« Tedjemerwal » : ressorts sociaux, enjeux matériels et significations locales d’une entrée en guerre

A l’heure de publication de ce billet, l’armée éthiopienne a repris au TPLF les villes de Dansha, May Kaydra, Humera, Addi Ramets et Alamata. Les combats sont maintenant plus intensifs sur le front Est, où l’armée veut avancer en direction de Mekellé. Des forces érythréennes ont été vues en appui de l’armée éthiopienne à Humera, et le TPLF a déclaré que l’érythrée avait attaqué plusieurs points sur la frontière. Le TPLF a bombardé des cibles militaires et des aéroports dans les villes de Bahr Dar, Gonder et Asmara.  Des missiles sont aussi tombés dans les campagnes du Nord-Gonder, notamment près de Debarq. On compte plus de 20 000 réfugiés au Soudan, et d’autres arrivent dans les villes de l’Amhara. Les appels répétés du TPLF pour des négociations ont été rejetés par le gouvernement. En dehors du Tigray, de nombreux fonctionnaires Tigréens ont été mis en congés forcés, d’autres ont été arrêtés et accusés d’être membres du TPLF. D’autres Tigréens se sont vus refuser d’entrer dans le pays, ou d’en sortir. Des journalistes ont été arrêtés et le gouvernement multiplie les communiqués et les démentis pour imposer sa version d’une « opération de restauration du respect de la loi.

À Soroqa, ville frontalière entre les régions Amhara et Tigray,  les tirs ont commencé quelques minutes après minuit, le 4 novembre 2020. Réveillés par le crépitement des mitrailleuses et les lourdes explosions d’artillerie, les nombreux hommes en armes présents dans la ville se sont dirigés vers le front, au nord, quand les femmes et enfants prenaient la route en sens inverse, guidant le bétail à l’abri, en campagne. Toutes et tous se passaient le mot, se réconfortant en partageant une évidence : « c’est parti ! » (tedjemerwal)

Carte de la région Nord-Ouest de l’Ethiopie.

Un peu plus d’une heure après le début des combats, on apprenait par un communiqué du Premier ministre que le Tigray’s People Liberation Front (TPLF), au pouvoir dans la région du Tigray, aurait attaqué les camps de l’armée fédérale situés dans sa région, dans le but d’en saisir les armes. Le Premier ministre affirmait que la « ligne rouge » avait été franchie par le TPLF. Dans un message vidéo diffusé quelques heures plus tard, il avançait que ces « traîtres éthiopiens » avaient « mordu le sein »de l’Éthiopie,qui les a nourris1. Les plus âgés ont souri d’entendre de la bouche du lauréat du Prix Nobel de la Paix 2019 des mots si proches de ceux qui avaient ponctué les discours de Mengistu Hailemariam à l’encontre des combattants érythréens et tigréens, dans les années 19802.

Malgré les efforts déployés par les équipes de communication gouvernementales pour faire passer ces opérations pour des mesures visant à restaurer l’ordre légal, dans les campagnes du Nord Gonder, il était d’emblée évident qu’il s’agissait bien du déclenchement d’une guerre3. Une guerre à l’ancienne, avec ses troupes qui avancent au sol, ses mouvements tactiques, ses levées de milices et ses discours haineux. Alors que les premières voitures de combattants défilaient en direction du front, un tenancier de café d’Asheré, ville à une trentaine de kilomètres de Soroqa, déclarait « tant qu’il y aura des punaises de lit et des Tigréens, on n’aura pas la paix. Ils vont payer un peu le prix du sang ! »4. « On aurait dû commencer plus tôt ! Faut qu’on y aille aussi, allez ! » renchérissaient des jeunes venus écouter le message du Premier ministre, qui tournait en boucle5.

Cette guerre apparaît aujourd’hui être le résultat de l’incurie d’élites partisanes qui n’ont pas su régler les luttes factionnelles internes au parti-État de l’Ethiopian Peoples’ Revolutionary Democratic Front (EPDF), coalition de partis créée autour du Tigray People’s Liberation Front(TPLF) gouvernant l’Éthiopie depuis 1991. Malgré l’ouverture politique qu’ont permise les mouvements sociaux de 2014-2017, l’émergence des activists, leur usage des réseaux sociaux6, et le retour en 2018 de l’opposition exilée, les discours sur le champ politique éthiopien demeurent concentrés sur les rapports de forces entre élites7. De nombreuses analyses ayant décrypté et commenté les rapports de forces entre figures politiques et partis, c’est un point de vue différent que propose ce texte8.

Il est écrit à chaud, dans le cadre d’un séjour en cours dans la zone du Nord-Gonder, avec pour but initial d’étudier les formes du nationalisme amhara et les pratiques des militants qui s’en revendiquent9. Lorsque la guerre a commencé, j’étais depuis deux semaines au contact de divers groupes nationalistes amhara dont la plupart des membres étaient originaires des zones rurales de Tegedé et Wolqayt. Si les membres de ces mouvements empruntent aux registres identitaire et nationaliste pour affirmer leurs positions, les dimensions foncière et agraire de leurs revendications sont frappantes. Par ce texte, je cherche à proposer quelques pistes localisées de compréhension du conflit, nuançant à la fois les lectures identitaires et les analyses élitistes des joutes politiques10. En dévoilant quelques aspects matériels, et notamment fonciers, de la guerre en cours, je cherche à restituer l’épaisseur sociale du conflit, en en proposant une interprétation plus proche des préoccupations populaires.

La course aux armes, entre milices et militarisation

Une première manifestation concrète des effets dans le corps social des joutes entre élites réside peut-être dans la course aux levées de milices dans laquelle se sont engagées les dirigeants de chaque camp depuis l’arrivée d’Abiy Ahmed au pouvoir en avril 2018. Le Premier ministre lui-même avait créé une garde républicaine chargée de sa sécurité et de celles des hautes personnalités du régime en juin 2018, suite à l’attentat qui l’avait pris pour cible place Mesqel à Addis Abeba, le 23 juin. Bien dotée financièrement, la garde républicaine a depuis été exhibée comme une troupe d’élite lors de plusieurs défilés11.

Au Tigray, on sait que des camps formaient des hommes, et parfois des adolescents, depuis fin 2018 au moins. Des recruteurs du TPLF sont même allés au Soudan convaincre des jeunes partis tenter leur chance sur les routes migratoires qu’un retour au pays avec un salaire fixe était envisageable12. Les recrues ont été généralement intégrées dans les forces spéciales de la région. Au Tigray comme dans les autres régions, une telle appellation fait référence aux troupes les mieux armées sous commandement régional, distinctes à la fois de la police fédérale et de l’armée. Cela cache en fait des troupes souvent disparates, plus ou moins bien armées et entraînées.

La région Oromia a fait beaucoup parler d’elle pour sa capacité à lever des forces armées. Les milliers de policiers régionaux formés l’an passé avaient été exhibés en d’impressionnantes parades, assortis de discours agressifs prononcés par plusieurs officiels13. Les recrutements dans l’armée n’ont pas faibli dans la région. Pour le pouvoir, l’enrôlement dans les forces de l’ordre est un bon moyen de « recycler » des qeerrodevenus beaucoup trop dangereux14. Les policiers de l’Oromia sont généralement identifiées comme « les hommes de Shimeles », du nom du président de la région, à la manière dont la garde républicaine est « à Abiy»ou les forces spéciales amhara « les hommes d’Asaminew ».

En région Amhara, le général Asaminew Tsigé, libéré par Abiy avant d’être placé responsable des forces de sécurité de la région et qui s’employait à rattraper le retard vis-à-vis de l’Oromia en termes de levée de milices, a été tué en juin 2019 près de Bahir Dar suite à ce qui a été appelé une « tentative de coup d’État régional manquée ». À l’époque, le gouvernement fédéral a tenté de freiner cette dynamique de levée de milices en région Amhara, mais adopte depuis lors une position beaucoup plus conciliante. De fait, le gouvernement fédéral savait depuis plusieurs mois qu’il avait besoin d’alliés politiques, et il était à ce titre crucial de ne pas s’aliéner le soutien de la branche Amhara du parti de la Prospérité (PP), au pouvoir en région Amhara15. Les récents massacres qui se sont multipliés dans les périphéries et qui ont souvent visé les populations amhara rendaient les autorités régionales amhara de plus en plus proche des positions des nationalistes16. Pour le gouvernement fédéral, les alliés politiques d’hier deviennent  les alliés militaires d’aujourd’hui : il s’agit pour lui de tenter de s’arroger une partie du soutien populaire dont bénéficient les mouvements nationalistes amhara. D’autant plus que ces derniers peuvent revendiquer une base sociale forte et diverse.

Les mouvements nationalistes amhara

L’émergence d’un nationalisme amhara dans les années récentes est un phénomène relativement paradoxal. Certes, des tentatives de politisation de l’identité amhara en tant que telles avaient eu lieu au début des années 1990, autour d’Asrat Woldeyes17. Mais jusqu’alors il n’existait pas de revendication nationaliste amhara au sens de Gellner – nul groupe n’essayait de faire coïncider les unités politiques et nationales, puisqu’en quelque sorte elles coïncidaient déjà : l’Éthiopie était l’ensemble politique gouverné par des élites principalement amhara18. L’identité amhara était de fait beaucoup plus adaptable qu’elle ne l’est après près de trois décennies de fédéralisme ethnique, et les régionalismes (Gonder, Gojjam, Wollo, Shoa) étaient des marqueurs plus pertinents que l’« Amharaité »19.

Aujourd’hui, le Mouvenement national Amhara (Aben) revendique un nationalisme amhara et pas simplement éthiopien. Le nationalisme amhara n’est plus seulement fondu dans une éthiopianité plus large. En 1994, les élites de l’Ethiopian People’s Democratic Movement (EPDM) avaient déjà été contraintes d’opérer un basculement, en se renommant Amhara National Democratic Movement (ANDM) pour correspondre au cadre ethno-national de l’EPRDF. C’est ainsi que les élites d’un groupe politiquement dominant se sont converties au langage des groupes historiquement marginalisés : l’ethnicité. Les élites amhara ont été provincialisées, mais sans s’appuyer sur un mouvement nationaliste fort, ni produire de discours nationaliste exclusivement amhara.

Les groupes aujourd’hui actifs en région amhara produisent au contraire de tels discours, sans toutefois enterrer les revendications nationalistes « éthiopiennes »20. Parmi ces groupes, les fanno méritent une attention particulière. Historiquement, le fanno est un paysan armé qui se joint aux campagnes militaires aux côtés des troupes du roi, participant à la guerre sans désirer de salaire. Le terme a une forte connotation nationaliste, les fanno étant liés à l’idée d’une défense de l’Éthiopie : ilsfaisaient partie des arbegnoch¸ les patriotes qui ont défendu le pays contre les invasions pendant des siècles. Un ancien fanno, ayant passé deux ans dans le maquis en Érythrée de 2002 à 2004 avant d’en passer autant en prison en Éthiopie de 2009 à 2011 pour ses activités politiques résume :

« Fanno, c’est n’importe qui portant une arme. Ce sont des personnes privées qui ont des armes et qui défendent la région. Fanno, c’est-à-dire quelqu’un qui a son arme privée et qui est le gardien de la région, en-dessous du gouvernement […] Avant, tout le monde était fanno, si tu as une arme et que tu n’es pas dans l’armée, tu es fanno. Maintenant, on a l’impression que c’est quelque chose d’organisé, de structuré, mais les fanno, ce n’est pas nouveau, pas du tout. Avant, tout le monde était fanno en fait. […] Tant qu’il y a l’Ethiopie, il a des fanno »21

Aujourd’hui, c’est ce terme de fanno qu’ont choisi des associations de jeunes des villes de l’Amhara pour se nommer. Surtout constitués d’activistes urbains, ces groupes de fanno sont très actifs sur les réseaux sociaux et dénoncent, aux côtés du Mouvement nationaliste Amhara (Aben), les violences dont sont victimes les Amhara à Mettekel, Gura Ferda ou dans le Wellega22. Gura Ferda avait déjà vu des violences similaires, sur fond de tensions foncières, dans les années précédentes, notamment en 2013. Les transactions foncières passées par des cultivateurs originaires des hautes terres il y a parfois plusieurs décennies sont aujourd’hui réinterprétées à l’aune du fédéralisme ethnique et de l’augmentation de la pression foncière.23. Parfois, ces groupes de jeunes se sont engagés dans des opérations militaires, notamment en 2019 et début 2020 contre des milices qemant autour de Gonder24. Ils ont aussi occasionnellement effectué des opérations conjointes avec des groupes d’anciens shifta, ces « bandits sociaux » bénéficiant parfois d’un soutien populaire impressionnant, en conflit contre le gouvernement, et qui sont nombreux dans la région de Gonder.

Plusieurs d’entre eux ont passé des accords avec le gouvernement depuis l’arrivée d’Abiy Ahmed au pouvoir. Ces accords ont notamment fait suite à la prise de position de l’Amhara Democratic Party (ex-ANDM) en faveur des revendications foncières historiques de nombreux mouvements amhara pour le rattachement des wereda de Wolqayt et Tsegedé à la région Amhara25. Shialeqa26 Mesafint, qui avait mis quelques troupes de l’EPRDF en déroute en 2016, ainsi qu’Aregga, connu pour avoir passé plusieurs années dans le maquis, font partie de ces hommes. Depuis, ils sont en négociation avec le gouvernement régional pour obtenir des terres dans les environs de Metemma, pour services rendus à la cause amhara.

Le général Asaminew Tsigé, avait intégré plusieurs anciens shifta dans l’appareil d’État. En particulier le shialeqa Dedjené Maru, originaire de Tegedé et très respecté pour ses deux ans dans le maquis et ses positions jusqu’au-boutistes sur la question de Wolqayt. Il commande aujourd’hui un millier de forces spéciales amhara et a guidé les opérations contre le Tigray dès la nuit du 3 au 4 novembre 2020. Depuis, ses hommes sont entre Dansha et Humera, ayant notamment pris possession des fermes de Banat, plus de 3000 hectares de sésame et de coton appartenant à EFFORT, la fondation contrôlée par le TPLF27.

Les forces spéciales amhara sont composées de nombreux anciens soldats, à la fois d’anciens rebelles ayant stationné en Érythrée et d’anciens soldats de l’armée fédérale. D’anciens membres de Ginbot 7, ayant entamé très jeunes la lutte armée vers le milieu des années 2010 et étant rentrés en héros en 2018, sont aujourd’hui sous les ordres de Dedjené Maru28. Ils cultivent souvent une rancœur marquée contre Ginbot 7 et son chef Berhanou Negga qui les auraient abandonnés après leur retour au pays. Ils font en revanche montre d’une reconnaissance marquée pour Asaminew Tsigé et Dedjené Maru qui leur ont permis de rentrer dans les forces spéciales, leur assurant équipement et salaires.

Dans les premiers jours du mois de novembre, tous affirmaient que les combats étaient pour bientôt. Les tensions entre le gouvernement fédéral et le TPLF au sujet du commandement Nord de l’armée étaient suivies avec attention par les forces massées à la frontière. Que l’argument gouvernemental d’une attaque du TPLF sur l’armée soit vrai ou non, il est certain que les forces spéciales amhara étaient prêtes à entrer en guerre. Ces jours-là, Soroqa comptait peu d’hommes adultes non armés, au point qu’une blague circulait lorsqu’on en croisait un : « lui, il l’a laissée chez lui ! [son arme]».

La ville abritait un camp de 200 fanno originaires de Wolqayt, reconnaissables par leur uniforme vert avec une longue bande vert-jaune-rouge au-dessus de la poche gauche. « On a fait ça pour être reconnus, pour ne pas être confondus avec les bandits qui se disent fanno », déclaraient-ils deux jours avant le début des combats29. Dans la nuit du 3 au 4, ils se sont joints aux forces spéciales pour rentrer au Tigray.

Wolqayt, Tedegé : les ressorts fonciers d’un nationalisme rural

Vue de Tégédé aux environs de Qeraqer, le 3/11/20 (Crédit : Medhi Labzaé)

Au sujet de ces fanno originaires de Wolqayt, des paysans de Tegedé riaient, le 5 novembre : « eux, aujourd’hui, ils sont heureux ! »30. Un des chefs de ces fanno m’avait déclaré la veille même : « on reprendra nos terres quoi qu’il en soit, ce n’est pas dans nos traditions de vivre dans la mendicité comme maintenant. Il y en a même qui refusent l’aide versée par la région, ici. »31. Et en effet, la guerre actuelle apparaît comme une occasion historique pour ces déplacés ayant perdu leurs terres plus au nord, et ayant généralement fait de longs séjours en prison.

Les partisans du rattachement de Wolqayt à la région Amhara arguent du fait que la frontière entre Tigray et Gonder aurait toujours été la rivière Tekkezé32. Selon eux, tout ce qui est à l’ouest de cette rivière est historiquement amhara. Le TPLF n’aurait commencé à coloniser cette partie du pays qu’en 1980, pour l’intégrer au Tigray à la fin de la guerre civile. Depuis, Wolqayt et Tegedé sont devenus des symboles de la lutte des amhara pour leurs terres ancestrales, et de ce fait des symboles nationalistes33. Les déplacés de Wolqayt répètent que les autorités du TPLF étaient très claires, convoquant régulièrement des réunions pour leur expliquer : « on veut votre sol et vos femmes, les hommes, vous pouvez partir »34. Un autre fanno déplacé à Qeraqer, ville de Tegedé frontalière entre Amhara et Tigray, expliquait, la veille de l’entrée en guerre : « ils sont clairs. Ils t’envoient un des leurs, un type sympa, et il te dit : tu as trois choix. Soit tu deviens tigréen, soit tu pars, soit tu seras tué »35.

Une fois Wolqayt rattaché au Tigray, le TPLF a multiplié les plans d’installations de populations tigréennes à Wolqayt afin de modifier la répartition démographique locale. C’est un fait : l’EPRDF a privilégié les programmes de déplacements de population à l’intérieur des régions plutôt qu’à travers tout le pays, en particulier depuis 200336. Il est donc logique que ce soient des Tigréens qui aient été installés à Wolqayt au fil des programmes. Wolqayt étant composée de quelques hautes terres autour d’Adi Ramets mais surtout de basses terres propices aux cultures d’exportation, il était logique pour le TPLF d’y déplacer les paysans des régions densément peuplées et à première vue moins fertiles du centre et de l’est du Tigray.

Les déplacés de Wolqayt citent des dizaines de noms de personnes que les forces de sécurité du Tigray ont fait disparaître, au fil des décennies. L’un jeté d’une falaise, l’autre battu à mort, et tant d’autres enfermés dans le noir dans cette étuve qu’est la prison de Humera. Les premiers concernés attribuent de tels agissements à la haine tenace qui animerait les Tigréens à l’encontre des Amharas. Pourtant, ici comme toujours, ces perceptions ethnicisées renvoient à des considérations matérielles qu’il importe d’objectiver, au premier rang desquelles les rapports fonciers.

Wolqayt et Tegedé sont constitués essentiellement de vastes espaces de basses terres chaudes, permettant la culture du sésame et du coton. Historiquement, comme toutes les basses terres de l’ouest de l’Éthiopie, il s’agit d’hinterland pour les royaumes chrétiens des hautes terres : des espaces où l’on descendait se mettre à l’abri d’un rival, où l’on chassait le gros gibier, où l’on menait des razzias. Il s’agissait aussi de terres où quelques paysans descendus des hautes terres pouvaient cultiver des surfaces bien supérieures aux normes des hautes terres. Jusqu’à aujourd’hui, il n’est pas rare de voir des paysans cultiver entre 10 et 50 hectares. Dans la région de Dabat, chef-lieu de l’awradja où Wolqayt était située avant la révolution de 1974, cultiver un hectare fait d’un paysan quelqu’un de relativement riche.

On comprend que les paysans des basses terres que le TPLF a rencontrés dans les années 1980 n’étaient pas seulement « des Amharas ». Pour les combattants d’une guérilla marxiste-léniniste, ils étaient aussi des féodaux. En revendiquant de telles étendues, les paysans de Wolqayt devenaient des ennemis politiques pour des guérilleros qui faisaient de la réforme agraire l’un des piliers de leur légitimation dans les campagnes. Rappelons que c’est depuis ces zones qu’opéraient les combattants de l’Ethiopian Democratic Union, premiers opposants armés au TPLF pendant la guerre civile et généralement perçus comme un groupe d’extraction nobiliaire. Rappelons aussi qu’en œuvrant à la constitution d’un front uni de partis d’oppositions « ethno-nationaux », puis en instaurant le système institutionnel ethno-fédéral, le TPLF a œuvré très activement à faire de l’oppression « ethno-nationale » la principale grille de lecture de la domination en Éthiopie, supplantant l’interprétation marxiste d’un « féodalisme » éthiopien qui avait dominé dans les années 196037.

Au fil des ans, les politiques foncières menées par l’administration TPLF ont été perçues ici comme dans beaucoup d’autres endroits comme les outils d’une domination ethno-nationale. La formalisation des droits fonciers, mené à partir de 2009, incluait ici aussi que les paysans des hautes terres ne pouvaient pas disposer de plus de 5 hectares, les surfaces étant revues en fonction de la taille de la famille. Cette mesure, pensée comme favorisant l’égalité entre petits paysans dans un contexte de pression foncière, a été vécue comme une spoliation pour les paysans amhara qui disposaient de bien plus.

De même, les formalités nécessaires à l’obtention d’un permis d’investissement ont souvent rebuté de riches exploitants amhara qui revendiquaient parfois plus de 100 hectares38. Sous l’EPRDF, l’obtention des permis d’investissement et la régularisation de l’usufruit des terres ont été conditionnées, comme partout en Éthiopie, à l’inscription du demandeur dans les structures politiques du parti. Il fallait être membre et actif pour ne pas être considéré comme un « rentier ». De riches paysans racontent aujourd’hui comment ils ont vu leurs terres être attribuées à « des Tigréens », qui étaient aussi voire surtout des membres actifs du TPLF, et bénéficiaient ainsi de facilités pour obtenir des crédits de la Banque de Développement Éthiopienne.

Pour de nombreux paysans en région Amhara, voir Wolqayt réintégré dans l’Amhara et mettre fin à ce que plusieurs paysans rencontrés appellent « la différence ethnique » permettrait aussi de rouvrir des opportunités commerciales. Les tensions autour de Wolqayt depuis 2016, les conflits sur la « question qemant » et les craintes des marchands et chauffeurs amhara de se rendre côté Tigray ces derniers mois ont entraîné la fermeture de l’accès à ces marchés pour les paysans de Tegedé et Armach’ho. Les conséquences s’en font sentir jusque sur les hautes terres. Début 2020, les paysans de Wegera (wereda situé juste au Nord de Gonder) s’en plaignaient beaucoup. L’un d’entre eux s’emportait : « Avant, les marchands venaient de Humera. Dans ce temps-là, c’était bien, on leur achetait du sorgho. Mais maintenant ils nous ont fermé la route, pour qu’on ne mange pas de sorgho. Maintenant il n’y a plus de gouvernement ! Cela fait un an qu’on n’a plus de gouvernement ! [mengist] »39. En novembre 2020, des producteurs de sorgho du wereda de Tegedé dénonçaient la situation, depuis une position inverse : ils n’ont plus accès aux marchés de Dansha pour écouler leur production, et se retranchent vers Gonder, où les coûts de transports sont plus importants.

L’espoir de reconquête

Expliciter ces dimensions foncières permet de restituer leurs sous-bassements matériels à des conflits perçus comme uniquement « identitaires », et parfois exprimés a priori selon le lexique identitaire par certaines parties prenantes. C’est cependant à travers le prisme foncier que les affrontements sont perçus par l’essentiel des populations paysannes. Le 4 novembre, les miliciens de nombreux qebelé se dirigeaient vers le front40. Mais surtout, dans la ville de Sandja, entre Gonder et Soroqa, de jeunes fanno en armes faisaient la queue pour monter sur les pick-ups des investisseurs qui les emmèneraient au front. Pour les jeunes des basses-terres du Nord Gonder, l’espoir de voir Wolqayt et Tsegedé revenir en Amhara est celui d’obtenir leurs propres terres. Dans les jours suivants, des files similaires de jeunes gens souhaitant s’engager se sont formées à Debarq, Dabat, alors que de jeunes hommes allaient de bureaux en bureaux à Gonder pour chercher à se faire enrôler.

La guerre est perçue comme une opportunité historique de récupérer Wolqayt. Cette dimension foncière explique pour partie le ralliement assez massif des populations aux opérations militaires en cours. Le nationalisme s’ancre dans ces revendications. La prise des fermes de Banat a été accueillie comme une victoire militaire majeure, bien qu’elle ne soit pas confirmée de source officielle ou sérieuse.

Cette guerre vient donner un contenu concret aux discours nationalistes amhara. Là où les dénonciations par le Mouvement Nationaliste Amhara (Aben)des violences touchant les Amharas permettaient au mieux la mobilisation de militants urbains et souvent fonctionnaires, le conflit est aujourd’hui doté d’enjeux très directement perceptibles pour les habitants des zones rurales du Nord Gonder. Il donne l’occasion d’incarner la figure du fanno qui se bat (pas celui qui publie des textes sur facebook). Shialeqa Mesafint aurait rejoint le front avec ses hommes, tout comme Aregga. Des associations de résidents de Gonder préparent des banderoles pour célébrer la prise de Humera.

L’apparent soutien populaire rend l’avenir plus inquiétant encore : d’éventuelles négociations devraient nécessairement poser la question de Wolqayt. Les autorités de la région Amhara n’accepteraient certainement pas le maintien de Wolqayt au Tigray, les groupes armés n’abandonneraient certainement pas le combat dans ce cas et mettraient les autorités sous pression. Mais voir Wolqayt rattaché à l’Amhara serait une humiliation majeure pour le TPLF, qui ne l’accepterait probablement qu’en y étant acculé militairement. Dans le flot de rumeurs qui circulent, les téléphones commencent à afficher les photos des combattants tigréens tués. À Gonder, chacun souligne qu’il s’agit « de gamins » – et ils ont effectivement l’air très jeune. Cela est interprété comme une démonstration de plus de la barbarie du TPLF, qui déclenche une guerre au moment des récoltes pour y faire tuer ses enfants. Mais dans les campagnes alentours, les jeunes qui cherchent à rejoindre le front sont à peine plus vieux.

Gonder, 6 novembre 2020 (édité le 15 novembre)

  1. Voir le message d’Abiy Ahmed (en amharique), mis en ligne par Addis Media le 4 novembre 2020 []
  2. Au-delà des discours de Mengistu aujourd’hui souvent regardés comme des pièces d’humour, voir le parallèle impressionnant des similitudes des discours d’Abiy et Mengistu dressé dans cette vidéo (« Les deux Dergs ! Derniers discours du grand Derg et du petit Derg (celui du colonel Abiy Ahmed et celui du colonel Mengistu Hailemariam), 3 juillet 2020 » (en amharique) postée sur YouTube le 3 juillet 2020. Les deux dirigeants se présentent comme des garants de l’unité de l’Éthiopie qui tentent tout pour garder l’unité du pays mais qui sont poussés par leurs opposants à prendre des mesures fortes pour faire respecter la loi. Les opposants sont présentés comme des ennemis du pays et de son unité. La fin du discours de Mengistu sur l’armée est de manière très frappante similaire au discours d’Abiy du 4 novembre (voir à partir de 13:35 dans la dernière vidéo citée). []
  3. Voir notamment la vidéo postée par Abiy Ahmed sur Facebook le 12 novembre 2020 []
  4. Notes de terrain, Asheré, 4 novembre 2020 []
  5. Idem []
  6. Le terme activist a été adopté dans l’amharique courant depuis quelques années pour désigner des militants souvent urbains, jeunes, utilisant de manière intensive les réseaux sociaux. En relayant les appels à manifester et en forgeant les discours revendicatifs, cette figure relativement nouvelle a joué un rôle dans les mobilisations sociales et politiques depuis 2014. []
  7. Les rapports entre différents segments des élites et les luttes factionnelles qui se jouent en leur sein font l’objet de beaucoup de commentaires, mais elles parviennent à conserver une forte opacité, notamment du fait des structures partisanes. Il n’en demeure pas moins que dans ce contexte, les accords interpersonnels entre dirigeants sont parfois plus déterminants dans l’évolution des rapports de forces politiques que des mouvements sociaux d’ampleur. []
  8. Voir par exemple les analyses très pertinentes de René Lefort, par exemple « From his pulpit, amid a crisis, Abiy regally dismisses his opponents », Ethiopia Insight, 11 mai 2020 : ou le résumé de la crise récemment proposé par Awol Allo : « Civil war in Ethiopia : Who, why, what ? », Awash Post, 2 novembre 2020. []
  9. Ce séjour de terrain est organisé grâce à un financement « Atlas » de la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme de Paris et au soutien du Centre français des études éthiopiennes d’Addis-Abeba. []
  10. Pour protéger les personnes citées dans ce texte, je ne cite pas leurs noms et m’en tiens à un niveau de précision factuelle qui ne permet pas de les identifier. []
  11. Voir notamment lors de l’inauguration du Sheger Park :  Brook Abdu, « On Guard », Ethiopian Reporter, 12 septembre 2020 []
  12. Entretiens téléphoniques avec un jeune approché à Khartoum, septembre 2020. []
  13. Voir les articles de Borkena, média assez hostile aux revendications nationalistes oromo : « Oromia regional state added 6,000 forces to its security apparatus », Borkena, 4 novembre 2018 ; « Oromia region security continues to swell, thousands of special forces added »,  Borkena, 29 décembre 2019 []
  14. Ces groupes de jeunes gens souvent armés se sont fait connaître pendant les manifestations de 2014-2017 et ont été auteurs de nombreuses violences en octobre 2019 puis juillet 2020. Sur les qeerroo, voir notamment l’article de Mosisa Aga, « Qeerroo : A regimented organization or a spontaneous movement ? », Ethiopia Insight, 21 août 2020 []
  15. Si le PP n’est plus officiellement structuré sur des lignes ethniques, en pratique les anciennes organisations que sont l’Amhara Democratic Party ou l’Oromo Democratic Party, au pouvoir dans leurs régions respectives, continuent de fonctionner indépendamment. []
  16. Notamment les violences successives dans le Wellega et à Metekkel. Sur Metekkel, voir « Analysis : Weeks long attacks on civilians leave several dead, injured in Metekel Zone, Benishangul Gumuz Region », Addis Standard, 16 septembre 2020. Sur le dernier massacre dans le Wellega, voir par exemple « At least 54 killed in Ethiopia massacre, says Amnesty », The Guardian, 2 novembre 2020 []
  17. Chirurgien cardiologue ayant d’importants relais dans la diaspora éthiopienne aux États-Unis et aujourd’hui considéré comme l’un des pères du nationalisme amhara. []
  18. Sur la pensée du nationalisme chez Gellner, voir son Nations and nationalisms, Ithaca, Cornell University Press,1983. []
  19. Voir notamment Christopher Clapham, Haile Selassie’s Government (1930-1974), Los Angeles, Tsehai Publishers, 2012 ; Donald L. Levine, Wax & Gold: Tradition and innovation in Ethiopian culture, Chicago, Chicago University Press, 1964. []
  20. Voir Mehdi Labzaé, « « On n’a pas quitté l’éthiopianité de gaîté de cœur » : émergence et organisation de mouvements nationalistes amhara », Carnet du CFEE, 27 avril 2020 []
  21. Entretien, 21 septembre 2020. []
  22. Sur les massacres visant des Amhara à Gura Ferda, voir Borkena, « Bench Sheko Gura Ferda Massacre : 31 innocent civilians killed », 23 octobre 2020 []
  23. Pour une explication de dynamiques similaires, voir Mehdi Labzaé, « Le fédéralisme ethnique au prisme de la formalisation des droits fonciers : le cas de la zone Majang (Gambella) », Politique africaine, n°142, 2016, pp. 101-120. []
  24. Les Qemant sont un peuple apparentés aux Agew, vivant dans la région de Gonder. Dans les dernières années du régime EPRDF, des revendications d’autonomie des Qemant ont été portés par un comité dont ses opposants disent qu’il est une pure création du TPLF. Quelques affrontements entre Qemant et Amhara appuyés par la police fédérale ou l’armée ont eu lieu autour de Gonder de 2016 à 2020. La langue qemant est aujourd’hui parlée par très peu de personnes et les zones de peuplement qemant étant difficilement différenciables des zones de peuplement amhara, beaucoup nient toute légitimité aux revendications qemant. []
  25. Wolqayt est le wereda frontalier à la fois du Soudans et de l’Érythrée, au nord-ouest de l’Éthiopie. Tsegedé est l’appellation tigréenne de Tegedé, une province constituée en wereda aussi du côté Amhara de la frontière entre les deux régions : Tsegedé au Nord (Tigray), Tedegé au Sud (Amhara). []
  26. Grade de l’armée correspondant à un chef ayant théoriquement 1000 hommes sous ses ordres. []
  27. Sur EFFORT, voir Sarah Vaughan et Mesfin Gebremichael, Rethinking business and politics in Ethiopia: the role of EFFORT, the Endowment Fund for the Rehabilitation of Tigray, Londres, ODI, 2011. []
  28. Parti d’opposition fondé en 2008 par d’anciens membres des coalitions d’opposition des élections de 2005, classé comme terroriste par le gouvernement éthiopien en 2011. Ce parti est rentré en Éthiopie en 2018 à la faveur de la libéralisation annoncée par Abiy Ahmed, et a depuis été renommé Izéma – acronyme de YeItyopya Zégotch leMaheberawi feteh : « Citoyens éthiopien pour la justice sociale ». Sur la structuration de l’opposition sous l’EPRDF, voir Jean-Nicolas Bach, « Les élections éthiopiennes de 2015 : un drame en trois actes pour l’opposition libérale multinationale », Critique internationale, n°76, 2017, pp. 147-175. []
  29. Entretien, Soroqa, 2 novembre 2020. []
  30. Notes de terrain, Asheré, 4 novembre 2020. []
  31. Entretien, Qeraqer, 3 novembre 2020. []
  32. Voir le livre (en amharique) d’Atchamyelleh Tamzu, L’affaire de Wolqayt [የወልቃይት ጉዳይ], édité et publié par l’auteur en mars 2020, pour un exemple d’argumentation sur l’histoire de Wolqayt et de Tegedé. []
  33. Sans rentrer dans les débats historiques qui mobilisent souvent beaucoup de catégories anachroniques, soulignons que l’amharique, le tigrigna et dans une moindre mesure l’arabe soudanais semblent avoir été les langues principalement parlées dans ces zones, comptant de nombreux polyglottes. []
  34. Propos rapportés par un membre du Comité Wolqayt, entretien, Gonder, 26 octobre 2020. []
  35. Entretien, Qeraqer, 3 novembre 2020. []
  36. Alula Pankhurst et François Piguet (eds.), Moving People in Ethiopia. Development, Displacement and the State, Woodbrige, James Currey, 2009. []
  37. Sur le féodalisme, voir notamment John M. Cohen, « Ethiopia : The Survey on the Existence of a Feudal Peasantry », The Journal of Modern African Studies, vol. 12, n°4, 1974, pp. 667-668; ainsi que John Markakis et Nega Ayele, Class and Revolution in Ethiopia, Trenton, The Red Sea Press, 1971. Sur le TPLF et son adoption de la théorie stalinienne des nations et nationalités, voir John Young, Peasant Revolution in Ethiopia : The Tigray People’s Liberation Front, 1975-1991, Cambridge, Cambridge University Press, 2006. []
  38. Si de telles surfaces paraissent incroyables aux standards éthiopiens, elles ne le sont pas pour les basses terres de l’ouest. L’agriculture pratiquée sur ces terres, y compris par ces paysans amhara, est rarement une agriculture sédentaire : seule une partie des terres est cultivée chaque année, et des jachères sont pratiquées, laissant les sols se reposer et les forêts se recomposer avant de nouveaux défrichages. Des paysans de Tegedé pratiquent encore aujourd’hui des jachères de parfois dix ans. []
  39. Entretien, Wegera, 10 janvier 2020. []
  40. Le qebelé correspond au plus petit échelon de l’appareil d’État éthiopien, celui où a lieu l’essentiel des rencontres entre fonctionnaires et administrés, et qui organisent de nombreux aspects de la vie sociale et politique locale. []

Mehdi Labzaé

Sociologue (CFEE)

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 26 novembre 2020

    […] contre les Tigréens circulent dans le pays, à l’exemple de celui-ci rapporté par le site polaf.hypotheses.org : « Tant qu’il y aura des punaises de lit et des Tigréens, on n’aura pas la paix. Ils vont […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search