Soutien à nos amis Fariba Adelkhah et Roland Marchal

La nouvelle de l’arrestation de notre ami Roland Marchal, chercheur CNRS à Sciences po CERI et rédacteur en chef de notre revue Politique africaine de 2002 à 2006 a été annoncée dans la presse hier soir. Il a été arrêté début juin en même temps qu’une autre de nos amies chères, Fariba Adelkhah, directrice de recherche à Sciences Po au CERI et spécialiste de l’Iran. Il est tout comme elle, incarcéré à Téhéran, à la prison d’Evin, depuis plus de quatre mois.

La question de dévoiler ou non le nom de Roland a été longuement discutée et débattue parmi ses proches et ses collègues après que celui de Fariba, seul, ait été révélé en Iran en juillet. Nous nous sommes résolus à la décision de taire son nom sur les conseils du Ministère des affaires étrangères mais aussi en prenant en compte les expériences d’autres collègues ayant eux aussi été emprisonnés en Iran et surtout les risques encourus par nos amis sur place et par ceux qui travaillent à les aider. Le silence maintenu par toute notre communauté mais également par les journalistes informés a été remarquable. Il est la preuve à la fois d’une grande solidarité et d’une nécessaire prudence faire à une situation particulièrement complexe et préoccupante.  

Sociologue reconnu internationalement, Roland est un travailleur acharné de la recherche. C’est un homme de terrain aguerri par des décennies de recherche sur les conflits en Somalie, au Tchad, au Soudan, en Centrafrique ou plus récemment au Mali. Sans doute n’imaginait-il pas que ce serait en Iran, loin de ses propres terrains, qu’il serait arrêté et accusé d’atteinte à la sécurité de l’État. 

Nous ne pouvons qu’être profondément affectés et révoltés face au prolongement sans fondement de leur incarcération. Nous sommes solidaires de l’action du Fonds d’analyse des sociétés politiques dont Fariba et Roland sont des membres fondateurs. Dès leur arrestation, le FASOPO a immédiatement mobilisé une communauté de chercheurs. Nous sommes à leur côté pour réitérer la demande en faveur de leur libération immédiate, et dans cette attente, la suspension de toute coopération scientifique et culturelle avec l’Iran. Nous invitons les universités françaises et européennes à interrompre immédiatement leurs échanges avec l’Iran, aussi bien dans le domaine des sciences dites “dures” que dans celui des sciences sociales. Nous appelons aussi les universitaires partout dans le monde à exprimer leur solidarité avec nos amis et collègues et avec tous les prisonniers scientifiques détenus en Iran.  

Fariba et Roland sont du même acabit: celui d’intellectuels extrêmement actifs sur la scène académique, totalement dévoués à leurs recherches et portés par des valeurs d’honnêteté intellectuelle et d’éthique professionnelle bien éloignées des accusations auxquelles ils font face à présent. Ce sont deux voix fortes du champ académique qui, en plus de manquer cruellement à leurs famille, amis et collègues, manquent également à notre communauté scientifique.

Nous les assurons tous deux, ainsi que leur famille, de notre soutien indéfectible et resterons mobilisés jusqu’à leur libération a tous deux.

Laurent Fourchard et Sandrine Perrot pour l’ACPA

Site du FASOPO où sont regroupés la revue de presse, les portraits scientifiques de Fariba et Roland ainsi que les communiqués de presse traduits en plusieurs langues.


Vous aimerez aussi...