P. Cappelaere, Congo (RDC), Puissance et fragilité, lu par Mehdi Belaïd

9782296541627FSCAPPELAERE (Pierre), Congo (RDC), Puissance et fragilité. Paris, L’Harmattan, 2011, 267 pages

Sous le pseudonyme de Pierre Cappelaere, c’est Pierre Jacquemot, un ancien ambassadeur de France en République démocratique du Congo (RDC) et chercheur associé à l’institut des relations internationales et stratégiques, qui prend la plume pour dresser un tableau de la situation économique, sociale et politique de la RDC à la veille des élections de novembre 2011. Dans une première partie, il aborde, à travers une succession de portraits des hommes clés de la scène politique locale, le mode de gouvernement en vigueur au Congo. Économiste de formation, Cappelaere accorde une importance particulière à la dimension économique des défis qui se posent au pays. À rebours de toute vision normative, il revient en détail sur les différentes déclinaisons des pratiques de corruption et de prévarication ayant cours au Congo. il expose également les limites des dispositifs anti­-corruption. À la manière d’un inventaire, il aborde ensuite successivement le cas de la « pittoresque » Kinshasa, la guerre à l’Est du pays, la province minière du Katanga, le bassin du Congo et sa forêt, pour finir sur la question de « l’identité congolaise ».

L’auteur identifie les principes essentiels du fonctionnement du système politique congolais : la centralisation du pouvoir au niveau du cabinet présidentiel, les obligations inhérentes au système clientéliste, l’interpénétration plus ou moins formelle des sphères politique, médiatique et économique. À l’encontre d’une posture uniquement dénonciatrice, il insiste également sur la complexité des pratiques de corruption à la jonction des espaces légal et illégal. Dépassant le seul exposé des faits, l’auteur se distingue en évoquant, sans verser dans le culturalisme, les logiques qui autorisent de telles pratiques, et le déplacement des barrières morales qu’elles induisent. Ainsi, la récente ouverture démocratique a permis un redéploiement de ces pratiques. Par ailleurs, sa perception fine du phénomène établit une distinction entre les pratiques purement vénales et celles liées à la survie dans un contexte socio­économique délétère. L’auteur aborde également avec justesse les conséquences sociales de l’économie minière, à savoir notamment la déstructuration sociale, ainsi que la destruction du tissu économique traditionnel, après avoir évoqué les dérives en matière d’extraction minière. Cet ouvrage s’apparente par certains aspects – sa construction, les thèses sous-jacentes de certains des chapitres – à un condensé des savoirs sur le Congo. il présente néanmoins plusieurs biais, tant sur la forme que sur le fond.

Regrettons d’abord l’absence de sources. En effet, bien que cet ouvrage comporte une bibliographie succincte, l’inexistence de références dans le corps du texte nuit parfois à la compréhension de la démarche. Pour certains des portraits dressés dans ce livre, le manque d’informations quant au recueil des données entretient une certaine confusion autour du cheminement empirique emprunté par l’auteur. Ainsi, il semble parfois attribuer son propre point de vue de la situation aux protagonistes qu’il évoque. Les jugements de valeur qui ne manquent pas de découler d’un tel biais peuvent également être imputables à un manque de rigueur dans le langage utilisé. En effet, à plusieurs reprises, on note des emprunts au répertoire sémantique utilisé par les différents acteurs des crises congolaises. Ainsi en est-­il des « forces négatives » (p. 156), expression désignant – à des vues de disqualification – la myriade de mouvements armés actifs à l’Est du pays. Le recours à de telles notions partisanes aurait nécessité quelques éclaircissements. De même, certaines des expressions employées pour décrire les hommes en armes ne peuvent que laisser perplexe. Certains de ces acteurs, qu’ils soient membres des forces armées régulières ou issus de groupes armés illégaux, sont parfois dépeints de manière grossière, comme lorsqu’il fait référence à des « va­nu­pieds » ou des « crève-la-faim » (p. 214), ou lorsqu’il se prête à la facilité de plaisanter sur le prénom d’un officier, innocent, qui ne semble pas l’être (p. 132). Surtout, le texte est également empreint d’inexactitudes d’ordre factuel, comme sur l’origine de la collaboration entre groupes maï­maï et hutus rwandais (p. 139). Enfin, certains noms de lieux, de personnages et de groupes ethniques comportent des coquilles, ce qui peut donner lieu à des confusions.

De manière plus générale, la guerre est appréhendée à l’Est du pays (chapitre 4) essentiellement à travers le prisme presque exclusif de la « criminalisation ». En postulant d’emblée que la guerre au Congo serait le fruit d’un transfert de « l’ancestral conflit ethnique rwandais » (p. 118), et en évoquant un retour de la « barbarie » (p. 123), l’auteur élude la complexité des différentes dimensions de la violence à l’Est du pays. Le manque de précisions et de nuances dans la description des forces en présence renforce cette impression. De même, sont mis en avant les aspects les plus scabreux et ésotériques des actes de violence, avec des références explicites au Cœur des ténèbres de Conrad, tandis que l’emploi de métaphores animales (la « faune ») n’est pas sans rappeler Gustave Le Bon (p. 215).

De manière plus générale, le discrédit est automatiquement jeté sur tout ce que l’auteur ne parvient pas à saisir dans sa complexité. À travers son analyse de la conflictualité, il perpétue l’image de mouvements armés issus d’une dynamique exogène « parasitant » un milieu donné, les populations n’étant présentées ici que comme des victimes passives, alors que de précédents travaux ont montré que les relations entre les deux catégories sont bien plus complexes. Enfin, dans la dernière partie de l’ouvrage (plus particulièrement en ce qui concerne les portraits d’entrepreneurs politico­-économiques, les questions environnementales et la vitalité de la créativité locale), l’auteur se distingue – malgré une bonne connaissance du contexte congolais – par une vision parfois caricaturale de la situation : les multinationales occidentales cherchant bon gré mal gré à mener leurs activités dans un contexte d’insécurité juridique chronique, les partenaires économiques « périphériques » (Chinois, Libanais) se caractérisant par leur vénalité et leur mépris des droits humains, tandis que les Congolais, tantôt victimes passives, tantôt prédateurs, s’illustrent néanmoins par leur résilience et leur esprit innovant en matière économique ou culturelle.

Hormis les parties traitant de gouvernance économique, qui témoignent d’un effort d’analyse multidimensionnelle, cet ouvrage s’apparente à une œuvre de vulgarisation offrant quelques clés de compréhension du Congo. Néanmoins, un des principaux écueils de ce livre réside dans sa forme. En optant pour ce type de construction, à la manière d’un « catalogue », il ne reste guère d’alternatives entre, d’une part, une synthèse à l’extrême et d’autre part, une succession « d’instantanés ». La deuxième option – celle qui a eu les faveurs de l’auteur – contribue cependant à perpétuer certains poncifs : « Kinshasa ou le monde de la débrouillardise », « le Kivu irrémédiablement empêtré dans la violence », « l’espace de la forêt et le « cœur des ténèbres » », le « caractère innovant de la culture populaire congolaise »…

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.