D. Mosse (dir.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, lu par Isaline Bergamaschi

Adventures in AidlandMOSSE (David) (dir.), Adventures in Aidland. The Anthropology of Professionals in International Development, New York/Oxford, Berghahn Books, 2011, Studies in Public and Applied Anthropology, vol. 6, 238 pages.

L’ouvrage dirigé par David Mosse, professeur en anthropologie sociale à la School of Oriental and African Studies de Londres, propose une « anthropologie contemporaine du développement ». Pour ce faire, Mosse emprunte à Raymond Apthorpe (chapitre 10) la notion de « aidland », qui n’est « pas tout à fait un nulle part (« a nowhere ») (p. vii), mais un espace déterritorialisé.

Pour le saisir, les contributeurs de l’ouvrage puisent dans leur expérience souvent personnelle de la vie et du travail dans le « monde expert et interconnecté du développement international » (p. vii) pour décrire les idées et sociabilités de ses professionnels (p. 11). C’est sans aucun doute sa méthodologie (« auto-ethnographie » ou « insider ethnography » selon les mots de Mosse) qui fait la richesse de l’ouvrage, et permet aux auteurs d’apporter un éclairage nouveau sur quelques-unes des vaches sacrées des études critiques du développement comme la Banque mondiale.

Le premier axe d’analyse particulièrement stimulant de l’ouvrage porte sur l’ancrage micro social et localisé des normes et recettes du développement international. Malgré leur universalité proclamée et leur diffusion globale, ces dernières naissent bien quelque part, et ce quelque part est déterminant. La contribution de Mosse (chapitre 4) décrit les arcanes du pouvoir de la Banque mondiale par ses marges, à partir de l’expérience des anthropologues du Social Development Department. En proie à une « vulnérabilité structurelle au sein d’une forteresse d’économistes », ce groupe élabore et promeut des normes – telles que le développement ou le capital social, l’« empowerment » ou encore le « community-driven development » – dont l’objectif premier est d’acquérir et de protéger un « espace professionnel » et une légitimité institutionnelle (p. 82-83). Néanmoins, parce qu’ils doivent se conformer aux contraintes et exigences de l’institution, les anthropologues sont condamnés à porter la cause du développement social de façon à la fois entrepreneuriale et feutrée. Au final, ils ont peu d’influence dans la prise de décision et sur les véritables détenteurs de pouvoir (« task managers », vice-présidents et gérants des budgets régionaux, p. 87), mais contribuent malgré eux aux processus de légitimation interne et à la reproduction du système de savoir de la Banque (p. 89). Dans la même veine, sur la base du processus d’élaboration du rapport sur le développement de 2001, McNeill et St Clair montrent comment l’expertise de la Banque mondiale en matière d’équité et de droits de l’homme émane de la concurrence interne entre divers groupes d’experts (économistes, juristes et anthropologues) et de négociations conduites à huis clos et jamais achevées (p. 104-111).

L’autre grand axe structurant de l’ouvrage interroge l’identité et le cosmopolitisme des professionnels du développement. David Lewis (chapitre 9) montre comment les modes et récits de vie (ambition, rémunération, goût de l’aventure et réalisation personnelle) différenciés des travailleurs sociaux et des personnels d’ONG de développement international au Royaume-Uni contribuent à reproduire et perpétuer la séparation entre la pauvreté au Royaume-Uni et la pauvreté dans les pays du Sud, une séparation stricte et superficielle héritée de la colonisation (p. 194). Rosalind Eyben (chapitre 7) propose une analyse fine de la « sociabilité quotidienne » des professionnels de l’aide en Bolivie – à travers la mise en place de mécanismes institutionnels de « coordination » et l’organisation d’événements sociaux informels (promenades, pique-nique) – et de son rôle dans la construction de leur identité. L’appartenance à la « communauté » des donateurs présents à la Paz sert de rempart contre le contrôle croissant exercé par les sièges et les capitales (p. 48). Cependant, elle agit aussi comme un obstacle puissant à une connaissance plus profonde du pays, de ses classes populaires, à l’immersion des professionnels du développement en zone rurale ou à la réalisation de « reality checks ». Les contacts avec les « locaux » se limitent à quelques consultants et fonctionnaires basés dans la capitale. La sociabilité expatriée a ainsi pour effet d’« exclure tout savoir susceptible de remettre en cause ce que les donateurs ont besoin de croire » (p. 156) et de voir leurs approches de plus en plus standardisées. Deux chapitres questionnent enfin le cosmopolitisme supposé des professionnels du développement. Ian Harper met dos à dos le « provincialisme » des experts internationaux de santé basés au Népal (p. 130) et le cosmopolitisme des travailleurs migrants népalais du secteur de la santé au Royaume-Uni ou aux États-Unis : ils maîtrisent plusieurs langues, plusieurs épistémologies et façons de soigner, et font preuve d’une grande capacité d’adaptation. Précarisés, ils vivent dans des quartiers pauvres des villes occidentales et doivent bien connaitre la « culture » et le savoir médical locaux afin de réussir les examens de compétences auxquels les soumettent les autorités de leur pays d’accueil (p. 125). Dinah Rajak et Jock Stirrat font un diagnostic proche quand ils évoquent le « cosmopolitisme provincial » des professionnels du développement. Les piliers de ce cosmopolitisme provincial sont : un mode de pensée néolibéral standard, un mode de vie confortable et sectaire (p. 169-170), un déracinement (« rootlessness », p. 171) doublé d’un nationalisme exacerbé et la « parodie nostalgique » d’un chez soi (le pays d’origine) idéalisé (p. 160-162).

Espérons que l’ouvrage (dont aucun des chapitres ne porte sur l’Afrique) inspirera les africanistes, tant on aimerait savoir ce que le continent, par ses spécificités politiques et ses niveaux de dépendance vis-à-vis de l’aide internationale, « fait » au monde et aux professionnels du développement international.

Isaline Bergamaschi

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.