P. Le Billon, Wars of Plunder. Conflict, Profits and the Politics of Resources, lu par Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Wars of plunderLE BILLON (Philippe), Wars of Plunder. Conflict, Profits and the Politics of Resources, Londres, Hurst, 2012, 363 pages.

Le livre de Philippe Le Billon intéressera les lecteurs qui se préoccupent de la compétition pour les ressources naturelles en Afrique et, d’une manière plus générale, dans les pays en développement. Déjà connu pour ses travaux sur la question, l’auteur développe en effet à ce sujet une analyse plus subtile que les habituelles semonces et prophéties des théoriciens de la « malédiction des ressources naturelles ». À partir de cas d’études dans les secteurs du pétrole, du diamant et du bois, Philippe Le Billon suggère que la présence de ressources naturelles influence le déroulement des conflits armés mais n’en est pas forcément la cause. Soucieux d’échapper au piège du déterminisme environnemental, il cherche à mieux comprendre ces phénomènes en conjuguant des approches quantitatives et qualitatives à la confluence de la géographie, de la sociologie, de l’ethnologie et de l’économie politique. En outre, il prend bien soin de distinguer les « ressources des conflits », à savoir le financement des belligérants, des « conflits pour les ressources », où le contrôle des matières premières devient un motif et un objectif de guerre.

Ainsi, l’auteur affine son analyse en fonction de la localisation et de la nature des ressources considérées, sans oublier le niveau de dépendance des économies étudiées relativement à l’exportation de produits non transformés. Le Billon insiste, à juste titre, sur la nécessité d’éviter les amalgames. Certaines ressources, explique-t-il, sont plus vulnérables aux attaques ou plus faciles à être transportées puis revendues au marché noir, à l’instar de la drogue ou des diamants. Leur valeur marchande, leur caractère légal (ou non) et les conditions de leur exploitation sont également déterminantes. À cet égard, Le Billon compare utilement le Botswana et la Sierra Leone, deux pays producteurs de diamants où les revenus par habitant sont respectivement de 2 500 dollars et 150 dollars. Dans le premier cas, l’extraction de diamants se fait sur une base industrielle et a démarré après l’Indépendance, quand le Botswana, devenu souverain, a été en mesure d’obtenir des taxes minières qui atteignent aujourd’hui 1 500 dollars par habitant, contre seulement 8 dollars en Sierra Leone. Dans le deuxième cas, en revanche, les mines restent très largement artisanales et ont été ouvertes pendant la période coloniale, avec une moindre capacité à négocier un prélèvement fiscal.

Philippe Le Billon est tout aussi convaincant lorsqu’il emprunte les chemins de la géographie pour développer une analyse spatiale des modes de production, d’extraction et de contrôle des ressources naturelles en fonction de leur localisation à terre (avec d’évidentes différences entre les gisements de pétrole onshore ou offshore) et de leur accessibilité à proximité des centres de pouvoir ou, au contraire, de frontières poreuses. L’auteur avance ainsi l’idée que les insurgés peuvent plus facilement s’emparer des ressources lorsque celles-ci sont dispersées à travers le territoire et produites par un grand nombre de firmes (p. 28).

Relativement à la vulgate des théoriciens de la « malédiction des ressources naturelles », le livre de Le Billon a également le mérite d’inverser les perspectives pour interroger la façon dont les matières premières peuvent faciliter la fin des conflits à travers un éventail d’options qui vont du blocus militaire à l’embargo économique en passant par des poursuites judiciaires contre les contrevenants, une redistribution de la rente en vue d’acheter la paix sociale, des procédures de certification du type de Kimberley afin d’éviter le phénomène des « diamants du sang », ou encore des sanctions ciblées dans le cadre de campagnes de plaidoyer destinées à stigmatiser les opérateurs les plus malfaisants. Selon l’auteur, la lutte contre la corruption, les mécanismes de stabilisation des prix et la surveillance des modalités de redistribution de la rente sont en l’occurrence plus efficaces que l’aide ou les sanctions économiques (p. 154). Pour accélérer le retour à la paix, Philippe Le Billon propose ainsi de mettre en œuvre un dosage subtil de sanctions internationales, d’occupation militaire des gisements et de réorganisation du mode de partage de la rente (p. 185 et suiv.). À chaque type de ressource correspondrait une formule plus efficace : l’occupation militaire des gisements pour les produits qui ne peuvent être pillés ; la réorganisation du partage des revenus pour les ressources illégales et faciles à convoyer ; les sanctions internationales pour les ressources légales et faciles à convoyer. En revanche, il conviendrait de ne pas pénaliser les économies de subsistance dont les ressources agricoles nourrissent les rebelles comme la population, qui pâtit trop souvent de regroupements forcés dans des « hameaux stratégiques » interdisant aux paysans d’aller cultiver leurs champs.

Au final, l’analyse emporte presque entièrement l’adhésion du lecteur. À force d’accumuler les exemples, Le Billon réduit cependant la puissance de sa démonstration du fait de quelques approximations. On sait ainsi que la tentative de sécession du Biafra a d’abord été provoquée par les pogroms de 1966 et la détermination des Ibo à lutter pour leur survie parce qu’ils craignaient un génocide. Or Philippe Le Billon soutient que la guerre a été « largement » motivée par la présence de gisements d’hydrocarbures et le soutien des compagnies pétrolières françaises (p. 36). Dans le même ordre d’idées, il passe sous silence l’insurrection des Anya Nya au Sud-Soudan (1956-1972) pour affirmer que ce sont les découvertes de pétrole réalisées à partir de 1979 qui ont précipité la guerre de sécession du Sud du Soudan qui a éclaté en 1983 (p. 171)… dans un pays où les gisements ont en fait été mis en production en 1999. Reprenant la doxa humanitaire à propos d’une prétendue recrudescence de la violence en Afrique subsaharienne, enfin, il prétend qu’à partir de 1996, les interventions militaires et les convoitises de l’Ouganda et du Rwanda sur les ressources de la République démocratique du Congo auraient entraîné le conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre mondiale (p. 158).

Heureusement, Philippe Le Billon est plus mesuré lorsqu’il analyse d’autres cas. Il montre par exemple comment la présence de phosphates a dynamisé le nationalisme sahraoui parce qu’elle a rendu viable le projet d’indépendance du Front Polisario et attisé la crainte d’une mainmise marocaine sur l’exploitation des mines (p. 32). Revenant à son propos introductif, l’auteur admet ainsi la pluralité des causes d’une insurrection et renonce à faire des ressources l’unique grille de lecture de la conflictualité : un constat que beaucoup d’économistes gagneraient à méditer…

Marc-Antoine Pérouse de Montclos

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 2/2013 (N° 130).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.