M. Lunven, Ambassadeur en Françafrique, lu par Yves Gounin

Ambassadeur en FrançafriqueLUNVEN (Michel), Ambassadeur en Françafrique, Paris, Éditions Guéna, 2011, 340 pages.

Michel Lunven est un dinosaure. Il ne s’en cache pas. Le titre provocateur des mémoires qu’il publie à près de 80 ans lui a peut-être été suggéré par son éditeur, Frédéric Guéna, fils d’Yves Guéna, figure historique du gaullisme et qui fut notamment le dernier gouverneur colonial à Abidjan… et le premier ambassadeur de France en Côte d’Ivoire. Il en est peut-être allé de même de la photo de couverture qui le montre dans un avion du Groupe de liaisons aériennes ministérielles (GLAM) aux côtés de Jacques Foccart. Ce titre percutant et cette photo révélatrice annoncent clairement la couleur. À rebours des critiques qui dénoncent les crimes incestueux dont la Françafrique se serait rendue coupable, depuis les pamphlets de François-Xavier Verschave jusqu’au récent – et excellent – documentaire de Patrick Benquet, « Françafrique : 50 années sous le sceau du secret », l’ambassadeur Lunven entend réhabiliter l’action de la France en Afrique.

Il le fait en racontant les quinze dernières années de sa carrière. En 1986, il devient l’adjoint de Jacques Foccart à Matignon, un homme qui a priori ne lui était « pas particulièrement sympathique » (p. 17) mais avec lequel s’établit rapidement « une vraie connivence » fondée sur « la même passion de l’Afrique » et la même conviction « de la nécessité de préserver, envers et contre tout, cette zone d’influence française sur ce continent » (p. 19). En 1988, il est nommé ambassadeur au Niger – où il avait auparavant déjà dirigé la mission de coopération. Il reconnaît y avoir pratiqué « l’ingérence sans états d’âme » (p. 321) en y organisant les premières élections libres du pays, mais il le justifie par le souci de la France « d’écarter un autocrate » et « d’éviter la guerre civile ». En 1993, il effectue une mission de bons offices en Centrafrique et parvient, là encore, à organiser non sans mal des élections libres. En 1995, dernier poste au Gabon, « oasis relative de prospérité et de paix » (p. 217) auprès de Omar Bongo, une personnalité qui « [l]e fascine » (p. 278), doté d’une « intelligence aigüe », d’une « mémoire prodigieuse » et d’un « humour décapant ». En 1998, frappé par la limite d’âge, l’ambassadeur Lunven rentre en France et fait bénéficier pendant quelques années le groupe Bouygues de son « carnet d’adresses » (p. 307) et des « bonnes relations » qu’il a conservées au Quai d’Orsay.

On l’aura compris, Michel Lunven assume sans ciller la fidélité à une certaine idée de la France, attachée au maintien de relations spécifiques avec l’Afrique. Par opposition aux Modernes qui entendent normaliser ces relations, il est un Ancien qui estime que la France a des intérêts particuliers en Afrique (héritage historique, francophonie, intérêts économiques, importantes communautés françaises…) qui justifient qu’elle y exerce un rôle particulier.

Sa vie entière consacrée à l’Afrique témoigne de la sincérité de son engagement. Son hostilité affichée à la réforme de la Coopération placée en 1997-1998 sous le signe de la normalisation de la relation franco-africaine (intégration du ministère de la Coopération au Quai d’Orsay) est logique. La cruauté avec lequel il dépeint la cohorte de « parasites et d’intrigants » français qui hantent les palais présidentiels africains – au nombre desquels il range Robert Bourgi – l’exonère de tout soupçon de complicité avec les pires pratiques de la Françafrique.

Pour autant, il se dégage de la lecture de ses mémoires un parfum un peu rance d’une diplomatie paternaliste et surannée. Paternaliste à l’égard des Africains, considérés à mots couverts comme des êtres immatures, déchirés par des luttes ethniques ancestrales, inaptes à la démocratie. Surannée quant au mode de fonctionnement d’une représentation diplomatique dont l’ambassadeur Lunven, bien qu’il s’en défende, donne l’image d’une féodalité dirigée par un « patron incontesté » (p. 45) assisté de sa fidèle épouse (le chapitre intitulé « La résidence de l’ambassadeur : le domaine de l’ambassadrice » est un modèle du genre), parvenant tant bien que mal à gérer une équipe de collaborateurs d’inégale qualité, dans le silence assourdissant du Quai qui le laisse sans instruction et sans moyens. Seule circonstance atténuante : l’ambassadeur Lunven a quitté le Quai d’Orsay en 1998 à une époque où Internet (le mot n’apparaît pas une seule fois dans ses mémoires) et l’évaluation 360 degrés n’y avaient pas encore fait leur entrée.

Yves Gounin

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 1/2013 (N° 129).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.