Edito du n°160

Edito Polaf n°160 2020/4 

Que n’a-t-on pas dit haut et fort à propos de la précarité toujours grandissante de nombre d’étudiant·e·s et de personnels de l’université et de la recherche, des raisons de cette précarité, et de ses effets. A propos de la bureaucratisation de nos métiers, de la charge de travail inutile que cela crée, de la perte de temps et de sens que cela engendre. A propos de la compétition, de la compétitivité et de la rentabilité érigés en alpha et oméga de nos institutions, et qui peu à peu modifient nos façons de penser, nos façons de dire, malgré nos résistances. Que n’a-t-on pas déjà dit de tout cela et de tant d’autres maux. Nous, ingénieur.e.s, chercheur·e·s, enseignant·e·s, personnels administratifs et techniques, étudiant·e·s. Nous qui faisons vivre l’université et la recherche scientifique. Nous qui sommes au cœur de la production et de la transmission de savoirs critiques et émancipateurs. Mais il semblerait que notre parole ne vaille pas grand-chose aux yeux d’un pouvoir dont les intérêts sont ailleurs.

Alors que nous finissons l’élaboration de ce numéro de Politique africaine, la population française est soumise au confinement et à l’état d’urgence sanitaire, les universités sont vides, et tandis que les manifestations à caractère contestataire restent soumises au bon vouloir des préfets, nul n’ignore l’immense difficulté à les organiser et à y participer. Dans ce contexte, le gouvernement français vient de faire adopter en force une loi de programmation de la recherche qui suscite l’opposition d’une très grande partie du monde scientifique et universitaire, tout en y adjoignant des amendements de dernière minute dont la teneur dépasse nos prévisions les plus pessimistes.

Nous, que cette loi menace désormais de prison en cas de mobilisation sur nos lieux de travail, nous continuons à nous y opposer, tout en dénonçant cette manière autoritaire de procéder. Celle-ci en dit long sur la conception limitative de la démocratie qu’ont le gouvernement et le parlement, qui rejettent les mouvements sociaux à la marge de son expression.

Le naufrage prévisible et prévu de l’université et de la recherche publiques s’accélère, avec son lot de misères et de colères. Si l’on ne veut pas continuer d’y assister avec un ressentiment mêlé d’impuissance et de dépit, si l’on veut redonner au plus grand nombre du plaisir à chercher, à enseigner, et à apprendre ensemble, il va falloir inventer, encore. Et désobéir, sûrement.

Le comité de rédaction de Politique africaine


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search