N°79 : Pouvoirs sorciers

Contrairement aux hypothèses développementalistes des années 60-70, la sorcellerie n’a pas disparu sous la pression conjuguée de la modernisation économique et politique. Elle s’affirme aujourd’hui comme une catégorie incontournable de la vie publique et privée en Afrique. Les hommes politiques sont fréquemment accusés de pratiques occultes, le pouvoir restant associé aux « forces de la nuit » ; des rituels spectaculaires réapparaissent dans les contextes de guerre et de violence. L’expansion de la sorcellerie se manifeste aussi dans la vie quotidienne, où les conflits domestiques ou de voisinage prennent souvent la forme d’accusations dans l’ordre de l’invisible. Comment interpréter ces phénomènes? La prolifération actuelle des pratiques occultes s’accompagne d’un renouvellement des approches scientifiques, dont témoigne ce numéro. Contre les clichés d’un retour de l’Afrique « au cœur des ténèbres », il avance l’hypothèse que le renouveau de la sorcellerie participe au contraire d’un mouvement de domestication de la modernité et d’une redéfinition des représentations contemporaines de la cité.

Le dossier

Pages 5 à 16
Pages 83 à 100

 

Pistes de recherche

Pages 101 à 139

Magazine

Pages 141 à 152

Lectures

Pages 165 à 191
Pages 192 à 200
Pages 201 à 204

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.