Les prix de la colère. Une histoire de la vie chère au Burkina Faso, de Vincent Bonnecase, par Odile Georg, Politique africaine, 2020/1 (157)

BONNECASE (Vincent)

Les prix de la colère. Une histoire de la vie chère au Burkina Faso

Paris, Éditions de l’EHESS, 2019, 280 pages

Vincent Bonnecase poursuit le sillon creusé depuis le début de ses recherches autour de la pauvreté, abordé ici sous un autre angle1. Dans Les prix de la colère2, il souhaite appréhender la perception de la « vie chère » dans des milieux populaires, le sentiment d’injustice qu’elle génère, le rôle joué par la mémoire des prix et les émeutes qui peuvent en découler, notamment en 2008, au regard du rapport à l’État, concret ou imaginé, et des politiques gouvernementales. Pour ce faire, il mobilise une vaste bibliographie, tant les études des « émeutes de la faim » et autres révoltes frumentaires ont retenu l’attention des chercheurs dans le temps – on pense bien sûr à l’époque moderne et révolutionnaire en Europe – et dans l’espace contemporain. Il s’appuie aussi sur les recherches autour des mobilisations sociales ou de la gouvernance.

Les sources et la méthodologie sont exposées de manière fine, d’emblée et au fil des pages (p. 165-169 et p. 217-218 sur la lecture rétrospective d’événements, p. 261 sur la colère), dans un style plaisant et une démarche clairement exposée. Vincent Bonnecase précise les conditions des entretiens réalisés en 2013 dans deux quartiers, l’un à Ouagadougou (Zone I, 26 entretiens), l’autre à Bobo Dioulasso (Koko, 34 entretiens), complétés par les micro-expériences et les conversations informelles du quotidien qui permettent au chercheur de contextualiser et d’enrichir les informations qu’il recueille. À ces enquêtes s’ajoutent celles effectuées auprès d’acteurs politiques ou économiques. L’auteur note toutefois l’impossibilité d’avoir accès à certains renseignements, ainsi que les réticences de maints interlocuteurs qui préfèrent être discrets ou se taire, qu’il s’agisse de responsables des ministères, d’importateurs de grains ou de participants aux mobilisations (p. 152 et p. 192). L’auteur précise également son positionnement alors que sa génération en Europe « a connu un reflux des aspirations révolutionnaires » (p. 15), un amoindrissement des grands combats collectifs, ou du moins de leur capacité à influencer les politiques.

L’ouvrage est divisé en trois parties : « Mécontentements », « Gouvernements », « Révoltes », ce qui, l’auteur en convient lui-même, n’empêche pas certaines répétitions à vocation didactique. Chaque partie met l’accent sur des approches et des sources particulières.

La première, plus ethnologique, exploite les nombreux entretiens réalisés dans les quartiers pour déceler les causes et les ressentis des mécontentements ordinaires. Elle met en avant la perception des prix et leur mémoire à travers certaines denrées ou objets, qui reviennent fréquemment dans les conversations et expriment le « ça ne va pas ». Les besoins alimentaires jouent un rôle majeur dans un contexte urbain où ils concentrent environ un tiers des budgets. Une histoire de la consommation populaire se dessine, passant du mil ou du haricot, devenus chers, au maïs et au riz importé. Le prix du sucre en temps de ramadan, celui des condiments, appréhendés généralement par les femmes, celui des mobylettes… servent aussi d’étalon à la cherté de la vie. Une analyse fine des appellations du riz, selon sa qualité, éclaire la différenciation sociale des modes de consommation. Le riz de l’aide alimentaire, qui s’impose durant la sécheresse des années 1970, accentue sa dimension de ressource politique alors qu’on passe, dans la durée, du projet d’« autonomie alimentaire » à celui de « sécurité ».

La subjectivité des acteurs et des actrices domine forcément dans la formulation du rapport au passé, de la mémoire des prix, qu’ils ou elles mettent en relation l’évolution des cours avec leur vécu personnel ou familial (« quand j’étais jeune ») ou avec des événements historiques expérimentés directement ou relatés par des proches (tel régime ou telle crise politique). S’y expriment un contre-discours de la croissance post-indépendance ou une nostalgie du passé, qu’il ne s’agit pas pour l’auteur de dater précisément (tel président, la dévaluation de 1994) mais de prendre tels quels comme une expression contemporaine du malaise. En ressortent deux leitmotivs : les prix sont plus élevés qu’avant ; l’État doit agir.

La deuxième partie, avec une approche historique, repose principalement sur des archives et des témoignages d’acteurs politiques. Elle vise à reconstituer une histoire de la politique des prix, des temps coloniaux au libéralisme post-ajustement structurel. Le cours de certaines denrées de base en vient, au fil des années, à être un instrument des politiques gouvernementales, des mercuriales coloniales à la création de l’Office national des céréales (Ofnacer, 1971-1994) et à la litanie des mesures de fixation des prix. Agir sur les prix pour contrôler le coût de la vie des urbains est une méthode classique des pouvoirs dans les pays fortement urbanisés. Le Burkina Faso ne compte que 30 % d’urbains, mais les 2,8 millions d’habitants de la capitale et les 800 000 de la deuxième ville (au début des années 2010), sur environ 20 millions d’habitants, ont une capacité inversement proportionnelle à bousculer les régimes. Le lien entre l’adoption d’une mesure de contrôle des prix, son impact effectif et sa représentation dans les esprits et les mémoires des citoyens ne tient pas, bien sûr, d’une relation simple de cause à effet. Il renvoie à un ensemble de facteurs forcément complexes. Au-delà de l’omniprésence du discours, sorte d’incantation magique devant prouver que l’État agit tout en le légitimant, se pose la question de l’application des mesures, souvent laxiste sauf du temps de Sankara (1983-1987). Intervient aussi le rôle d’acteurs ou d’actes extérieurs, que ce soit la dévaluation du franc CFA en 1994 ou la politique d’ajustement structurel, appliquée en 1991. L’art de la communication est alors fondamental, qui fait passer le libéralisme et la concurrence pour des bienfaits aux retombées bénéfiques. L’imbrication des acteurs du privé et du public, des dirigeants politiques et des milieux économiques est un fait qu’il est difficile de démêler. L’« opacité recherchée3 », en l’occurrence pour l’attribution des marchés censée réguler les prix, fait partie des techniques de la gouvernance (p. 152) et complique le travail du chercheur, bien conscient que la population connaît les noms des grands commerçants. L’évocation d’acteurs internationaux4 est rare ou rapportée à la situation locale. Ainsi les ONG donatrices de grains sont perçues comme des opportunités de détournement pour les dirigeants et leur clientèle.

Finalement, la troisième partie, avec une approche sociologique, s’appuie essentiellement sur la presse et des entretiens pour faire revivre et analyser des moments de contestation ouverte, expressions visibles des colères, intervenant selon des modalités de « non-intentionnalité et de hasard » (p. 215). Ceci permet à l’auteur de dérouler une histoire des luttes sociales au Burkina Faso. Vincent Bonnecase montre que, pendant des décennies, les mouvements de revendications étaient portés par des organisations, syndicales ou partisanes, qui avaient mieux résisté qu’ailleurs en Afrique occidentale à la répression et au démantèlement. Celles-ci, depuis les années 1950, valorisaient la défense des salaires5 ou, plus récemment, celle des droits politiques, notamment après l’assassinat du journaliste Norbert Zongo en 1998. Les émeutes, qui éclatent en février 2008 et touchent aussi Ouahigouya et Banfora, villes ayant 80 000 habitants environ, interviennent en dehors de tout encadrement syndical ou politique et s’insurgent contre la cherté de la vie. En analysant la courbe des prix (l’émeute ne coïncide pas avec le pic pour le riz importé, p. 196), Vincent Bonnecase insiste sur la multiplicité des facteurs de déclenchement d’une révolte. Selon lui, en dénonçant les prix, la population remet en cause la légitimité même de l’État, incapable d’assumer ses devoirs, en quelque sorte piégé à son propre discours, ce que montre aussi l’hétérogénéité des cibles visées. L’auteur propose une lecture fine des événements, les émeutes étant suivies par l’organisation, début mars, de la « Coalition contre la vie chère, la corruption, l’impunité, la fraude et pour les libertés » (CCVC), et d’une série de grèves et de manifestations qui se déroulent jusqu’en mai. Les questions discutées portent sur la transformation des mouvements sociaux dans la durée, en dépassant une dichotomie simpliste qui opposerait formation spontanée, violence, majorité masculine d’un côté, et construction réfléchie, organisation, participants mêlés en termes d’âge et de sexe de l’autre. Sous l’angle du genre s’impose l’image de femmes brandissant leur cabas vide, ce qui les place résolument du côté des mères nourricières, figure autant classique que stéréotypée. Ceci rejoint le discours de la secrétaire générale du grand syndicat guinéen, Rabiatou Serah Bah Diallo, lors de la grève générale de février 2006 : « Quand j’allume le feu, c’est en dessous de la marmite pour préparer à manger pour ma famille. Or, je n’allume plus le feu parce que la marmite est vide. Et pourquoi est-elle vide ? Parce que, comme la population, je ne sais plus rien acheter. Tout est devenu trop cher. […] La mauvaise gouvernance, c’est vous. Ce ne sont pas les travailleurs6 ! »

Mettre l’accent sur les salaires ou sur les prix ne revient-il pas de fait à dénoncer la même chose : la cherté de la vie, l’incapacité de faire face aux dépenses7 ? Sous une forme corporatiste ou élargie, certes, mais l’État interpellé réagit, à ce moment-là comme avant, par les prix, avec des solutions de court terme impliquant des acteurs privés dont la probité est constamment questionnée. Les pillages lors des mouvements qui aboutirent à la chute de Compaoré en 2014 visèrent aussi bien les dépôts étatiques de riz que ceux des ONG, ou les magasins des grands négociants, et illustrent ce brouillage des frontières entre les gens tenus pour responsables, mais aussi celles de l’économie morale. Les pillages (12 000 tonnes au bas mot pour les entrepôts publics) ont été gommés des récits glorieux postérieurs.

À partir de l’exemple du Burkina Faso, Vincent Bonnecase fournit des pistes de réflexion en jouant sur des échelles et des focales variées, individuelles ou collectives, sans perdre de vue le tableau d’ensemble tant les prix sont un indicateur pertinent pour mesurer le malaise social et les tensions des relations entre État et citoyens. De nombreux lecteurs s’y retrouveront tant peuvent être similaires d’autres expériences.

Ces pistes sont autant d’ouvertures. Ainsi, alors que l’usage des téléphones portables s’est répandu comme une traînée de poudre parmi toutes les couches de la population, il est intéressant de noter qu’ils ne sont pas mentionnés : est-ce parce qu’on n’y voit pas la main de l’État ? Qu’en est-il des loyers ou du coût du foncier mis en avant par les études sur « le droit à la ville » ? Par ailleurs, que se passerait-il si on élargissait les populations cibles choisies en lien avec le concept de justice, autre paradigme du livre : quid des classes moyennes, symbolisées ou non par le salariat ? On ne peut que penser à l’admirable Zan Boko, film de Gaston Kaboré (1988), qui met en scène les contrastes sociaux à travers, notamment, des modes de consommation, sur fond de litige foncier.

Des événements récents partout dans le monde, évoqués en conclusion, ne font que renforcer l’intérêt de cette analyse et continuer à nourrir la réflexion sur l’imprévisibilité et la subjectivité des réactions que seules une multiplicité de facteurs, analysés sur la longue durée, permettent d’expliquer.

Odile Goerg

Cessma

  1. Vincent Bonnecase, La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2011. []
  2. Travail original présenté lors de son HDR (habilitation à diriger des recherches) en science politique en 2018. []
  3. B. Hibou L’Afrique est-elle protectionniste ? Les chemins buissonniers de la libéralisation extérieure, Paris, Karthala, 1996, p. 171 []
  4. Question discutée en conclusion (p. 257). Peut-on avancer le fait que le Burkina Faso apparaît moins lié aux cours de produits d’exportation (café, cacao, pétrole) que d’autres pays ? []
  5. La part des salariés dans les villes de plus de 25 000 habitants passe de 33 % en 1985 à 25 % en 1996. []
  6. Entretien cité par C. Pauthier « Tous derrière, les femmes devant ! Femmes, représentations sociales et mobilisation politique en Guinée (1945-2006) », in O. Goerg (dir.), Perspectives historiques sur le genre en Afrique, Paris, L’Harmattan, coll. « Groupe Afrique Cahiers n° 23 », 2007, p. 219-238. []
  7. Cette polyvalence et sa complexité sont discutées page 248. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search