T. N’Diaye, Le jaune et le noir. Enquête historique, lu par Yves Gounin

Le jaune et le noir _ Enquête historiqueN’DIAYE (Tidiane), Le jaune et le noir. Enquête historique, Paris, Gallimard, coll. Continents noirs, 2013, 181 pages.

La Chine a effectué une entrée fracassante dans les études africaines : il n’est plus concevable d’évoquer la géopolitique de l’Afrique, ses relations avec les autres régions du monde ou même ses perspectives économiques à l’ère de la mondialisation sans mentionner le rôle croissant de l’Empire du milieu. Un africaniste digne de ce nom se doit aujourd’hui d’être un peu sinologue.

Il y a peu, pourtant, l’engouement suscité par ce nouveau partenaire n’avait d’égal que son exotisme. Enfin, lisait-on, l’Afrique allait pouvoir sortir du face-à-face inégal dans laquelle elle était enfermée avec les puissances occidentales coloniales hier et néocoloniales aujourd’hui. Cet enthousiasme a fait long feu. Et l’ouvrage de Tidiane N’Diaye est révélateur du désamour grandissant dans lequel est en train de lentement glisser l’Empire du milieu. Hier portée aux nues, la Chine est aujourd’hui de plus en plus souvent vouée aux gémonies.

N’Diaye énumère tous les reproches adressés à ce nouveau partenaire, hier encore paré de toutes les vertus : le modèle de coopération « gagnant-gagnant » vanté par Pékin serait un jeu de dupe, les échanges bilatéraux bénéficiant avant tout à la Chine qui importe les matières premières dont elle a cruellement besoin tandis que ses exportations de biens de consommation courante déstructurent les fragiles industries africaines (comme celle du textile au Mali ou en Côte d’Ivoire) ; le refus de toute ingérence politique du partenaire chinois conduit de facto à offrir une planche de salut aux régimes les moins démocratiques du continent (Soudan, Zimbabwe, Angola…) ; les Chinois exportent leurs pratiques des affaires, peu transparentes et corruptrices ; ils n’ont aucun respect pour la protection de l’environnement ou la santé du consommateur ; ils font replonger dans la spirale de l’endettement des pays qui viennent à peine d’assainir leur situation financière avec les bailleurs occidentaux ; ils manifestent à l’égard des Africains un racisme d’un autre âge, etc. Il n’est pas jusqu’aux prostituées chinoises auxquelles l’auteur reproche dans un (trop) long chapitre leurs pratiques anti-concurrentielles !

Cette charge en règle aurait été plus convaincante si elle avait été mieux étayée (l’ouvrage est dépourvu de références infrapaginales et sa bibliographie, d’un laconisme excessif, ne liste quasiment que des sources francophones), si elle avait été exposée dans un vocabulaire moins outrancier (la Chine est décrite comme un « monstre affamé » prêt à fondre sur « la proie africaine » par de « gigantesques dévastations aux pillages subtilement organisés ») et si elle n’était pas lestée de quelques contre-vérités qui la discréditent (l’auteur évoque l’utilisation de « bagnards » ou de « repris de justice » sur les chantiers chinois sans citer aucune source alors que la méticuleuse enquête de Juan Pablo Cardenal et Heriberto Araujo (La silenciosa conquista china, Barcelone, Memoria Critica, 2011), pourtant critique à l’égard de la Chine, conclut honnêtement à l’inexistence de telles pratiques.

Comme l’avaient montré, avec autrement plus de subtilité, les auteurs réunis autour de Raphaël Gabas et Jean-Jacques Chaponnière (Le temps de la Chine en Afrique, Paris, Karthala, 2012), l’action de la Chine en Afrique ne mérite ni tant d’éloges ni tant d’opprobre. La Chine n’y a pas d’agenda caché, de visées conquérantes, ni même de politique mûrement planifiée. Loin de l’image centralisée que donne l’expression de « Chinafrique », maladroitement calquée en 2008 sur celle de « Françafrique » par les deux journalistes Serge Michel et Michel Beuret, la politique chinoise en Afrique est la conjonction d’une multiplicité d’initiatives individuelles sur lesquelles Pékin n’a guère de prise. Des paysans chinois à la recherche d’un meilleur salaire que celui que leur donne la culture de la terre dans leur pays viennent exploiter le cuivre en Zambie, couper le bois des forêts gabonaises ou vendre des chaussures à Dakar. Rien de comparable avec le système élaboré dans la France de la ve République par Jacques Foccart.

Si la Chine est de plus en plus influente en Afrique, ce n’est pas la conséquence d’une politique mûrement planifiée et, encore moins, d’un intérêt spécifique pour le continent africain résultant, comme ce fut le cas pour la France coloniale, de son passé. Cette influence croissante ne diffère guère de celle que la Chine, avide de débouchés pour ses exportations et de matières premières pour nourrir sa croissance, se taille dans d’autres régions en développement : Asie centrale, Amérique du Sud et, au premier chef, Asie du Sud-Est où sa diaspora est la plus nombreuse, et ses intérêts économiques, les plus importants.

Yves Gounin

Compte-rendu paru dans « La revue des livres », Politique africaine 3/2013 (N° 131).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.