P. Alexander, T. Lekgowa, B. Mmope, L. Sinwell, B. Xezwi, Marikana. Voices from South Africa’s Mining Massacre, lu par Raphaël Botiveau

MarikanaALEXANDER (Peter), LEKGOWA (Thapelo), MMOPE (Botsang), SINWELL (Luke), XEZWI (Bongani), Marikana. Voices from South Africa’s Mining Massacre, Athens, Ohio University Press, 2013, 165 pages.

Initialement publié dans l’urgence chez Jacana (Johannesbourg) quelques mois après le massacre de Marikana qui, le 16 août 2012, coûta la vie à 34 mineurs en grève tués par la police, ce volume offre un regard à la fois essentiel et incomplet sur ce qui s’est joué et se joue encore dans les mines d’Afrique du Sud. À contre-pied d’analyses journalistiques faisant la part belle aux sources managériales, politiques et policières, et approchant ce conflit social sur un registre sécuritaire, Alexander et al. prennent le parti des « travailleurs ». Le sous-titre de l’édition originale – A View from the Mountain and a Case to Answer (la « montagne » faisant ici référence au monticule sur lequel les grévistes se réunissaient) – revendiquait cette dimension militante. Celui de la présente édition renvoie à la seconde dimension de leur travail : fondé sur une approche ethnographique rigoureuse, il est l’œuvre d’un sociologue reconnu, Peter Alexander, et de l’équipe de jeunes chercheurs constituée autour de sa chaire de l’Université de Johannesbourg.

Ils restituent avec force détails la complexité des événements qui ont conduit au massacre et montrent que 22 des victimes du 16 août furent tuées non pas durant la salve de balles initialement tirée par la police – qui plaide la légitime défense – mais les unes après les autres dans l’heure qui suivit, un certain nombre abattues de sang froid alors qu’elles fuyaient ou se cachaient, d’autres écrasées par des véhicules blindés. Mais les auteurs n’en restent pas à ce constat et s’intéressent aux racines d’une mobilisation présentée comme largement spontanée et autogérée, à travers les voix de dix mineurs dont les entretiens bruts constituent un tiers de l’ouvrage. Ceux-ci évoquent la rudesse de conditions de travail peu altérées depuis la fin de l’apartheid. Ils dénoncent la connivence entre syndicalistes du National Union of Mineworkers (NUM), représentant historique des mineurs noirs allié de l’ANC, et le patronat (il s’agit ici de Lonmin, troisième producteur mondial de platine). Certains dirigeants syndicaux locaux sont même accusés d’avoir ouvert le feu sur les grévistes, initiant les violences qui marquèrent aussi la grève. Le mépris des dirigeants nationaux du NUM à l’égard du mouvement fut contrebalancé par le soutien empathique d’un nouveau syndicat rival, l’Association of Mineworkers and Construction Union (AMCU). Tous ces éléments resitués au plus près des témoignages conduisent Alexander à désigner trois « coupables » du massacre : la police et le gouvernement d’abord, Lonmin ensuite, le NUM enfin.

La lecture de cet ouvrage volontairement accessible est essentielle pour quiconque souhaite comprendre ce qui s’est passé dans la platinum belt sud-africaine au cours de l’hiver 2012. Il faut cependant se garder de considérer la version qu’il présente comme définitive car s’il prétend donner la vision des travailleurs, c’est en fait la parole d’une section mobilisée des mineurs de Lonmin – victimes de la répression policière – et celle de l’AMCU, qui sont ici rapportées. L’ouvrage mène ainsi une enquête à charge contre une autre frange des travailleurs, représentée par le NUM qui syndiquait encore un tiers des employés de Lonmin plus de six mois après Marikana. Sans parler des mineurs « attentistes » en ces temps conflictuels, ceux qui, n’allant pas travailler, n’avaient pas non plus choisi de camp dans la bataille syndicale. Un entretien avec le président de l’AMCU occupe dix pages du livre tandis qu’un discours de son secrétaire général y est retranscrit. La voix des mineurs interrogés est également réifiée dans la mesure où les faits qu’elle expose ne sont jamais remis en question, ne serait-ce que par ses contradicteurs dans le camp des travailleurs : le NUM est sans cesse décrié comme un syndicat fantoche et l’on se demande pourquoi les auteurs n’ont pas interrogé ne serait-ce qu’un seul de ses adhérents ordinaires demeurés loyaux pour en savoir un peu plus. Autre aporie, le rôle du facteur organisationnel dans la grève qui s’est jouée à Lonmin est relégué au second plan. La thèse de la spontanéité du mouvement social, défendue par l’AMCU et rejetée par le NUM, est reprise par les auteurs alors même que le syndicat entrant était présent dans la section de la mine où là grève a débuté plus d’un an avant. La question du rôle de la violence dans la mobilisation des mineurs est enfin écartée et ce bien que onze personnes aient été tuées avant la date fatidique du 16 août. Un ouvrage incontournable donc, dont le premier mérite et non des moindres est d’avoir démontré, au même rythme que le journalisme, combien le regard sociologique – une sociologie ici « embarquée » – peut, parfois même dans l’instantanéité, tellement apporter à la compréhension de l’événement.

Raphaël Botiveau

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.