F. Pigeaud, Au Cameroun de Paul Biya, lu par Jean-Pierre Warnier

au-cameroun-de-paul-biyaPIGEAUD (Fanny), Au Cameroun de Paul Biya. Paris, Karthala, 2011, 266 pages

Pour être une Afrique en miniature, le Cameroun concentre tous les maux du continent. Fanny Pigeaud, formée au Centre d’études d’Afrique noire de Bordeaux et longtemps correspondante de l’Agence France­Presse au Cameroun, en fait l’inventaire accablant. Rien n’y manque, sauf la guerre civile que le pays a toujours su éviter depuis la réduction des maquis upécistes dans les années 1960.

Ahmadou Ahidjo, Paul Biya et leurs soutiens extérieurs – en premier lieu la France – ont mis en place des dirigeants cyniques, irresponsables, démobilisés, sauf lorsqu’il s’agit de leurs intérêts personnels. Le Cameroun, dont les potentialités sont énormes du fait de ses ressources (bois, pétrole, agriculture, accès à la mer) et du bon niveau d’éducation et de compétence de sa population, s’est enfoncé dans la récession, la corruption institutionnalisée, le racket, le banditisme, l’indifférence aux autres, la fuite des diplômés, la justice populaire aveugle, le pillage de l’État par les nationaux et les intérêts étrangers. il accumule tous les records de corruption et les contre­performances économiques.

Au cœur de ce dispositif, comme une araignée au centre de sa toile, un personnage énigmatique, insaisissable, presqu’invisible, même pour ses proches, surnommé le « fantôme » ou le « roi fainéant » dont des humoristes mentionnent à l’occasion qu’il se trouve en visite privée au Cameroun entre ses fréquents séjours à l’étranger. Comment cet homme, qu’Ahmadou Ahidjo semble avoir choisi comme successeur en vertu de son insignifiance, a­t­il réussi ce tour de force ? Fanny Pigeaud pose la question en avouant ne pas détenir le fin mot de l’histoire. Le personnage dont elle fait le portrait est à l’évidence d’une immense habileté, passablement pervers et obsédé par sa sécurité, ce qui, peu à peu, semble se retourner contre lui.

Le réquisitoire est parfaitement documenté : les dates, les noms, la liste des nominations et des limogeages, des manifestations de rue et des répressions, des personnes emprisonnées ou assassinées et des motifs de tel ou tel abus de pouvoir sont répertoriés. Les institutions sont passées au crible de la critique : armée, magistrature, université, police, gendarmerie, administration, etc. Les faits sont toujours accompagnés d’analyses qui, pour être succinctes, n’en dessinent pas moins un tableau d’ensemble convaincant pour qui possède quelque expérience du Cameroun. L’exposé se déroule en dix courts chapitres ciblés sur les maux de la société camerounaise et de l’État­parti criminalisé. À la fin de l’ouvrage, l’auteure souligne l’écrasante responsabilité de la France dans cet état de fait, tous gouvernements confondus, depuis la période coloniale. Paul Biya – c’est clair – a été porté à bout de bras et constamment soutenu par l’Élysée depuis 1982, les deux septennats mitterrandiens étant, de loin, les plus favorables à ce président inamovible dont le Cameroun était à deux doigts de se débarrasser dans les années 1990, n’était l’indéfectible soutien – notamment financier – de la France. Cela vaut à notre pays une rancœur tenace de la part des Camerounais qui applaudissent à chaque but marqué contre une équipe de football française.

Ce livre est un petit chef­d’œuvre d’enquête et d’analyse politique. Peut­on aller plus loin ? il y a lieu d’en douter, mais j’entrevois quand même trois pistes possibles. En premier lieu, l’exposé s’ouvre sur les traités de protectorat allemands de 1884. L’histoire des peuples du Cameroun commence­t­elle à cette date, et ce qui la précède n’a­t­il aucune pertinence pour l’analyse politique ? J’en doute. L’historicité des sociétés du Cameroun s’inscrit dans la longue durée. Ce que nous voyons aujourd’hui et sur quoi l’on pose des étiquettes inévitables et commodes comme l’ethnicité, la corruption ou la sorcellerie, n’est­il pas susceptible d’être analysé autrement à partir de la structuration politique de l’espace sous­continental dont des historiens et anthropologues comme Wirtz, Austen, Njeuma, Roitman, Elango, Chilver et bien d’autres ont fait plus qu’esquisser les linéaments. Ces peuples ne vivaient pas isolés les uns des autres. L’espace politique était structuré à l’échelle interrégionale. Cela permettrait, me semble­t­il, d’échapper aux impasses maintes fois soulignées des analyses en termes d’ethnicité, de mentalités, voire de culture (heureusement, jamais mentionnée par l’auteure), mais aussi de corruption. Sur ce dernier point, la notion d’activité légitime­illégale forgée par Janet Roitman, qui en esquisse la très ancienne histoire dans toute la région du lac Tchad, me semble du plus haut intérêt.

La deuxième piste est plus délicate à suggérer car elle est susceptible d’être taxée de psychologisme. il s’agit de proposer, à l’intérieur d’une sociologie historique du politique d’inspiration foucaldienne et wébérienne promue entre autres par Jean­François Bayart, une anthropologie psychanalytique et comparative des positions subjectives inspirée par Mauss et Freud. Elle ferait rentrer ces différentes positions dans un cadre interprétatif unique. Je ne pense pas qu’à terme on puisse en faire l’économie. Car tout ce qui nous semble si opaque à nous Occidentaux, et si caractéristique de l’« Autre » africain – la « feymania », la sorcellerie, la rumeur – relève de positions subjectives historiquement construites, et qui diffèrent notablement en Afrique et en Europe.

La troisième piste est la suivante : étant donné l’importante diaspora camerounaise présente partout dans le monde, l’analyse politique peut­elle se limiter au seul territoire national ? Fanny Pigeaud souligne la fuite des élites et l’importance de leurs effectifs. Les lecteurs de Politique africaine connaissent bon nombre de brillants intellectuels camerounais exilés. Quels sont les effets de réseau et quel impact ont­ils sur leur pays ? Cela mérite analyse.

Le tableau est si sombre que l’auteure se préoccupe en fin d’ouvrage de ne pas désespérer le Quartier Latin. Elle nous laisse entrevoir une lueur d’espérance (p. 222 et suiv.). Les tontines, le vigilantisme, la chanson, les cultures populaires, la presse privée, les humoristes et chansonniers, certains leaders religieux entretiennent la flamme de la résistance. On pourrait facilement compléter la liste, avec certains royaumes, certaines universités privées dont l’Université catholique d’Afrique centrale, des congrégations religieuses, certains intellectuels comme le regretté Séverin Abega. Un seul exemple : grâce aux nouvelles technologies numériques de l’édition, des intellectuels camerounais de la diaspora appartenant au Langaa Research & Publishing Common initiative Group font vivre une maison d’édition globalisée domiciliée à Bamenda (Langaa RPCiG – www.langaa­rpcig.net) dont le catalogue compte déjà près de 200 titres. C’est loin d’être le seul exemple. Fanny Pigeaud donne quelques raisons d’espérer : Paul Biya s’est acharné pour tuer la culture. il n’y est pas parvenu. Elle bouge encore, en partie sous perfusion globalisée.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.