covid19 en décembre 2020 alors qu’il n’avait pas été payé depuis cinq mois. En pleine grève du personnel médical, son histoire a été largement diffusée par ses proches et reprise par un certain nombre d’influenceurs sur les réseaux sociaux et dans la presse. 

En définitive, la pandémie liée à la Covid19 a largement contribué à renouveler les imaginaires : si le message officiel kényan de promotion d’une identité nationale basée sur l’innovation, la résilience et les figures exceptionnelles n’a pas connu le retentissement espéré, il a contribué par les réactions et critiques suscitées à faire émerger de nouveaux acteurs. Ces médias, activistes et influenceurs, amenés à jouer un rôle plus ou moins direct dans la vie politique des prochaines années, sont autant de nouvelles voix qui pèsent dans la construction du débat national et de narratifs identitaires pluriels.

  1. Toutes les traductions sont des auteurs []
  2. Soutenu par la Banque Mondiale, le programme gouvernemental Kazi Mtaani a permis d’employer 300.000 jeunes kényans mis au chômage pour un salaire quotidien de 650 shillings (5€). []
  3. Le Kenya rejoindra par ailleurs le Conseil de sécurité de l’ONU en janvier 2021. []
  4. Uhuru Kenyatta était alors en déplacement en France. []
  5. Celle-ci élargirait l’exécutif avec la création de postes de Premier Ministre et de deux vice-premiers ministres, renforcerait la décentralisation et la parité. Après publication d’un rapport déclinant ces propositions à l’automne 2019, sa promotion a été interrompue avec l’arrivée de la Covid19 avant de reprendre quelques mois plus tard. []
  6. Car ne fournissant pas de preuve du vol présumé de dons médicaux par l’entreprise Megascope de M. Ngatia. []
  7. Également nommée Saba Saba (7/7), cette journée est traditionnellement dédiée aux mouvements sociaux. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search