« AWONDO (Patrick). Le sexe et ses doubles. (Homo)sexualités en postcolonie », par Brenda Masanga Ngum

AWONDO (Patrick). Le sexe et ses doubles. (Homo)sexualités en postcolonie. Lyon, ENS éditions, 2019, 248 pages

Cet ouvrage propose une synthèse sur la complexité de la compréhension et de l’expression de l’homosexualité au Cameroun. Il démontre que la mise en visibilité de l’homosexualité dans une société postcoloniale soulève des discussions au sein des champs politique, juridique, socio-économique, culturel et transnational. L’ouvrage, écrit par un sociologue, ambitionne de décrire les événements majeurs qui ont marqué les questions liées à l’homosexualité au Cameroun et d’analyser l’impact de ces événements sur les homosexuels. Les sociologies de la sexualité, du sida, des mobilisations et des migrations sont convoquées pour construire le récit de l’auteur. Sans prétendre à l’exhaustivité ni à l’originalité, l’ouvrage, très riche en données empiriques, est tiré de la thèse en sociologie de l’auteur et de ses articles déjà publiés. Les cinq chapitres de l’ouvrage décrivent fidèlement les moments clés de la reconnaissance, ou plutôt de la méconnaissance, des homosexuels au Cameroun.

Le premier chapitre est consacré à ce que l’auteur qualifie de politisation de l’homosexualité au Cameroun. Il décrit le processus par lequel elle est devenue une préoccupation à la fois publique et politique. L’événement mis en avant est celui de la publication des listes des présumés homosexuels en 2006 et le traitement médiatique national et international qui y fait suite. Patrick Awondo décrit la manière dont cela suscite des débats autour des représentations de l’homosexualité et de l’authenticité de l’homosexualité africaine, et présente les théories d’une importation occidentale de l’homosexualité. Aussi, il révèle comment cette mise en visibilité de l’homosexualité dans l’espace public affecte les homosexuels qui subissent des actes homophobes.

Le deuxième chapitre s’intéresse quant à lui aux représentations occultes et religieuses de l’homosexualité. Dans un premier temps, l’auteur évoque l’existence d’une tolérance précoloniale vis-à-vis des pratiques homosexuelles au sein de certains groupes ethniques au Cameroun. Il décrit ensuite le processus d’effritement de cette tolérance avec l’arrivée du colonialisme et du catholicisme, puis la perception de l’homosexualité comme pratique mystique, avec comme principal but d’assujettir les plus faibles.

Les troisième et quatrième chapitres reviennent sur la naissance de la mobilisation associative des personnes homosexuelles au Cameroun. Les chapitres relatent deux événements majeurs qui facilitent la mise en route de cette mobilisation : les arrestations multiples et les décès excessifs des homosexuels. On découvre les processus par lesquels les violences ordinaires, endémiques et politiques poussent les individus à s’inventer une manière d’exister en tant que communauté. Dans ces chapitres, l’auteur présente l’émergence d’une mobilisation associative en faveur de personnes LGBT, et les différents formes et enjeux, nationaux et internationaux, de cette mobilisation, qui oscille entre protection des droits humains et lutte contre le VIH/sida.

Plus novateurs, les éléments présentés dans le cinquième chapitre exposent une ethnologie des couples homosexuels binationaux vivant en France et analyse le rôle des réseaux sociaux dans la formation de ces couples. Ce chapitre met en avant Internet comme espace de circulation des idées, des savoirs et des identités, donnant aux personnes qui interagissent la faculté soit de se catégoriser, soit de se re-catégoriser. L’auteur y analyse les mécanismes à travers lesquels Internet est devenu un lieu de socialisation à la sexualité entre hommes. De même, il explique comment la fréquentation des réseaux sociaux en ligne a favorisé l’importation d’une identité gay occidentale dans l’imaginaire des homosexuels vivant au Cameroun. En s’appuyant sur des récits de vie, il décrit et analyse les rapports de domination qui régissent ces couples du fait des inégalités inter sectionnelles entre des afro descendants (pour la plupart demandeurs d’asile en raison de leur homosexualité) et des homosexuels blancs et âgés.

En fin de compte, cet ouvrage pourrait être lu comme une vue d’ensemble des problématiques liées à l’homosexualité dans une société hétéro normative durant les années 2000. C’est sa force mais aussi sa limite. Se focaliser essentiellement sur cette période fragilise la pertinence de l’ouvrage pour au moins deux raisons. Premièrement, cela oblige l’auteur à reprendre les réflexions faites par Charles Gueboguo, d’abord sur les différentes représentations de l’homosexualité, ensuite sur les combats de sa désoccidentalisation, et enfin sur l’existence d’une conception traditionaliste de l’homosexualité dans la société camerounaise précoloniale. Deuxièmement, l’auteur reprend l’intégralité de ses propres idées, publiées entre 2010 et 2012, sur le traitement médiatique de l’homosexualité et sur la construction de la mobilisation associative en faveur des LGBT au Cameroun. On peut regretter cette posture dans la mesure où la situation des minorités sexuelles au Cameroun a évolué depuis les années 2000. L’ouvrage ne rend pas suffisamment compte des différentes dynamiques qui s’observent au sein des minorités sexuelles aujourd’hui, tant au niveau de l’expression de nouvelles identités, des diverses trajectoires dans le milieu associatif, ainsi que des nouveaux enjeux nationaux et internationaux. Une prise en compte des approches contenues dans les travaux de L. Kojoué, M. Menyengue et P. Biligha, ainsi qu’un retour sur le terrain du militantisme homosexuel auraient permis d’intégrer ces nouvelles dynamiques, sans s’exposer au risque d’être trop descriptif.

Malgré tout, l’ouvrage réussit à retracer l’émergence de l’homosexualité sur la scène publique et politique au Cameroun, la naissance d’un militantisme homosexuel, tout en analysant les logiques d’intégrations et d’interactions des communautés locales des homosexuels au sein et avec des communautés internationales des homosexuels. De ce point de vue, même si on peut regretter des développements essentiellement centrés sur les recherches des années 2000, les débats majeurs autour de l’homosexualité au Cameroun ont été abordés dans l’ouvrage.

Brenda Masanga Ngum
Université de Paris


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search