M. Leriche, M. Arnold, South Sudan : From Revolution to Independence, lu par Lotje de Vries

South Sudan From Rev. to IndependenceLERICHE (Matthew), ARNOLD (Matthew), South Sudan : From Revolution to Independence. Londres, Hurst & Company, 2012, 313 pages

L’ouvrage d’Arnold et LeRiche entend rendre compte du difficile chemin qui a mené à l’établissement de la République du Sud Soudan en juillet 2011. Les auteurs mettent le Sudan People’s Liberation Movement/Army (SPLM/A) au cœur de leur approche. il s’agit là d’une contribution bienvenue à la littérature scientifique en plein développement sur l’histoire de la nation la plus jeune du globe et de l’un des rares mouvements postcoloniaux de libération à avoir atteint l’indépendance. L’ouvrage entend fournir « à ceux qui s’intéressent à la nouvelle République une analyse en profondeur de sa longue évolution vers le statut d’État ainsi que de sa situation et de ses perspectives à l’indépendance » (p. 2). Le champ des South Sudan Studies est marqué par l’engagement fort d’intellectuels étrangers – universitaires, travailleurs humanitaires mais aussi représentants de la communauté internationale – auprès de la cause de la lutte sud­-soudanaise contre la tyrannie et la marginalisation, et du SPLM/A comme représentant de cette lutte. il en est ainsi du livre d’Arnold et LeRiche, qui démontrent leur connaissance profonde et originale des protagonistes qui ont mené le Sud Soudan à l’indépendance. ils fournissent ainsi des pistes précieuses pour comprendre les transformations politiques, militaires et économiques du pays depuis la signature en 2005 du Comprehensive Peace Agreement (CPA).

Les auteurs n’ont pas fait le choix d’une étude historique exhaustive des décennies passées, mais les premiers chapitres donnent assez de faits, de noms et de détails pour que l’ouvrage soit une source presque encyclopédique d’informations pour les chercheurs, les acteurs politiques et tous ceux qui voudront comprendre les dynamiques au sein de la direction du SPLM/A et leur impact sur les événements. Après le chapitre 4, qui fait office de pivot puisqu’il traite de la période intérimaire qui a couru de 2005 à 2011, la seconde partie de l’ouvrage détaille les défis auxquels fait face la République du Sud Soudan en matière de gouvernance, de sécurité et de développement économique, des relations extérieures et de la cohésion interne depuis la « libération ».

L’histoire de la complexe transition du Sud Soudan de la révolution à l’indépendance est marquée par des « contradictions majeures » (p. 116), comme LeRiche et Arnold le soulignent. ils ont un jugement assez positif sur la gestion de ces contradictions par le SPLM/A, en particulier sur son pilotage dans le difficile passage à l’indépendance et sur sa capacité à rallier beaucoup de ses adversaires. Sans doute, parce qu’il a réussi à obtenir l’auto-détermination, le SPLM/A est un cas important, et il faut souhaiter qu’il donne lieu à des comparaisons avec d’autres luttes africaines d’auto­détermination. Mais donner un primat absolu au SPLM/A dans les évolutions au Sud Soudan pose cependant des problèmes, car cela aboutit à laisser de côté d’autres aspects de l’histoire récente du (Sud) Soudan, comme par exemple les liens entre élites nordistes et sudistes, ou bien encore le rôle de la communauté internationale. Ceci est regrettable, parce que les connaissances pointues des auteurs et leurs perspectives sur la situation actuelle auraient pu être mises au service d’une lecture plus réaliste – et donc, aussi, plus critique – des transformations politico-­militaires au sein et au­-delà du SPLM/A et de leurs implications sur la construction de l’État sud­-soudanais.

On peut en dire autant pour le traitement qui est fait des relations du Sud Soudan avec la communauté internationale, des questions de gouvernance ou bien encore de l’économie, questions qui sont discutées trop rapidement. Sur des thèmes importants, comme la situation macro­économique à l’indépendance, les auteurs ont tendance à recourir à des propositions trop générales du type : « la combinaison entre l’instabilité macro­économique, une dépendance trop forte envers l’exportation d’un seul produit et un budget ingérable et à courte vue constitue un défi majeur à la capacité du Sud Soudan à maintenir la sécurité et à améliorer le niveau de vie » (p. 168). il en va de même lorsqu’ils avancent des appréciations assez subjectives quant à l’action du pouvoir pendant la période d’intérim. Sur les infrastructures, par exemple, cela apparaît dans la citation qui est faite d’un spécialiste du développement qui « travaille au sud depuis longtemps » et pour lequel les « changements ont semblé « vraiment révolutionnaires » » (p. 171). Des citations comme celles-­là sont utiles pour se faire une impression générale de la situation, mais elles ne contribuent pas vraiment à « définir la République du Sud­-Soudan », comme le titre du chapitre le propose.

Sans la proximité entre les auteurs et des figures clé du SPLM/A, cet ouvrage n’aurait pu être écrit. C’est grâce à cette proximité qu’il fournit des perspectives remarquables sur l’histoire de la SPLM et sur sa persévérance, qui a amené à la sécession du Sud. De ce point de vue, l’ouvrage est une source riche pour ceux qui cherchent à comprendre les événements et ceux qui, au sein du SPLM/A, se sont efforcés de les orienter. Mais cette perspective a un angle mort : les aspects problématiques de la libération. Les évolutions au sein du régime et dans l’armée, en particulier depuis les élections de 2010, doivent être approchées de façon critique. « Le monde doit au Sud Soudan le bénéfice du doute », affirment LeRiche et Arnold dans leur conclusion (p. 238). C’est possible. Mais il y a sans doute une autre manière de poser le problème : les responsables sud­-soudanais « doivent » eux aussi quelque chose – à leur peuple, en l’occurrence. À ce peuple, en effet, ils doivent de mener à bien la difficile construction d’un État qui vaille la longue lutte et les sacrifices innombrables qu’il a consentis.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.