Citadins-Citoyens au Cap. Justice et espace après l’apartheid, de Chloé Buire, par Marie Schnitzler, Politique africaine, 2020/1 (157)

BUIRE (Chloé)

Citadins-Citoyens au Cap. Justice et espace après l’apartheid

Nanterre, Presses universitaires de Paris Nanterre, 352 pages

Comment les identités citadines ont-elles évolué au Cap (Afrique du Sud) depuis la fin de l’apartheid ? Comment se construisent l’estime de soi, la légitimité politique et la gouvernementalité communautaire dans les zones marginalisées de cette ville, à savoir les townships ? Et dans quelle mesure ces éléments peuvent-ils susciter la résistance ordinaire et le changement ? Chloé Buire aborde ces différentes questions dans un ouvrage, issu d’une thèse de géographie soutenue en 2014, dans lequel elle explore les dimensions politique, spatiale et identitaire de la contestation quotidienne. La chercheuse développe alors une pensée critique par l’espace : pour elle, « l’espace n’est pas seulement “le lieu où”, ni “ce pour quoi on se bat”. Il est la matière première des tactiques citoyennes, individuelles et collectives, conservatrices et transgressives » (p. 304).

L’une des originalités de ce travail tient à son terrain. Alors que les ethnographies sur l’Afrique du Sud se concentrent souvent sur l’expérience d’un groupe socio-racial unique, reproduisant ainsi implicitement les catégories officialisées sous l’apartheid, Chloé Buire interroge les possibilités de coprésence au sein de la circonscription 44, circonscription qui rassemble des espaces historiquement définis comme « colorés » et « africains ». Par ailleurs, l’étude a été menée entre 2007 et 2017, décennie durant laquelle le mythe fondateur de la libération sud-africaine s’est effrité, laissant émerger de nouvelles nostalgies et revendications. Ces deux caractéristiques permettent à Chloé Buire de développer une analyse fine en quatre parties des imaginaires urbains actuels et des négociations pragmatiques des citadins/citoyens, entre héritage de la lutte contre l’apartheid et nouvelles normes post-apartheids.

La première partie s’organise autour d’une question centrale : pourquoi la fin de la ségrégation officielle n’a-t-elle pas éliminé les fragmentations raciales dans la société post-apartheid ? La réponse de Chloé Buire souligne la façon dont « l’étroite association entre la production urbaine et la production raciale » (p. 60) a enraciné l’idéologie raciale dans les imaginaires urbains au Cap. L’autrice montre également les nombreuses contradictions qui traversent les politiques municipales en matière d’intervention spatiale depuis la fin de la ségrégation. Ces contradictions idéologiques limitent les tentatives de réduction des inégalités socio-économiques et le développement d’une démocratie, et plus largement freinent la déconstruction de l’association historique entre identité, espace et race. Dans ce contexte, le repli localiste reste un moyen privilégié par les citoyens marginalisés des townships pour revendiquer une appartenance citadine positive. Dans la suite de l’ouvrage, Chloé Buire interroge les pratiques qui remettent en cause ces normes dominantes à partir de trois objets : les récits de vie, les pratiques citoyennes et la gouvernementalité communautaire.

Les récits de vie des habitants de la circonscription 44 sont examinés dans la deuxième partie de l’ouvrage en tant qu’inventions politiques et pragmatiques. Chloé Buire fait ressortir les paradoxes temporels et spatiaux de ces récits et montre comment la souffrance subie, notamment à la suite des déménagements forcés, y devient un outil de construction de soi et une preuve d’autochtonie. Pour saisir la portée politique de ces récits, la chercheuse développe un cadre théorique inspiré des écrits d’Henri Lefebvre et de la philosophie critique sur la justice spatiale. Elle précise ainsi l’objectif de sa réflexion, à savoir mettre à jour des espaces de production de normes et de codes inédits capables de contester les règles dominantes. Les deux dernières parties du livre visent à identifier de tels espaces, qualifiés de différentiels, au sein des lieux de participation politique et dans la vie locale.

Chloé Buire étudie les espaces de rencontres entre les pouvoirs publics et les citoyens ordinaires, tels que les comités de quartier ou le forum de la circonscription, pour saisir les pratiques citoyennes et la légitimité politique des acteurs. En comparant ces différents espaces de participation, la chercheuse identifie deux idéaux-types de citoyenneté : le premier, hérité de la lutte contre la ségrégation, ancre la résistance politique dans le quotidien du quartier ; le second, défendu par les nouvelles instances publiques, suppose une neutralité idéologique, religieuse et politique qui tend à nier le quotidien du township. Chloé Buire montre bien qu’en pratique ces figures cohabitent dans les différents espaces. Selon l’autrice, cette cohabitation et le métissage des rationalités qui en résulte sont propices au changement : ils permettent d’ouvrir des espaces différentiels. Toutefois, la nature de ces changements ne peut être déterminée a priori, car pratiques transformatrices et conservatisme régressif s’y côtoient. Chloé Buire propose dès lors d’illustrer la diversité des formes de citoyenneté/citadinité qui favorisent plus ou moins la transformation grâce à une typologie des leaderships locaux.

Dans la dernière partie du livre, Chloé Buire se penche sur la gouvernementalité communautaire. Adoptant une perspective foucaldienne, elle analyse le code de conduite collectif différent selon les quartiers et le genre. Suivre ces normes permet aux habitants de la circonscription 44 d’affirmer leur appartenance au quartier et d’afficher une certaine respectabilité. Toutefois, ces codes, inscrits dans l’espace et dans les corps par l’action de différents groupes (gangs, scouts, vigilante, etc.), mobilisent des valeurs peu compatibles avec la recherche de justice spatiale selon la chercheuse (autocensure, logiques de frontière, discipline/punitions, etc.). C’est en définitive dans l’espace domestique, et plus exactement dans la maison, que Chloé Buire trouve la possibilité d’une résistance ordinaire, à mi-chemin entre la reproduction des règles implicites et la création d’un nouveau code. Selon cette analyse, la maison devient l’espace social par excellence de l’invention de soi et du droit à la ville ; elle représente pour les habitants « la matière première de leur identité citadine et de leur légitimité citoyenne » (p. 309).

L’ouvrage de Chloé Buire dévoile toute la complexité des identités et des imaginaires post-apartheids, ainsi que la force des assignations spatiales, raciales, politiques et économiques dans le Cap du xxie siècle. Qui plus est, l’analyse des pratiques spatiales et des passions politiques des habitants de la circonscription 44 met en lumière les enjeux actuels du pays : violence, pauvreté, racisme et xénophobie, clientélisme, etc. Seul regret peut-être, une discussion plus poussée des politiques de logement, ainsi que des implications de la représentation politique de la maison unifamiliale et en dur aurait sans doute permis de creuser davantage les déterminants historiques et politiques qui font de l’espace domestique un lieu si politisé au Cap. Il n’en reste pas moins que cet ouvrage nous éclaire sur la difficulté à dépasser certains cadres de pensées historiques qui ont façonné l’espace matériel et imaginaire, créant de multiples tensions pour les habitants des townships, ainsi que chez les politiques et les urbanistes.

Marie Schnitzler

Université de Liège


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.