Galerie «L’ordinaire de la folie»

A l’occasion de la sortie du numéro 157 de Politique africaine consacré à l’ordinaire de la folie, les coordinateurs du dossier, Gina Aït Mehdi et Romain Tiquet, ont demandé aux auteur-e-s de proposer et commenter des photos de leur terrain.
Nous vous proposons une galerie à partir des illustrations du terrain de 4 auteur-e-s: Véronique Petit, Cécilia Draicchio, Olivia Legrip-Randriambelo et Raphaël Gallien.

V. Petit. 2016.
Cour intérieure du centre catholique de santé mentale Dalal Xel à Thiès
 
La cour intérieure du centre catholique de santé mentale Dalal Xel à Thiès. Autour de cette cour sont disposés les petits dortoirs pour les patients qui sont hospitalisés, les sanitaires, la salle de restauration, des bureaux où les médecins peuvent s’entretenir avec les malades ou effectuer des soins, des lieux de culte. Les patients ne peuvent sortir de cet espace contrôlé (fermeture à clé des portes, barreaux aux fenêtres), qu’accompagnés par le personnel soignant qui effectue une surveillance constante. A l’image du centre, les locaux sont entretenus et propres. Arbres, arbustes et fleurs viennent agrémenter le cadre. Cet espace constitue un espace de vie central pour les personnes hospitalisées et leurs accompagnants dans le sens où ils passent de longues heures et où ils n’ont d’autres horizons physiques. Les activités ou divertissements proposés (télévision, ateliers d’ergothérapie) faute de moyens et de personnels, sont insuffisants à faire taire l’ennui, la solitude et l’abandon que ressentent fortement certains patients qui reçoivent peu ou pas de visites.
V. Petit. 2017
Affichage des horaires des séances de prières

Affichage des horaires des séances de prières d’une nouvelle église qui se présente sous la dénomination d’Association de Bienfaisance Communautaire et dont le slogan est « un compromis avec la communauté ». François s’y rend régulièrement, parfois il y retrouve une de ses sœurs, notamment en fin de semaine. Il se rend également régulièrement dans une des églises catholiques Marie Reine de l’Univers de la ville de Thiès. Il entretient des rapports de confiance et de proximité avec le prêtre qui y officie : il discute de ses difficultés lors de rendez-vous dans le bureau du prêtre et il l’appelle également sur son téléphone. Il assiste à des séances de prières et d’exorcisme réalisées par ce dernier. 
V. Petit. 2017
Dossiers de patients au centre Dalal Xel (Thiès)
 
Depuis sa création le centre catholique de santé mentale Dalal Xel à Thiès établit un dossier médical pour chaque patient. Celui-ci se voit attribuer un numéro qui est reporté sur les ordonnances et les prescriptions d’examens. Depuis 1984, plus de 35 000 dossiers sont conservés et classés dans une pièce réservée à cet effet, à proximité de l’accueil, des bureaux des psychiatres et des couloirs où attendent les patients et leurs accompagnants. Une partie des informations relatives aux patients a été informatisée (données sociodémographiques, rendez-vous, durée d’hospitalisation, contacts téléphoniques, situation financière du patient vis-à-vis du centre par exemple). La partie médicale du dossier reste manuscrite et est complétée par le médecin. Cette base constitue un outil de gestion financière et administrative pour la direction du centre. Ces données permettent de mieux connaître la population qui fréquente leur centre (sexe, âge, ethnie, religion, statut matrimonial, résidence), et d’orienter la politique du centre qui souhaite se rapprocher des populations notamment à travers les consultations itinérantes dans les zones dépourvues de services psychiatriques. Les patients qui ont déjà consulté sont rappelés quelques jours avant leur rendez-vous afin qu’ils ne manquent pas la consultation et d’améliorer ainsi leur suivi.
V. Petit. 2017
Mère et sa fille au centre de santé mentale Dalal Xel de Thiès
 
Cette photographie prise en 2017 lors d’une consultation itinérante du centre de santé mentale Dalal Xel de Thiès à Louga montre le moment où une mère, qui accompagne sa fille malade, reçoit des mains du psychiatre, l’ordonnance. Même si cette jeune femme est déjà suivie, le médecin rappelle la posologie, les effets secondaires, l’importance de la régularité du traitement et réitère des recommandations quant aux habitudes de vie dans la famille. Avant que la mère et la fille ne repartent, le médecin fixe déjà le prochain rendez-vous 2 ou 3 mois plus tard selon l’état de santé de la patiente et l’évaluation qu’il fait de l’observance. Les ordonnances ainsi que les résultats d’analyses médicales sont fréquemment conservées dans des petits sacs plastiques, des pochettes avec beaucoup de soin. Certains patients ou accompagnants les photocopient de peur de les perdre. Parfois, comme François les personnes malades s’identifient fortement à leur ordonnance.
V. Petit. 2017
Pharmacie du centre catholique de santé mentale Dalal Xel à Thiès
 
La pharmacie du centre catholique de santé mentale Dalal Xel à Thiès. C’est dans cette pièce que sont rangées les réserves en médicaments du centre et que les aides-soignants préparent les piluliers correspondant aux prescriptions des patients hospitalisés. Les soignants doivent parfois faire face à des ruptures d’approvisionnement de certains psychotropes. Le centre reçoit des dons de médicaments de la part d’ONG avec lesquelles il collabore, des échantillons de laboratoires pharmaceutiques, néanmoins le coût et l’approvisionnement en médicament reste une question sensible.
C. Dracchio, 2017
Prayer camp residents resting in the church, Nzema area, Ghana.
 
The church portrayed in the picture is located within a prayer camp founded more than twenty years ago by a local prophet (esofo) in the Nzema area (southwestern Ghana). Though relatively modest, this prayer camp can host dozens of residents, who resort to the powers of the esofo for disparate reasons: some are seeking success in their personal lives, others need to be cured from illnesses; all of them, in one way or the other, are looking for spiritual care.
To the pastor, his ‘patients’, and the caregivers who accompany them through the therapeutic process, madness and ‘mental illness’ are mainly caused by evil spirits who possess the person. Prayer camps are a fundamental resource for those affected by mental suffering, and the healing they offer – mainly in the form of prayer, fasting, and deliverance – is often depicted as the principal competitor of psychiatric care. As a few others in the area, however, this prayer camp maintains a collaborative relation with the local psychiatric unit, which is interestingly (and problematically) mediated by psychopharmaceuticals.
Raphaël Gallien 2019
Porte d’entrée de l’hôpital d’Anjanamasina

Cette photographie représente l’entrée historique de l’établissement psychiatrique d’Anjanamasina qui fut durant la colonisation le seul de ce type à Madagascar. Ouvert dès 1912, l’institution n’a pas cessé de se développer et reste aujourd’hui encore l’un des principaux visages de la psychiatrie sur l’île. Cette entrée n’est aujourd’hui plus qu’un vestige, arcade d’un passé révolu et pourtant si proche d’un établissement qui a connu de multiples agrandissements et se veut aujourd’hui ouvert sur la société malgache, loin de l’image carcérale synonyme d’abandon des malades qui a pu lui être accolée. Sur le fronton de cette entrée, légèrement effacés, se lisent les mots « Izay marary andriana », littéralement « les malades sont rois/nobles ». Inscrite par le colonisateur dès l’ouverture d’Anjanamasina, cette maxime, qui préexistait à la colonisation, renvoie aux privilèges du filanzane – forme de palanquin – qui était réservé aux seuls hauts représentants ou dignitaires dans leurs déplacements et permettait de signer son autorité et sa supériorité sur le reste de la population soumise à la marche à pied. Ce privilège ne connaissait qu’une seule exception : les malades. Eux aussi, en raison de leur condition précaire, avaient parfois droit au filanzane. Cette phrase renvoie donc à la nécessité de prendre soin de ses proches malades, que l’on traitera avec les mêmes privilèges que les personnes nobiliaires. En 1933, moment de l’affaire auquel est consacré mon article, chaque malade et leur famille devaient passer sous cette inscription pour entrer à l’hôpital. Lorsque l’on connait la réalité des conditions d’internement et la dureté du quotidien asilaire telle que révélée par l’enquête administrative, on ne peut s’empêcher de noter la teneur ironique dont l’inscription se charge.  
O. Legrip, 2010  
Séance matinale de prière dans un toby, Fianarantsoa
 
Cette photographie a été prise à Fianarantsoa, capitale de la région betsileo à Madagascar, lors de la séance rituelle qui se déroule chaque matin dès 4 heures dans le toby du quartier urbain de Soatsihadino où a été menée l’ethnographie. Ce type de prière matinale est organisée dans tous les centres d’accueil des malades (toby) du mouvement de Réveil luthérien (fifohazana). La séance se compose de temps de prière et d’un exorcisme collectif (imposition des mains et chasse des démons) orchestrés par les mpiandry (« bergers »), les exorcistes laïcs formés par le mouvement. Debout vêtus de la robe pastorale blanche et la bible à la main, ils font face aux malades assis, accompagnés pour certains de leur conjoint et enfants qui résident également au toby. La présence des familles sur cette photographie illustre leur engagement et le rôle central qu’elle joue durant le temps de la maladie ; tant dans la formulation des maux, dans la (les) définition(s) donnée(s) à la folie, que dans la prise en charge des malades.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search