V. Bonnecase, La Pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale, lu par Jean-Pierre Olivier de Sardan

6465c93c5d00b53f8225cacb0bcb34c6BONNECASE (Vincent), La Pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure internationale. Paris, Karthala, 2011, 290 pages

L’ouvrage de Vincent Bonnecase, issu de sa thèse, relève d’un pari risqué, mais gagné, à savoir produire une histoire de l’émergence des critères et normes ayant produit et diffusé progressivement l’image, aujourd’hui banale, d’un Sahel pauvre et affamé, image qui semble relever d’un constat de bon sens, et qui pourtant était toute différente il y a un siècle. « il fut un temps où on ne parlait pas de pauvreté au Sahel, ni même de Sahel » (p. 9).

Le pari était risqué, car l’auteur a choisi de s’attaquer à un sujet qu’il lui fallait construire entièrement, et qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne se donnait pas spontanément à voir. Car il ne s’agit pas, et Vincent Bonnecase le rappelle plusieurs fois, d’une histoire en quelque sorte « substantive » de la pauvreté ou de la famine au Sahel (thèmes déjà abordés par d’autres, et qui semblent nettement plus simples à traiter), mais d’une histoire en quelque sorte « méthodologique » de la production de catégories cognitives sur la pauvreté et la malnutrition à travers l’élaboration progressive d’outils d’enquête, de classifications statistiques et d’indicateurs comparatifs, tout au long de la colonisation, puis des vingt premières années de l’indépendance. Le livre s’arrête en effet en 1973, date de cette fameuse famine au Sahel qui sera la première à être mondialisée par les média mais qui, surtout, inaugurera à la fois le classement « scientifique » récurrent du Niger ou du Mali parmi les pays les plus pauvres de la planète (ils sont régulièrement derniers de la classe dans les « indices de développement humain ») et la labellisation journalistique du Sahel (fortement teintée de stigmatisation) comme espace désertique, ignoré des pluies et ravagé par les criquets, peuplé d’enfants malnutris, malades et en sur nombre.

Le pari est gagné, car avec un sujet de prime abord aussi abstrait et complexe, l’auteur réussit à produire une argumentation et une narration claires, vivantes, précises, relevant d’un récit d’historien bien mené et bien maîtrisé. Le lecteur est par exemple autant convaincu que séduit par cette démonstration, centrale dans l’ouvrage : le simple fait d’une comparabilité statistique entre les « indigènes » et les « Français » relève du colonialisme tardif et constitue une sorte de révolution conceptuelle en partie produite par la pression internationale postérieure à la Seconde Guerre mondiale. De même, on découvre avec surprise la permanence de la centralité des catégories ethniques et même « raciales » dans les investigations savantes jusqu’aux années 1950. Un autre argument majeur (lié au précédent) est l’importance des perceptions homogénéisantes des populations africaines, certes inhérentes à l’idéologie coloniale classique, mais qui perdurent longtemps, alors même que les enquêtes commencent peu à peu à faire des différenciations internes de plus en plus affinées. On peut d’ailleurs penser que ces perceptions sont encore vivaces aujourd’hui, non seulement au sein des stratégies participatives propres au monde du développement, mais aussi dans les approches culturalistes défendues par certains chercheurs.

L’histoire produite par l’auteur correspond donc à son exigeant programme. Mais elle va aussi au­-delà de celui­-ci, et c’est tant mieux, d’autant que Bonnecase nous en donne parfois une définition très restrictive et défensive : « Nous ne nous intéresserons pas à l’usage des mots « pauvre » et « pauvreté » au sein des dispositifs institutionnels de suivi et d’encadrement des sociétés sahéliennes » (p. 14). Cette phrase s’appuie sur l’invocation incontournable (p. 15) de Michel Foucault, qui entendait, dans son Archéologie du savoir, n’étudier ni les « mots » ni les « choses ». Mais Foucault lui aussi était parfois plus péremptoire dans ses déclarations de principe que dans ses analyses concrètes… La distinction entre une histoire substantive et une histoire méthodologique est bien sûr difficile à tenir jusqu’au bout, et Vincent Bonnecase nous parle bien évidemment aussi de la pauvreté au Sahel ou de la famine au Sahel. Le titre même du livre (La Pauvreté au Sahel) guide d’ailleurs le lecteur vers une perception substantive que le sous-­titre méthodologique (Du savoir colonial à la mesure internationale) ne dément pas vraiment, malgré son caractère intriguant. Mais peu importe, car bien sûr l’histoire des catégories cognitives ne peut se détacher radicalement des objets mêmes sur lesquelles portent ces connaissances. À sa façon, ce livre est donc une certaine histoire de la pauvreté et de la famine au Sahel à travers l’évolution des catégories de perception savantes et des dispositifs méthodologiques d’enquête, et ne tombe pas dans les pièges d’une perspective excessivement « déconstructionniste », le déconstructionnisme étant pour l’histoire méthodologique le piège symétrique du positivisme pour l’histoire substantive.

C’est même aussi à certains égards une histoire de la colonisation, avec les lunettes particulièrement originales de l’auteur, ce qui procure au lecteur érudit le plaisir de conjuguer les souvenirs (à travers l’évocation de repères connus ou moins connus de la domination française en Afrique) et les découvertes (les enquêtes diligentées par le Front populaire sur les conditions de vie dans les colonies, ou l’éphémère Commission for Technical Co­operation in Africa, créée en 1950 et regroupant quatre puissances coloniales européennes – France, Belgique, Royaume-­Uni et Portugal – et les régimes d’apartheid de Rhodésie et d’Afrique du Sud). C’est aussi, après 1945 et les indépendances, une esquisse d’histoire du développement et de l’aide humanitaire, même si cette partie est moins originale et moins développée que la précédente, peut­-être parce qu’elle est nettement plus connue.

Et enfin, du point de vue de l’histoire méthodologique cette fois, c’est une analyse de la construction des catégories statistiques relatives à l’Afrique sahélienne qui déborde bien souvent les seules notions de pauvreté ou de ressources alimentaires (il y est régulièrement question de démographie, d’anthropologie physique ou d’épidémiologie) et qui constitue en ce sens une sorte de prolongement africaniste du travail d’Alain Desrosières.

Un des mérites de ce livre foisonnant est de donner à penser au­-delà du livre lui­-même, en particulier en invitant à prolonger la perspective de l’auteur après 1973, et à écrire quelques nouveaux chapitres sur les dernières décennies. Par exemple, la sophistication constante des techniques statistiques, dont l’auteur nous décrit en quelque sorte la préhistoire dans un contexte africain spécifique, débouche aujourd’hui sur une obsession quantitativiste, dont on peut appréhender les excès tant du côté de la science que de celui du pouvoir.

On peut ainsi penser à l’intégrisme méthodologique que représentent aujourd’hui les randomized control trials (RCT) – rendus célèbres par Esther Duflo et le centre Abdul Latif Jameel Poverty Action Lab (J­PAL) qu’elle dirige – qui importent dans une science sociale expérimentaliste appliquée au développement les techniques épidémiologiques classiques, et qui se multiplient en Afrique. Une extraordinaire enquête expérimentale menée avec village témoin au Burkina Faso entre 1953 et 1955 est d’ailleurs rapportée par Bonnecase : on distribue aux enfants du lait en poudre dans un village, un traitement antipaludéen dans un autre et rien dans un troisième, pour comparer les impacts respectifs de la malnutrition et du paludisme sur la mortalité infantile, « le nombre d’enfants morts pendant les investigations constituant l’indicateur principal de cette expérience comparative » (p. 134). Ne s’agit­-il pas d’un ancêtre direct, bien que caricatural, des techniques de RCT ? On peut aussi évoquer la « quantophrénie » que les institutions internationales et les agences de développement déversent chaque jour sur l’Afrique à coup de new public management (NPM) et de batteries d’indicateurs quantifiés.

Tous ceux qui aujourd’hui étudieront en Afrique les conditions de « fabrication des chiffres » (et des catégories cognitives qui en sont indissociables), par les RCT ou le NPM, mais aussi en santé publique, en études urbaines, en démographie, ou en agronomie tropicale (les chantiers potentiels sont nombreux) seront obligés de se référer au livre de Vincent Bonne­ case comme à un ouvrage historique pionnier et incontournable.

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 4/2013 (N° 132).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.