M. Terretta, Petitioning for Our Rights, Fighting for Our Nation. The History of the Democratic Union of Cameroonian Women, 1949-1960, lu par Marie-Emmanuelle Pommerolle

Petitioning for our Rights - Fighting for our NationTERRETTA (Meredith), Petitioning for Our Rights, Fighting for Our Nation. The History of the Democratic Union of Cameroonian Women, 1949-1960, Bamenda, Langaa RPCIG, 2013, 157 pages.

C’est au travers d’objets toujours inédits que l’historienne Meredith Terretta éclaire, depuis quelques années, des pans méconnus de l’histoire toujours sensible de l’Union des populations du Cameroun (UPC). Après des articles portant sur la trajectoire d’un nationaliste « villageois », ou encore sur l’exil des UPCistes en Afrique, Petitioning for Our Rights, Fighting for Our Nation continue de faire varier les échelles d’analyse (du local au global), contribuant à démontrer les ancrages locaux et le rayonnement international de ce mouvement politique. Publié par la très prolifique maison d’édition camerounaise Langaa, cet ouvrage s’appuie sur les pétitions envoyées par l’Udefec (Union démocratique des femmes camerounaises) au Conseil de tutelle des Nations unies. De 1951 à 1960 environ, plus de 45 000 pétitions auraient été envoyées à ce conseil chargé d’examiner la gestion de ce territoire confié à la France (dans sa partie orientale) et qui avait vocation, selon la Charte des Nations unies, à devenir autonome. Cet horizon politique, ainsi que la surveillance qu’était supposé exercer le conseil, encouragea l’UPC à formuler ses griefs, au travers de ce registre légal, et ce d’autant plus que ce parti fut toujours écarté du gouvernement colonial – jusqu’à être interdit en 1955 – et qu’il appela au boycott des élections de 1956. S’intéresser aux pétitions envoyées par les femmes (dont le nombre est estimé à 7 000), permet d’interroger les questions de genre dans les mouvements nationalistes, mais aussi d’analyser ce registre original de l’action politique et, selon les conclusions de l’auteure, la production du nationalisme populaire qui en a découlé.

Terretta ne s’attarde pas sur les relations entre l’UPC et l’Udefec, soulignant cependant que l’exercice plein de leur citoyenneté par les femmes était au cœur du projet UPCiste, contrairement à ce que proposaient alors les mouvements camerounais pro-français. C’est surtout le contenu des pétitions qui intéresse l’auteure et qui démontre une politisation progressive de femmes qui percevaient intimement la pénétration de l’administration coloniale dans leurs sphères d’activités, domestiques et professionnelles. Exigeant d’abord la levée des entraves posées par l’administration coloniale à leurs activités commerciales et agricoles, elles articulèrent ensuite ces exigences à la demande d’Indépendance et de réunification, puis, à partir de 1955, s’indignaient de la répression à l’encontre de leurs maris et de leurs familles. Les pétitions accusaient alors l’administration française d’éliminer les militants UPCistes, mais aussi les femmes et les enfants, victimes d’infrastructures sanitaires dégradées et d’injections supposément mortelles. Privées de leurs maris, victimes de viols, les femmes auraient alors été empêchées d’assurer leur propre reproduction. Cette lecture féminine de la malédiction de la violence coloniale montre combien toutes les sphères de la vie sociale ont été affectées, tant par l’imposition coloniale que par la lutte et la répression.

L’attention portée par l’auteure à diversifier les points de vue régionaux permet d’observer les différences entres les griefs formulés en zone rurale et en zone urbaine, mais aussi et surtout la circulation des messages et des modes d’action sur tout le territoire. Bien sûr, la rédaction des pétitions dépendait du niveau d’éducation des femmes signataires : des textes plus politiques en ville, plus personnels à la campagne. Cependant, et c’est l’un des enseignements de cette étude, l’appropriation de cet outil – requérant la maîtrise de l’écrit – s’est très vite généralisée. À la suite de Richard Joseph et d’Achille Mbembe, l’auteure montre magistralement combien la popularité de l’UPC a bénéficié de cette articulation constante entre écrit et oral. Les archives du mouvement, malgré les destructions liées à la répression (jusqu’en 1971), regorgent de minutes de réunions des comités de base, de journaux, de diverses déclarations et autres documents d’organisation. La frénésie rédactionnelle de l’UPC, symbolisée par ces pétitions, n’avait d’égal que son goût pour l’oralité. Lors des réunions, la Déclaration universelle des droits de l’Homme, comme les comptes rendus de réunions régionales ou de la direction, étaient lus à haute voix, après que l’hymne de l’UPC eut ouvert les débats. La circulation des mots d’ordre, des espoirs, des faits et gestes des leaders du mouvement, à commencer par ceux d’Um Nyobé, secrétaire général charismatique de l’UPC, se faisait donc tant à travers les supports écrits qu’oraux. Les pétitions, parfois rédigées par un homme (les comités de l’Udefec ne comptaient parfois aucune femme sachant écrire, notamment dans le Nord du pays) étaient signées ou marquées d’une empreinte, puis circulaient clandestinement, souvent à travers le territoire sous mandat britannique, avant d’être envoyées à New York. Adressées à une audience lointaine, mais légitime, les pétitions ont été le support, selon l’auteure, d’une « conscience collective », ou d’une identification mutuelle, au sein des villages, comme entre villages, villes et régions éloignés. Cette diffusion d’écrits collectifs aurait contribué à la production d’un nationalisme populaire, ancré dans les réalités quotidiennes et nourrissant un espoir collectif. Cette commune appartenance a permis que le mouvement nationaliste, et notamment l’envoi de pétitions par les femmes, perdurent, quelques années après l’exil de certains leaders et l’assassinat de nombreux militants. Cet ouvrage souligne donc, à nouveaux frais, la consistance de ce nationalisme kamerunais qui continue de s’exprimer sous diverses formes. Il met en lumière, dans le même temps, l’usage quotidien du langage des droits de l’homme, une foi immense en certains acteurs chargés de les faire respecter, et des pratiques banales d’expression de revendications. Ce legs-là, au contraire du sentiment nationaliste, a subi une ponction fatale à partir de 1960. Meredith Terretta nous rappelle, après d’autres, combien la popularisation de l’histoire du mouvement nationaliste est une nécessité pour le Cameroun contemporain.

Marie-Emmanuelle Pommerolle

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.