N°91 : Violences ordinaires

Entre « afro-pessimisme » et « afro-optimisme », le refus des alternatives abusives commande le réalisme. Ainsi sur la violence, qui n’est pas seulement sociale et politique, mais qui relève aussi d’une « microphysique du pouvoir » décelable dans l’ordinaire des rapports sociaux : entre l’individu et la communauté prompte à sacrifier celui-ci comme victime émissaire d’une « logique totalitaire », entre hommes et femmes ou entre aînés et cadets, entre conjoints, entre locataires et propriétaires ou entre maîtres et élèves. On débouche alors sur l’hypothèse d’une circularité entre les violences ordinaires, enracinées dans la longue durée historique et culturelle, et les violences extrêmes, liées aux situations contemporaines de crise économique ou politique : les premières surdéterminant spécifiquement les secondes, les secondes exacerbant les premières.

Le dossier 

Pages 5 à 12
Pages 13 à 32
Pages 33 à 50
Pages 51 à 67
Pages 68 à 82
Pages 83 à 99
 

Conjoncture

Pages 101 à 119
Pages 120 à 138
 

Magazine

Débat

Pages 139 à 154

Terrain

Pages 155 à 169

Lectures

Pages 171 à 194
Pages 195 à 205

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.