D. Macey, Frantz Fanon : une vie, lu par Cédric Vincent

Frantz Fanon- Une vieMACEY (David), Frantz Fanon : une vie, Paris, La Découverte, 2011, 8 cartes, index, 597 pages.

Dans un livre récent (Frantz Fanon. De l’anticolonialisme à la critique postcoloniale, Paris, Amsterdam, 2011), Matthieu Renault s’interrogeait sur les publications dédiées à Frantz Fanon en France, qui faisaient la part belle aux seuls récits biographiques ou de témoignages de proches, au détriment des enjeux théoriques posés par ses écrits. La conséquence, selon lui, est de reléguer la pensée de Fanon dans le passé et donc suggérerait qu’elle ne réponde plus aux situations actuelles. La traduction de l’imposante biographie de David Macey, parue à l’occasion du cinquantenaire du décès du penseur martiniquais, lui donne raison. À ceci près que ce livre, publié aux États-Unis en 2001, se veut lui-même une réaction aux inflations théoriques et aux interprétations spéculatives dont a fait l’objet le travail de Fanon depuis sa disparition en 1961. Dès lors, ce projet peut se comprendre comme une réponse au défi lancé par Henry Louis Gates de « ré-historiciser Fanon » (p. 50).

Le premier chapitre pose clairement les termes. Il s’attache à sa postérité : « Entre oubli et souvenir ». Si l’oubli l’a emporté en France, le souvenir s’est maintenu parmi les révolutionnaires du Tiers-monde, du Frente de Libertação de Moçambique au Front de libération nationale (FLN) mais aussi au Front islamique du Salut en Algérie, des leaders de l’African National Congress à ceux du Black Panther Party, pour être à nouveau actualisé par les théoriciens des études postcoloniales. Sur ce dernier point, Macey considère que « la sophistication même des lectures postcoloniales de Fanon est, en un sens, la cause de leur faiblesse » (p. 49). Souvent, ces travaux développent une approche superficielle de l’œuvre ou oublient l’aspect du militantisme politique auprès du FLN, alors qu’il y a là de quoi, sinon enrichir, du moins nuancer l’utilisation de l’arsenal théorique conçu par Fanon.

Selon l’auteur, plus que tout autre, l’accueil contemporain de l’œuvre de Fanon a conduit à le transformer en une icône révolutionnaire stéréotypée et abstraite, évoluant dans une dimension purement textuelle. Le propos du livre est donc de redonner un corps à Fanon, de le situer dans sa spécificité et sa subjectivité, d’en faire un cas particulier. Il n’empêche que Macey, féru de l’exercice biographique (Foucault, Lacan), développe un récit plutôt classique dans sa facture face à cette « figure mystérieuse et inclassable » (p. 29).

Le découpage suit scrupuleusement les étapes de sa courte vie (1925-1961) dans un effort constant de contextualisation à la fois historique et des situations intellectuelles, mais au prix de digressions trop longues : sa jeunesse en Martinique dans un milieu « petit-bourgeois » (chap. 2), sa participation à la Seconde Guerre mondiale comme simple soldat mais déjà très critique sur son engagement (chap. 3), ses années d’étudiant en médecine à Lyon et l’écriture de Peau Noire, Masques Blancs (chap. 4), texte analysé en détail (chap. 5). Arrive ensuite son affectation à l’hôpital psychiatrique de Blida et une pratique thérapeutique qui s’oriente vers une sorte d’ethnopsychiatrie (chap. 6), un développement bienvenu alors que sa carrière de psychiatre clinicien a plutôt été négligée jusqu’ici par les commentateurs de son travail, hormis Françoise Vergès. Lorsqu’éclatent les événements d’Algérie, en novembre 1954, son engagement est progressif au côté du FLN, handicapé notamment par le fait qu’il ne parle pas l’arabe. Il devient surtout un porte-parole intransigeant, un polémiste efficace et un collaborateur d’El Moujahid (chap. 7-9). À la fin de 1958, commence la dernière période de sa vie comme délégué du Gouvernement provisoire de la république algérienne dans les pays africains (chap. 10). La biographie se termine sur une analyse rigoureuse de Les Damnés de la Terre, son ouvrage posthume (chap. 11). Une postface inédite conclut le livre, dans laquelle l’auteur fait une revue critique des biographies parues (en France) depuis la sienne (aux États-Unis).

L’un des axes forts du travail de Macey consiste à reconsidérer la place du contexte antillais et de l’expérience coloniale dans la pensée et les écrits de Fanon. Éluder le fait que la Martinique sert d’arrière-plan à Peau noire, c’est courir le risque d’une généralisation stérilisante et d’approximations. Il en résulte des lectures stimulantes aussi bien de Peau Noire que des Damnés de la Terre. Pour expliquer les causes de l’effacement progressif du contexte antillais, l’auteur pointe les traductions anglaises approximatives qui ont affecté la réception de la pensée fanonienne dans les milieux anglophones. Appliqué à Fanon, le procédé biographique largement éprouvé de la lecture des écrits à travers la vie de leur auteur apporte certes un éclairage nouveau. Mais ce procédé risque de figer Fanon dans un atavisme de l’« auteur martiniquais ».

Cédric Vincent

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search