N°101 : « Burkina Faso : l’alternance impossible »

Le 13 novembre 2005, Blaise Compaoré a été réélu président avec plus de 80 % des voix. Comment expliquer ce plébiscite, paradoxal au regard de la contestation née de l’affaire Zongo et des bons résultats de l’opposition aux scrutins municipaux et législatifs de 2000 et 2002 ? L’élection présidentielle de 2005 aura été avant tout un plébiscite par défaut – défaut d’électeurs et défaut d’opposition. La nouvelle décompression politique engagée par le pouvoir après l’affaire Zongo a fonctionné, et la crise ivoirienne a permis au président de jouer la carte de l’union nationale.

Le dossier 

Pages 5 à 18

Conjoncture

Pages 111 à 131
Pages 132 à 147
 

Pistes de recherche

Pages 149 à 170

Magazine

Pages 171 à 180
 

Lectures

Pages 195 à 208
Pages 209 à 218

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.