Ethiopia in Theory: Revolution and Knowledge Production, 1964-2016, de Elleni Centime Zeleke, par Paulos Asfaha, Politique africaine 2020/1 (n° 157)

CENTIME ZELEKE (Elleni)

Ethiopia in Theory: Revolution and Knowledge Production, 1964-2016

Leyde/Boston, Brill, 2019, 296 pages

Ethiopia in Theory est un projet ambitieux et novateur. Ambitieux par le souhait d’Elleni Centime Zeleke d’étudier trois thématiques : la production et l’utilisation du savoir en Éthiopie ; le mouvement étudiant des années 1960-1970 et son héritage ; et le rôle des sciences sociales dans le contexte africain. Novateur ensuite en raison de la biographie de l’auteure. Si le mouvement étudiant éthiopien a été étudié à de nombreuses reprises, il l’a toujours été par des chercheurs ayant eux-mêmes été activement ou passivement associés au « moment 68 » éthiopien. Reniant le plus souvent leur engagement passé, leur lecture de ces années est partiale et partielle. Les chercheurs étasuniens et européens peuvent également être caractérisés par leur proximité trop marquée avec telle ou telle organisation politique. Née dans la diaspora éthiopienne, Elleni Centime Zeleke est la première historienne à traiter un sujet dont elle n’était pas contemporaine.

5Trois thématiques sont étudiées de manière croisée dans une monographie divisée en trois parties. La première traite de la production du savoir sur l’Éthiopie, et particulièrement des sciences sociales, en s’intéressant aux études consacrées à la révolution éthiopienne de 1974. L’auteure nous propose ainsi une revue de littérature critique sur les études consacrées à la révolution, aux causes de cette dernière et à son éventuelle évolution. Elle démontre de manière pertinente les biais des nombreux auteurs, conséquence d’un lien ténu avec des organisations politiques parties prenantes du moment révolutionnaire. Trois écoles sont particulièrement mises en avant : tout d’abord les chercheurs sympathisants des mouvements marxistes de l’EPRP (Ethiopian People’s Revolutionary Party) et du Meison (All-Ethiopia’s Socialist Movement) ; ensuite une étude favorable à la junte militaire qui s’approprie le pouvoir après avoir marginalisé les mouvements politiques ; et finalement les chercheurs ayant pris fait et cause pour le mouvement indépendantiste érythréen. Les différentes lectures des événements de 1974 sont ainsi présentées comme irréconciliables.

6Dans la deuxième partie, Elleni Centime Zeleke s’intéresse à une deuxième catégorie d’acteurs de la production du savoir : les étudiants éthiopiens du « moment 68 » actifs entre 1964 et 1976. Réunis dans des associations et des partis, ils publient des revues dans lesquelles ils dressent le portrait de l’Éthiopie sous Haïlé Sélassié et formulent des options économiques et politiques pour une société post-impériale et socialiste. Ce réseau transnational réparti entre l’université d’Addis Abeba, les États-Unis et l’Europe est composé d’étudiants de disciplines variées qui s’intéressent à deux enjeux qui dominent la décennie de débats intellectuels : la question agraire et la question nationale. Pour Elleni Centime Zeleke, ces deux thèmes vont ainsi dominer le champ politique éthiopien jusqu’aujourd’hui puisqu’elle cherche à démontrer une filiation entre les idées du mouvement étudiant et les révoltes sociales qui ont marqué l’Éthiopie après les élections controversées de 2005. L’auteure nous propose également quelques biographies sélectionnées d’auteurs de revues et de pamphlets pour illustrer l’importance de cette génération jusqu’à la fin des années 2000.

La troisième partie retrace quant à elle la production des sciences sociales dans un contexte élargi à l’ensemble du continent africain. Bien qu’elle ne cherche pas à être exhaustive, Elleni Centime Zeleke présente les principales traditions qui ont façonné le développement des sciences sociales sur le continent, en insistant particulièrement sur l’histoire et l’anthropologie. Elle achève ensuite son propos en offrant au lecteur une théorie du développement humain, qu’elle élabore à partir des travaux de György Lukács et de Karl Marx. Ce travail se veut une étude sur la production des savoirs mais également une proposition épistémologique.

Les postures intellectuelles d’Elleni Centime Zeleke sont fortes, explicitées et justifiées dans chaque chapitre. Ce travail est un apport considérable à la recherche sur les espaces africains et l’Éthiopie contemporaine même si nous pouvons regretter l’absence de sources originales. En privilégiant la documentation publiée aux fonds d’archives et les textes publiés en anglais, cette étude écarte de nombreux acteurs et auteurs ayant publié en amharique notamment. Notons également que, malgré l’abondante production textuelle du Front populaire de libération de l’Érythrée et de ses sympathisants, évoqués dans la première partie, aucune référence à ce mouvement n’est mentionnée dans cet ouvrage. Malgré ces réserves, Ethiopia in Theory est un regard rafraîchissant sur l’histoire des sciences sociales en Afrique, de l’Éthiopie prérévolutionnaire et du lien entre sciences sociales et mobilisations politiques.

Paulos Asfaha

Université de Genève

 

Notes

  • [1]
    Vincent Bonnecase, La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, Paris, Karthala, 2011.
  • [2]
    Travail original présenté lors de son HDR (habilitation à diriger des recherches) en science politique en 2018.
  • [3]
    B. Hibou L’Afrique est-elle protectionniste ? Les chemins buissonniers de la libéralisation extérieure, Paris, Karthala, 1996, p. 171
  • [4]
    Question discutée en conclusion (p. 257). Peut-on avancer le fait que le Burkina Faso apparaît moins lié aux cours de produits d’exportation (café, cacao, pétrole) que d’autres pays ?
  • [5]
    La part des salariés dans les villes de plus de 25 000 habitants passe de 33 % en 1985 à 25 % en 1996.
  • [6]
    Entretien cité par C. Pauthier « Tous derrière, les femmes devant ! Femmes, représentations sociales et mobilisation politique en Guinée (1945-2006) », in O. Goerg (dir.), Perspectives historiques sur le genre en Afrique, Paris, L’Harmattan, coll. « Groupe Afrique Cahiers n° 23 », 2007, p. 219-238.
  • [7]
    Cette polyvalence et sa complexité sont discutées page 248.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.