Sécurité sanitaire et société de la distance à l’heure de la Covid-19 au Sénégal *

*Je remercie Anne M. Lovell, Véronique Petit et les initiateurs de cette rubrique pour leurs suggestions.

« Je ne comprends pas pourquoi nous ne pouvons aspirer à une inhumation chez nous. Nous ne pouvons même pas mourir en paix. Cette décision est injuste. Moi je veux être enterré auprès des miens ». Ainsi s’exprime Samba, imam sénégalais résidant à Paris, sur la mesure de non-rapatriement par le Sénégal de ses citoyens décédés de la Covid-19 à l’étranger.

Campagne de prévention (crédit: auteur)

Au Sénégal la gouvernance des risques sanitaires a instauré des mesures fortes dans la riposte contre la Covid-19. Cette rigueur de sécurité sanitaire édictée a ébranlé le retour des émigrés décédés de la pandémie tout autant que les vivants. En interdisant le retour des Sénégalais décédés de la maladie aussi bien que celui des vivants, la pandémie a rapproché les signifiants rattachés à la mort et actualisé les continuités entre vivants et décédés. Il est devenu impossible pour les proches des malades d’accompagner la mort, d’assister aux obsèques et de faire le deuil. Les émigrés confrontés à la menace pandémique dans leurs pays d’« accueil » ne peuvent plus accéder au pays natal avec la fermeture des frontières, mise en place pour endiguer le transport du virus par leur corps. Cette politique gouvernementale demeure la pleine expression d’une intervention directe sur la circulation des individus, leurs rapports à leurs proches expatriés ou résidants. Cette gestion du traitement du corps des émigrés décédés ou en vie a influencé les configurations de la société sénégalaise dans la relation avec les citoyens confrontés à la pandémie. En temps de Covid-19, n’observe-t-on pas autant une politique de la population qu’une biopolitique de la mort ?

L’imposition provisoire du principe de précaution

Le refus du transfert des dépouilles des citoyens sénégalais morts de la Covid à l’étranger décidé le 9 avril 20201 par le gouvernement a suscité de vives tensions. Cette décision est une double peine pour les proches du défunt car elle prive celui-ci du retour vers la terre natale. Réunis en collectifs, des Sénégalais de la diaspora et au Sénégal ont vivement contesté cette mesure, de précaution sanitaire et ont réussi à infléchir la position gouvernementale. Dès le 12 mai 2020, le gouvernement sénégalais revenait sur l’interdiction de rapatriement des décédés de la Covid-19 malgré l’augmentation de cas positifs dans le pays et l’absence d’arbitrage scientifique sur le risque infectieux de la manipulation des cadavres.

Malgré les règles biosécuritaires édictées par l’OMS le 24 mars 2020 concernant la manipulation des dépouilles2, le Sénégal est allé au-delà en interdisant le transfert dans son territoire de ses citoyens morts dans le monde. S’appuyant sur son Comité national de gestion des épidémies, la mesure fut motivée non pas par une preuve scientifique d’une transmission de la Covid-19 suite à la manipulation d’un cadavre, mais par le principe de précaution.

Par ailleurs, les patients décédés sur place de la Covid sont encore enterrés sobrement dans le respect des règles biosécuritaires et de restriction des cérémonies funéraires. Le lavage mortuaire est effectué par les agents du service d’hygiène, la prière mortuaire par un membre désigné par la famille et un comité très restreint de proches, le transport du corps assuré par les sapeurs-pompiers et enfin la mise en terre par la Croix-Rouge dans tout le pays. Ceci introduit déjà un changement par rapport aux rites en écartant la famille dans la conduite et le contrôle de ces pratiques.

Les annonces d’accompagnement de la mesure comme le soutien financier pour la location de concessions funéraires3 dans les cimetières n’ont pas calmé la contestation de cette décision gouvernementale. Ainsi, un des collectifs4 établi en France a déplacé la contestation des supports numériques vers le terrain juridique en saisissant la Cour suprême du Sénégal pour l’annulation de ladite mesure. Tout en proposant l’application de protocoles d’hygiène, le recours mettait en avant l’absence de validité scientifique sur le risque de contamination des dits corps, outre la privation du droit d’inhumation au pays.

Le rejet du recours par l’institution judiciaire le 7 mai 2020 abondait dans le sens de l’Etat sénégalais, qui s’était référé au principe de précaution pour motiver son verdict. Le collectif et leurs conseils considérant que la mesure de non-retour au pays des dépouilles de morts de la Covid n’étant justifiée ni par la constitution ni par la culture religieuse sénégalaise, le verdict fut durement critiqué. La volonté du collectif précité de se reporter au Conseil des droits de l’homme des Nations-Unies témoignait de la détermination de ses membres dans la lutte contre cette mesure. Elle reflétait leur détermination dans leur aspiration à une inhumation au pays.

Un enterrement au pays natal, symbole d’une paix éternelle.

Les textes sacrés de l’Islam ne disent rien d’une nécessaire rétention des dépouilles en cas de pandémie. Les chrétiens sénégalais, eux-aussi, ont invoqué la clémence des autorités sénégalaises pour un rapatriement de leurs proches décédés. Deux vidéos ont été largement partagées sur les réseaux sociaux numériques. L’imam cité en exergue, tout comme les immigrés chrétiens, Sénégalais résidants ou expatriés, tous conçoivent la mise en terre au pays comme la garantie matérielle et symbolique d’une mort apaisée et d’une paix éternelle.

Photo cimetière Sénégal (auteur).

Dans le même temps, leur retour à la terre natale est également problématique pour les vivants : stigmatisation, conditions de vie dans les pays d’accueil. Les Sénégalais craignaient que leurs compatriotes rapportent le virus (« cas importés) via leurs corps, d’autant plus que la Covid est venue de l’extérieur par le biais d’un étranger avant la fermeture des frontières. Le refus de l’Etat du Sénégal face au souhait de rapatriement (médiatisé par leurs parents et leurs proches) des étudiants sénégalais de Wuhan, foyer de diffusion de la maladie, avait fini d’installer une vive inquiétude, auprès des « Sénégalais de l’extérieur » bien avant l’extension mondiale de la maladie. La position officielle du Sénégal au rapatriement de ses citoyens et par la suite de la fermeture de ses frontières en contexte pandémique s’apparente à une nécropolitique, conçue comme l’expression de formes de pouvoir et de souveraineté décrétant qui doit vivre ou mourir. Elle s’est traduite par l’exercice d’un droit de mort sur ses citoyens coincés à l’extérieur par leur exposition à un risque avéré dans une ville où sévit une mortalité de masse due au virus du SARS-CoV-2. Alors que d’autres pays du Nord comme du Sud avaient choisi de rapatrier leurs citoyens de ce foyer épidémique. A cela s’ajoute la situation de débordement constatée de certains pays tels que la France, l’Italie, l’Espagne, les USA, accueillant nombre de Sénégalais dont l’impossible retour au pays natal a contraint également à une confrontation réelle avec la mort imputable à la gestion sécuritaire répressive des déplacements. Dans ces pays, la mortalité élevée a entraîné l’engorgement des cimetières, la restriction des funérailles, les inhumations dans des fosses communes ou carrés mixtes, etc. 

Les craintes d’une exposition à ces conséquences directes de la maladie à coronavirus dans plusieurs pays à forte concentration de Sénégalais ont renforcé l’image sécuritaire que leur renvoie leur terre d’origine. Nul n’est besoin de rappeler que la terre d’accueil ne peut se substituer à celle d’origine en termes de représentations pour beaucoup d’expatriés sénégalais de l’extérieur. La terre natale est celle de l’apaisement en ce qu’elle renvoie aux parents protecteurs, aux marabouts. Cette dernière condense leurs souvenirs et repères identitaires et par excellence l’image idéale de l’enfance, des parents et des guides religieux. Ces rattachements fondent pour beaucoup le souhait d’un enterrement auprès des parents, des proches et des marabouts conforme aux croyances. Des adeptes de confréries religieuses sénégalaises sont enterrés dans la ville de leurs guides. Cette pratique est l’expression de la relation de confiance et de la capacité d’intercession reconnue à leurs marabouts auprès de Dieu.

La matérialisation d’une vie après la mort, conforme aux croyances et coutumes de nombre d’émigrés sénégalais, s’effectue suivant un enterrement au pays selon des actes codifiés marquant un lien continu avec les proches vivants. En France, les concessions funéraires sont le plus souvent octroyées pour des durées précises. Au Sénégal, la concession funéraire est durable et non soumise à des conditions de renouvellement pour une durée précise comme dans certains pays d’émigration. Le repos post-mortem escompté n’est possible que chez soi où la durabilité des concessions est synonyme d’assurance de lieu de repos, de recueillement et de prières. L’absence de repos pourrait installer chez ceux qui restent une culpabilité qui serait vécue en permanence comme un manquement à une obligation à l’égard des décédés. L’exemple le plus illustratif de cette culpabilisation est l’impossibilité pour les proches de porter le corps du défunt et de le mettre en terre eux-mêmes dans un lieu de souvenir et de culte. Cet aspect lié au repos ressortait des propositions du collectif dénommé Sunu neew sunu reew établi en Italie : l’aménagement d’un nouveau cimetière près de l’aéroport de Dakar qui permettrait une inhumation sécurisée des corps à travers une restriction des contacts et des rites funéraires. Une telle proposition a traduit une flexibilité dans l’application des obsèques en échange de l’accès à la terre natale. Elle s’inscrit dans une logique de compromis conforme aux règles strictes de sobriété dirigées et contrôlées par les autorités : un trajet sécurisé court de la dépouille de la descente d’avion vers un lieu contigu à l’aéroport de Dakar aménagé comme cimetière. Cette proposition, ignorée par le gouvernement sénégalais, démontre une évolution des positions liées aux croyances et pratiques impulsée par l’ordre sécuritaire, problématique pour ces acteurs.

De la société de la proximité à la société de la distance

De telles mesures sanitaires ont exacerbé la peur à l’égard de la maladie au Sénégal. Un défaut de campagne de sensibilisation et de communication à destination des populations a marqué l’application de ces décisions qui n’ont pas pris en compte l’épaisseur des dynamismes de la société sénégalaise. Ainsi, à travers les comportements réfractaires à l’égard des citoyens de l’intérieur et de l’extérieur (vivants comme décédés) en proie à la maladie, une société de la distance brutale et inédite se dévoile, contraire à celle de la proximité longtemps plébiscitée.

Les gestes « barrière » (crédit: auteur)

Inscrite dans la volonté de gagner en légitimité et en respectabilité afin de faire mieux que certains pays du Nord, l’intransigeance au départ de la politique sécuritaire sénégalaise a fait primer les arguments sanitaires sur une forme de compréhension sociale et de solidarité avec ses Sénégalais de l’extérieur. Cette orientation a fait ressortir toute l’ambiguïté des relations face aux migrants, voire une inversion en quelque sorte du contrat migratoire. Autrefois dotés d’un prestige social, ils se transforment en coupables ou boucs émissaires porteurs (probables) du virus, donc de la mort.

Or cette réalité installée par ces directives sanitaires dépasse même les émigrés par le rapprochement possible avec le climat de suspicion réfractaire lié à la Covid constaté au Sénégal. D’abord la situation des personnes guéries ne pouvant pas rentrer chez elles parce que l’entourage familial et le voisinage ont peur d’elles. Ceci a incité le ministère de la Santé et de l’action sociale à élaborer des certificats de guérison pour qu’elles puissent retrouver leur logement, leur emploi, leurs familles ou pour simplement des individus sommés de ne pas rentrer dans leur village alors qu’ils travaillaient en ville. De ce fait, des porteurs de vie par leur travail sont brutalement devenus porteurs de mort alors que la Covid diffère de la maladie à virus Ebola en termes de létalité, réalité ignorée par ces populations. Ensuite le 26 et 27 mai 2020, des populations se sont opposées à l’enterrement de compatriotes décédés de la Covid à Dakar. Ces oppositions sont sous-tendues par les suspicions de contamination des cadavres même enterrés, pouvant entraîner la mort. Ainsi les autorités, pour contourner ces résistances, ont instauré des enterrements nocturnes pendant le couvre-feu tout en ne pas manquant d’appliquer des mesures pénales (arrestations et convocations devant la justice).

Au final, un déphasage entre la politique de riposte face à la Covid et la société sénégalaise interpelle suivant ces phénomènes constatés. Les manifestations d’une société de la distance mise au jour à travers la pandémie incitent à cerner ses contours quant à sa pérennité ou conjoncture pandémique et d’éclairer les politiques sanitaires dans la gestion de probables futures crises sanitaires. Par sa fragilisation des liens de solidarité et sa banalisation de la mort, elle met à rude épreuve la valeur sacrée de la vie. Elle interroge l’efficience des stratégies sanitaires intrinsèquement liée à la gestion informelle de la maladie en général par les populations face au rétrécissement du système de santé issu des programmes d’ajustements structurels.

  1. Le ministre des Affaires étrangères du Sénégal a présenté la mesure lors d’un point de presse. []
  2. WHO-COVID-19-lPC_DBMgmt-2020.1-eng.pdf []
  3. Le ministre des Affaires étrangères du Sénégal avait fait un rectificatif sur ce point. Dans sa première déclaration, il parlait d’accompagnement pour l’achat de concession funéraire. []
  4. Il s’agit du Collectif pour le rapatriement des Sénégalais décédés de la Covid-19. []

Papa Mamadou Diagne

Socio-anthropologue, Cermes3, CNRS

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.