Covid-19 en Côte d’Ivoire : Les dons au cœur des batailles électorales

Marché de Bouna, Côte d’Ivoire, février 2020. Image : Timite Siaka. CC BY-SA 4.0

Contre toute attente, les Etats africains n’ont pas attendu, comme à l’accoutumée, le déferlement d’actions de solidarité internationale pour lutter contre la pandémie de la Covid-19. Ceux-ci ont contrairement fait reposer les stratégies de riposte face à la Covid-19 sur une solidarité nationale assumée. Des appels aux dons, initiés au sommet des États africains ont eu pour effet d’amortir les chocs dus aux mesures de confinement et de distanciation sociale, dans des contextes de fragilité socio-économique, politique et sécuritaire. En Côte d’Ivoire, dans son premier discours à la nation sur la pandémie à la date du 23 mars, le président Alassane Ouattara a mis en avant « l’union sacrée et à la solidarité » pour combattre le fléau. Répondant à l’appel, certains partenaires techniques au développement et entreprises du secteur privé ont accordé plusieurs dons en numéraire ou en nature à l’État . Des acteurs politiques, des membres de la société civile ou encore des particuliers ont également été solidaires des populations. Pour autant, la logique du don liée à la Covid-19 divise l’opinion publique dans le pays. L’opposition politique dénonce une instrumentalisation des dons par le parti au pouvoir. Elle considère que les aides apportées à la population prennent des allures de précampagne aux élections présidentielles d’octobre 2020. Le parti au pouvoir, quant à lui, réfute ces accusations. Dans un contexte de pré-campagne électorale, les dons liés à la Covid-19, n’appellent-ils pas un contre-don à visée électoraliste?

De la gestion verticale des dons

Après un moment de balbutiements dans la gestion de la crise liée au nouveau coronavirus, l’État ivoirien a progressivement repris la main. Il tente au mieux de briser la chaîne de transmission et d’inverser la courbe des cas actifs en sensibilisant fortement sur les mesures barrières, en maintenant l’isolement d’Abidjan et en mettant en place un dispositif de prise en charge des malades. Après avoir annoncé un premier soutien financier de 95 milliards CFA pour la prise en charge des cas actifs, l’État a déployé un plan de soutien économique, social et humanitaire de 1700 milliards, représentant 5% du PIB. L’économie ivoirienne touchée en plein cœur, devrait compter en partie sur la mobilisation des dons pour soutenir ce plan de riposte économique. L’État a reçu de la part du secteur privé plusieurs dons pour accompagner la lutte contre la Covid-19. Le Fonds spécial de solidarité covid-19, créé en avril 2020 et placé sous l’autorité du Ministère de l’économie et des finances, est chargé de gérer les dons reçus. Cette gestion verticale des aides permet à l’État ivoirien d’atteindre un double objectif.

D’une part, il s’agit pour les pouvoirs publics de forger un humanitaire d’État qui gèrerait avec autorité la crise sanitaire. Cette manière de faire, également observée  dans bon nombre de pays africains constitue une forme de réponse aux discours alarmistes sur le « pire » et l’hécatombe en Afrique. En outre, pour la Côte d’Ivoire, la lutte contre la Covid-19 est une opportunité pour l’État de renforcer son autorité en construction depuis la fin de la crise post-électorale de 2010-2011. Cela explique la centralité du Conseil national de sécurité (CNS) dans la gestion de cette crise sanitaire. Notons que le CNS fut créé en 2012 dans le cadre de la réforme du secteur de la sécurité. Rattaché à la présidence de la République, il se présente comme un organe de décision des questions sécuritaires de grande ampleur (défense et sécurité humaine au sens large).

D’autre part, la gestion « top down » des dons est une communication sur la bonne gouvernance et le management de l’action humanitaire d’État. En mettant en avant l’idée de transparence, d’efficacité et d’efficience dans la réception et la redistribution des aides, l’État veut rassurer le climat des affaires, pion essentiel de son programme d’émergence économique. La gestion centralisée des dons par l’État répond ainsi à un calcul d’opportunité politique à double effet. Dans un premier temps, elle indique la capacité de l’Etat à poursuivre son plan d’émergence économique en dépit de la crise sanitaire, maintenant ainsi sa politique libérale et volontariste. Dans un second temps, elle permet au parti au pouvoir d’affiner son bilan politique et socio-économique par rapport au scrutin présidentiel d’octobre 2020.  Au demeurant, les dons liés à la Covid-19 structurent déjà les batailles électorales qui s’annoncent.

Du contre-don en période électorale 

Le premier ministre Amadou Gon Coulibaly, candidat déclaré du parti au pouvoir (RHDP)[1], s’est retrouvé au cœur d’une polémique portant sur l’utilisation de son image dans le cadre de dons attribués à certaines couches de la population ivoirienne. Le Service de la communication de la primature a dû sortir un communiqué pour indiquer que « toute utilisation du nom et de l’image du Premier Ministre, à quelque fin que ce soit, doit faire l’objet d’une demande adressée à la Direction de la Communication ».  Pour l’opposition politique, ce communiqué ne saurait excuser les stratégies d’occupation du terrain par le candidat Gon Coulibaly en vue des échéances électorales d’octobre 2020. Le parti au pouvoir profiterait de la situation de la Covid-19 pour se rapprocher des populations, afin de se constituer un électorat acquis à sa cause. Sur les réseaux sociaux, certains activistes critiquent la faible lisibilité accordée aux partis d’opposition dans le cadre de leurs actions sociales. D’autres dénoncent une politique deux poids, deux mesures, en ce qui concerne le mouvement des acteurs politiques. Pour eux, tandis que le parti au pouvoir se retrouve dans différentes régions du pays pour faire des dons aux populations, les membres de l’opposition restent « confinés » à Abidjan sans que leurs actions sociales ne soient relayées par les médias d’État.

En clair, l’on constate un déplacement subtil du jeu électoral avant-date autour de la Covid-19. Celle-ci offre, en effet, l’occasion aux adversaires politiques de tester leurs force et popularité sur le terrain. « Donner-recevoir-rendre », constitutifs du don et du contre-don, créent le lien social ; maintenant ainsi le donateur et le bénéficiaire dans une forme de dépendance. En Côte d’Ivoire, ce lien social se tisse au travers d’un jeu de dupes entre l’opposition et le parti au pouvoir sur le don et la critique au don. Personne ne veut donner l’impression de faire la politique pour la conquête ou la conservation du pouvoir d’État, mais en réalité, cela n’est qu’un paravent pour entretenir les bases électorales, pour se rapprocher des populations et conquérir de nouveaux terrains.

Les élections présidentielles en ligne de mire

Du constat général, la pandémie n’a pas considérablement affecté les agendas électoraux dans plusieurs pays africains. En Côte d’Ivoire, la classe politique semble de plus en plus occupée à affiner ses stratégies en vue des élections présidentielles d’octobre 2020. L’« union sacrée » souhaitée par le président Ouattara dans la lutte contre la Covid-19 s’effrite de jour en jour à l’approche des échéances électorales. D’ailleurs, face à des rumeurs de report des présidentielles d’octobre 2020 en raison de la Covid-19, le gouvernement ivoirien a annoncé qu’il maintenait jusqu’à preuve du contraire, la date constitutionnelle du scrutin. L’idée d’une transition politique en cas de report évoquée par certains membres de l’opposition politique a également été balayée du revers de la main par le RHDP. Affichant sa détermination à tenir l’agenda électoral, le gouvernement a également maintenu les opérations d’identification pour les cartes nationales d’identité. En outre, la Commission électorale indépendante (CEI) a lancé l’opération de révision des listes électorales du 10 au 24 juin. Pendant ce temps, le Conseil national de sécurité a prorogé l’état d’urgence et l’isolement d’Abidjan jusqu’à la fin du mois de juin. Ce recensement électoral visant l’intégration d’environ 5 millions de nouveaux majeurs aura fortement une incidence sur l’issue du scrutin d’octobre prochain. Cette action est déterminante pour l’opposition qui devrait compter sur ces potentiels électeurs pour « équilibrer » les rapports de force face au RHDP, au pouvoir depuis dix ans. Mais, pour cela, elle devra réussir à contourner le mur de la Covid-19 qui réduit drastiquement ses capacités d’action sur le terrain. Comme pour ne pas arranger les choses, les cas actifs de la Covid-19 augmentent depuis l’assouplissement des mesures de confinement à la mi-mai.

La pandémie de la Covid-19 est devenue un acteur des joutes électorales qui occupe le terrain et structure les luttes à distance entre le parti au pouvoir et l’opposition politique. Le RHDP tente de prendre une longueur d’avance. Sa mobilité plus étendue dans ce contexte de crise sanitaire lui permet de séduire aisément les nouveaux majeurs, d’entretenir ses bastions et de conquérir de nouveaux espaces. L’urgence sanitaire, l’impératif de stabilité socio-politique comme le rappellent les récentes attaques terroristes de Kafolo au nord de la Côte d’Ivoire et la relance économique post-covid constituent les termes de référence de son action de conservation du pouvoir d’État.  Les partis d’opposition avec à leur tête le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Front populaire ivoirien (FPI) quant à eux, surfent sur la question de la réconciliation pour espérer forcer une alternance au pouvoir par les urnes. Probable candidat du PDCI, l’ancien président Henri Konan Bédié, compte sur son rapprochement avec Laurent Gbagbo pour revenir au sommet de l’État. Alors que son ex-allié, Alassane Ouattara qui a décidé de ne pas briguer un autre mandat présidentiel, propose une transition générationnelle à la classe politique. Les polarisations socio-politiques se sont reconstituées autour de la maladie à Coronavirus. Et chaque camp attend la levée de l’isolement d’Abidjan pour engager véritablement la « bataille du terrain ».

 

[1]   RHDP signifie Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search