D. Decherf, Couleurs. Mémoires d’un ambassadeur de France en Afrique, lu par Yves Gounin

9782355932090DECHERF (Dominique), Couleurs. Mémoires d’un ambassadeur de France en Afrique. Saint-Malo, Pascal Galodé Éditions, 2012, 332 pages

Le titre de ce livre et la photo bigarrée qui orne sa couverture sont trompeurs. ils laissent augurer les souvenirs africains et colorés d’un ambassadeur en fin de carrière. Mais Dominique Decherf n’est pas Michel Lunven dont on a dit ici tout le mal qu’il fallait penser des récents Mémoires. Ces deux diplomates là ne sont pas de la même farine. Le second a fait toute sa carrière dans le « pré carré », à l’ombre de Foccart dont il fut l’adjoint à Matignon. Le premier a un profil plus original. Swahilisant, c’est aux marges du « pré carré » qu’il a travaillé, dans des postes réputés difficiles, voire sans intérêt : Dar-­es­-Salam, Luanda, Kigali, Djibouti. Profitant d’une année sans affectation, il va à Harvard à 55 ans pour une fellowship. Catholique, il est l’auteur d’une biographie de Jacques Bainville et depuis sa retraite, prise au Kenya, il poste chaque semaine une tribune pour France catholique.

Ses mémoires ne sont pas la relation paresseuse de ses affectation successives, ni même une mise en perspective de la « politique africaine de la France », mais une réflexion ambitieuse autour du paradigme de la « couleur ». Osant la provocation, Dominique Decherf entend replacer les couleurs, la race, au centre de la politique internationale. Bien sûr, il n’a pas la bêtise de considérer la race comme un phénomène scientifique. Mais sa prégnance dans les représentations et les préjugés caractérise, selon lui, les relations internationales. Plutôt que de la nier candidement dans un éloge béat du métissage et du cosmopolitisme, autant la regarder en face et « restaurer les différences » pour les comprendre et les surmonter. Le propos est trop intelligent pour être choquant. Si Decherf fait l’éloge paradoxal de Gobineau face à Darwin, c’est parce que, selon lui, le premier, aussi infondée scientifiquement que soit sa philosophie, prend le concept de race à bras-­le­-corps alors que le second, faussement humaniste, place malgré tout et toujours les Blancs au sommet de la pyramide de l’évolution.

Dominique Decherf nous invite à prendre de plain-­pied l’Afrique. Un continent dont il nous somme d’éviter de l’appréhender par le prisme de généralisations oiseuses et de concepts génériques. Un continent qui n’a pas attendu l’Europe pour entrer dans l’Histoire et qui se fera de plus en plus lui­-même. Un continent qui renvoie les Européens aux catégories dans lesquelles ils l’avaient enfermé : colonialisme versus post­colonialisme (en quoi la colonisation a­-t­-elle influé sur le destin des pays colonisateurs ?), négritude versus whiteness (comment peut-­on être Blanc dans un monde qui l’est de moins en moins ?).

Trois solutions, toutes insatisfaisantes, sont possibles pour gérer la coexistence des races. La première a été la séparation, incarnée par l’apartheid sud-­africain. Decherf, qui a été en poste dans les États de la « ligne de front », rappelle les heures glorieuses de la lutte anti-apartheid et se désespère du désintérêt dans lequel l’Occident a abandonné l’Afrique du Sud depuis 1994. « Quand l’apartheid a disparu, tout le monde s’en est donc félicité puis a continué sa route » (p. 31). Faisant un bond par­dessus « l’Atlantique noir », il consacre un chapitre aux États-­Unis – il fut consul général à Chicago – pour y relativiser l’effet Obama : aussi Noir soit-­il, le 44e président des États­-Unis mène, selon lui, une politique de Blanc.

La deuxième solution est l’égalité des droits. Mais elle rencontre vite les limites du post­ colonialisme. Dominique Decherf n’a pas de mots assez durs contre le discours de La Baule, dont on sait quelle réticence il avait inspiré à Mitterrand lui­-même. Vouloir imposer la démocratie aux pays africains au lendemain de la chute du mur de Berlin n’avait pas de sens. Le discours de La Baule, loin de faire souffler un vent de liberté, a eu des conséquences déstabilisatrices, pendant qu’au même moment, l’Afrique du Sud forgeait un compromis efficace qui n’était pas celui de la majorité ethnique, ni non plus celui des droits de l’homme (pas de châtiment pour les coupables).

La troisième solution, la plus funeste, est celle de l’identité, qui enferme les peuples. Dominique Decherf en a vu les effets au Liberia, au Rwanda, en Somalie (ou plutôt aux Somalies puisqu’il utilise un pluriel visant à différencier le Somaliland britannique – où existe depuis 1991 un État de facto – de la Somalie italienne). Les pages les plus croustillantes – à défaut d’être les plus profondes – de ses mémoires sont celles qu’il consacre à son affectation au Rwanda. il y fut le dernier ambassadeur de France de 2004 à 2006, date de la rupture des relations diplomatiques franco-­rwandaises, provoquées par les conclusions de l’enquête du juge Bruguière, dont il semble aujourd’hui qu’elles étaient erronées.

Il n’est pas facile de prendre la mesure de cet ouvrage qui sollicite, dans une accumulation parfois confuse, la philosophie, l’ethnologie voire la théologie. Loin du livre de souvenirs que le moindre ambassadeur taquinant la plume se sent tenu d’écrire au crépuscule de sa vie, il a le mérite d’oser une réflexion stimulante et anticonformiste sur le concept de race et sa prégnance sur la scène internationale.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.