B. Gilder, Songs and Secrets, South Africa from Liberation to Governance, lu par Denis-Constant Martin

15857356GILDER (Barry), Songs and Secrets, South Africa from Liberation to Governance. Londres, Hurst & Company, 2012, 359 pages

Des chansons : celles qu’interprétait Barry Gilder lorsqu’étudiant à l’université du Wit­ watersrand il siégeait à la direction de l’Union nationale des étudiants sud­-africains et qu’il reprendra sans cesse dès que fêtes ou réunions militantes lui en donneront l’occasion. Des secrets : ceux qu’évidemment il ne livre pas. L’auteur quitta l’Afrique du Sud au début de 1976 pour échapper à la conscription, rejoignit un camp d’entraînement de l’ANC en Angola où il suivit une formation délivrée par des instructeurs soviétiques, avant de se rendre à Moscou. Assez rapidement, il fut versé dans les services de renseignement et si, une fois rentré en Afrique du Sud après 1990, il participa à la campagne d’éducation civique en vue des élections de 1994, ce fut pour retrouver, après la formation du gouvernement de Nelson Mandela, des postes à responsabilités au sein de la National Prosecuting Authority, au ministère de l’intérieur (Home Affairs), puis au National intelligence Co­ordinating Committee (NiCOC). il prit sa retraite de la fonction publique en 2007 et créa, avec Joel Netshitenzhe, ancien proche collaborateur de Thabo Mbeki, le think tank Mapungubwe institute for Strategic Reflection. Des mémoires rédigés à l’issue d’une telle carrière sont riches d’anecdotes contées avec verve et humour, d’informations sur le fonctionnement de l’État sud­-africain après 1994 et de réflexions désabusées sur l’évolution de l’ANC. Mais, nécessairement publiés avec l’imprimatur des « services », il ne faut pas y chercher de révélations foudroyantes.

Lire Songs and Secrets au moment où l’on porte en terre Nelson Mandela fait revenir à la mémoire un certain nombre de réalités sinon oubliées, du moins passées au second plan, lorsqu’on débat des problèmes que rencontre l’Afrique du Sud aujourd’hui. Tout d’abord l’incomplète transformation de l’État hérité des négociations du début des années 1990 : l’État post-­apartheid est en grande partie la continuation du précédent et ce que l’auteur appelle une « culture du patronage, de la corruption, du mépris pour les citoyens, de l’autoritarisme et de la bureaucratie » (p. 223) s’est adapté aux nouvelles institutions. Cela s’est fait d’autant mieux que, notamment dans la justice et la police, nombre de ceux qui y servent avaient été formés et nommés sous l’ancien régime. Pour mener à bien la tâche herculéenne de donner cohérence à une administration devant regrouper les anciens services consacrés aux blancs, aux Africains et aux coloured, et ceux des bantoustans pseudo-­indépendants, l’ANC a dû « déployer » ses responsables pour encadrer des fonctionnaires pas toujours mus par un grand enthousiasme pour les buts qui leur étaient assignés. il en est résulté un manque d’unité et de coordination qui a freiné la mise en œuvre de politiques urgentes. Méfiances et conflits internes ont été exacerbés par la multiplication des divisions au sein de l’ANC provoquées par l’éclatement au grand jour de différences idéologiques et la compétition pour les avantages liés au pouvoir politique. Le congrès de Polokwane, en 2007, et ses séquelles, en fournirent une affligeante illustration. Sur cet arrière­-plan, Gilder tend à considérer l’accroissement de la corruption (déjà forte avant 1990) avec ambivalence. Sans la tolérer, il cherche à l’expliquer, non sans quelque indulgence, par les stratégies de survie que devaient adopter des exilés dénués de ressources, hormis leur capital d’expérience politique, face aux multiples propositions de cooptation dans les cercles de direction (factice ou réelle) bien rémunérés du secteur privé, ainsi que par la force des solidarités familiales et des amitiés solidement trempées dans les années de lutte.

Au bout du compte, Songs and Secrets permet de saisir de l’intérieur les rêves et les tragédies qu’ont partagés nombre de militants de l’ANC, leurs joies et leurs désillusions et, surtout, de mieux comprendre l’extrême force de la discipline et de la loyauté acquises dans les camps et les prisons par une génération qui déplore que l’ANC actuel ne soit plus celui dans lequel elle a « grandi » (p. xvii). Comme Barry Gilder, ces militants ne veulent pas s’avouer désillusionnés, même s’ils doivent bien constater que « […] le pays est confronté à un certain nombre de problèmes et que le gouvernement de l’ANC n’identifie pas les politiques aptes à les résoudre » (p. ix).

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.