La difficile quantification du travail domestique en Afrique

Le dernier numéro de la revue Polaf, Politiser le travail domestique en Afrique, contient un article intitulé « Essai de mesure et d’analyse de la présence de domestiques dans les ménages en Afrique subsaharienne », rédigé par Marc Pilon, Valérie Delaunay, Richard Marcoux, Aminata Coulibaly et Binta Dieme.

Dans cet article, les auteurs soulignent que la quantification de la domesticité pose des problèmes de définition sur ce qu’est un « travailleur domestique », les sources de données et les méthodes de calcul.

Certains pays ont mis en place des recensements généraux de la population et de l’habitat (RGPH), qui illustrent bien les difficultés à recenser les « travailleurs domestiques », comme nous le verrons dans cet article au travers de deux extraits de questionnaires de recensement.

Extrait du questionnaire « Ménage » du recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) du Mali 2009
Extrait du questionnaire « Ménage » du recensement général de la population et de l’habitat, de l’agriculture et de l’élevage (RGPH) du Sénégal 2013

Combinée au recueil du nom et prénom, la question sur le lien de parenté de chaque personne membre d’un ménage constitue d’abord pour les agents recenseurs une aide pour le dénombrement de tous les membres d’un même ménage. Les instructions figurant dans la première ligne de la colonne relative aux nom et prénom (données avec plus de précisions dans le manuel d’instructions aux agents recenseurs) indiquent la démarche à suivre, l’ordre dans le lequel il faut dénombrer toutes les personnes résidant au sein d’un même ménage. La question sur le lien de parenté, posée en rapport avec le « chef de ménage », prévoit une série de modalités de réponse, dont celle de « domestique ».

Qu’une personne soit considérée comme telle signifie qu’elle réside au sein du ménage qui l’emploie. Si le ménage emploie d’autres domestiques, mais qui résident ailleurs, elles ne sont donc pas recensées dans ce ménage.

Il faut noter que les manuels d’instructions aux agents recenseurs ne définissent pas le statut de domestique, semble-t-il, comme si cela allait de soi… !

Lors du recensement du Sénégal de 2013 cette instruction est néanmoins apportée : « Les membres du ménage non apparentés au Chef de Ménage seront classés dans la catégorie ‘11’ s’il s’agit des domestiques et dans la catégorie ‘00 ‘s’il s’agit d’autres personnes sans lien de parenté avec le CM (Amis, enfants d’amis, etc.). » Pour le recensement du Mali, le manuel d’instructions apporte cette précision dans le listage des liens de parenté : « 11. Domestique du ménage dormant dans le ménage ».

Cela étant, même si les agents recenseurs suivent de leur mieux les instructions, il se peut fort bien que des « sans lien de parenté » avec le chef de ménage, voire même des « nièces/neveux », « cachent » en fait des domestiques ; la fiabilité de l’information ainsi recueillie repose au final sur la « sincérité » du répondant, soit le chef de ménage…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.