National Liberation Movements as Governments in Africa, de Redie Bereketeab, par Didier Péclard, Politique africaine 2020/1 (n° 157)

BEREKETEAB (Redie) (dir.)

National Liberation Movements as Governments in Africa

Londres/New York, Routledge, 2017, 270 pages

Constitué de 13 études de cas et de 3 chapitres théoriques, ce livre est probablement – et à défaut d’un inventaire exhaustif – un des ouvrages les plus complets et les plus variés sur les mouvements de libération en Afrique et leur transformation en « gouvernements ». Les études de cas sont réparties en quatre sous-groupes thématiques concernant des mouvements de lutte : (1) contre la domination coloniale (Angola, Mozambique, Guinée-Bissau et Algérie) ; (2) contre des régimes minoritaires blancs (Afrique du Sud et Zimbabwe) ; (3) contre l’annexion par des pays voisins (Namibie, Érythrée et Soudan du Sud) ; et enfin (4) des mouvements ayant mené des « luttes de libération réformistes » en vue d’un changement de régime (Ouganda, Éthiopie, Somaliland et Somalie). Même si les chapitres sont courts et de qualité inégale, ils offrent un aperçu d’une rare diversité sur les dynamiques de lutte nationaliste dans des contextes historiques et des temporalités variés.

Si les deux premières catégories sont classiques et regroupent des mouvements qui ont déjà fait l’objet d’un nombre assez conséquent d’études, notamment sur l’Afrique australe, d’autres choix surprennent. Conceptualiser la Namibie, l’Érythrée et le Soudan du Sud comme des pays ayant subi une « annexion de pays voisins » ne tombe pas sous le sens et aurait mérité quelques explications. De même, l’extension de la catégorie de « mouvements de libération nationale » à des mouvements réformistes ou visant un changement de régime, comme le National Resistance Movement de Museveni en Ouganda ou le Tigray People’s Liberation Front en Éthiopie, si elle est intéressante, demanderait également à être explicitée. On peut en effet se demander pourquoi le choix s’est porté sur ces deux mouvements plutôt que, par exemple, sur le Front patriotique rwandais de Paul Kagame ou l’Alliance des forces démocratiques pour la libération du Congo de Laurent-Désiré Kabila. Il aurait été également utile de situer cette catégorie par rapport à la littérature sur les guerres civiles et les mouvements armés.

Cette catégorisation quelque peu hasardeuse est le symptôme de la principale faiblesse du livre, à savoir une problématisation malheureusement insuffisante autour de l’objet même du livre. Les organisateurs du volume ont fait le choix de se concentrer sur la « performance » des mouvements de libération nationale une fois arrivés au pouvoir, afin de mesurer l’écart éventuel entre les idéaux de la lutte et leur mise en œuvre par les anciens libérateurs devenus gouvernants. On s’en doute, le constat est plutôt sombre et les études de cas se rejoignent sur le plan du diagnostic, souvent sévère, qu’elles posent. Si ces questions sont bien sûr légitimes et si les réponses qui y sont apportées permettront aux lecteurs d’approfondir ou de rafraîchir leurs connaissances sur les trajectoires des différents pays étudiés, elles sont d’un intérêt plus limité pour l’analyse comparative et d’un point de vue théorique.

Surtout, l’accent mis sur les performances des régimes issus des mouvements de libération et sur leur (in)capacité à répondre aux attentes sociales, politiques et économiques qu’ils ont suscitées ne permet pas de résoudre le paradoxe apparent qu’il y a entre ce constat d’échec et la longévité au pouvoir de ces mêmes mouvements. Comme le relève pourtant John Markakis dans un des chapitres théoriques (chapitre 3), le Somaliland est en effet le seul cas où un mouvement nationaliste, le Somali National Movement, une fois arrivé au pouvoir, ne s’y accroche pas (p. 35). Parmi les autres cas étudiés dans le livre, seul un mouvement, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap Vert (PAIGC), a dû céder le pouvoir après l’avoir conquis – et encore pour un bref épisode seulement – ; tous les autres s’y sont maintenus malgré des « performances » en termes de gouvernance démocratique et de développement économique plus que mitigées. Quels sont donc les ressorts de la légitimité des « mouvements de libération comme gouvernements » si l’on admet que leur maintien au pouvoir pendant des décennies ne peut s’expliquer seulement par leur autoritarisme ?

On retrouve des éléments de réponse à cette question dans les différentes études de cas, mais il aurait été plus fécond de faire de cet apparent paradoxe un des fils rouges du livre et d’interroger les leviers matériels et symboliques de cette longévité et de la persistance d’une parcelle au moins de la légitimité qu’elle présuppose. La politique de la mémoire, tout d’abord. C’est bien sûr dans la légitimité que confère la lutte de libération elle-même et dans la façon dont les anciens « libérateurs » parviennent à en mobiliser la mémoire que se trouve une des clés principales de leur longévité, comme le montrent notamment les chapitres sur l’Afrique du Sud et le Zimbabwe. Ensuite, la force des « régimes de libération » (p. 36) tient aussi à leur capacité de mise en récit de la nation, qui permet de réunir la « grande famille » nationale autour du parti lorsque celui-ci doit faire face à des divisions ou qu’il est mis en cause pour sa gouvernance (voir notamment les chapitres sur la Namibie, le Mozambique et l’Angola). Enfin, la force de ces régimes repose aussi sur une certaine culture du pouvoir, façonnée par la lutte armée. La capacité ou l’incapacité des mouvements à maintenir cette culture du pouvoir – généralement autoritaire, centralisatrice et exclusiviste – tout en l’adaptant aux aléas de la « bonne gouvernance » est un autre élément clé de leur longévité. Les chapitres sur l’Algérie, la Namibie, l’Érythrée, ou le Soudan du Sud offrent d’intéressantes pistes de réflexion sur ce sujet.

Même si ce livre laissera probablement le lecteur sur sa faim pour ce qui concerne la réflexion comparatiste et conceptuelle, sa valeur principale tient à sa richesse empirique sur les dynamiques historiques des principales luttes de libération qu’a connues l’Afrique.

Didier Péclard

Université de Genève


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.