Revue des livres du n°159 sur les mobilités de classe

MAINS (Daniel). Under Construction: Technologies of Development in Urban Ethiopia. Durham, Duke University Press, 2019, 240 pages

Par Raphael Deberdt, University of British Columbia

Daniel Mains, professeur d’anthropologie à l’université d’Oklahoma, nous plonge au cœur du développement infrastructurel en Éthiopie. Le gouvernement entend légitimer son existence par un discours de progrès et de modernité en embrassant une stratégie de croissance économique à travers le développement de barrages hydroélectriques, de routes et de systèmes de transports publics. Mains utilise brillamment ces modalités de construction pour démontrer les dynamiques définissant les relations entre les citoyens, l’État et ces technologies infrastructurelles. Il analyse ces processus de construction comme le lieu et le résultat de différentes visions du futur entre les citoyens et un État développementaliste inspiré par le modèle chinois. Ainsi, l’auteur décrit une dynamique perpétuelle de construction/destruction liée aux dépendances du pays envers des entreprises et des financements étrangers, aux dépens des besoins et des demandes de sa population. Il soutient que régulation par l’État et improvisation de la part des citoyens représentent différentes approches du futur interagissant dans le processus de construction et la définition des relations de pouvoir et d’inégalité. Enfin, l’ouvrage se penche sur les politiques de l’affect qui régissent la période de construction et l’infrastructure qui en résulte comme un lieu de redistribution et d’échange de richesses.

Le livre s’ouvre sur la construction de barrages hydroélectriques, répondant à une idéologie de développement chargée en émotions, positives et négatives. Comme outil d’éradication de la pauvreté, le « barrage de la renaissance » est présenté comme la continuation des idéaux de Meles Zenawi, ancien Premier ministre du pays pendant 17 ans. Cette volonté de renouveau de la splendeur passée du pays soutient une vision téléologique voulant que seul un État hégémonique puisse être développementaliste et est source de profondes inégalités de sous-développement. Revenant à l’affect de l’infrastructure, Mains soutient qu’« une infrastructure doit être ressentie pour transmettre une signification profonde qui subjugue la compréhension à la façon du sublime » (p. 45). Cette poétique des infrastructures définit aussi bien les stratégies de marketing des barrages par le gouvernement éthiopien que l’opposition de groupes internationaux. Alors que la modernité promue par le pouvoir semble passer par la construction d’ouvrages monumentaux, la destruction que celle-ci entraîne est perçue par les critiques comme limitant l’écoulement naturel des fleuves. Ces différentes temporalités et visions du futur définissent les sentiments envers ces ouvrages et leur construction, résultant en conflits.

L’asphalte remplace les barrages dans le deuxième chapitre. La régulation croissante des routes asphaltées ainsi que les profondes modifications des espaces urbains que leur construction engendre transforment les quartiers qu’elles traversent. En examinant les stratégies de construction déployées par les individus au sein des administrations locales, Mains démontre que l’homogénéité souhaitée par la création de routes en asphaltes s’estompe lors du processus de construction. À travers une comparaison entre deux villes et considérant l’humain comme une infrastructure à part entière, il démontre les dynamiques de pouvoir et d’inégalités en jeu. L’échec de la construction de routes à Jimma est mis en parallèle avec son succès à Hawassa, où les administrateurs locaux ont mis à profit des infrastructures humaines improvisées pour répondre aux manquements de l’État et des entreprises. Au sein même d’Hawassa, Mains révèle les différentes expériences liées au développement d’infrastructures routières parmi les résidents, entre connexion accrue à de nouvelles opportunités économiques et expropriations forcées. Ainsi, la construction « dépend des possibilités d’improvisation [des élites] en réponse à des conditions irrégulières et changeantes » (p. 90). Les relations de pouvoir et les inégalités productives au cœur de l’infrastructure humaine définissent donc le succès ou l’échec des processus de construction.

Dans son troisième chapitre, Mains nous propose une ethnographie du rôle de l’affect dans les dynamiques politiques de construction. En abordant la politique de l’affect sous trois prismes – la temporalité, l’expérience sensorielle et les politiques intimes de l’échange –, le livre s’appuie sur la notion de « nostalgie du futur » de Piot. La temporalité du changement en Éthiopie n’est pas seulement rapide mais s’invente à partir de l’image d’un passé et des attentes d’un futur. Celles-ci sont définies à travers les expériences de tous les jours, que ce soit les nids-de-poule d’une route, les bruits d’un chantier de construction ou les coupures d’électricité. En retour, ces expériences sensorielles entrent en conflit avec l’allégeance de la population à un État qui ne semble pas à même de construire les infrastructures attendues.

Les Bajaj, taxis à trois roues qui sont un mode de transport public répandu à Hawassa et qui permettent à de nombreux habitants de subsister, sont le sujet du quatrième chapitre. Mobilisant les théories du matérialisme historique et vital, Mains décrit brillamment l’interaction, souvent conflictuelle, entre les régulations, le marché et les fournisseurs d’infrastructures, ici les chauffeurs de Bajaj. Ces chauffeurs sont fortement régulés par des prix de courses fixes et les routes qu’ils peuvent emprunter. Pour Mains, la pression sur les Bajaj est le résultat d’une conception spécifique de la modernité et de mouvements régulés et contrôlés de la part des administrateurs. Cela dissocie les conducteurs du produit de leur travail, les empêchant d’établir des relations de réciprocité. Néanmoins, ces conflits dénotent aussi un engagement entre l’État et les jeunes qui « transforment leurs vies à travers le travail » (p. 150).

Enfin, le livre se conclut par une discussion sur la construction de routes pavées, une technologie importée par l’agence de développement allemande. Tout comme les Bajaj, la flexibilité de ces routes semble particulièrement appropriée au contexte éthiopien. Mains fait appel à ses précédentes recherches sur le chômage des jeunes en Éthiopie pour démontrer la capacité de redistribution liée à la création de voiries. La position de l’État en tant que maître d’œuvre et bailleur de fonds est source d’inégalités productives. Cependant, par opposition aux Bajaj, celles-ci ne sont que très peu conflictuelles. Mains propose d’analyser cette différence en termes de temporalité, un processus long et laborieux mais qui permet à l’État de collaborer avec des coopératives de jeunes hommes tout en offrant des opportunités économiques permettant à ces individus d’accéder aux responsabilités de la vie d’adultes.

Cette brillante ethnographie, centrée sur la population de deux villes, aurait pu être complétée par une analyse complémentaire des dynamiques néolibérales en jeu autour de la construction d’infrastructures. Les routes pavées financées par la Banque mondiale, la création de barrages par une entreprise italienne avec des prêts chinois ou l’importation de Bajaj indiens soulèvent d’importantes pistes de réflexion. Néanmoins, le questionnement sur la capacité de redistribution des richesses des projets infrastructurels tombe à pic. Alors que l’Éthiopie continue d’insister sur l’édification d’ouvrages monumentaux en dépit des tensions nationales et internationales, Mains démontre de manière captivante que d’autres routes de développement sont envisageables.


ADEBANWI (Wale) (dir.). The Political Economy of Everyday Life in Africa: Beyond the Margins. Woodbridge, James Currey, 2017, 384 pages

Par Joseph Oduro-Frimpong, Ashesi University, Ghana, Centre for African Popular Culture

Jane Isabel Guyer (Professor Emerita) is a well-respected economic anthropologist whose research focuses on economic transformations in West Africa. She is a highly interdisciplinary and prolific scholar whose “enabling and energizing” (p. xvii) intellectual insights makes her “one of the most original and provocative thinkers in African studies and economic anthropology of the last half century” (Megan Vaughan). In her works, Guyer has focused on such topics including value, currencies, and money1. Professor Guyer’s other research interests explore themes concerned with household and gender economic issues; wealth, debt and collective responsibility.

Wale Adebanwi’s (2017) edited volume The Political Economy of Everyday Life: Beyond the Margins coheres around Guyer’s unique “shared intellectual sensibility” (p. xvii) in grasping the political economy of life in Africa. The work is a non-traditional festschrift in recognizing Guyer’s scholarship. However, unlike regular works in festschrifts, Adebanwi has “crafted this collection not only as a referent to [Guyer’s] own work, but as an invitation to the authors to extend their own rich and detailed work, based in African experience” (p. 348). Towards this goal, Adebanwi marshals fifteen scholars, most of whom are well-established, and few who are emerging scholars in African studies from different disciplines such as anthropology, sociology, philosophy geography, political science, history, and literature. Together, these scholars, investigate the particularities and various dimensions of Guyer’s central interests through the question: “What are the fundamental issues, processes, agencies and dynamics that shape the political economy of everyday life in modern Africa?” Here, Adebanwi understands “modern Africa” beyond “contemporary times… [to include] Africa’s modern encounter with the West particularly from the fifteenth century onwards” (p. 26).

The volume begins with James Ferguson’s brief but concise “Foreword” that, amongst other issues, succinctly frames two issues: first, specifying the work’s shared focus, which to him, is “perhaps less of a unity of topical focus than a shared intellectual sensibility” around Guyer’s oeuvre; and second, making clear Guyer’s insightful theoretical contributions which are devoid of “‘applying’ a theoretical framework to a body of ‘raw’ data; [but] instead have always worked from a careful and imaginative interpretation of the mundane realities that lie before our eyes… [to enable us to comprehend] how taken-for-granted analytical frames have misled us” (p. xvii).

Jane Guyer herself fittingly provides the Afterword, titled “The Landscapes Beyond the Margins: Agency, Optimization and the Power of the Empirical”. Here, under a major subsection titled “Gathering Transverse Themes Towards a Political Economy of Life”, she painstakingly teases out for readers the extent to which each piece in the volume either converges with her thinking, inspires her to seek new research cues to further explore, or expands the contours of her work in the sense of charting paths that “goes forward into futures: both intellectual and regional” (p. 335). More importantly, Guyer ends her piece optimistically by noting her sincere hope that the scholarly insights in Adebanwi’s collection, which meticulously explore the different scopes of “what lies on, and beyond, the conventional margins” (p. 349), will continue to animate future scholarship. This inspiration, as she aptly observes, lies in the “rich and detailed work, based on in African experience, on themes which… will continue to be a source ‘beyond the margins’, and marginalization, of the continent” (p. 348).

Nesting in between Ferguson’s and Guyer’s writings are Adebanwi’s chapter, “Approaching the Political Economy of Everyday Life: An Introduction”. His piece orients us to the various questions that the thirteen chapters (constituting the bulk of the volume’s four main sections) grapple with. These issues are centered around “everyday life in modern Africa within the context of the popular economy in the areas of, or in relation to, labor (local, transnational and migrant), trade, currency, natural resources, religion, urban life, health, history, language and democratic life” (p. 3). Via this insight, Adebanwi implicitly urges us to be mindful to avoid one-size fits all approach to an understanding of the political economy of everyday life approach in general and in Africa in particular. More importantly, Adebanwi expressively spells out for us the volume’s unique take on the political economy of everyday life which departs from prior research. As is clear in the volume, contributors take this perspective to “capture the ways in which global and local economic policies, institutions, activities and processes of valuation produce cultural meanings with which people engage in and with forms of everyday transaction” (p. 4-5).

In part I titled “Money Matters: Currency and Fiscal Life Struggles”, one encounters the writings of Jean and John Comaroff (on the Twana in Southern Africa), David Pratten (on colonial Nigeria), Peter Geschiere and Tristan Oesterman (on the Maka, Cameroon), and Célestin Monga (whose work is theoretical). In the writings of these scholars, with the exception of Monga, the tie that binds them relates to how they respectively demonstrate the creative quotidian African responses to political decisions (even if even sometimes violent) to alter their life experiences for the better. Monga’s work is a plea to macro-economics theorists to ground their analysis of African experiences, just like cultural anthropologists, within the very lived conditions of “how people perform economic relations on multiple and overlapping scales” (p. 115). His piece arguably provides a very imaginative solution to his “critique of economic orthodoxy” (p. 116).

In part II, under the rubric of “Labour, Social Lives and Precarity”, the works of Frederick Cooper and Maxim Bolt live up to what Cooper fittingly captures as Guyer’s approach to “use a concept to launch an inquiry, not to close off analysis by slotting something definitively into a category” (p. 136). Thus, for Cooper, he empirically investigates the varying uneven manner in which scholars have worked with categories associated to “the labour question” (p. 136) with “social organization of capitalist labour in Africa” (p. 18). Bolt’s work on the labour question explores the “fragmentary mosaic of multiple” (p. 173) experiences associated with “formality” in the political-economic lives of Zimbabwean migrant workers in Southern African farms.

In part III, the contributors explore the themes of “Marginality, Disaffection and Bio-economic Distress”. On his part, Michael J. Watts’ work in Nigeria investigates three interrelated concerns within two insurrections which manifest in the actions of Boko Haram and Movement for the Emancipation of the Niger Delta. These concerns, rooted within the limitations of the state, are “poverty and violence, the temporalities of precarity and religious/secular doctrines in the context of modern secular development” (p. 20). Anne-Maria Makhulu, through her concept of “deliberate incrementalism” reflects on how in post-apartheid South Africa, ordinary and marginalized South African blacks are not afforded “opportunities for work and well-being [but rather have been ushered into] volatile and often unpredictable conditions for reproducing daily life” (p. 232). Animasawun’s chapter primarily examines a facet of the battles of “marginal men” in Nigerian “struggle economy” (p. 240). Through a case study approach, he highlights the frequent social tensions resulting from the “greater informalization of the [Nigerian] economy and the expansion of the ‘popular economy’” which prominently feature male commercial motorcycle riders (p. 240). Lastly Elisha P. Renne’s piece attempts to grasp the “political-economic context of British colonial rule” (p. 67) in Nigeria. She pursues this agenda through the “intersections and disjunctions” (p. 267) of supernatural belief system in Ekiti (Nigeria), about a deity, Sopona, deemed as responsible for a small-pox outbreak as well as an imperfect biomedical colonial response to the disease.

In the final section of the volume, the works of Sara Berry, Souleymane Diagne and Adigun Agbaje speak to the topics of “Historicity, Temporality, Agency and Democratic Life”. Berry’s work, as Guyer notes, highlights the quality of recognizing “agency [as] a capacity to mediate a world that is continually being constituted and inhabited in emergent ways” (p. 344). This feature concretely manifests in how she deftly demonstrates, through a multiplicity of ethnographic and historical examples, how (marginalized) people strategically manage their expertise of the past or tradition to give value to a host of contemporary objects, activities, landscapes and knowledge. Diagne’s work focuses on the hybrid (post)-colonial interpreter. The piece is a philosophical reflection on how such interpreters exercised agency (and thereby becoming translators) via a strategic management of language-use to subvert colonial understanding and practice of “translation not as a relation, transaction and reciprocity” (p. 313). Lastly, Agbaje’s focus on Nigeria, analyzes the overlapping and vexing practices of patronage as well as state officials’ manipulation of “state offices, resources and symbols for no obvious public good” (p. 320) that are “toxic to the realization of the country’s democratic possibilities” (p. 320). In spite of the above, Agbaje makes us aware of some last-resort democratic practices which challenge the above debilitating tendencies.

This volume reveals how Adebanwi has gathered various scholars who takes inspiration from Guyer’s work to expand their own rigorous field insights within African experience. Clearly, the volume, just like Guyer’s research, allow us to conceptualize “the empirical in a richly theoretical way, recognizing that the most formidable challenges to our theoretical habits of mind are often in those not-so-plain empirical realities that lie in front of us” (p. xviii). In doing so, Adebanwi’s work concretely demonstrates Francis Nyamnjoh’s call for convivial scholarship, an aspect of which embraces not just “conversations and collaborations across disciplines in the conventional sense but also, and even more importantly, the integration of sidestepped popular epistemologies informed by popular universes and ideas of reality »2. In closing, I want to add that this volume will be of interest to anthropologists, political economists and popular cultural studies scholars.


SMITH (Nicholas Rush). Contradictions of Democracy: Vigilantism and Rights in Post-Apartheid South Africa. New York, Oxford University Press, 2019, 264 pages

Par Laurent Fourchard, Ceri, Sciences Po

Le livre de Nicholas Rush Smith est fondé sur un travail de terrains ethnographique et archivistique de 18 mois réalisé au cours des 10 dernières années dans différentes provinces de l’Afrique du Sud, et plus spécifiquement dans un township noir dans une zone rurale non loin de Johannesburg (Sebokeng) et dans un township noir de la métropole de Durban (KwaMashu), deux zones bien connues pour leur longue histoire de justice populaire, de sanctions et de châtiments extralégaux, ensemble de pratiques regroupées sous le nom générique de vigilantisme. La problématique centrale du livre est clairement énoncée en introduction et fait écho au titre. Pourquoi le vigilantisme est tellement commun dans l’Afrique du Sud après l’apartheid en dépit d’une transition démocratique exemplaire, d’une constitution vantée pour ses dimensions émancipatrices et libérales, et d’une transformation conséquente de l’appareil juridique d’État accompagnant cette démocratisation ? Si la question du vigilantisme a été très largement discutée dans ce pays et ailleurs depuis au moins trois décennies, notons cependant que ce sous-champ de la recherche demeure sous-investi par la science politique. Les résultats de cette approche empirique du cas sud-africain sont à cet égard significatifs, tant du point de vue de la sociologie politique du policing et de la criminalité que de la politique comparée du droit et de la démocratie.

De fait, Nicholas Rush Smith mobilise une vaste littérature sur des questions aussi centrales que la démocratie, l’État, la violence, les usages du droit en explorant l’intérêt et les limites de recourir à certaines approches de Foucault, Weber, Bourdieu ou Elias. Plutôt que d’une théorisation abstraite, commune chez nombre de ses collègues politistes américains, le livre s’appuie au contraire sur une ethnographie comparée de ces deux espaces qui l’aident à interroger trois objets – la naissance de la démocratie, la formation de l’État et les formes de justice populaire – qui sont étroitement liés entre eux, même si l’auteur prend également soin de retracer l’histoire du vigilantisme à la fin de l’apartheid. L’auteur n’entre pas dans les tentatives nombreuses de définition du vigilantisme ; il le considère simplement comme une catégorie de la pratique en étant attentif aux sens donnés localement au terme et aux différentes pratiques qu’il recouvre.

Pour Nicholas Rush Smith, le vigilantisme est non seulement une réponse au processus de formation démocratique de l’État, mais il est aussi largement encouragé par l’existence de ce qu’il appelle un réseau civique dense de relations sociales. Il est ici considéré comme une forme de citoyenneté ordinaire en action : les citoyens développent un regard critique sur les manières dont la loi est mise en œuvre, contestent à l’État sa manière de les protéger et réaffirment une base morale démocratique alternative aux procédures légales de l’État de droit dominant dans les démocraties d’aujourd’hui (p. 5). Le premier argument n’est pas aussi nouveau que le suggère l’auteur, mais Nicholas Rush Smith fait un travail remarquable pour explorer de manière originale les nombreuses contradictions du gouvernement démocratique de l’Afrique du Sud lorsque ce dernier doit faire face à la croissance de la criminalité violente et des formes de punition extralégale. Mentionnons quelques-uns des sujets clés qui relient la police, le droit et les pratiques de vigilantisme. Ainsi le rôle du système juridique étatique apparaît-il central dans la perpétuation de l’insécurité fondamentale des résidents des townships et des zones rurales paupérisées, notamment parce que l’introduction d’un régime contraignant de droits procéduraux favorise le vigilantisme plutôt que de l’entraver. Ainsi, relâcher un individu connu dans le quartier pour ses multiples pratiques criminelles parce qu’il n’a pu être légalement sanctionné par la justice du pays conduit les résidents à rendre justice eux-mêmes. C’est dans la description de toutes ces contradictions et ambivalences que l’auteur est le plus convaincant. Ainsi, la lutte contre la criminalité, devenue centrale dans l’Afrique du Sud post-apartheid, accroît simultanément le pouvoir de l’État et le pouvoir des citoyens dans leur usage de la force extrajudiciaire. Nicholas Rush Smith mentionne avec justesse que les occurrences de lynchage après l’arrestation des suspects par la police sont fréquentes, soit pour anticiper une décision trop clémente, soit pour sanctionner une décision considérée comme injuste vis-à-vis des victimes. Les agents de l’État imitent par ailleurs les pratiques violentes de ces justiciers autoproclamés, voire même sont complices de celles-ci. De fait, les nombreux actes de violence extrajudiciaire commis par la police, notamment contre les jeunes hommes noirs, constituent une forme d’émulation à recourir aux mêmes pratiques aux yeux des jeunes de KwaMashu. De même, les pratiques de police communautaire (community policing) qui se sont développées au moment de la transition entre 1990 et 1994 exigent des citoyens leur allégeance à l’État de droit, mais la police ne parvient jamais tout à fait à limiter l’autonomisation des citoyens qui contestent régulièrement les tentatives d’encadrement par l’État. Toutes ces questions ont été étudiées en partie par d’autres mais, interrogées ensemble, elles constituent une nouvelle frontière scientifique explorée ici de manière systématique.

L’autre argument clé suggère que des relations sociales rapprochées et régulières facilitent les formes de vigilantisme plutôt que de les supprimer. Cette intuition scientifique, encore mal informée dans la littérature anthropologique qui domine ce champ de la recherche, est convaincante. Le vigilantisme est en partie le résultat des liens sociaux intimes ou de grande proximité sociale ou géographique qui caractérisent une grande partie de la vie des townships, à la campagne comme en ville : comme la menace criminelle est souvent incarnée par le garçon ou le délinquant de la maison d’à côté, les peurs criminelles comme la lutte contre le crime se développent dans cette forme « d’intimité peu confortable ». Nicholas Rush Smith montre comment d’anciens amis de Sebokeng peuvent devenir des ennemis radicaux dans le contexte d’une lutte partisane accrue et violente à la fin de la période d’apartheid. Il explore également, à partir de la restitution minutieuse d’une audition de la Commission vérité et réconciliation (CVR) en 1996, comment la mère d’un ancien gangster est parvenue à se présenter comme une victime alors que toute la communauté estimait le contraire, montrant à quel point les communautés marginalisées se retrouvent parfois dans l’impossibilité de se réconcilier avec leur passé violent devant la CVR et de faire confiance en la justice du nouvel État démocratique. Par contraste, il explore également les formes de vigilantisme prévalant dans les quartiers blancs dans lesquels se développe un discours similaire à ceux des townships (l’extension d’un régime donnant des garanties légales aux criminels et aux délinquants favorise la criminalité) qui se mâtine cependant d’une rhétorique racialisée : à la différence des townships, les cibles des inquiétudes criminelles sont davantage les étrangers au quartier plutôt que les ennemis intimes de l’intérieur.

L’un des dommages collatéraux du livre est une tendance à critiquer la littérature existante sur le vigilantisme qui est analysée comme une manifestation soit de la faillite de l’État, soit d’une forte érosion de l’esprit civique. Les nombreuses références sur le vigilantisme en Afrique du Sud ou ailleurs ne se réduisent évidemment pas à ces deux approches et la plupart des spécialistes ne suggèrent jamais une seule cause pour expliquer sa production et sa reproduction. En outre, l’argument suggérant que le vigilantisme est une réponse au processus de formation de l’État a déjà été énoncé ailleurs. Ce sont toutefois des critiques mineures. Le livre de Nicholas Rush Smith devrait devenir un classique. Il se distingue des travaux existant par sa capacité à dialoguer avec une très large littérature tout en abordant des questions importantes, au-delà des questions de justice populaire, sur la fabrique au quotidien de la démocratie, sur la construction de l’État et sur l’usage du droit en pratique. En cela, il constitue bien un ouvrage central au carrefour de plusieurs traditions académiques, des études africaines à la sociologie du crime, de la police et de la violence en passant par la sociologie du droit.


NDLELA (Martin) et MANO (Winston) (dir.). Social Media and Elections in Africa, Volume 1: Theoretical Perspectives and Election Campaigns. New York, Palgrave Macmillan, 2020, 238 pages

Par Dércio Tsanszana, Sciences Po Bordeaux, Les Afriques dans le Monde (LAM)

Research that seeks to discuss the relationship between social media and electoral participation in particular, and democracy in general, is a classic area of the field of political communication. Most works, however, tackle countries in which democracy and economy are relatively more developed, as is the case with Anglo-American countries (p. 40), whereas there are few references to African countries (p. 43, 147, 217). Against this background, Martin Ndlela and Winston Mano’s book is a positive demonstration of the existence of excellent scientific production on the use of social media for political activities in African countries. By applying a comparative approach to an analysis of several countries – Ghana, Uganda, Zimbabwe, Botswana, Lesotho, Eswatini and Cameroon – the book constitutes one of the few spaces for discussion on this topic in relation to African realities. In its eleven chapters, it offers fascinating insights not only through its illustration of how social media, particularly Facebook, WhatsApp, Instagram, YouTube and Twitter, are used in elections, but above all through its study of the way they have been used to create new repertoires of political action (and political mobilisation) on the African continent, as well as “alternative media” practices (p. 61).

In chapter one, Ndlela and Mano demonstrate how social media is changing the face of election campaigning in Africa. In chapter two, Ndlela talks about social media algorithms and their impact on elections in Africa. In the third chapter, Thomas Ijere discusses the methodological basis for research on an African model of political communication. The fourth chapter, by Mano, analyses the political dimension of alternative responses to presidential tweets about elections in Africa. The seven chapters that follow present specific case studies on social media and elections in different countries: chapter five (written by Allen Munoriyarwa and Collen Chambwera) and chapter eight (by Admire Mare and Trust Matsilele) are both about Zimbabwe; chapter six (written by Wilberforce Dzisah) and chapter eleven (by Akwasi Boateng, Donald McCracken and Musara Lubombo) look at Ghana; chapter seven (by Kingsley Ngange) is on Cameroon; chapter nine (Maxwell Mthembu and Carolyne Lunga) discusses the case of Botswana, Lesotho and Eswatini and chapter ten (by Hannah Muzee and Andrew Enaifoghe) is about Uganda. The book focuses mainly on contemporary case studies, and portrays electoral processes that took place between 2016 and 2018 – which makes it even more desirable from the reader’s perspective. The Arab Spring is also mentioned as one of the key case studies for an analysis of the use of social media for political purposes on the African continent (p. 9).

One of the qualities of the book is the particular attention the authors dedicate to defining and justifying each of the terms used in it, thereby ensuring that they are never applied out of context. This helps contextualise the use of concepts that originated outside the continent. Throughout the book, the authors seek to understand the extent to which the African continent has adhered to the trend for modern, digitally enhanced election campaigns. To answer this question, they first analyse the state of digitalisation in general and the emergence of social media in the African continent in particular, and study the role of algorithms in elections (p. 14). What clearly emerges is that political parties use hybrid media campaigning strategies to engage and mobilise voters, who in turn respond to campaign messages by sharing, commenting on or creating content on different media platforms. Social media enable voters to mobilise on their own terms, either for or against political actors (p. 7).

This is an innovative approach, as it proposes an analytical model that can help us elaborate future approaches to (digital) political communication in Africa without having to rely exclusively on epistemological trends based on countries outside the African continent. In this sense, African comparative scholarship offers a new perspective for theoretical development and the expansion of research (p. 42). Because they adopt a comparative approach, the case studies in the book make it possible to understand the trends, similarities and contextual differences in Africa (p. 43-44). One of the most interesting examples of this is the chapter on Uganda. In chapter ten, Muzee and Enaifoghe examine the Ugandan case of Bobi Wine’s successful use of social media for political mobilisation, and argue that social media deliberations enhance democracy in a country in which freedom of expression is continually being curtailed (p. 205). In this context, social media becomes an opportunity to express personal opinions beyond the boundaries of political control. On the other hand, these same social media can also be spaces in which debate becomes polarised, as we see in the case of the 2018 elections in Zimbabwe (p. 27). The authors demonstrate that the “social media are reshaping much of political communication in Africa, setting up new rules, winners and losers. They are changing the way political parties and candidates campaign for public office; how they raise funds, mobilize support and establish and maintain relationships with the electorate; and how they fight their opponents” (p. 8).

Despite the quality of the case studies the book presents, it would have been valuable to address the situation in non-English speaking countries in greater depth (only one chapter does so, focusing on Cameroon). The use of social media as a space for political electoral participation has been growing in almost every country on the continent, and so it would be important to extend the comparison to French and Portuguese-speaking regions. It would also be interesting to expand on the analysis of why, despite an exponential increase in the use of the Internet during elections, electoral abstention is tending to increase across the African continent, especially among young people. This seems to reveal that there is a direct relationship between the increased use of social media and electoral participation, as can be seen from the analysis of Cameroon and Zimbabwe (p. 121, 148). This being the case, the second volume of this study (which was published in February 2020 and includes case studies on Algeria, Zimbabwe, Kenya, South Africa, Nigeria and Uganda) is undoubtedly a useful complement to the first volume, as it helps broaden the perspective of the discussion by showing that despite the fact that “social media can be seen as a liberating technology, other factors can also erode their liberating power” (p. 7). Finally, as is suggested in the book (see p. 163 and 219), more studies need to be undertaken in order to understand the negative dimension of social media, especially in the area of misinformation, hate speech and coercive use by political authorities, if the impact of the new media on electoral processes around the continent is to be completely captured.


MEROLLA (Daniela), NAÏT ZERAD (Kamal) et AMEZIANE (Amar) (dir.). Les cinémas berbères. De la méconnaissance aux festivals nationaux. Paris, Karthala, 2019, 216 pages

Par Patricia Caillé, niversité de Strasbourg

Cet ouvrage collectif dirigé par des enseignants-chercheurs de l’Institut national des langues orientales (Inalco), dont le titre suggère un enjeu fondamental, celui de la circulation et de la visibilité des films, propose une réflexion bienvenue. Composé de huit articles, il examine ce qui constitue un cinéma amazigh à partir de l’enjeu des langues, de la construction d’un espace, des représentations. Le volume se termine par un entretien avec Frédérique Devaux Yahi à qui on doit De la naissance du cinéma kabyle au cinéma amazigh (Paris, L’Harmattan, 2016) et qui revient sur différents aspects de son travail, ainsi que sur les effets délétères de l’absence d’éducation à l’image pouvant contribuer au développement d’une culture du cinéma amazigh en Algérie.

La première longue contribution de Daniela Merolla, « Peut-on parler de cinéma amazigh ? », s’attache à deux types de production, les longs-métrages de fiction qui circulent sur grand écran et les productions audiovisuelles numériques, une analyse étayée par une comparaison avec le cinéma africain. Si le développement d’un cinéma amazigh ne peut être envisagé que dans le cadre de la légitimation institutionnelle des cultures amazighes, à travers la création du Haut-commissariat à l’Amazighité en 1995 en Algérie et de l’Institut royal de la culture amazighe au Maroc en 2001, à considérer indépendamment du soutien apporté aux productions et des revendications culturelles et linguistiques militantes, Merolla insiste sur le fait que la langue, considérée comme la question essentielle, ne peut être détachée des « caractéristiques narratives amazighes » dans une « narration identitaire de “Soi” », les deux opérant dans un continuum. Rappelant que les questions que pose le cinéma ont été soulevées dans la littérature, elle note le manque de structuration du champ, les instances de légitimation fragiles et dispersées, d’où le terme plus approprié d’« espace littéraire », qui pourrait aussi inclure des films3 La comparaison avec le cinéma africain amène l’autrice à conclure que le dynamisme et la volonté des cinéastes attestent que le cinéma d’auteur amazigh existe effectivement, avant de tenter un recensement des productions audiovisuelles kabyles, chleus et soussis, et de l’activité ainsi générée dans un tel espace, tout en essayant de quantifier aussi la façon dont la dynamique identitaire entre la musique et le cinéma peut stimuler leur développement mutuel. Il en ressort un ordre de grandeur utile pour la définition de questionnements futurs. Peu soutenues, tournées très rapidement, menacées par le piratage, les productions de ce marché fragile et contraint par des conditions de fabrication précaires semblent trouver un public local heureux d’entendre cette langue. Merolla questionne pourtant les effets de telles conditions, qui vont peut-être à l’encontre des enjeux du développement d’un cinéma amazigh. Si la comparaison avec le cinéma africain est dans une certaine mesure pertinente, celle-ci ne problématise pas suffisamment une telle catégorie, ni les différences en termes d’échelle, ni la diversité au sein de chaque espace.

Dans « Le film marocain d’expression amazighe : de la confirmation de soi au pluralisme artistique et culturel », Brahim Hasnaouy examine les conditions de production des films amazighs en resituant la créativité dans une analyse des modalités de leur production. Tout en relevant les limites de la transposition de formes théâtrales ou d’oralité au cinéma, il note la capacité qu’ont eue certains de développer le jeu des acteurs, un militantisme de la langue et certains traits tout en restant dans une économie largement informelle. Si quelques films se sont imposés, comme Adios Carmen (Mohamed Amin Benamraoui, 2013) qui a remporté le Grand Prix du Festival national du film de Tanger en 2013, dans le cinéma marocain fortement soutenu, les films amazighs restent marginaux et ne sauraient selon lui constituer un cinéma amazigh.

Saïd Adel rappelle comment, dans l’Algérie post-indépendance qui avait choisi l’arabe et l’islam, la présence de la langue kabyle a été le résultat de concessions obtenues lors d’un combat mené pied à pied avec un pouvoir qui ne concède des victoires que sous la pression. Il distingue plusieurs temps de cette histoire, des années 1960 à 1992, avec la réalisation de longs-métrages de fiction qui marquent la reconnaissance de cette langue, depuis le premier film tourné en 1965, Comme une âme d’Abderrahmane Bourguemouh, aux films qui affirment l’importance historique de la Kabylie dans la guerre de libération, puis à ceux qui intègrent des éléments de langue et qui, au-delà de cela, devraient être analysés pour leur mise en scène. Kamal Naït Zerad s’intéresse au doublage des films, y compris les films étrangers doublés, et décrit les enjeux culturels de la traduction même si une telle activité est en déclin du fait des droits et des supports qui changent.

Dans une analyse détaillée des contenus, Latéfa Lafer interroge les critères de la « kabylité » des trois longs-métrages qui dans les années 1990 ont marqué la reconnaissance de ces cultures nées de la résistance et de la révolte de 1988, La Colline oubliée d’Abderrahmane Bouguermouh (1994), Machaho de Belkacem Hadjhadj (1995) et La Montagne de Baya d’Azzedine Meddour (1997). Bien que renvoyant à des thématiques, à des esthétiques et à des genres différents, l’un est une adaptation, l’autre un drame social et le troisième un film historique, ces films « sont nés d’une même intention… de donner de la visibilité à la revendication identitaire » militante liée à l’usage du tamazight, et leur fort soutien populaire en a fait un « cinéma amazigh » ou « d’expression amazighe », ce qui les situe sur un autre plan que le cinéma national algérien arabe. Elle note ainsi la « charge symbolique » du rapport à la terre et des personnages féminins qui les distingue de ce cinéma algérien.

Daniela Merolla resitue le rapport du cinéma devenu outil de la colonisation au Maghreb dans l’opposition entre ancienne ville labyrinthique et inquiétante, nouvelle ville moderne et claire, et déserts et montagnes comme espaces vides à explorer et à conquérir. Dans ce contexte, la question de l’identité passe par une redéfinition du rapport des personnages à ces trois espaces : « Filmer l’espace rural est essentiel pour s’opposer au silence » vis-à-vis de « l’existence de l’amazigh dans le cinéma postcolonial maghrébin », tandis que la ville moyenne est souvent évoquée comme « un lieu d’espoir et de réalisation » (p. 163), à l’opposé de la grande ville qui reste un lieu de domination et de péril culturel. Amar Ameziane explore la fertilisation croisée entre films et littérature, que ce soit le roman ou le conte, la présence du chant dans le film kabyle, autant d’éléments destinés à mettre en exergue des aspects méconnus de la culture berbère en Kabylie dans un cinéma dont les enjeux sont identitaires. Partant de la configuration complexe des différents éléments sonores, Salima Tenfichere situe La Colline oubliée d’Abderrahmane Bouguermouh (1996) dans le contexte des revendications identitaires, alors que Mouloud Mammeri, auteur du roman éponyme paru en 1952 en français, langue au statut ambivalent pour les auteurs berbères, a collaboré avec Bouguermouh sur le scénario. Elle considère le film comme une « pastorale berbère », ancrée dans ses thèmes galants et ses décors, et montre comment le film conjugue célébration de la culture berbère, à travers le rejet de la langue arabe, les décors naturels et un village traditionnel éloigné du progrès d’une Kabylie mythique, et dénonciation de ses coutumes comme une « entrave aux libertés individuelles », aliénation des femmes soumises à l’autorité de tous, « la parole étant impuissante à dire l’intime, à affirmer le désir singulier face aux normes établies » (p. 192).

L’ouvrage aborde le cinéma amazigh dans le cadre d’une réflexion sur le périmètre et la diversité des productions à considérer, trop souvent limités aux quelques longs-métrages de fiction légitimés par le circuit des festivals. Il soulève des questions liées aux conditions matérielles de la production et de la circulation de différentes catégories de films. Il s’agit donc d’un état des lieux nécessaire à une réflexion critique sur les conditions du développement potentiel de cultures de cinéma amazigh. Les analyses problématisent aussi le caractère militant de la langue tout en explorant la fertilisation croisée avec d’autres éléments des cultures kabyles, la musique, la littérature. À ce titre, les questions de la production des sous-titres et du doublage, des pratiques des spectateurs et de l’évolution de celles-ci au gré des usages de nouvelles technologies sont nécessaires car elles permettent d’envisager les termes du développement de cultures du cinéma. Néanmoins, de telles analyses nécessiteraient des données plus précises que celles disponibles ici, et certainement très difficiles à collecter, un travail de fourmi auprès des différents acteurs de cet espace. Les analyses sont ici fondées plus largement sur l’Algérie, qu’en est-il du Maroc et de la circulation des films entre les deux pays ? Qu’en est-il aussi, par exemple, des films qui circulent dans des festivals dont les publics ne comprennent ni l’arabe, ni ne reconnaissent aucun dialecte kabyle ? Comment et à partir de quels éléments l’amazighité est-elle construite ? En outre, une brève discussion en introduction des distinctions faites entre cinémas « berbères », « kabyles », « amazighs », et de leurs enjeux liés aussi à la littérature aurait permis de cerner plus rapidement les questionnements des articles. De même, une courte biographie des auteur·e·s permettant d’appréhender plus finement les cadres disciplinaires qui nourrissent les approches aurait été utile.


BEAUD (Stéphane). La France des Belhoumi. Portraits de famille (1977-2017). Paris, La Découverte, 2018, 352 pages

Par Jean Copans, Ceped (Centre population et développement), Université de Paris

La France des Belhoumi ? En fait, c’est le sous-titre qui nous indique l’objet de cet ouvrage, Portraits de famille, et comme la durée de cette histoire joue un rôle important dans l’étude, un petit demi-siècle, on pourrait aussi reformuler le titre au pluriel, « Portraits de familles », puisqu’à la date de l’écriture de l’enquête les âges de la fratrie Belhoumi s’échelonnent entre 47 et 31 ans et que six enfants sur huit sont mariés, sans parler évidemment des parents eux-mêmes et des douze petits-enfants. Rappelons que le père s’était engagé dans l’armée française (pas le corps de harkis) pendant les deux dernières années de la « guerre » dite d’Algérie et qu’ensuite il avait pu bénéficier de son statut de père de famille pour émigrer en France et arriver à Sardan (nom anonymisé d’une ville à 400 km au sud de Paris) en tant que manœuvre dans le BTP. Malheureusement, il se retrouve en situation d’invalidité à la suite d’une infection pulmonaire et le regroupement familial se produit à ce moment-là. Il s’agit donc tout simplement de la société française telle que l’a vécue une famille algérienne dans sa double dynamique d’arrivée dans un pays étranger (père en 1971 rejoint par la mère et les trois premiers enfants en 1977) d’une part et des cheminements de chacun de ses dix membres au fur et à mesure de leur insertion plus ou moins réussie dans l’univers social et sociologique français d’autre part.

Il faut noter tout de suite que la construction de l’objet sociologique suit un parcours très particulier puisqu’il confronte la conduite de l’enquête et de ses effets sur cinq ans (2012-2017), et que celle-ci est largement fondée sur des entretiens et des interactions téléphoniques ou par Internet (ainsi, Beaud n’a rencontré le père qu’une seule fois). Les résultats regroupent les analyses autour de trois thèmes : la famille initiale et l’arrivée en France, les enfants regroupés par genre (les cinq sœurs d’abord, en distinguant les aînées et les cadettes, puis les trois frères ensuite), et enfin la double problématique du rapport au politique puis à la religion (l’islam). L’expression Portraits de famille en évoque une autre pour ceux qui suivent l’actualité des recherches sociologiques sur ces thématiques, celle des Tableaux de famille du sociologue Bernard Lahire qui a analysé, en 1995, la scolarisation primaire de 26 enfants resitués au sein de leurs configurations familiales. Le projet affirmé de B. Lahire était, tout en s’inspirant des concepts de Pierre Bourdieu, d’expliquer les réussites apparemment paradoxales, selon la doxa des Héritiers, des enfants issus de catégories sociales défavorisées notamment d’origine immigrée. La France des Belhoumi reprend en partie la même intention, à savoir qu’il est tout de même possible pour une famille d’origine algérienne très modeste d’opérer une ascension sociale positive et une « intégration » réussie au sein de la société française.

Il est impossible de reprendre toutes les informations contextuelles (d’enquête empirique, de précision personnelle, de recontextualisation socio-historique) fournies très objectivement par S. Beaud. Ce dernier explique les raisons du déclenchement et de l’opportunité d’une telle enquête : suivre des destins féminins alors qu’il n’avait enquêté jusqu’alors que sur des garçons (voir S. Beaud, 80 % au bac, et après ?, 2004). Ses informatrices sont apparemment des plus disponibles et ouvertes pour la conduite d’une telle enquête, certaines ayant même suivi des cours de sociologie au cours de leur formation universitaire. Les cinq sœurs sont en effet titulaires de diplômes Bac +3 et Bac +5 alors qu’aucun des garçons n’a dépassé le Bac pro. Fouillant les itinéraires des unes et des autres, S. Beaud se laisse évidemment emporter par l’entregent et l’esprit d’initiative de l’aînée, Samira, puis de sa sœur cadette immédiate, Leïla, pour retracer les histoires de vie de chacune des autres sœurs (Dalila, Amel, Nadia), de chacun des frères (Rachid, Azzedine, Mounir) et enfin des parents, un père analphabète en français, au contraire de son épouse parfaitement bilingue à son arrivée en France. S. Beaud parle d’histoire orale pour souligner le fait qu’il s’agit plus que d’une collection d’entretiens (malgré la place importante accordée à leur restitution, 30 % du texte) et, surtout, il insiste sur l’aspect collaboratif de l’enquête puisque, parti d’un petit échantillon féminin, il réussit à contacter tous les autres membres de la famille (certes à des degrés variés d’intimité) pour produire ce véritable portrait au pluriel. Si j’insiste sur ces circonstances assez exceptionnelles, c’est que, de l’aveu même du sociologue, il s’agit d’une forme de co-construction de l’objet qui devient à la fois collective dans sa réalisation et dans son objet. Le fameux informateur privilégié ici est pluriel et cet avantage comparatif certain (la documentation des modulations des réussites scolaires et universitaires, le suivi précis des entrées sur le marché du travail et des parcours professionnels, les rapports aux parents, toujours présents en arrière-plan) transforme très naturellement ce tableau familial en un tableau sociologique plus large et national.

Il est connu que les mécanismes de l’ascension sociale se retrouvent dans la maîtrise des différents niveaux du système scolaire, mais aussi des avantages liés à la localisation et au statut réputationnel des établissements scolaires. Ce suivi permet de mesurer l’esprit de calcul et d’anticipation des lieux rentables de résidence, des filières professionnelles comme impasses ou, au contraire, comme tremplins vers une mobilité sociale accrue et stabilisée, nous offrant ainsi une sociologie de l’école, des fréquentations sociales familiales puis scolaires, du logement, des usages positifs des diplômes ou au contraire des blocages de carrière dus aux origines (le parcours exemplaire d’Azzedine devenu chauffeur de bus à la RATP, coincé entre le racisme latent de la direction des ressources humaines et les non-dits des syndicalistes). Ce dernier cas nous ramène d’une certaine façon sur terre en dévoilant la force des blocages inhérents à la structuration sociale des ambitions professionnelles, mais aussi des ascensions féminines contingentées de fait dans des carrières dites sociales où c’est moins l’origine immigrée que genrée qui fait la différence.

Évidemment, le lecteur un tant soit peu curieux se demandera si une famille française non immigrée aurait pu connaître un destin si différent. Cependant, S. Beaud ne s’arrête pas à cette sociologie des statuts et des mobilités et il va bien plus loin, puisqu’au moins un tiers de l’ouvrage porte sur les rapports de ses interlocuteurs à la politique et à l’islam en cette période si troublée pour la France, celle notamment des attentats islamistes des années Hollande (ainsi, seulement trois des sœurs sur la fratrie des huit ont été « Charlie » en janvier 2015). Ce sont justement ces événements qui ont mis le/la politique et, par contrecoup, la religion de l’islam au programme des échanges entre Beaud et ses informatrices et ses informateurs. Le sociologue nous a déjà expliqué la spécificité de la génération devenue adulte au cours des années 1990 (voir S. Beaud, 80 % au bac, et après ?, 2004) mais c’est la génération suivante, dix ans plus tard, qui a vécu les difficultés d’embauche et la stigmatisation arabo-islamique. La donne a changé car il existe depuis vingt ans une offre d’affiliation (ou de récupération diraient certains) islamique militante, puis radicale et djihadiste. Mais cet activisme ne concerne que de loin la partie la plus jeune (et surtout masculine) de la fratrie. En effet, les sœurs aînées ont ancré la fratrie à gauche (comme le dit le titre du chapitre 8) ; la ville ouvrière où sont installés les parents et où ils ont élevé leurs enfants vivait encore à cette époque à l’heure communiste ou socialiste, aux associations satellites encore nombreuses et efficaces (colonies de vacances, centres aérés, voyages de classe, etc.). Cette pré-socialisation se poursuit lors de la montée des sœurs à Paris, y compris à l’université pour la seconde sœur, Leïla, mais ne concerne pas toute la fratrie, loin de là. En effet, la dernière des sœurs et de la fratrie, Nadia, s’inscrit à LR après avoir fréquenté l’UMP. De leur côté, les frères récusent le rapport au politique institutionnel et semblent plus à l’aise dans une mise à distance de la condamnation principielle des « musulmans » dont ils sont les victimes.

À la dernière page de la conclusion, S. Beaud laisse en quelque sorte la parole à Samira qui note de manière désabusée, mi-novembre 2017, que : « Depuis les attentats de 2015 le regard sur nous a véritablement changé. Il y a beaucoup plus de suspicion, il y a surtout beaucoup moins de bienveillance… Il y avait [en France] une espèce de générosité, que j’ai souvent ressentie avant, et qui a disparu aujourd’hui… » Elle ajoute un mois plus tard qu’il faut « faire œuvre commune pour relever ensemble les défis qui attendent la société française… ». À chacun d’imaginer les solutions possibles trois ans plus tard mais la lecture de ce livre reste un préalable. Pour deux raisons, sinon trois : La France des Belhoumi est l’une des meilleures introductions qui soient à la saisie des dynamiques complexes qui font la société française « dans sa globalité » aujourd’hui. C’est le jeu des inégalités de genre mais aussi d’âge (en d’autres termes de moment historique : 1972 n’est pas 1985-1995 qui n’est pas 2000-2010) qui donne sens et consistance à la position sociale initiale, qui n’est nullement un déterminisme absolu.

Il n’y a aucun doute que la sociologie ethnographique (dont on peut discuter l’appellation) permet d’apprécier la minutie intime des dialectiques entre choix individuels, choix familiaux, contraintes institutionnelles, financières, et classements idéologiques. Utilisant à bon escient les leçons statistiques disponibles, les contraintes de l’actualité politique et les nouvelles technologies de la communication (déjà explorées une quinzaine d’années auparavant lorsqu’une relation opportuniste s’était déjà transformée en une enquête plus systématique dans Un jeune de cité écrit à un sociologue, avec Younès Amrani, 2004), S. Beaud construit son objet de manière permanente, pendant toute la durée de l’enquête, découvrant des « trous » (l’expression est de lui) au fur et à mesure de sa recherche et dialoguant tout au long avec ses informatrices privilégiées de ses constats, de ses questions et de ses hypothèses pour intégrer certains éléments de leurs réponses à ses propres analyses. La recherche ici n’est qu’un work in progress continuel, ce qui soulève une conclusion autant épistémologique que financière : la construction (préalable) de l’objet peut être très rapidement remise en cause de façon irréversible dans ce type de recherche au point de modifier la durée nécessaire au bon déroulement de l’enquête, ce qui peut évidemment finir par poser des problèmes budgétaires, et même administratifs.

  1. See J. I. Guyer, Money Matters: Instability, Values and Social Payments in the Modern History of West-African Communities, Portsmouth/Woodbridge, Heinemann/James Currey, 1995 ; J. I. Guyer, Money Struggles and City Life: Devaluation in Ibadan and Other Urban Centres in Southern Nigeria, 1986-1996, Portsmouth, Heinemann, 2002, and, informality and labor as in J. I. Guyer, An African Niche Economy: Farming to Feed Ibadan, 1968-88, Londres, Edinburgh University Press, International African Institute, 1997. []
  2. F. Nyamnjoh, « Incompleteness: Frontier Africa and the Currency of Conviviality », Journal of Asian and African Studies, vol. 52, n° 3, 2017, p. 267. []
  3. Voir à ce titre la distinction éclairante que fait Abir Kréfa entre champ, espace et univers pour la littérature tunisienne. A. Kréfa, Écrits, genre et autorité. Enquête en Tunisie, Paris, ENS éditions, 2019, p. 61-77. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search