Identités sahéliennes en temps de crise. Histoires, enjeux et perspectives, de Baz Lecoq et Amy Niang (dir.), par Ibrahima Poudiougou, Politique africaine 2020/1 (157)

LECOCQ (Baz) et NIANG (Amy) (dir.)

Identités sahéliennes en temps de crise. Histoires, enjeux et perspectives

Münster, Lit Verlag, 2019, 368 pages

Les contributions réunies dans ce volume invitent à un renouvellement des regards sur les sociétés sahéliennes. En prenant pour angle la question identitaire, le lecteur découvre les processus sociopolitiques de ces sociétés à travers quatorze contributions structurées en cinq parties. Il s’agit en particulier des inégalités sociales, des dynamiques conflictuelles, des questions de gouvernance, des expressions culturelles et des pratiques de redéfinitions identitaires des jeunes.

Ces différents aspects de la vie des populations sahéliennes sont examinés selon une perspective multidisciplinaire. La diversité disciplinaire des auteurs se traduit par une complexité et une complémentarité des approches à même de produire une connaissance contextualisée et nuancée des dynamiques locales au Sahel. Si le conflit et la violence occupent actuellement une position centrale dans les études sur la région, ils sont saisis ici à travers une connaissance ethnographique et une perspective historique qui tient compte d’éléments structurels et contingents en proposant une lecture intelligible des changements sociaux. En effet, l’absence d’une telle approche pourrait conduire à l’échec de nombre d’initiatives des États sahéliens et de leurs partenaires internationaux impliqués dans la résolution de la crise.

La partie introductive reformule la notion de crise dans les sciences sociales, où elle est souvent employée pour faire référence à une temporalité passagère marquée par une rupture, une perturbation de ce qui est perçu comme « normal ». Le volume démontre qu’une telle acception peut avoir une portée limitée lorsqu’il s’agit des sociétés sahéliennes. En effet : « Pour un nombre croissant de populations, ces situations de crise ont acquis un statut permanent et sont vécues sans référence expérientielle à une vie antérieure “normale” » (p. 6). Dans cette optique, les différentes contributions apprennent au lecteur que le « normal » relève plus d’une « aspiration à un devenir » plus stable qu’à une situation antérieure à « restaurer ». À partir d’une telle position théorique, le conflit et la violence sont considérés comme des variables importantes, mais historiquement situées. La dimension ethnographique des contributions incite donc à distinguer le conflit, qui est structurel dans les sociétés sahéliennes comme dans toute autre société, de la montée de la violence, qui relève plus d’éléments circonstanciels.

En ce sens, le volume favorise une lecture intelligible des changements sociaux en récusant les approches qui abordent les identités sahéliennes comme essentiellement antagonistes, voire conflictuelles. En outre, la diversité des échelles d’analyse permet de décrire la vie quotidienne des populations en l’articulant avec les mutations nationales et internationales. Ce qui permet d’identifier au niveau local les imbrications et les manifestations de certaines questions internationales, comme le djihadisme, la démocratisation ou la lutte contre les injustices sociales et la corruption.

Ensuite, sont remises en cause les catégories dichotomiques et binaires de type noirs/blancs, sédentaires/nomades, musulmans/païens, éleveurs/cultivateurs, nobles/captifs, souvent utilisées par les experts, les journalistes et, parfois, les chercheurs pour analyser les dynamiques conflictuelles au Sahel (p. 98). Loin d’être homogènes et pertinentes, ces catégories empêchent de saisir les enjeux qui sont à l’origine de leur mobilisation ou de leur instrumentalisation par les groupes armés, que ces derniers relèvent du djihad ou de l’autodéfense ethnique, impulsée par des leaders d’associations culturelles à caractère identitaire ou par des chefs traditionnels locaux. Le recours à la mémoire historique des djihads du xixe siècle permet ainsi à certaines mouvances djihadistes sahéliennes de se situer dans une continuité historique et identitaire, à l’instar de la Diina du Maasina (p. 103).

Il ressort du volume qu’un tel usage du passé ne rend pas compte de la complexité ni des événements passés, ni des luttes contemporaines, qui se caractérisent par une dynamique à la fois interne aux sociétés et entre les sociétés sahéliennes pour le contrôle des droits sur les ressources naturelles, ainsi que sur le foncier. Mettant en relief la fluidité de ces catégories et leurs caractères circonstanciels, les analyses de ce volume, qui portent sur le Nord et le Centre du Mali, dévoilent comment les acteurs tendent à une appropriation privée et inégalitaire des droits sur les ressources politiques et économiques, particulièrement lorsque l’incertitude d’un présent de crise motive la mise en récit d’un passé réinterprété, voire réinventé, pour servir les luttes politiques et sociales contemporaines.

Au fil des pages et des profils des acteurs auxquels s’intéressent ce volume, les cadets sociaux, et particulièrement les jeunes, se révèlent être la couche sociale privilégiée par les différentes contributions. La quête d’une certaine justice sociale par ces cadets sociaux passe par une redéfinition identitaire qui mobilise, entre autres cadres référentiels, l’Islam dans ses diverses formes : confrérique chez les rappeurs mourides des banlieues de Dakar qui performent les récits légendaires du fondateur de leur confrérie en chants populaires, dont certains sont issus des textes du Wolofal ; réformiste et djihadiste chez les bergers enrôlés sous la bannière noire du djihad dans le Centre du Mali ; vertueux, moral et racialisé chez les Bellah-Iklan réfugiés à Abala au Niger, qui aspirent à l’avènement du « Peuple noir du désert », réunissant toutes les personnes de couleur noire et issues des couches serviles des clans touareg du Nord du Mali. Ces différents exemples rappellent le dynamisme des sociétés sahéliennes et la place que la foi islamique occupe dans la formation et la redéfinition de leurs identités actuelles et celles en devenir. Dans cette conjoncture marquée par l’indignation des cadets sociaux, la radicalisation de leurs revendications « en matière de justice, de reconnaissance, de fin de l’impunité et de lutte contre la corruption » trouve un écho auprès de certains courants réformistes du wahhabisme salafiste (p. 214).

Cependant, qu’il s’agisse de mouvements politiques sécessionnistes comme le Mouvement national de libération de l’Azawad à Kidal, des jeunes du fada/palais à Zinder, des réfugiés Bellah-Iklan d’Abala ou des milices identitaires peul, dogon, bambara, les descriptions contextualisées dans ce volume invitent le lecteur à prêter attention à la capacité d’action de ces groupes marginalisés pour lesquels la crise contemporaine rend incertains les repères identitaires et renvoie à un avenir lointain les attentes d’égalité et de justice. À travers un militantisme complexe et multiforme, chacun de ces groupes affirme sa volonté de « regain a sens of agency within an otherwise disempowering situation » (p. 171). Ce désir s’exprime de différentes manières, allant du micro du rappeur dans la banlieue de Dakar à la kalachnikov des jeunes engagés dans les mouvements armés au Mali, en passant par la petite délinquance des jeunes du « palais » au Niger ou les déplacés internes de Gao en formation militaire auprès de la milice Ganda-Koy à Sévaré pour reconquérir leurs régions d’origine, occupées, entre 2012 et 2013, par Al-Qaïda au Maghreb islamique, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest et le Mouvement national de libération de l’Azawad.

La profondeur des analyses et la densité des descriptions démontrent donc la nécessité d’une approche ethnographique sensible aux questions historiques et à la diversité des contextes. Une telle approche permet de produire une connaissance nuancée et contextualisée des usages de la mémoire historique et collective et de l’imaginaire collectif, essentiels aux discours identitaires et à leur performativité en temps de crise. Ainsi, les différentes contributions de ce volume interrogent les identités sahéliennes en les inscrivant dans leur propre historicité. La compréhension de la crise en cours impose de prendre en compte les « multiples changements écologiques, économiques, politiques, sociaux et culturels » (p. 6) qui ont profondément marqué les États sahéliens postcoloniaux.

En définitive, en ces temps difficiles pour les sociétés sahéliennes, traversées par une crise multidimensionnelle, ce volume apporte un éclairage détaillé des pratiques de l’identité dans les différents contextes étudiés. À travers les différentes contributions, le volume souligne l’impasse que représente le « tout sécuritaire ».

Les phénomènes de violence sont étudiés en les situant dans leurs dimensions historiques, sociopolitiques et économiques, favorisant ainsi leurs intelligibilités. Malgré une telle préoccupation empirique, un chapitre aurait pu approfondir les questions méthodologiques et les conditions de la recherche empirique en temps de crise au Sahel. De même, un chapitre de conclusion aurait pu orienter le non-spécialiste dans la recherche d’éléments de réflexion sur les questions posées dans le chapitre d’introduction.

L’ouvrage ne prétend pas apporter de réponse définitive sur la manière de résoudre la crise, mais propose plutôt des éléments permettant de nourrir un débat scientifique et politique qui prend comme point de départ les expériences des populations. À ce titre, il constitue un texte fondamental dans le débat actuel sur les questions identitaires dans un contexte de crise, dont la compréhension est essentielle pour le renouvellement du débat scientifique sur les identités, mais aussi pour les décideurs politiques et les opérateurs du développement ou de la sécurité impliqués au Sahel.

Ibrahima Poudiougou

Université de Turin


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search