Biomaîtriser les identités? État documentaire et citoyenneté au tournant biométrique (Politique africaine 2018/4, n° 152, P. 5-29).

par Séverine Awenego Dalberto, Richard Banégas et Armando Cutolo

Dans les pays émergents du « Sud global », sans doute plus qu’ailleurs dans le monde, la biométrie connaît un essor spectaculaire, comme en témoigne l’expérience indienne du système « Aadhaar » d’identification des personnes qui, malgré ses déboires, a déjà permis l’enregistrement biométrique d’un milliard d’individus.  Infrastructures centrales du capitalisme globalisé, les technologies biométriques d’identification (par digitalisation des empreintes digitales, reconnaissance de l’iris, du visage, de l’oreille, etc.) sont devenues un immense enjeu économique et un business très lucratif pour les firmes multinationales. Les sociétés africaines ne font pas exception à cette tendance mondiale ; elles la devancent même à bien des égards en expérimentant de nouveaux dispositifs d’enregistrement des naissances, de certification bancaire ou de recensement électoral qui se fondent sur l’acquisition de données corporelles. Lire la suite (en libre accès)